Affaire Volkswagen : la descente aux enfers continue

 |   |  710  mots
Selon le quotidien El Pais, Seat a monté plus d'un demi-million de moteurs truqués dans ses véhicules depuis 2009.
Selon le quotidien El Pais, Seat a monté plus d'un demi-million de moteurs truqués dans ses véhicules depuis 2009. (Crédits : JIM YOUNG)
Le gouvernement espagnol pourrait demander à Seat, filiale locale de Volkswagen, de rembourser les aides perçues pour les voitures fabriquées avec des moteurs truqués, vendues à l'occasion de campagnes de promotion de véhicules performants. Le groupe automobile a également désigné samedi un nouveau patron.

Le scandale Volkswagen n'en finit plus de rebondir. Le gouvernement espagnol pourrait demander à Seat, filiale locale de Volkswagen, de rembourser les aides perçues pour les voitures fabriquées avec des moteurs truqués, vendues à l'occasion de campagnes de promotion de véhicules performants.

"Dans la mesure où ces voitures ont été vendues notamment grâce à l'aide accordée aux véhicules performants, nous allons logiquement proposer le remboursement" de ces aides, a affirmé le ministre espagnol de l'Industrie José Manuel Soria samedi.

>> Lire : Vokswagen peut-il payer la facture ?

500.000 véhicules concernés depuis 2009 en Espagne

M. Soria a déclaré qu'il attendait que Seat rende public le nombre de véhicules concernés par la tricherie destinée à contourner les tests antipollution, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Espagne. Selon le quotidien El Pais, Seat a monté plus d'un demi-million de moteurs truqués dans ses véhicules depuis 2009.

Le ministre espagnol a ajouté que cette proposition se fera "non obstant les autres mesures qui pourraient être décidées compte-tenu de l'augmentation des émissions polluantes dues au logiciel" installé sur ces moteurs.

"Seat a équipé certains de ses véhicules avec des moteurs EA189 du groupe Volkswagen", a reconnu jeudi un porte-parole de Seat contacté par l'AFP, sans vouloir donner de chiffres.

La marque espagnole a vendu 378.586 véhicules en 2014 et près de 2 millions, essence et diesel, au cours des six dernières années, selon les calculs de El Pais. Volkswagen, fort de 12 marques de voitures et de camions, a admis avoir mis en place un logiciel sur les moteurs diesel de type EA189 équipant environ 11 millions de ses voitures dans le monde pour contourner les tests antipollution.

>> Lire : le doute plane sur 500.000 voitures Seat

Aide de 1.500 euros par véhicule acheté

Le gouvernement espagnol avait présenté en 2009 un plan, baptisé "Plan Pive", depuis régulièrement renouvelé, visant à accélérer le renouvellement du parc automobile espagnol. Les consommateurs espagnols bénéficiaient d'une aide de 2.000 euros, apportée par l'Etat, s'ils achetaient un véhicule neuf en rapportant aux concessionnaires automobiles une voiture âgée de plus de dix ans.

En mai dernier, le gouvernement avait approuvé un nouveau programme d'aide portant sur 225 millions d'euros mais l'aide avait été ramenée de 2.000 euros à 1.500 euros par véhicule acheté.

M. Soria a souligné qu'il restait en contact aussi bien avec Volkswagen qu'avec Seat, et que les deux groupes avaient confirmé un investissement de 3,3 milliards d'euros en trois ans dans l'usine de Martorell, en Catalogne.

Volkswagen possède en Espagne des usines en Catalogne (Nord-Est) et en Navarre (Nord) où il fabrique les véhicules de sa marque Seat, rachetée dans les années 1980, mais aussi des modèles sous sa marque et pour Audi, selon son site internet.

Le secteur automobile est essentiel pour l'Espagne, où de nombreux constructeurs étrangers possèdent des usines. Il a représenté 6,7% du produit intérieur brut (PIB) espagnol en 2013, selon la fédération professionnelle Anfac.

Le patron de Porsche prend les commandes

En pleine tempête, le colosse automobile s'est choisi un nouveau patron, le chef de Porsche Matthias Müller, qui a promis que toute la lumière serait faite sur l'affaire des moteurs truqués et que le groupe, profondément ébranlé, allait s'en remettre.

Comme cela était pressenti, les vingt membres du conseil de surveillance réunis au siège de Volkswagen à Wolfsburg, dans le nord de l'Allemagne, ont désigné vendredi M. Müller, 62 ans, à la tête de Porsche depuis 2010, pour succéder à Martin Winterkorn.

A l'issue de plusieurs heures de réunion, le chef de l'organe de contrôle Berthold Huber a évoqué à propos de l'affaire "un désastre moral et politique" pour l'entreprise, numéro un mondial de l'automobile fort de 590.000 salariés.

Mais "nous pouvons et nous allons surmonter cette crise" et faire de Volkswagen un groupe plus fort, a promis M. Müller, grand amateur de football et de sports automobiles et pur produit de l'empire Volkswagen.

M. Winterkorn, aux commandes depuis 2007, avait démissionné mercredi, assumant la pleine responsabilité du scandale qui a éclaté il y a une semaine aux Etats-Unis, et qui a depuis ébranlé le secteur automobile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2015 à 17:34 :
j'ai vu Cash Investigation hier soir, et je crois que au vu des tests effectués en France c 'est de la vraie fumisterie. En France c'est le monde a l'envers, je roule à l'essence et je suis pénalisée par rapport à ceux qui polluent le plus.....
a écrit le 28/09/2015 à 10:45 :
VW doit être sanctionné pour la fraude . Toutefois on nage en pleine hypocrisie en effet de nombreux automobilistes demandent à leur garagiste de bricoler leur véhicule pour qu'il passe le contrôle et après basta. Si l'automobiliste moyen comprend que son véhicule soit immobilisé pour un pb de frein d'éclairage de sécurité d'une façon générale il a plus de mal a le comprendre pour un pb de pollution. Cela gêne surtout les écolos bobos de centre ville et tous les pisse-vinaigres de tous poils!
a écrit le 27/09/2015 à 12:33 :
Bonjour et nous les acheteurs de seat exeo acheter en 2012.nous allons etre rembourse.a vous de voir messieurs voue etiez bien content de nous trouves pour achetervos voitures.
a écrit le 27/09/2015 à 9:42 :
Vive la concurrence libre et non faussée, dogme de l'union européenne.
a écrit le 27/09/2015 à 8:22 :
Le gvt français devrait faire pareil, à moins qu'il n'échange avec les allemands un énième retard sur les 3% de déficit.
Au moins un point positif; il y a eu hier une pub VW sans "Das Auto" à la fin. Rien que ça, c'est très positif.
a écrit le 27/09/2015 à 8:12 :
Pas de problème en France pour VW après 10 ans de procès ils seront condamné s à 6 mois avec surcit...
Réponse de le 30/09/2015 à 16:16 :
..et le Président français, penaud, rencontrera le/la chancelier(e) allemand(e) pour lui renouveler l'amitié franco-allemande....
a écrit le 26/09/2015 à 22:48 :
La tricherie comme les procédés deloyaux ( dumpings social, écologique, fiscal ) sont des techniques de management qui se banalisent. Pour se sortir de ce mauvais pas, faite confiance à VW pour utiliser le bon vieux chantage à l emploi qui marche toujours. Quel fossé séparent ces comportements du discours du pape à l ONU qui nous rappelle opportunément que la cupidité et l égoïsme ne sont pas des fatalités.
a écrit le 26/09/2015 à 19:29 :
@V-v 26/09 16:40
Sur le principe, on ne peut qu'être d'accord avec vous: ceux qui ont fraudé doivent être sanctionnés. Toutefois, il faut être mesuré dans la punition car l'automobile et secteurs associés représentent environ 10% des emplois.
Cordialement
Réponse de le 30/09/2015 à 16:20 :
Com d'hab....la menace à l'emploi...combien d'emplois en France chez VW ? peanuts !!
a écrit le 26/09/2015 à 18:27 :
Bruxelles et l'Union sont certes sous le contrôle de l'Allemagne mais je ne vois pas comment ce pays pourra se défausser de ses responsabilités (comme pour les migrants). Point d'excuse possible. L'Europe allemande va en prendre un coup. VW peut préparer les billets ...
a écrit le 26/09/2015 à 17:37 :
Quel choc ça dû être pour la commission européenne d'apprendre ce scandale, surtout avec une entreprise allemande réputée et si sérieuse.

Les pauvres commissaires, je n'ose imaginer le choc émotionnel qu'ils subissent!!! Et bien moi, je suis POUR une prime "choc émotionnel" de quelques millions d'€ (c'est la moindre des choses) pour chaque commissaire européen ... et que la France paye la majeur partie (l'Allemagne, la pauvre, elle souffre déjà trop injustement, elle ne peut assumer ce fardeau).
a écrit le 26/09/2015 à 17:14 :
Dans cette histoire, on n'entend pas beaucoup les autres constructeurs qui ont vendu des voitures diesel à la norme E VI. D'après ce que j'ai lu (mais cela est peut-être faux), il y a aussi une spec NOx+HC <170 ppm.
Cordialement
a écrit le 26/09/2015 à 16:40 :
Normal! Il faut que le groupe VW et tous ceux qui ont trichés remboursent et payent les dommages causés dans le monde entier... et ce, sans compter les amendes pour tromperie!
Réponse de le 27/09/2015 à 17:56 :
Pas du tout, vous en avez pour votre argent: reprises, vitesse, démarrage sur les chapeaux de roues, la classe, quoi! En plus, passage au CT les doigts dans le nez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :