Affaire Volkswagen : Piëch aurait interrogé Winterkorn six mois avant le scandale

 |   |  494  mots
Martin Winterkorn (à gauche) est arrivé à la tête du groupe Volkswagen en tant que dauphin désigné par le puissant et influent Ferdinand Piëch.
Martin Winterkorn (à gauche) est arrivé à la tête du groupe Volkswagen en tant que dauphin désigné par le puissant et influent Ferdinand Piëch. (Crédits : Reuters)
Ferdinand Piëch, patron historique de Volkswagen, se serait inquiété auprès de Martin Winterkorn des conséquences d'une enquête publique américaine au sujet des motorisations diesel. Et ce, six mois avant l'éclatement du scandale des moteurs truqués. Il est possible que ce soit à la suite de cette affaire que Ferdinand Piëch ait tenté d'évincer Martin Winterkorn de la tête du groupe, en vain, précipitant sa propre chute...

A l'époque, cette querelle avait suscité l'incompréhension. Ce que d'aucuns appelaient un "pétage de plomb", de l'ancien et historique patron du groupe Volkswagen pourrait en réalité avoir été les prémices du séisme qui surviendra quelques mois plus tard avec l'éclatement du scandale des moteurs truqués.

Dans une interview au journal allemand Bild, Ferdinand Piech révèle avoir interrogé Martin Winterkorn au sujet d'une enquête menée par l'agence américaine de la protection de l'environnement, celle-là même qui sera à l'origine de l'affaire.

"Tout est sous contrôle"

C'est au salon de Genève 2015 que Ferdinand Piëch, alors président du conseil du surveillance du groupe, s'enquit auprès de Martin Winterkorn, Pdg du groupe, des conséquences de cette enquête. Celui-ci l'aurait rabroué, lui assurant que tout était sous contrôle, d'après les propos rapportés par Bild.

L'épisode du départ tonitruant de Ferdinant Piëch était jusque-là resté un mystère. Certains avaient même été jusqu'à mettre son comportement sur le compte de son âge très avancé, 78 ans. Pourtant, il s'agit de celui qui était considéré comme le fondateur du groupe Volkswagen dans son envergure actuelle (plus de dix marques et deuxième groupe automobile mondial).

En avril 2015, Ferdinant Piëch livre une interview explosive dans un journal allemand où il annonce "prendre ses distances" avec Martin Winterkorn, qui était pourtant son dauphin et protégé lorsqu'il était aux manettes du groupe. Mais les autres actionnaires du groupe ne voient aucun motif pour changer le capitaine d'un navire qui navigue de record de profits en records.

Les Porsche, les artisans zélés de la chute de Piëch

Face à la levée de boucliers des actionnaires, et la stupéfaction de la presse allemande, Ferdinand Piëch reviendra à la charge en suggérant, cette fois, le nom de Matthias Müller, patron de Porsche, pour prendre la tête de l'entreprise. Cette fois c'en est trop, les actionnaires forment une fronde et les Porsche, la famille cousine mais néanmoins rivale de Piëch, seront les artisans zélés de sa chute. Celle-ci sera actée le 25 avril avec son départ et celui de son épouse du conseil d'administration de Volkswagen.

Rien à l'époque ne laissait alors imaginé, du moins publiquement, l'ampleur du désastre à venir lors de la révélation du scandale des moteurs truqués. C'est en septembre que la déflagration provoque une chute de plus de 30% de l'action Volkswagen qui est susceptible de devoir régler près de 18 milliards de dollars d'amendes, au bas mot. Le groupe allemand est accusé d'avoir installé un logiciel qui permet de contrôler les émissions de gaz polluants uniquement lorsque la voiture subit un test. Cette affaire scellera le sort de Martin Winterkorn qui quittera son poste de Pdg et sera remplacé par... Matthias Müller, patron de Porsche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2016 à 16:08 :
"rien ne laissait alors imaginer"
a écrit le 30/08/2016 à 14:00 :
Merci pour cet article et dans quelques temps nous apprendrons qu'ils savaient tous dès le début.

Et merci aux américains d'avoir soulevé le lièvre, jamais l'europe n'aurait levé le petit doigt même si bien entendu ils étaient intéressés dans cette affaire.
a écrit le 30/08/2016 à 12:21 :
Grandeur et misère des courtisanes, voir tomber une grosse boite comme ça fait mal, tiens, je vais adapter mes lunettes de soleil, je ne verrai pas la suite ...!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :