PSA : Carlos Tavares double sa rémunération mais reste loin derrière Carlos Ghosn

 |   |  489  mots
Carlos Tavares double sa rémunération mais reste loin derrière Carlos Ghosn qui cumule ses postes de PDG de Renault et Nissan.
Carlos Tavares double sa rémunération mais reste loin derrière Carlos Ghosn qui cumule ses postes de PDG de Renault et Nissan. (Crédits : reuters.com)
Le PDG de PSA Peugeot Citroën voit sa rémunération passer à 5,24 millions d'euros en 2015. Le conseil de surveillance a jugé qu'il avait rempli l'ensemble de ses objectifs à 99%, et même pris de l'avance sur son plan de redressement Back in the Race. Carlos Ghosn, de son côté, a vu ses émoluments augmenter de 0,49% en 2015 à 7,251 millions d'euros au seul titre de son poste de PDG de Renault...

La président du directoire du groupe automobile PSA Peugeot Citroën, Carlos Tavares, a gagné 5,24 millions d'euros en 2015, soit près du double de l'année précédente, selon des documents publiés vendredi. Sa rémunération au titre de l'exercice 2014 s'était élevée à 2,75 millions d'euros, dont 1,61 million de part variable et 975.000 euros de fixe.

Objectif rempli à 99%

En 2015, la rémunération de 5,24 millions d'euros comprend 1,93 million d'euros de part variable et 1,3 million d'euros de part fixe, selon le document de référence du groupe automobile.

Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a estimé que Carlos Tavares "avait rempli ses objectifs 2015 à hauteur de 99% et lui a attribué une rémunération variable de 1,93 million d'euros, soit 148,50% de sa rémunération fixe, pour une cible de 150%".

La rémunération de M. Tavares l'an dernier intègre aussi 130.000 actions "de performance" attribuées au cours de l'exercice et valorisées 2 millions d'euros. Ces titres seront disponibles à compter du 31 mars 2019.

Le plan Back in the Race en avance

Les objectifs du plan "Back in the race", à savoir la feuille de route 2014-2018 pour "accélérer la reconstruction du groupe" présentée en avril 2014 par Carlos Tavares, "ont été réalisés dès 2015", note le document de référence.

Ce plan comportait trois éléments: un flux de trésorerie opérationnelle disponible positif et récurrent "au plus tard d'ici à 2016", un flux de trésorerie opérationnelle disponible cumulé de 2 milliards d'euros sur la période 2016-2018 et une marge opérationnelle de 2% pour la division automobile à l'horizon 2018, avec un objectif de 5% lors du prochain plan à moyen terme, 2019-2023.

Or "tous les objectifs ont été dépassés", a estimé le conseil de surveillance, au vu de trois indicateurs: les "6 milliards d'euros de free cash flow opérationnel générés sur les deux années du plan Back in the race", "près de 5 milliards d'euros de cash net" affichés par PSA à fin 2015 et la marge opérationnelle de 5% pour l'activité automobile.

Compte tenu des performances du groupe et du redressement de ses finances, Carlos Tavares a annoncé le versement d'une prime moyenne de 2.000 euros pour l'ensemble des salariés du groupe.

Carlos Ghosn, loin devant

La veille, nous apprenions que son ex-mentor et ex-patron, le PDG de Renault, avait gagné 7,251 millions d'euros au titre de l'exercice 2015, dont 1,737 million en numéraire, soit une hausse de 0,49% par rapport à 2014, a annoncé jeudi le groupe. La rémunération de M. Ghosn avait bondi de plus de 170% entre 2013 et 2014, passant de 2,669 millions d'euros à 7,215 millions d'euros. Carlos Ghosn touchera également une rémunération au titre de son poste de PDG de Nissan, dont les détails ne seront divulgués qu'en juin. A titre indicatif, sa rémunération pour l'exercice 2014/2015 de Nissan, clos en mars 2015, s'élevait à 1,035 milliard de yens, soit 8,2 millions d'euros au cours actuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2016 à 18:56 :
Bravo à Carlos TAVARES.
Les organismes sociaux et fiscaux doivent se réjouir également.
a écrit le 27/03/2016 à 9:40 :
Personne dans la rue, tout est normal, donnez un oeuf en chocolat aux géniards et circulez ya rien a voir
a écrit le 26/03/2016 à 16:44 :
Imbéciles de français que nous sommes; comment peut-on tolérer de telles aberrations ! élites et décideurs trop payés, plus politiciens les plus nuls du monde civilisé. Il doit y avoir un problème avec ceux et celles qui choisissent de tels minables !
a écrit le 26/03/2016 à 13:48 :
Juste dégueu. Qui peut croire que le redressement est dû seulement à M. Tavares ?
a écrit le 26/03/2016 à 13:35 :
Sans objet concernant la remuneration de Carlos, quel chemin parcouru depuis 2013 au vous aviez déjà enterré PSA, je me répète mais le mammouth w... commence à manger son pain noir
a écrit le 26/03/2016 à 11:11 :
Bien sur, tout cela est normal. hausse du chômage grâce au démantèlement de la filière automobile en France et les 2 PDG s'occroit des salaires indignes. Que fait Macron? faut il lui expliquer que M Tavares interdit à ses acheteurs d'acheter en France des composants (les sites espagnols c'est le maroc tunisie et les sites francais c'est l'europe de l'est). Il lui faut un dessin??? Que PSA rembourse les 7 milliards prêtés pour refinancer sa banque. Que l'on arrete de subventionner les centres de recherches... et que cet argent serve aux PME qui se battent pour survivre et qui seules créent de la richesse. Hollande, Macron, Sapin.... copain et... on dit. (heureusement, ils restent les allemands pour acheter quelques composants en France)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :