Dieselgate : Opel sort blanchi de l'enquête de Bercy

 |   |  329  mots
Dans le rapport final de la commission Royal, publié en juillet, Opel avait promis l'introduction de calibrations évoluées à partir de l'été 2016.
Dans le rapport final de la commission Royal, publié en juillet, Opel avait promis l'introduction de calibrations évoluées à partir de l'été 2016. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
La Répression des fraudes a estimé que les éléments collectés et analysés n'ont pas mis en évidence d'infraction.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a clos son enquête sur les émissions diesel d'Opel et estimé qu'il n'y avait pas matière à transmettre ses investigations à la justice, contrairement aux cas de Volkswagen, Renault, PSA ou Fiat. "(Les) éléments que (la Répression des fraudes) a collectés et analysés n'ont pas mis en évidence de faits constitutifs d'une infraction de tromperie", a annoncé le ministère de l'Economie et des finances dans un communiqué.

Lors des tests sur route de la commission Royal, organisés dans le sillage de l'affaire du logiciel truqueur de Volkswagen, l'Opel Zafira avait pourtant été épinglée parmi les véhicules affichant des dépassements d'oxydes d'azote (NOx) particulièrement importants par rapport aux valeurs d'homologation.

Le dossier non transmis à la justice

La filiale européenne de General Motors, actuellement objet d'un projet de rachat par PSA, avait alors expliqué que son système de dépollution ne fonctionnait pas de manière optimale à faible température à cause des "risques liés à l'encrassement et aux conséquences induites". Dans le rapport final de la commission Royal, publié en juillet, Opel avait également promis l'introduction de calibrations évoluées à partir de l'été 2016.

Bien qu'il ait apporté une explication technique similaire à celle d'Opel à ses dépassements et se soit engagé comme lui à améliorer la performance de ses moteurs, Renault a vu le dossier de la DGCCRF, dont des extraits ont été publiés la semaine dernière, transmis à la justice. Dans son cas comme dans celui de Volkswagen, le parquet a ouvert une information judiciaire pour tromperie présumée. Une décision de justice similaire n'a pas été prise à ce jour à l'encontre de PSA et de Fiat Chrysler.

Dans son communiqué, Bercy ajoute que la Répression des fraudes poursuit son enquête sur les autres constructeurs automobiles commercialisant des véhicules en France.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2017 à 15:10 :
Tricherie ou pas, les constructeurs n'arrivent pas à atteindre les normes environnementales exigées par l'autorité publique. Les constructeurs ont-ils vraiment la technologie pour arriver à tenir ces normes ? C'est la question que l'on doit se poser avant les autres , la pollution en ville devenant un réel problème de santé publique.
Réponse de le 20/03/2017 à 16:02 :
Sauf que les villes sont dans l'absolu moins polluées qu'elles n'ont été par le passé. Et entre temps les seuils de pollution ont été rabaissés....
a écrit le 20/03/2017 à 15:04 :
Ford, qui utilise largement des moteurs Diesel développés avec PSA, n'est étrangement pas cité... Comprenne qui pourra. De même Opel est blanchi tout en utilisant des moteurs Fiat qui ne l'est pas. De toutes façons le fait que des tests en conditions réelles donnent des résultats divergents avec les tests sur rouleaux n'est pas vraiment anormal puisque par définition les tests sur rouleaux ne peuvent prendre en compte l'aérodynamique... et ce sont les tests normalisés sur rouleaux qui sont homologués. En l'absence d'aveux comme chez VW, tant qu'une armada d'ingénieurs n'aura pas désassemblé le micro-code des calculateurs moteurs en cause et idntifié le mécanisme de fraude s'il existe, de toutes façons il sera impossible de la prouver.
a écrit le 20/03/2017 à 14:06 :
Certainement que Bercy ne veut pas d'interférence dans le projet de rachat d'Opel. La pollution passe au second plan.
a écrit le 20/03/2017 à 13:58 :
Opel faisait partie des plus gros pollueurs avec Renault pour certaines voitures.
Or Renault et Opel utilisent le même procédé d' activation du filtre selon des plages de températures. Et bizarre seul Renault et même Ghosn sont cloués au pilori.
Cela ressemble de plus en plus à une cabale (anti Ghosn ?) de la DGCRF (émanation de Bercy) en grand froid avec Ghosn.
Réponse de le 21/03/2017 à 8:14 :
Eh bien c'est là que Bercy s'apercevra que Ghosn, qui est aussi patron de Mitsubishi et Nissan (chez qui curieusement on ne trouve rien à redire alors que cette marque a RIGOUREUSEMENT les mêmes motorisations diesel que Renault...) est probablement hors d'atteinte de Bercy. Imaginons même que Bercy, grâce à une nouvelle magouille capitalistique comme celle qui a eu lieu lors de l'affaire des votes doubles, sorte Ghosn de Renault, ce serait probablement la fin de l'alliance, et, isolé, on ne donnerait pas cher de la peau de Renault qui n'aurait probablement guère d'autre choix que de passer sous la coupe d'un autre grand constructeur (Toyota ? VW ? Daimler Benz ? ).
a écrit le 20/03/2017 à 13:26 :
Le diesel comme l'amiante va nous empoisonner a petit feu, bravo la french touch!
Réponse de le 20/03/2017 à 13:53 :
Les moteurs diesels récents (Euro VI) sont au moins aussi propres que les essence. Et même si on souhaiterait qu'elle soit toujours plus élevée, l'espérance de vie en France, pays très diéselisé, est l'une des plus élevées d'Europe, y compris par rapport à des pays moins dieselisés. De même que la fréquence des affections pulmonaires et respiratoires.
Réponse de le 20/03/2017 à 15:18 :
C'est normal, l'automobile ne représente que 20 % de la pollution en ville. 80%
vient du chauffage et des activités industrielles. Pour le diesel, il s'agit surtout de supprimer les particules fines très nocives pour les poumons.
Le problème du diesel n'est pas nouveau. Dans les années 60, tout le monde connaissait le danger pour la santé de ce carburant. Tout le monde, sauf nos politiciens toujours en retard d'une guerre . Politiciens qui ont en plus ,encouragé cette motorisation.
Réponse de le 20/03/2017 à 16:05 :
Rassurez vous la prochaine cible sera l'essence à laquelle on trouvera tous les maux de la terre pour en supprimer l'utilisation...
a écrit le 20/03/2017 à 10:47 :
"risques liés à l'encrassement et aux conséquences induites"."

Il est évident que quand un pot est encrassé à savoir à partir de 50000 kms environ, 30000 pour les VW, le filtre ne sert plus à rien mais du coup il faut tout changer et vous vous retrouver avec un véhicule que vous avez acheté 5000 euros à qui il faut rajouter plus de 700 euros de filtre.

On ne peut pas favoriser la fibre écologique avec des prix aussi exorbitants, avec la concurrence les constructeurs tirent les prix de leurs voitures à fond mais par contre se rattrapent goulument sur les pièces détachées, alimentant ainsi massivement l'économie de la contrefaçon.
Réponse de le 20/03/2017 à 13:48 :
Un FAP est fait pour durer 150000km.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :