Fiat à la veille d'une vertigineuse tourmente judiciaire...

 |   |  496  mots
Les autorités américaines soupçonnent Fiat Chrysler d'avoir truqué au moins 104.000 véhicules.
Les autorités américaines soupçonnent Fiat Chrysler d'avoir truqué au moins 104.000 véhicules. (Crédits : © Rebecca Cook / Reuters)
Le gouvernement américain serait sur le point d'engager des poursuites au civil contre le groupe automobile qui commercialise les marques Fiat, Chrysler ou encore Jeep. Il le soupçonne d'avoir installé un logiciel illégal qui permet d'altérer les émissions de pollution, à l'image du scandale des diesel truqués de Volkswagen. Le groupe est également l'objet de poursuites en Europe pour des raisons similaires. Fiat Chrysler Automobiles dément catégoriquement ces accusations et se dit prêt à se défendre.

Vers un bras de fer ? Le département d'Etat américain de la Justice envisagerait de porter plainte devant une juridiction civile contre Fiat Chrysler Automobile (FCA). Il reproche au groupe automobile italo-américain d'avoir installé des dispositifs frauduleux de contrôle des émissions, à l'image du logiciel installé par Volkswagen et qui avait abouti à un scandale qui a déjà coûté la bagatelle de 22 milliards de dollars au groupe allemand.

Le titre s'effondre en Bourse

Le gouvernement américain se fonde sur les investigations menées par l'agence américaine de protection de l'environnement. Celle-ci a accusé FCA d'avoir ainsi équipé au moins 104.000 de ses véhicules d'un tel dispositif.

Le risque d'une évolution judiciaire a fait plonger le titre FCA de près de 5% ce jeudi dans les premiers échanges. En janvier, l'action avait déjà fondu de près de 16% face. Les investisseurs craignaient alors une amende astronomique à l'image de l'affaire Volkswagen.

Sauf que FCA qui compte les marques Fiat, Alfa Romeo, Chrysler ou encore Jeep, dément catégoriquement les accusations portées par les agences gouvernementales. Dès le 12 janvier dernier lorsque l'APE avait transmis le dossier au département de la Justice, FCA avait publié un communiqué où il exprimait sa déception. Le constructeur expliquait alors qu'il allait pleinement collaborer avec les différentes autorités concernées afin de démontrer que ses véhicules n'utilisaient que des « équipements autorisés ».

Contrairement à Volkswagen, FCA plaide non-coupable et n'est donc pas dans une démarche de règlement amiable. Il est donc prêt à s'engager dans une procédure judiciaire qui promet d'être longue et coûteuse autant en sommes sonnantes et trébuchantes qu'en image de marque abîmée par un pénible feuilleton judiciaire.

FCA a indiqué mercredi que si le département de la justice décidait de porter l'affaire au civil, cela anéantirait ses efforts de coopération avec les autorités régulatrices. « Dans le cas d'un litige, FCA US se défendra avec vigueur », écrit le groupe.

Dans le collimateur de Bruxelles

Cette annonce tombe très mal pour le constructeur automobile emmené par Sergio Marchionne. La veille, soit mardi, la Commission européenne annonçait qu'elle allait engager des poursuites contre l'Etat italien lui-même pour avoir failli dans sa mission d'homologation des véhicules. En effet, en droit européen, il appartient à chaque Etat d'établir les diagnostics qui permettent d'homologuer les voitures de leurs constructeurs nationaux, et cette homologation permet d'accéder à tous les pays de l'union. Nul autre ne peut s'accaparer cette compétence. Ainsi, la France ou l'Allemagne ne peuvent pas remettre en cause l'homologation accordée par l'Italie à Fiat. La Commission européenne n'a donc pas d'autres choix que d'attaquer le pays ayant délivré le fameux sésame. Elle devra alors prouver que FCA a usé de procédés frauduleux de contrôles des émissions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2017 à 8:18 :
idem avec la justice francaise
qui elle se refuse a ouvrir une enquette sur le groupe allemand
a l'origine de toute ses derives
et qui plus est ne se comporte pas en defenseur des clients Français
vis a vis des autres client espagnol americain
et pour cause combien de pots de vin a t'elle percu
a écrit le 20/05/2017 à 18:07 :
Il est vrai que les caisses américaines ne polluent pas.....l'écologie comme arme économique. Les americains nous ont déjà fait le coup par le passé avec Concorde....car ils étaient simplement jaloux de n'avoir pas fait le même avion...les dirigeants américains sont néfastes dans tous les domaines...
a écrit le 20/05/2017 à 9:28 :
Ne vous laissez pas avoir par cette comédie. C'est un moyen facile de faire chuter le cours des actions pour les racheter à un prix dérisoire. C'est un moyen de faire de l'argent au détriment des petits porteurs qui paniquent facilement. Et les états se prennent au passage une petite "com" via une amende forfaitaire... Si on regarde l'historique du cours d'une célèbre marque allemande, on voit bien qu'après la chute du cours, le marché s'est fluidifié avec un volume de transactions qui c'est gonflé d'environ 30%. C'est juteux pour l'entreprise, les banques et l'état qui prélève des taxes.
a écrit le 19/05/2017 à 20:20 :
A force de jouer avec le feu on finit par se brûler ! Le diesel a bannir dans nos villes!
Réponse de le 19/05/2017 à 22:45 :
Rappellons quelques vérités.
Les premiers avocats du diesels ont étés les écolos. (Théme dans la campagne présidentielle de René Dumont)
Ensuite lorsque à coups de milliards de subventions publiques ils ont enfin obtenus satisfaction il se sont rendus compte que cela générait d'autres problèmes passés à l#poque sous silence car il ne fallait pas nuire à l#enfant chéri des écologistes qui sont gentils et ont toujours raison.
Et maintenant il faut faire une croix sur des milliards d'investissements pour cacher sous le tapis l'es erreurs des écologistes.
Si ces gens arrétaient de mentir le monde irais mieux et on pourrais travailler à l'amélioration de l'environnement sur la base de faits et non de leur crailleries généralement loin de la réalité.
Rappel du récent palmarés des écologistes:
Toujours pas de morts chez les consommateurs d'OGM ( En vingt ans
Un bébé mort en Belgique car ses parents avaient imaginé de le nourrir de lait végétal.
a écrit le 19/05/2017 à 17:32 :
..... l'art de racketter les autres nations !
Les yankees sont passés maitres dans cet art : on se demande pourquoi la réciproque n'est pas avérée ???
Réponse de le 20/05/2017 à 16:07 :
Parfaitement d'accord. On attend que l'UE montre vraiment les crocs face à ces rackets à répétition des USA afin de défendre les intérêts des industriels européens sur de tels sujets.
Et si sur l'auto c'est compliqué, jeter le dévolu de rétorsion sur d'autres secteurs sensibles afin de limiter le zèle des juridictions US (avec la possible remise en cause de l'accord climat par Trump, il doit bien y avoir matière...).
a écrit le 19/05/2017 à 13:03 :
Encore une entreprise européenne qui va se faire racketter par l'administration américaine. Ce point avait été soulevé par le seul Fillon durant la campagne de l'élection présidentielle. L'Europe doit réagir et infliger de très lourdes amendes de son coté à des groupes américains. Quand on cherche bien on trouve toujours quelque chose.
a écrit le 19/05/2017 à 10:53 :
Il faudrait tout d'abord savoir sur quoi se base le département américain de la justice pour "envisager" de porter plainte, puisque pour le moment on n'en est même pas au dépôt de plainte.

Idem pour la CE, on aimerait en savoir plus.

Si jamais FCA était innocent (et on sait qu'il est plus difficile et couteux de prouver son innocence que d'admettre une culpabilité, surtout aux USA), il a déjà subit un préjudice important.
Il serait fâcheux qu'un constructeur disparaisse pour cause de rumeurs (provenances?).
a écrit le 19/05/2017 à 9:03 :
Le problème majeur c'est que FIAT a certainement un moins bon réseau politique que VW qui au final s'en est très bien tiré car bien infiltré au sein de l'oligarchie européenne.

Par contre je pense que du coup nous pouvons vraiment craindre pour FIAT et ses nombreux salariés.
a écrit le 19/05/2017 à 8:18 :
Les transalpins n'ont rien à se reprocher. Ces accusations sont pilotés par les allemands
Réponse de le 19/05/2017 à 10:29 :
Comment est ce qu'on peut etre aussi debile?
Réponse de le 19/05/2017 à 13:34 :
Il ne s'agit pas de preuves mais de rumeurs gentillements propagées par une grande marque allemande qui est en grande difficulté.
Réponse de le 19/05/2017 à 17:40 :
Les Allemands connaissent le fort potentiel de FCA, le groupe est en nette progression et cela n'est pas prêt de s'arrêter. C'est le moyen trouvé pour freiner cette hardeur. Mais attention aux retombées si FCA n'est pas en tort, et je suis persuadé que non ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :