Le virus Zika pousse Tata Motors à renommer une de ses voitures

 |   |  257  mots
Le constructeur automobile indien Tata Motors doit présenter cette semaine sa citadine Zica lors du salon Auto Expo 2016 à New Delhi.
Le constructeur automobile indien Tata Motors doit présenter cette semaine sa citadine "Zica" lors du salon Auto Expo 2016 à New Delhi. (Crédits : Tata Motors.)
Le prochain lancement du nouveau modèle de voiture citadine Zica, auquel le constructeur automobile indien a dédié une coûteuse campagne de communication, coïncide avec l'expansion rapide et inquiétante du virus homonyme.

En matière de communication, mieux vaut savoir choisir son moment. Le constructeur automobile indien Tata Motors l'a bien compris et prévoit de changer le nom de sa citadine, la Zica, qui doit être lancée prochainement, afin d'éviter tout rapprochement malheureux avec le virus Zika, en pleine progression, a-t-il indiqué mardi 2 février.

Tata Motors déploie d'intenses efforts de promotion depuis quelques semaines autour de sa petite Zica, diminutif de "Zippy Car", avec le renfort de la star du Barça, Lionel Messi, sollicité pour tourner dans ses films promotionnels. Mais ce lancement intervient au moment où le virus Zika se développe rapidement en Amérique du sud et est soupçonné de provoquer des malformations congénitales.

"Urgence de santé publique de portée mondiale"

"Nous évaluons la situation. Aucune décision n'a encore été prise", a dit Minaro Shah, responsable de la communication de Tata Motors, à l'AFP.

Dans un email envoyé à l'hebdomadaire britannique The Guardian, il explique que le choix de ce nom a été fait "il y a de nombreux mois. Nous ne pouvions pas imaginer alors aucun des événements récents". Le modèle doit être présenté au salon automobile indien Auto Expo 2016 qui ouvre ses portes cette semaine à New Delhi.

L'organisation mondiale de la Santé (OMS) a qualifié lundi d'"urgence de santé publique de portée mondiale" l'épidémie du virus Zika. Le Brésil a déconseillé dans la foulée aux femmes enceintes de venir aux JO cet été.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :