PSA-Opel : questions sur un rachat à haut risque

 |   |  1135  mots
Le rachat d'Opel par PSA pose de nombreuses questions, et les complémentarité ne sont pas évidentes d'un point de vue stratégique.
Le rachat d'Opel par PSA pose de nombreuses questions, et les complémentarité ne sont pas évidentes d'un point de vue stratégique. (Crédits : Statista*)
Le groupe français a confirmé avoir engagé des discussions avec General Motors pour racheter sa filiale européenne Opel. Seulement, cette marque n'est pas au mieux de sa forme, et les complémentarités stratégiques ne vont pas de soi, tandis que PSA est encore en phase de relance de ses propres marques, dont deux encore convalescentes...

Après le divorce, le remariage ? Trois ans après l'échec retentissant du rapprochement entre PSA et Opel, les deux constructeurs automobiles remettent ça. Divulgué par l'agence de presse Reuters, le groupe automobile français a fini par confirmer des discussions avec General Motors en vue d'une fusion avec sa filiale européenne Opel.

Aucun autre détail n'a pu filtrer. Notamment si cette fusion signifiait un retour de General Motors dans le capital de PSA, ou une vente de gré à gré d'Opel. Un vrai sac de nœuds à l'heure où PSA est contrôlé par un trio d'actionnaires qui possèdent chacun 14% du capital : l'État français, le groupe automobile chinois Dongfeng et la famille Peugeot.

Des projets industriels toujours en oeuvre

Le divorce de General Motors et PSA en 2014 n'avait pas mis fin aux projets industriels lancés en commun entre les deux groupes. Ainsi, les trois projets de voitures sont bien mis en œuvre. Opel s'apprête d'ailleurs à lancer le Crossland X qui sera fabriqué à Saragosse, mais qui partagera la même plateforme que le Citroën C3 Aircross (lancement à Shanghai en avril). Un autre crossover de segment C, qui remplacera l'Opel Zafira, sera également conçu sur une base commune. Mais il sera fabriqué dans l'usine PSA de Sochaux. Enfin, la marque allemande confiera à PSA la production de son utilitaire de segment B, dans l'usine de Vigo en Espagne. Dernier volet de ce partenariat, la mise en commun du sourcing, c'est-à-dire la direction des achats, a accompagné le développement de tous ces modèles, ce qui permet de baisser le coût unitaire de fabrication.

Pour Carlos Tavares, le reliquat de cette alliance déchue est un véritable vivier d'économies d'échelles, et il n'a jamais été question de revenir dessus. Bien au contraire. Il semblerait que désormais, il souhaite aller encore plus loin. Celui qui a redressé PSA avec son plan Back to the Race et son fameux "abaissement du point mort de production d'un million de véhicules" (seuil de production à partir duquel PSA gagne de l'argent), a toujours indiqué qu'il souhaitait développer des partages de plateforme dans le cadre du plan Push to Pass. Ainsi, sur la plateforme EMP2, Carlos Tavares veut développer des modèles sur au moins cinq marques : Peugeot, Citroën, DS, mais également la marque du chinois Dongfeng et bientôt peut-être Opel.

Cette stratégie a permis à nombre de constructeurs automobiles de gagner en compétitivité. Chez Volkswagen, la plateforme MQB est partagée entre Volkswagen, Audi, Seat et Skoda avec des volumes autrement plus importants. L'Alliance Renault-Nissan a développé plusieurs marques (Nissan, Renault, Infiniti, Dacia) sur sa plateforme CMF, voire même plusieurs modèles par marque comme les Talisman, Espace, Kadjar, Mégane, Scénic, Koleos pour la seule marque au losange.

Vite des volumes !

Pour PSA, ses trois marques et ses trois millions de véhicules ne suffisaient plus à rattraper son retard. Il faut donc chercher des volumes, quoi qu'en dise (et martèle) Carlos Tavares. Opel, avec ses 990.000 d'unités vendues en Europe peut être une réponse. Mais Opel n'est pas non plus la marque automobile la plus en forme du Vieux continent. General Motors a encore publié des résultats financiers sur son marché européen en fort déficit... En 16 ans d'exercice, l'américain n'a jamais gagné d'argent en Europe, cumulant 15 milliards d'euros de pertes sur cette période. Le groupe américain a beau expliquer que l'exercice 2016 a été plombé par les effets de change consécutifs au Brexit. Certes, la marque a largement réduit ses pertes qui sont passées de 800 millions d'euros en 2015 à 257 millions en 2016 en raison d'une charge de 300 millions d'euros d'effets de change défavorables.

Il n'empêche, la marque Opel revient de loin et n'est pas sorti d'affaires. Pour rappel, l'américain avait tenté de s'en débarrasser en pleine crise financière, non sans polémiques avec le gouvernement allemand, avant de se raviser face à la reprise de la croissance en Europe. Mais la marque allemande rachetée en 1927 n'est jamais parvenue à redresser la barre, et ce malgré quelques succès comme l'Insignia ou la nouvelle Astra, élue voiture de l'année en 2016. Mais en dix ans, Opel a perdu près de 2,5 points de parts de marché, passant de 9% en 2005 avec 1,4 million d'immatriculations, à 6,6% du marché européen. Enfin, Opel dispose d'un appareil productif pléthorique. Le taux d'utilisation de ses capacités de production est de 63% seulement, loin des 71% en vigueur dans le secteur.

Trois marques françaises en convalescence

Pour PSA, l'arrivée d'une marque supplémentaire pourrait s'avérer complexe à gérer sachant que le groupe est en phase de relance de ses propres marques. Celle de Peugeot est déjà bien entamée avec le lancement de plusieurs SUV dont les 3008 et 5008. La relance de Citroën est imminente avec le lancement de deux SUV cette année, mais il lui faudra quelques années avant de retrouver les volumes d'avant crise (930.000 unités en 2006 contre 541.000 en 2016 en Europe, soit 4 points de parts de marché en moins). Enfin, DS dont les ventes ont encore baissé en 2016 de 12% sur le vieux continent affiche un chiffre minuscule de 65.000 voitures vendues... Autrement dit, PSA a-t-il les moyens de se payer un plan de relance supplémentaire ?

"D'autant qu'Opel et les marques de PSA sont sur le même créneau", s'étonne un spécialiste de l'industrie automobile. C'est une façon de dire que Peugeot et Opel sont deux marques qui se veulent généralistes premium, à l'instar de Volkswagen, ce qui laisse peu de complémentarité.

"C'est une opération très européenne, et on a du mal à voir ce qu'Opel peut apporter à PSA que ce soit en termes de brevets ou de technologies", ajoute-t-il. "Il est cependant vrai qu'Opel est bien positionné en Allemagne, là où PSA a toujours pêché, mais également au Royaume-Uni avec Vauxhall", concède notre analyste. "Cette opération ne répondra néanmoins pas à la problématique de pérennité stratégique du groupe PSA sur le long terme", conclue-t-il.

Vers une casse sociale ?

Ce serait donc une opération purement industrielle répondant à une logique de volume. D'ailleurs, le communiqué de PSA publié ce jour confirmant l'information ne dit pas autre chose lorsqu'il évoque les "initiatives stratégiques visant à améliorer sa rentabilité et son efficacité opérationnelle".

Mais voilà qu'apparait un ultime hic. Si cette opération aboutit à des synergies de production, cela se traduira nécessairement par des ajustements de l'outil de production. En pleine année électorale des deux côtés du Rhin et sur fond de populisme, la perspective d'une baisse des effectifs, voire d'une fermeture d'usine, parait hautement improbable...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2017 à 22:24 :
Très bien, PSA est faible en Europe du nord et de l'est !
a écrit le 16/02/2017 à 12:00 :
A part la pépite Empera électric meme pas fabriqué en Europe, Opel ne vaut rien, 4X4 et V6 sont des technologie du passé !
a écrit le 15/02/2017 à 18:54 :
On se demande si la course , par acquisition , aux parts de marché ne va pas etre dans ce cas précis un debut ...de degringolade ...!
a écrit le 15/02/2017 à 17:26 :
économie d'échelles mais surcapacité, il faudra fermer les usines non rentables !
a écrit le 15/02/2017 à 17:24 :
Peugeot Citroën qui ont liquidé sans aucun remord des marques relou à la fiabilité douteuse Panhard, Simca, Matra (snif!) n'ont pas compris les échecs et veulent remettre les mains dans le purin.
Ils feraient mieux de laisser tomber, Opel c'est cher comme toutes les Allemandes et pas fiable comme des Italiennes, et des pièces hors de prix, cette marque est destinée à disparaître, tout au plus servir de sous-traitant aux autres groupes.
J'en ai eu 4 en tout, tellement décotées au 1/4 de prix d'une Peugeot car personne n'en veut, que je me suis contenté de les finir, mais faut être dérangé pour les acheter neuves.
Par contre la version coréenne, j'en ai été super content et pièces à prix coréens, lol! et une fiabilité étonnante.
Réponse de le 15/02/2017 à 18:57 :
Desolé , mais Opel n'est pas une allemande : c'est General Motors , fabriquée en Allemagne . Essayez en une ( il y en a plein les parcs chez les loueurs ) et vous en aurez la confirmation.
Réponse de le 16/02/2017 à 0:15 :
Vous êtes certainement bien jeune pour écrire de telles contre -vérités doublées d'absurdité ! fiabilité douteuse de Panhard et Simca : deux grandes marques et le réseau Peugeot aurait été mieux inspiré lors de l'absorption de Simca de ne pas tout faire pour en tuer la marque qui avait dans sa gamme d'excellentes voitures plus jolies et plus modernes que les modèles de Peugeot : la formidable 1100, les 1301 / 1501 sans oublier la belle Tagora qui valait bien mieux que la 604 ! quand aux italiennes plus fiables que les allemandes ...mieux vaut se taire quand on n'y connaît rien
Réponse de le 16/02/2017 à 9:10 :
@wars,
sans doute j'y connais rien, mais au bout de la 54 ème voiture, peut être un peu,
c'est vrai que pour Panhard une seule, une db ayant fait Le Mans, 2 moteurs, une boîte à même pas 80000 km, excusez-moi du peu.
Simca, une étoile 6 1 moteur changé en un an, puis une magnifique Ariane 4, 2 moteurs en 2 ans, quand on est montés au cap Nord, moteur hs à Bergen, tout ça à même pas 120000 km, revenus à 60 kmh maximum.
L'aventure Simca s'est arrêtée la,mais au moins avant elle étaient belles!
Par contre chez Citroën et Peugeot zéro casse, sauf une ax diésel, la 404 pick-up revendue à 300000 km, même les 2 hy ont toujours démarré et roulé , pourtant moteurs de traction, aucun cardan sur Citroën. quand aux ds et 2cv pas la peine d'en parler zéro pannes en 200000km et revendues.
Je reconnais que la qualité actuelle reste à désirer chez peugeot citroën, les moteurs tiennent mais cardans, alternateurs, roulements de roues, suspensions arrière (pont à changer) embrayage, électronique ça craint, plus le garage est rare et cher et plus ça tombe en panne.
a écrit le 15/02/2017 à 14:59 :
la mariée est elle belle ? boite auto double embrayage récente, Empera électrique 500 km dans le panier ? plateforme 4X4, moteur 6 cylindres pas très futurstes, etc.... !
a écrit le 15/02/2017 à 10:06 :
PSA devra fermer une usine Opel en Allemagne sur les 3 existantes après 2017, 10 usines pour seulement 1 millions de véhicules produits c'est trop puis avec la chute de la livre les usine britanniques sont redevenues compétitives ! Mais peut etre 2 usines de trop chez Opel avec la dizaine déjà existantes chez PSA !
Réponse de le 15/02/2017 à 17:51 :
Les usines britanniques auront, pour cause de brexit, beaucoup de mal à exporter vers l'UE, sauf accord de libre échange pour le secteur automobile. A défaut d'accord d'ailleurs, à ^part peut être quelques marchés de niche (Bentley, Rolls Royce, Aston Martin, Jaguar, Land Rover), l'automobile britannique est condamnée.
a écrit le 15/02/2017 à 9:12 :
On peut penser qu'en cas de reprise d'Opel par PSA, les surcapacités seront principalement réglées par la fermeture des 2 usines britanniques de Vauxhall qui emploient 2700 personnes et dont les exportations vers l'UE, principal marché d'Opel Vauxhall, vont devenir problématiques alors que le marché domestique britannique est appelé à fléchir compte-tenu de l'inéluctable diminution du pouvoir d'achat des ménages britanniques.
Réponse de le 16/02/2017 à 13:10 :
Je pense que psa devra fermer Vauxhall, comme GM devra fermer Holden en australie.
Produire des modèles en australie pour holden pour un si petit marché n'a pas de sens, quand à vauxhall ce ne sont que des opel rebardgées, même les noms sont désormais semblable ce qui n'était pas le cas dans les années 80.
Vauxhall est condamné, tout comme GM a liquidé Pontiac, Géo, Oldsmobile et chrysler a liquidé plymouth, et ford , aux usa, mercury..

Trop de coûts , simples ford rebadgés les mercury, aucun intérêt...
a écrit le 15/02/2017 à 8:57 :
L État a dû faire un effort exceptionnel pour acquérir ses 14%. A-t-il à présent la capacité à participer à une augmentation de capital???
Réponse de le 15/02/2017 à 9:16 :
l"état devrait au contraire en profiter pour sortir du capital de PSA et s'y faire remplacer par GM en contrepartie de l'apport d'Opel. Les quelques 2,2 milliards d'€ que l'état pourrait en récupérer permettrait de réduire un peu l'endettement public;
Réponse de le 15/02/2017 à 16:28 :
@bruno_bd
GM au capital de PSA...on a vu le résultat la dernière fois...PSA enjoint de quitter l'Iran et fin de la coopération avec BMW dans les moteurs.
Réponse de le 15/02/2017 à 17:54 :
PSA a quitté l'Iran à cause de l'embargo international qui a eu une certaine efficacité, pas à cause de son actionnariat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :