Pirelli revient à la Bourse de Milan, ChemChina ne sera plus majoritaire

 |   |  365  mots
Pirelli revient à la Bourse de Milan après deux ans d'absence.
Pirelli revient à la Bourse de Milan après deux ans d'absence. (Crédits : Reuters)
L'entreprise pourrait lever 3,3 milliards d'euros lors de son introduction prévue le 4 octobre, soit la plus importante levée de l'année en Europe. Aucun des actionnaires actuels ne compte y participer, ce qui diluera leur part dans le capital. ChemChina qui détient 65% des parts, pourrait ainsi tomber sous la barre des 47%.

"Personne n'est pressé de vendre", a déclaré Marco Tronchetti Provera, administrateur délégué de Pirelli, le fabricant italien de pneus. Autrement dit, les actionnaires historiques du fabricant italien de pneumatiques ne profiteront pas de l'introduction en Bourse pour sortir du capital. Pirelli, qui avait quitté la cote en 2015 après une OPA conduite par ChemChina via le holding Marco Polo, pourrait devenir la plus grosse introduction en Bourse de l'année en Europe avec 3,3 milliards d'euros levés.

La première cotation est prévue pour le 4 octobre, et le prix sera définitivement fixé le 29 septembre. Pour l'instant, le groupe s'est contenté d'indiquer qu'il comptait introduire entre 35% et 40% de son capital avec une fourchette de prix de 6,3 à 8,3 euros par action.

Aucun actionnaire ne vendra

Ni le groupe pétrolier russe Rosneft, ni le holding italien Camfin n'ont indiqué qu'ils changeraient de position dans le capital de Marco Polo (qui détient 100% de Pirelli). Ainsi, Rosneft verra sa part diminuer pour atteindre entre 5 et  6,6% du capital. Il est également tenu par une clause de lock-up (interdiction de cession) de 180 jours après la cession. De son côté, le consortium conduit par Camfin accompagné les banques Unicredit, Intesa Sanpaolo verront leur participation passer de 22% à 10%-12%, selon les résultats de lopération.

De son côté, ChemChina a annoncé qu'il allait également laisser sa part être diluée. Le groupe de chimie chinois, qui avait racheté 65% du capital il y a deux ans, pourrait ainsi passer sous la barre des 47% des parts.

La fourchette de prix représente 11,3 à 14,9 fois le bénéfice 2018 estimé de Pirelli, un multiple supérieur à ceux des concurrents Michelin et Continental - de l'ordre de 11 - mais inférieur à celui du finlandais Nokian, dont les pneus d'hiver haut de gamme et la situation financière positive lui assurent un ratio élevé de 15,7.

Pirelli se positionne également comme un pneumaticien haut-de-gamme avec ses pneus destinés aux voitures sportives vendues sur des Audi, des BMW, des Mercedes, ou encore sur des Jaguar. L'entreprise avait envisagé revenir en Bourse au premier semestre 2018, mais ses résultats positifs et des conditions de marché favorables l'ont conduite à accélérer le processus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :