Voitures électriques : Ford dévoile (aussi) ses brevets

 |   |  349  mots
Avec l’ouverture de ses brevets sur la voiture électrique à la concurrence, Ford espère le développement de ces technologies alternatives dans le secteur de l’automobile.
Avec l’ouverture de ses brevets sur la voiture électrique à la concurrence, Ford espère le développement de ces technologies alternatives dans le secteur de l’automobile. (Crédits : © Heinz-Peter Bader / Reuters)
Le constructeur automobile Ford a annoncé, le jeudi 28 mai, l’ouverture de ses brevets à la concurrence pour accélérer son développement sur le marché des voitures électriques et hybrides.

Après Tesla et Toyota, c'est au tour de Ford d'ouvrir à la concurrence ses brevets sur les technologies des véhicules électriques. Ainsi, un portefeuille de 650 brevets dont 450 déposés en 2014, soit 20% de la totalité de ces brevets, vont être mis à la disposition des autres marques. Enfin presque ... puisque les constructeurs devront tout de même payer une licence. Batteries, comportement du conducteur, système de freinage, les thèmes de ces brevets couvrent un large panel.

Pour le constructeur automobile, ce partage des technologies permettra le développement et la promotion des voitures, utilisant des technologies alternatives :

« En tant qu'industrie, nous nous devons de collaborer ensemble tout en restant en concurrence », explique Kevin Layden, le directeur des programmes électriques chez Ford. « En partageant nos idées, les compagnies peuvent réussir de plus grands défis et permettre le développement de l'industrie », conclut-il dans un communiqué de presse du groupe.

Toyota et Tesla ont déjà proposé leurs brevets

Une telle démarche n'est pas nouvelle. Le 12 juin 2014, Tesla lance la tendance avec un post du patron, Elon Musk, sur son blog, intitulé "Tous nos brevets vous appartiennent". Une décision singulière qui provoque la stupéfaction générale. Le fabricant de voitures électriques haut de gamme décide de partager ses brevets afin d'augmenter sa production de véhicules électriques, et assure qu'il n'engagera "aucune poursuite pour la protection de ses brevets contre quiconque utilise notre technologie de bonne foi":

« Nous croyons que Tesla, les autres constructeurs de véhicules électriques et le monde gagneront à avoir une plateforme commune pour ces nouvelles technologies qui évoluent très vite », avait ainsi déclaré Elon Musk, le Pdg du groupe.

En janvier, c'est au tour du nippon Toyota d'annoncer que les autres constructeurs automobiles peuvent consulter gratuitement son catalogue de 5.680 brevets portant sur les piles à combustible hydrogène, jusqu'en 2020. Pour la marque, il s'agit de développer  cette technologie sur le marché automobile. Le 17 novembre, Toyota a d'ailleurs lancé la Mirai -qui signifie "futur" en japonais-, une berline à pile à combustible, première voiture du genre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :