La Tribune

Le chilien Madeco en passe de détenir 20% de Nexans

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
latribune.fr  |   -  347  mots
Le fabricant français de câbles a annoncé ce lundi un accord permettant à Madeco de porter sa participation de 9% à 20% dans son capital, afin de l'aider à participer à la consolidation du secteur.

Nexans organise la montée de Madeco dans son capital. Nexans, qui a renoncé à racheter le néerlandais Draka en novembre 2010, souhaite avoir dans son tour de table un actionnaire stable, pour l'aider à "pourvoir des fonds" en cas d'acquisition, a déclaré le PDG du groupe Frédéric Vincent lors d'une conférence téléphonique.

Il a toutefois écarté l'idée que Nexans ait conclu cet accord, signé dimanche soir, dans la crainte de devenir à son tour une cible. "En aucun cas, nous n'avons été approchés par un acquéreur. Cette mesure ne présente pas un caractère défensif", a-t-il souligné.

Madeco, entré au capital de Nexans en 2008, dispose de dix-huit mois pour porter sa participation dans Nexans à 15%. A partir de cette date, l'accord est prévu pour durer dix ans.

Nexans se réserve toutefois la possibilité de mettre fin à l'accord si, au bout de trois ans, Madeco détenait moins de 20% ou plus de 22,50% de son capital. Frédéric Vincent a également précisé que Madeco augmenterait sa participation "progressivement" en achetant des actions sur le marché.

Le Fonds stratégique d'investissement (FSI) détient 5% de Nexans et Deutsche Bank 4%. Nexans proposera en outre à l'assemblée générale (AG) du 31 mai prochain l'octroi d'un deuxième siège d'administrateur à Madeco, puis d'un troisième proposé à l'occasion d'une autre AG dès que le chilien détiendra 15% de son capital.

A cette deuxième AG sera également soumise aux actionnaires la suppression dans les statuts des droits de vote double et de la limitation des droits de vote à 8% et sur l'introduction dans les statuts d'une limitation à 20% des droits de vote exprimés en séance pour toute résolution portant sur des opérations structurantes, telles que des fusions et des augmentations de capital significatives.

"Cette disposition statutaire est destinée, compte tenu des quorums constatés, à prévenir un droit de veto de fait de la part d'un actionnaire détenant plus de 20% du capital, elle est donc dans l'intérêt de l'ensemble des actionnaires", explique Nexans.

Réagir