Il y a 3,8 millions de mal-logés en France, selon la fondation Abbé Pierre

 |   |  415  mots
Plus largement, la fondation Abbé Pierre recense 15 millions de personnes touchées.
Plus largement, la fondation Abbé Pierre recense 15 millions de personnes touchées. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le dernier rapport de la fondation Abbé Pierre recense 300.000 mal-logés de plus qu'il y a un an, et dénombre 141.500 SDF.

Publié jeudi 28 janvier, le 21e Rapport sur le logement de la fondation Abbé-Pierre évoque encore une fois une réalité accablante. Il assure que 3,8 millions de personnes sont mal-logées, contre 3,5 millions un an plus tôt.

Dans le détail, la fondation recense 141.500 personnes sans domicile, 25.000 résidant principalement dans des chambres d'hôtels, 85.000 vivant dans des habitations de fortune, et 643.000 personnes en hébergement "contraint" chez des tiers. En outre, 2.090.000 sont privés de confort -pas d'eau courante, de douche, de WC intérieur, de coin cuisine, de moyen de chauffage ou de façade très dégradée-. et 934.000 vivent très à l'étroit -il leur manque au moins deux pièces par rapport à la norme de peuplement-.

Plus largement, elle estime que 15 millions de personnes sont touchées par la crise du logement (12,1 millions fragilisées par rapport au logement, en plus des 3,8 millions de mal-logés).

Mal-logement et mauvaise santé

Le rapport, en citant  l'OFCE, explique que les personnes mal logées ont plus de risques  (+40 %) de se déclarer en mauvaise santé. Ces risques sont encore accrus (+50 %) pour celles en situation de précarité énergétique.

La fondation reproche entre autres au gouvernement d'avoir failli à sa mission en ce qui concerne les logements sociaux. Au lieu des 150 000 logements sociaux attendus, seuls 109 000 ont été financés en 2015.

NB : le rapport de la fondation Abbé Pierre s'est basé sur "une exploitation inédite" de l'enquête Logement 2013 de l'Insee et du suivi des politiques du logement de l'année écoulée.

___

Le "Pacte pour l'accès au logement des sans-abri" de Louis Gallois

Par ailleurs, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars), qui regroupe 870 associations, veut proposer un nouveau "Pacte pour l'accès au logement des sans-abri", à l'occasion de ses Assises mardi et mercredi à Paris. La Fnars, présidée par Louis Gallois, présente à cette occasion un bilan des mesures présentées en 2015 par le gouvernement ainsi que 39 propositions pour améliorer la situation.

"La logique urgentiste de création de places de mise à l'abri et d'hébergement précaire, sans accompagnement global ni perspective de sortie vers le logement persistent", regrette la Fnars. Réclamant un "changement structurel des politiques d'accès au logement", la fédération propose notamment de toujours donner la priorité à l'accès au logement stable, de renforcer le droit à l'accompagnement et de prévenir les expulsions locatives le plus en amont possible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2016 à 0:22 :
On n'y peut rien, c'est la modernité !
a écrit le 29/01/2016 à 9:38 :
Normal qu'il y ait autant de mal logés, tous les ans arrivent en France 2 à 300.000 personnes (regroupement familial, demandeurs d'asile, légaux, clandestins), qui viennent s'ajouter à ceux déjà là. Pas de travail, pas de logements, impossibilité d'intégration car cultures différentes, le problème va s'accentuer au point de devenir explosif. La France est devenue un moulin à vent ou n'importe qui peut entrer et faire n'importe quoi sans risque de se faire expulser et tout cela, sans que les Français aient été consultés une seule fois...! La dictature de la pensée unique mène ce pays à la ruine sans que quiconque ose arrêter le désastre qui se profile...!
Réponse de le 29/01/2016 à 20:48 :
A Nanterre, on offre des logements neufs à cette population avec tout les aides qui vont avec.
Avec bien sûr vos impôts.
a écrit le 29/01/2016 à 5:53 :
Le logement social n'a pas de gestion rigoureuse, il est soumis à
la politique du Maire en place qui s'en sert pour des "quotas"
dans le seul but de futurs votants. Les lois de réhabilitations
tous les 10 ans ne sont pas appliquées, les institutions :
justice, préfecture,conciliations restent muettes lorsqu'il
y a des conflits locataires ou des demandes urgentes
de réparations (dégâts des eaux...toitures lézardées...etc)
Les devoirs du locataire ne sont ni lus, ni expliqués... ce
qui fait que le civisme y est négligé...L'état s'en lave les
mains du moment qu'il arrive à en "caser" quelques uns.
Négligence quand tu nous tiens ! faisant de beaucoup de
quartiers des lieux infréquentables et aboutissant à ce que
la classe "bobo" et "bourgeoise" s'enorgueillit de ne pas
être mélangée avec tous ces "misérables". Triste constat
de ceux qui ont les moyens et de ceux qui n'en ont pas !
Cet état d'esprit, j'appelle cela du snobisme...Il y a des
actions à mener mais aucun bénévolat. Quant aux
associations, à part de bonnes pensées, très peu d'actes.
a écrit le 28/01/2016 à 21:53 :
La France devient une friche et la misère se répand ;

Hollande Valls s'en frichent complètement, tout comme Sarkozy Fillon avant eux ;
a écrit le 28/01/2016 à 17:15 :
Magnifique,notre incapacité à construire!!!
Chaque maire est responsable de cette situation,bien entendu à plus ou moins ,car
Pourquoi se préoccuper de gens de peu,quand on dirige une ville riche?
Pourquoi faire des logements en des lieux ou le tissu électoral risque d’être froissé??diable ma réélection en prendra un coup?
pourquoi,livrer mes friches,mes taudis,mes terrains nus à des promoteurs,quand la municipalité cherche à privilégier les pavillons ou demeures bourgeoises??
Alors on actionne à tour de bras les PLU et autres textes pour éviter le béton!!!
Merci qui????
a écrit le 28/01/2016 à 17:12 :
3,8 million de mal-logés ? par rapport à quoi ? par rapport à ce qu'ils avaient dans leur brousse africaine ou leur favelas, où ils vivaient dans eau sans électricité , couchés à même le sol ! maintenant ils sont des millions à bénéficier de logements qui ne sont certes pas de grand confort mais qui sont 1000 fois mieux que ce qu'ils avaient chez eux , en plus , l'hôpital , l'école est gratuite pour eux et ils touchent même des allocations diverses et variées ! quand on voit des reportages TV où on voit des gens qui se plaignent de l'humidité où de locaux dégradés , on a envie de leur dire , retournez chez vous et au minimum , prenez vous par la main pour remettre en état ce logement qui vous est fourni gratos ! c'est comme Emmaus qui demande des volontaires pour aider à la distribution , alors que tous ces gens qui viennent remplir leur sac ne sont même pas foutus de donner la main pour les manutentions et ne pas compter sur un merci ! alors que la plupart sont chômeurs et rien d'autre à faire que de tendre leur sac à provisions
a écrit le 28/01/2016 à 14:50 :
Il faut bien que ceux qui n'ont pas de sens personnel à leur vie trouvent des "causes" pour se donner l'illusion d'exister...
a écrit le 28/01/2016 à 14:29 :
cela semble être pire au UK d'après cet article sur l'étude Poverty & Social Exclusion de l'Université de Bristol : http://www.theguardian.com/society/2014/jun/19/poverty-hits-twice-as-many-british-households
18 millions de britanniques qui n'ont pas de logement décent. 33% des ménages ayant des conditions de vie non décentes.
Réponse de le 28/01/2016 à 16:46 :
En parlant de condition de vie en UK:

Faute de trouver un dentiste appartenant au National Health Service (NHS), le système public britannique, certains Anglais n'hésitent pas à s'arracher eux-mêmes des dents ou à se faire un détartrage avec un tournevis. C’est ce que révèle lundi une étude menée auprès de 5.212 personnes résidant en Angleterre.
Les témoignages horrifiques, cités dans la presse, s’y succèdent : «J'ai dû m'arracher quatorze dents avec des pinces», témoigne une personne interrogée. «Je me suis arraché une dent. C'est plus facile que de trouver un dentiste», a répondu une autre. «J'ai bouché une dent avec du mastic», admet un patient, tandis qu'un autre dit avoir recollé une couronne avec de la colle extra-forte et un troisième avoir utilisé un tournevis pour enlever la plaque dentaire.Le sondage révèle que 6% des personnes interrogées disent avoir dû se soigner elles-mêmes car elles n'arrivaient pas à trouver un dentiste appartenant au NHS et ne pouvaient opter pour le système privé, dont le coût est plus élevé. «J'ai vraiment essayé de trouver un dentiste» dans le système public, témoigne Valerie Halsworth, 64 ans, sur la chaîne de télévision GMTV. «C'était devenu tellement douloureux qu'il a bien fallu que je fasse quelque chose», a-t-elle ajouté.
La sexagénaire a alors pris son courage à deux mains... et une pince dans la trousse à outils de son mari. L'opération a été très douloureuse, admet-elle, «mais une fois qu'on a enlevé la dent... on n'a plus mal». Depuis, Valerie Halsworth ne cherche même plus à trouver un dentiste. Elle s'est arrachée elle-même six autres dents.
a écrit le 28/01/2016 à 13:17 :
Aïe aïe aïe, Lémarché est quand même en forte baisse malgré cette bonne nouvelle, même la misère du monde ne semble plus lui donner le regain qu'elle lui donnait autrefois...
a écrit le 28/01/2016 à 12:22 :
Ca ne doit pas concerner les bobos de gauche et leurs chefs!
Réponse de le 28/01/2016 à 13:45 :
Pourquoi le gouvernement socialiste s'inquièteraient de gens qui ne votent jamais pour lui (qui ne votent pas en fait) ?
Réponse de le 28/01/2016 à 16:48 :
Alors imagine, la bourgeoisie provinciale de droite et leur chef
a écrit le 28/01/2016 à 11:55 :
Le plus fort c est que le logement est particulierement subventionne par l etat (APL, PTZ, Pinel ...). Mais on peut pas avoir a la fois une politique d elogement cher pour faire plaisir aux papy boomers et loger une population plus jeune qui elle gagne de moins en moins en travaillant pour cause de concurrence d autres pays et d augmentation d impots (ben oui, il faut bien payer ledits PTZ, les cures, les retraites, les soins medicaux ... mais aussi les gabegies du type windows francais)
a écrit le 28/01/2016 à 11:44 :
Superbe réussite de notre modèle de société "anti-sociale" car chaque année, la situation empire. Ceci est voulu, organisé par nos chers élus. Qui n'ont rien compris depuis 40 ans les problèmes des français et des françaises.
a écrit le 28/01/2016 à 11:41 :
et pres de 78000 logements HLM vides en France ...
Sans compter tous ceux qui sont occupes par complaisance
a écrit le 28/01/2016 à 11:26 :
Une bonne nouvelle qui devrait redonner de la confiance à Lémarché. Merci.
a écrit le 28/01/2016 à 10:19 :
Ce n'est pas le problème de la classe politique et de ses affidés, qui elle, est parfaitement bien logée, en partie d'ailleurs dans les logements de ceux qui n'en n'ont pas, donc tout va bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :