La Tribune

Le géant Abbott assigné en justice par des salariés français

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alexandra Caccivio, à Dijon  |   -  442  mots
Une cinquantaine de salariés des Laboratoires Fournier, rachetés en 2009 par le géant de la pharmacie mondiale, ont été reçus jeudi par le PDG d'Abbott France. Ils dénoncent un plan social sans motif économique valable

Une cinquantaine de salariés des Laboratoires Fournier, venus de Dijon (Côte-d'Or), ont manifesté ce jeudi devant le siège social d'Abbott France, à Rungis, où ils ont été reçus par le PDG, Denis Hello. Ils dénoncent le plan social décidé en novembre dernier par le groupe américain qui, en 2009, s'était porté acquéreur des Laboratoires Fournier (310 salariés à Dijon et à Suresnes). Ils s'appuient sur le rapport présenté par le cabinet d'expertise-comptable Syndex le 27 mars en comité d'entreprise, qui révèle, notamment, l'excellente santé financière d'Abbott et, par voie de conséquence "l'absence de motif économique valable tel que l'exige la législation française", selon un communiqué de presse diffusé par la CFDT.

Les syndicats et le comité d'entreprise ont d'ailleurs décidé, il y a quelques jours, d'assigner Abbott en justice, saisissant le tribunal de grande instance de Dijon. "L'audience est prévu début juin", indique le délégué CFDT, Jacques Amiot, qui se dit déçu par les réponses apportées jeudi matin par la direction d'Abbott France. "La direction reste sur ses positions", dit-il.

"Aristocrate du dividende"

Depuis 2006, "le chiffre d'affaires d'Abbott a augmenté de 58 %", relève Jacques Amiot, citant le rapport de Syndex. Son résultat net a crû de 68 % et le résultat par action de 65 %. "Goldman Sachs prévoit une croissance vigoureuse et continue du bénéfice net du groupe Abbott, qui devrait passer de 6,5 milliards de dollars en 2010 à 10,5 milliards de dollars en 2016". Sur la même période, le bénéfice par action devrait progresser de 62 %, "ce qui conforte son titre 'd'aristocrate du dividende' selon l?indice Standard & Poor?s 500".

"La fermeture des Laboratoires Fournier ne répond pas à une logique financière, rappelle de son côté la porte-parole d'Abbott France, Fanny Allaire. Elle répond à une stratégie de l'entreprise, qui veut recentrer sa recherche sur les biotechnologies, la neurologie et l'infectiologie".

Le projet de reprise d'une partie de l'activité par trois des cadres des Laboratoires Fournier, lui, est suspendu à ces nouveaux événements. Frédéric Cren, Jean-Luc Paquet et Pierre Broqua prévoient de reprendre, dans la SAS Inventiva, 102 personnes. "Tant que cela ne fait que retarder notre projet, c'est gérable, dit Frédéric Cren. Mais si la situation devait s'enliser, le projet risque de ne plus se faire, l'accord conclu avec Abbott prévoyant le transfert au plus tard en septembre". "Aujourd'hui, une solution a été trouvée pour les deux tiers des collaborateurs", souligne Fanny Allaire, qui souhaite que les négociations reprennent au plus vite pour le déploiement du PSE.

Réagir