Une première ! Un Français bientôt à la tête de Takeda premier groupe pharmaceutique japonais

 |   |  613  mots
Christophe Weber sera le premier étranger à occuper une telle fonction dans l'histoire de Takeda, une entreprise vieille de 230 ans basée à Osaka.
Christophe Weber sera le premier étranger à occuper une telle fonction dans l'histoire de Takeda, une entreprise vieille de 230 ans basée à Osaka. (Crédits : Reuters)
C'est une nomination rarissime au Japon. Le premier groupe pharmaceutique japonais Takeda va proposer la nomination d'un étranger, le Français Christophe Weber, un haut dirigeant chez GlaxoSmithKline, comme prochain PDG. Ce sera le premier étranger à occuper cette fonction dans cette entreprise vieille de 230 ans.

Le premier groupe pharmaceutique japonais Takeda a annoncé samedi qu'il allait proposer la nomination d'un étranger, le Français Christophe Weber, cadre de GlaxoSmithKline (GSK), comme prochain PDG, fait rare pour une entreprise japonaise de premier plan. Le conseil d'administration de Takeda Pharmaceutical, qui a réalisé plusieurs acquisitions à l'étranger au cours des dernières années, a approuvé la nomination de Christophe Weber, 47 ans, comme directeur de l'exploitation et sa désignation comme candidat au poste de prochain directeur général.

Actuellement président de la division Vaccins de GSK, Christophe Weber sera ainsi le premier étranger à occuper une telle fonction dans l'histoire de Takeda, une entreprise vieille de 230 ans basée à Osaka. Christophe Weber rejoindra Takeda en tant que directeur de l'exploitation d'ici avril 2014 et sa candidature à la présidence sera soumise à l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires en juin, a précisé Takeda dans un communiqué. "Nous comptons beaucoup sur M. Weber pour améliorer et accelérer la mise en oeuvre de stratégie mondiale de Takeda", a déclaré l'actuel PDG du groupe, Yasuchika Hasegawa, cité dans le communiqué.

Ancien patron de GSK France

Christophe Weber, qui a fait ses études à l'université de Lyon, a occupé diverses fonctions de direction au sein du groupe britannique GSK en Europe, aux Etats-Unis et dans la région Asie-Pacifique. Il a notamment été PDG de GSK France entre 2003 et 2008.

Takeda est présent dans plus de 70 pays depuis qu'il a acquis en 2011 son grand rival suisse Nycomed pour 14 milliards de dollars. Dans les grandes entreprises japonaises, les dirigeants étrangers sont rares : Carlos Ghosn, PDG du groupe français Renault et du Japonais Nissan, est l'un des plus connu.

Baisse des ventes du médicament vedette Actos

Au premier semestre, le premier groupe pharmaceutique japonais a fait état fin octobre d'une chute de 46 % sur un an de son bénéfice net à cause de la baisse des ventes du médicament vedette Actos et de l'absence d'éléments exceptionnels qui avaient soutenu le résultat un an plus tôt. Entre le 1er avril et le 30 septembre dernier, Takeda a dégagé un profit de 64,71 milliards de yens (482 millions d'euros), contre 119,8 milliards un an auparavant.

Son chiffre d'affaires semestriel a cependant augmenté de 5,3 %, à 828,34 milliards de yens (6,2 milliards d'euros), grâce à l'introduction réussie en mai 2012 du traitement contre l'hypertension Azilva sur le marché japonais, ainsi qu'à l'acquisition du laboratoire américain URL Pharma et à la hausse des devises étrangères face au yen. Son bénéfice d'exploitation semestriel a en revanche chuté de 7,9 ,% à 99,98 milliards de yens (745 millions d'euros) à cause de frais supplémentaires hors du Japon en partie dus à ces mouvements des monnaies.

Des bénéfices en repli sur l'exercice annuel

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe a toutefois maintenu ses prévisions. Entre le 1er avril 2013 et le 31 mars 2014, Takeda s'attend toujours à dégager un bénéfice net de 95 milliards de yens, en repli de 27,6 % sur un an, à cause du contre-coup de rentrées non récurrentes l'année précédente. Son bénéfice opérationnel devrait cependant grimper de 14,3%, à 140 milliards de yens, tiré par une progression de 7,9% de son chiffre d'affaires, à 1.680 milliards de yens du fait de l'apport d'un laboratoire acquis en mai.

"Malgré la chute des ventes d'Actos aux États-Unis provoquée par l'entrée de son brevet dans le domaine public, le chiffre d'affaires devrait augmenter grâce à la hausse des ventes de Nesina (antidiabétique) et d'Azilva (hypertension) au Japon, de Dexilant (reflux gastro-oesophagien) et d'Uloric (hyper uricémie) aux États-Unis et de la montée des ventes sur les marchés émergents", a expliqué Takeda

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2013 à 10:47 :
Tous ces commentateurs qui le critiquent sont des jaloux eux-même incompétents. Heureusement, quand le chien aboit, la caravane passe quand même.
a écrit le 02/12/2013 à 12:39 :
La France, pays de cocagne de l'industrie pharmaceutique, Takeda se prépare à exporter vers notre eldorado ?
a écrit le 01/12/2013 à 15:05 :
Non mais c'est quoi ces commentaires, si nous les Français nous sommes champion du monde pour se mesestimer, je ne pense pas que les japonais sont des truffes. Ne vous inquiétez pas, ils ont passé au microscope ce monsieur avant de lui offrir le poste, surtout pour une société historique. Il ne doit quand même pas être si naze ce type, au contraire soyons fier d'exporter nos meilleurs éléments.
Réponse de le 01/12/2013 à 15:25 :
+10000000000000!
Réponse de le 02/12/2013 à 12:57 :
Ce monsieur comme vous dites ne va pas manquer à la France, lui il regarde l'épaisseur de son porte feuille et il a bien raison et vous vous en êtes encore là à un moment de fierté alors que lui il s'en tape. Bonjours les naïfs qui on oublié dans quel monde nous vivons c'est votre droit de crier cocorico.
a écrit le 01/12/2013 à 12:35 :
L'Hémorragie continue, je parle des cadres qui foute le camp de France et ce n'est pas fini.
a écrit le 01/12/2013 à 10:07 :
Quand on voit les résultats des managers français qui ne savent que réduire des coûts et pas imaginer un avenir de croissance alors pauvres japonais !...
Réponse de le 01/12/2013 à 11:17 :
Vous avez raison on va pouvoir exporter notre manque de savoir faire. Christophe Weber va conduire ce fleuron japonais directement dans le mur.
Réponse de le 01/12/2013 à 13:38 :
Encore un spécialiste...
a écrit le 01/12/2013 à 9:20 :
Occasion rêvée pour Montebourg de proposer un site au géant japonais..On peut toujours rêver. Les multinationales pharma ont leur siège français en général à Rueil-Malmaison et c'est tout !
a écrit le 01/12/2013 à 0:27 :
Comme quoi pour réussir, il faut manger sushi et sashimi au wasabi :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :