Diabète : la société commune de Sanofi et Google autorisée par l'UE

 |   |  283  mots
"En tant que leader mondial dans le traitement du diabète, nous avons à la fois le devoir et l'engagement de proposer des solutions intégrées aux personnes atteintes de cette maladie", avait expliqué Sanofi.
"En tant que leader mondial dans le traitement du diabète, nous avons à la fois le devoir et l'engagement de proposer des solutions intégrées aux personnes atteintes de cette maladie", avait expliqué Sanofi. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Combinant les compétences de Sanofi dans le diabète et celle de Google en matière de technologie et d'analyse, la société offrira des services pour la gestion et le traitement du diabète. Selon la Commission européenne, sa création ne viole pas le droit de la concurrence.

L'alliance annoncée le 31 août 2015 par Sanofi avec la division Sciences de la vie de Google n'entrave pas la concurrence dans l'UE. C'est pourquoi la Commission européenne a révélé mercredi 24 février avoir approuvé la création d'une société commune entre le laboratoire français Sanofi et le géant américain de l'internet, qui offrira des services pour la gestion et le traitement du diabète.

Selon le communiqué de la Commission, cette société commune pourrait aussi commercialiser certains produits tels que des appareils mesurant le taux de glucose, des pompes à insuline et de l'insuline.

"Le potentiel de transformer le traitement du diabète"

Au moment de l'annonce de cette alliance, Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi, avait déclaré:

"Cette initiative combine les atouts et le savoir-faire de Sanofi dans le diabète avec le leadership de Google en matière de technologie et d'analyse, afin de lancer une initiative unique en son genre ayant le potentiel de transformer le traitement du diabète".

Il avait expliqué:

"En tant que leader mondial dans le traitement du diabète, nous avons à la fois le devoir et l'engagement de proposer des solutions intégrées aux personnes atteintes de cette maladie".

    | Lire aussi: Sanofi: 7,4 milliards d'euros de profits malgré une activité diabète dans le rouge

De son côté, Andy Conrad, directeur général de la Division Sciences de la vie de Google, avait observé:

"Avec l'arrivée de nouvelles technologies permettant de suivre en continu et en temps réel l'état de santé des patients, nous pouvons envisager des méthodes plus 'proactives' et efficaces de contrôle du diabète."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :