Diabète : Novo Nordisk confirme sa suprématie devant Sanofi

 |   |  361  mots
Désormais, le groupe danois Novo Nordisk revendique 47% du marché mondial de l'insuline.
Désormais, le groupe danois Novo Nordisk revendique 47% du marché mondial de l'insuline. (Crédits : REUTERS/Radu Sigheti)
Déjà numéro 1 dans le marché du diabète en 2014, Novo Nordisk a enregistré un bénéfice record et son chiffre d'affaires a bondi de 22%, alors que son principal concurrent dans ce secteur est en perte de vitesse.

Alors que la plupart des big pharmas s'inquiètent de leur croissance inférieure à la moyenne dans le marché des médicaments, l'une d'entre elles se frotte les mains. Le laboratoire pharmaceutique danois Novo Nordisk a annoncé mercredi 3 février un nouveau bénéfice net record, à 4,67 milliards d'euros, en progression de 32% par rapport à 2014. Et son chiffre d'affaires a augmenté de 22%, à 107,9 milliards de couronnes (14,5 milliards d'euros).

Désormais, le groupe danois revendique 47% du marché mondial de l'insuline. Dans l'avenir, Novo Nordisk estime qu'il traitera 40 millions de personnes, contre 24 millions en 2014. Par ailleurs, il reste leader dans le marché du diabète. Et selon les chiffres du cabinet EY (ex-Ernst & Young), il le sera toujours en 2020.

Les parts des laboratoires pharmaceutiques dans le marché du diabète et les prévisions (EY).

Le laboratoire pharmaceutique danois profite de la progression continue du diabète dans le monde."Le marché n'est pas prêt de ralentir, les prévisions actuelles du marché montrent une croissance significative du nombre de personnes développement la pathologie", explique le cabinet de conseil Idea pharma à La Tribune. Dans le détail, selon la Fédération internationale du diabète, 387 millions de personnes âgées de 20 à 79 ans vivait avec le diabète en 2014, en 2035 elles seront 592 millions.

Novo Nordisk, une stratégie modèle ?

De plus en plus de gros laboratoires pharmaceutiques s'oriente vers une stratégie proche de celle de Novo Nordisk qui tire 85% de ses revenus des traitements contre le diabète et l'obésité en 2015. Depuis peu, les big pharmas stoppent leur stratégie de diversification.

C'est le cas notamment de Sanofi, son principal concurrent, qui connait un fort ralentissement dans le marché du diabète. Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires du laboratoire français dans cette activité chutait de 6;6%, pénalisé par les ventes de l'insuline Lantus. Et ce n'est pas fini : le groupe s'attend à une chute de son activité diabète de 4 à 8% par an. En décembre, le groupe dirigé par Olivier Brandicourt a signé un accord avec l'allemand Boehringer Ingelheim pour lui céder sa division de santé animale, Merial, et se renforcer dans la santé grand public.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2016 à 14:10 :
Il existe une pilule d'insuline 'made in ISRAËL' fabriqué par le laboratoire ' ORAMED' qui peut-etre,aussi, assimilé en spray : voir >
http://www.lemondejuif.info/2014/02/sante-la-premiere-pilule-au-monde-dinsuline-le-diabete-sera-made-israel/
sur la revue 'le monde juif ' ou sur la tribune juive /info :
http://www.tribunejuive.info/israel/revolution-pour-le-diabete-une-plante-israelienne-pour-soigner-le-diabete
a écrit le 03/02/2016 à 13:56 :
Le diabète n'est plus un segment purement pharma pour ses vecteurs classiques, il devient un OTC ordinaire . Ce champ va être envahi par les "healths" principalement américains ou irlandais. Par conséquent les big pharma le délaissent, ce qui fait le bonheur provisoire de Novo qui pourra ainsi se vendre correctement. Sur le plan stratégique il n'est pas bon comme le fait ici l'article venant de Reuters une agence anglaise peu favorable à la France, de laisser entendre que Sanofi serait déshabillé. Si le groupe français souhaite faire un swap de 20 milliards en valeur avec l'allemand Boehringer Ingelheim, c'est pour lui reprendre tous ses OTC de spécialité pharmaceutiques contre un segment plus classique mais important de santé animale. Il ne s'agit pas non plus d'une perte de savoir faire car des groupes français dynamiques comme InVivo ou Ceva se développent massivement dans la santé animale. Sanofi est dans le 5 premiers mondiaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :