Les groupements de pharmacies accélèrent dans la livraison de médicaments prescrits

 |   |  538  mots
Ce choix de Pharmabest et Giphar de se lancer dans la livraison de médicaments prescrits va de pair avec la volonté des pharmacies d'officines de proposer d'autres services pour aller au-delà de la simple vente de médicaments dans les officines.
Ce choix de Pharmabest et Giphar de se lancer dans la livraison de médicaments prescrits va de pair avec la volonté des pharmacies d'officines de proposer d'autres services pour aller au-delà de la simple vente de médicaments dans les officines. (Crédits : Reuters)
Après le groupement d'officines Giphar, Pharmabest s'associe à La Poste et lance une offre de livraison de médicaments prescrits le 5 juillet à Marseille, avec pour objectif de l'étendre dans toutes les soixante pharmacies du réseau avant la fin de l'année.

En septembre, La Poste annonçait la création d'une offre de livraison de médicaments. Après l'avoir expérimenté à Bordeaux avec la pharmacie en ligne Mesoigner.fr à la fin de l'année dernière, la Poste s'est ensuite associée à deux grands groupements d'officines, Giphar et Pharmabest.

Ces partenariats se concrétisent. Chez Giphar, "une dizaine de pharmacie livrent des médicaments prescrits et si le patient le souhaite, des médicaments non prescrits", notamment à Bordeaux, explique à La Tribune Isabelle Brieau pour Giphar. Elle annonce le démarrage d'une phase pilote plus importante en Vendée et Loire-Atlantique cet été et à la rentrée

Pharmabest, un groupement de 60 officines géantes, générant plusiuers centaines de millions d'euros de chiffre d'affaires annuel, lance, quant à lui, la livraison de médicaments prescrits par colis le 5 juillet, à Marseille dans la pharmacie Prado Mermoz

"Ensuite, toutes les zones de Marseille seront couvertes par le service pendant le mois de juillet. Dès que le modèle sera verrouillé, on le déclinera dans l'ensemble des villes françaises où les pharmacies du réseau sont implantées", précise à La Tribune David Abenhaim, président du groupement Pharmabest.

Répondre aux "déserts médicaux dans les grandes villes"

Le service est accessible via des applications smartphone et le site pharmabest@home. Pour se faire livrer, le patient photographie son ordonnance, la transfère à sa pharmacie qui fait partie du réseau Pharmabest. La pharmacie prépare l'ordonnance et le facteur vient chercher le paquet "pour le remettre au malade en quelques heures", assure David Abenhaim. Cela concerne tous les médicaments vendus en ville sur prescription, excepté les produits stupéfiants, type morphine

Pharmabest est principalement présent dans les grandes villes. Pour David Abenhaim, il existe aussi "des déserts médicaux dans ces zones", en raison de "l'isolement des personnes âgées qui perdent en mobilité".

Aller au-delà de la vente de médicaments en officine

Avec ce service de livraison, Pharmabest assure ne pas faire de marge sur les 7,90 euros forfaitaires fixés pour chaque colis de médicaments, puisque l'intégralité de cette somme reviendra à La Poste. Le groupement d'officines espère surtout fidéliser de nouveaux patients âgés, souvent atteints de maladies chroniques et suivant des traitements sur le long terme.

Ce choix de Pharmabest et Giphar de se lancer dans la livraison de médicaments prescrits va de pair avec la volonté des pharmacies d'officines de proposer d'autres services pour aller au-delà de la simple vente de médicaments dans les officines. Pharmabest estime en outre que ce type de service peut améliorer l'observance, c'est-à-dire le bon suivi du traitement. En clair, les médicaments seraient pris plus régulièrement, car le patient pourrait y accéder plus facilement, ce qui serait susceptible d'améliorer le chiffre d'affaires des officines.

Les pharmaciens se plaignent d'une situation économique difficile. Une pharmacie ferme tous les deux jours en raison de faillites d'établissements ou de la concentration du secteur. Les professionnels du secteur jugent que cela est dû notamment aux prescriptions sur les marges et les prescriptions des médecins, mais aussi de la concurrence des établissements de parapharmacie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :