Santé : ces défauts que la France doit corriger en priorité selon l'OCDE

 |   |  662  mots
L'étude rapporte que 30 doses journalières d'antibiotiques sont consommées pour mille habitants dans le pays par an, ce qui en fait le deuxième pays plus gros consommateur de l'OCDE, derrière la Grèce.
L'étude rapporte que 30 doses journalières d'antibiotiques sont consommées pour mille habitants dans le pays par an, ce qui en fait le deuxième pays plus gros consommateur de l'OCDE, derrière la Grèce. (Crédits : DR)
Un rapport de l'OCDE se satisfait des performances globales en santé de la France, mais déplore la surconsommation de tabac, d'alcool et d'antibiotiques.

Dans son dernier panorama 2017, diffusé le jeudi 9 novembre, l'OCDE a publié dix-neuf indicateurs comparant les performances dans la santé des 35 pays membres de l'organisation. L'institution évoque un accès et une qualité des soins "généralement bons" pour les patients en France, ajoutant qu'elle "bénéficie d'un meilleur état de santé que la moyenne" des pays étudiés. Mais l'étude juge que la France est une mauvaise élève dans trois domaines.

Surconsommation d'antibiotiques

C'est le domaine dans lequel la France est la plus mal classée par rapport à la moyenne des pays de l'OCDE. L'étude rapporte que 30 doses journalières d'antibiotiques sont consommées pour mille habitants dans le pays par an, ce qui en fait le deuxième pays plus gros consommateur de l'OCDE, derrière la Grèce. La France recourt trois fois plus à ces molécules que les Pays-Bas, pays le mieux classé. Et le nombre de prescriptions a augmenté entre 2010 et 2015 dans l'Hexagone.

Or, cette surconsommation favorise la résistance antimicrobienne, responsable de 12.500 morts chaque année en France. Les effets néfastes de cette consommation d'antibiotiques à outrance sont également d'ordre économique. Dans une étude publiée en septembre 2016, comparant les pratiques de la France avec celle des pays européens plus vertueux en matière de consommation de ces médicaments, l'Agence nationale de sécurité du médicament estime que ce problème représente un surcoût annuel de plusieurs centaines de millions d'euros pour la sécurité sociale.

La consommation de tabac ne baisse pas contrairement à la tendance générale

D'après les chiffres de l'étude, 22,4% de la population française fume, contre 18,4% en moyenne dans les autres pays de l'OCDE. Alors que globalement, la consommation de cigarettes diminue, explique le rapport, elle a tendance à stagner en France chez les 15-75 ans, selon l'Institut nationale de veille sanitaire (Invs). Une tendance due à l'augmentation du pourcentage de tabagisme chez les personnes aux bas revenus. Cette consommation de tabac, jugée responsable de plus de 70.000 morts par an, coûterait 10 milliards d'euros à la collectivité sur cette période, avance Santé publique France.

Par ailleurs, selon l'OCDE, la France est aujourd'hui le troisième pays ayant la prévalence la plus forte de tabagisme chez les adolescents âgés de 15 ans est la plus forte à 19%, contre 12% en moyenne dans les autres pays, malgré les hausses successives du prix du tabac. Pas sûr que l'objectif d'une génération sans tabac pour les Français nés aujourd'hui soit atteint, malgré le passage progressif du paquet de cigarettes à 10 euros en 2020...

Quatrième plus gros consommateur d'alcool

Troisième indicateur pour lequel l'OCDE tire la sonnette d'alarme: la consommation d'alcool dans l'Hexagone. La moyenne des pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques grimpe à 9 litres par habitant et par an en moyenne. Les Français sont les quatrièmes plus gros buveurs, avec 11,9 litres. L'alcool est actuellement responsable de 49.000 décès par an dans le pays, avec un coût économique qui atteint 2,5 milliards d'euros pour les seules hospitalisations, selon l'Invs.

Inquiétude de l'OCDE sur l'augmentation des taux de surpoids

Dans l'indicateur consacré à l'obésité, la France est encore loin d'être dans le rouge. Mais l'OCDE s'inquiète de l'augmentation régulière. Le taux de surpoids a augmenté de 16% chez les jeunes âgés de 15 ans entre les périodes 2001-02 et 2013-14, touchant désormais 12% d'entre eux. L'OCDE se rassure toutefois de deux mesures prévues par le gouvernement: le "Nutriscore" et de la "taxe soda. La première, qui consiste à mettre en place un étiquetage nutritionnel pour les produits alimentaires, a été mise en place à la fin du mois d'octobre par arrêté ministériel. Elle classe par couleur les aliments de A (bon pour la santé) à E (limiter). La seconde a été votée par l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale (PLFSS 2018).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2017 à 13:59 :
Demander un examen médical pour la souscription des mutuelles de santé
pour les fumeurs majoration de 20%
pour les consommateurs d' alcool sup à 30 cl par jour majoration de 20 %
pour les personnes avec un IMC supérieur a 30 majoration de 20 %

Pourquoi les personnes avec une bonne hygiène de vie doivent être payer pour les autres ?
Réponse de le 10/11/2017 à 15:29 :
idee debile.
1) votre examen medical va couter bien plus que ce que vous allez economiser car il faut le faire regulierement

2) si l examen est fait une fois pour toute, vous allez avoir les gens qui vont grossir, fumer ... juste apres

3) le gros des couts c est pour la secu, pas les mutuelles. donc une majoration minime par rapport aux couts.

4) si la majoration est trop grosse, vous allez avoir soit des truandage (genre on va fournir les prelevement de quelqu un d autre, comme les sportifs dopes) soit des non assurance

5) c est extrement intrusif. si on commence comme ca, on va forcer les gens a avoir un bracelet qui mesure combien de temps ils ont marche, combien de calories ils ont manges, voire s il on fait une bunga bunga (acceleration rythme cardiaque)

6) autant la mesure est possible pour la cigarette (anayse des cheveux) autant c est pas mesurable pour l alcool (a moins d arrive bourre au test !)
Réponse de le 10/11/2017 à 17:51 :
Pour tenir compte de cela, ces produits font l'objet de taxes non négligeables que les consommateurs payent...
Réponse de le 11/11/2017 à 12:24 :
Vous savez les Assurances et les Banques : c’est des sacrés bande de.... filous...
Un conseil pour les années à venir : pensez à vous et évitez les dépenses inutiles et sélectionner bien le groupe avec qui vous travaillez au niveau des banques ( évitez tout ce qui est américains , privilégié Français et local)
En gros serrez vous les coudes .
Réponse de le 14/11/2017 à 16:06 :
Quouuuaaaaaa ????? Vous osez remettre en question notre sacro saint système de santé que le monde entier nous envie mais que le monde entier se garde bien d'imiter ????

Blague à part je suis d'accord pour passer à un système de ce type et à commencer par la sécu
a écrit le 10/11/2017 à 12:52 :
L’alcool & le tabac c’est un échappatoire aux mises aux questions personnelles des individus, les gens ne trouvent pas d’autres issues pour se calmer face à un système qui oppressent les humains depuis la seconde guerre.
Réponse de le 11/11/2017 à 1:37 :
C'est la bien triste réalité . Tout à fait vrai comme annalise
a écrit le 10/11/2017 à 12:35 :
"la consommation d'alcool dans l'Hexagone." on en produit, c'est traditionnel chez nous, on le consomme donc (en local pour réduire le bilan carbone du transport). La surtaxe envisagée, en même temps que la taxe soda remaniée, pour tout ce qui dépasse 15° a été abandonné, risque de nuire au commerce et à la production, l'emploi, le chiffre d'affaire, etc etc.
Les antibiotiques c'est pas automatique en médecine (d'après le slogan), mais dans l'élevage, c'est difficile à réduire, question de gestion pour les élevages concentrés, traiter avant pour éviter ou que si besoin, vraiment.
a écrit le 10/11/2017 à 12:23 :
La France est 15 eme en Europe ( source : avenir et sciences)
1 er : Andorre et après la Suisse.
Malheureusement depuis la création des statistiques et des quotas , la santé a baissé et un personnel d’hopital Soit en burn out ou en reconversion professionnel.
Quand la France et le corps médical prendra conscience de ce qu’ils font depuis 40 ans , on pourra peut être évoluer tous ensemble.
a écrit le 10/11/2017 à 12:00 :
"L'OCDE se rassure toutefois de deux mesures prévues par le gouvernement: le "Nutriscore" et de la "taxe soda."

L'OCDE se rassure de façon surprenante et irrationnelle puisque dénonçant l'augmentation de tabac alors que le prix du tabac ne cesse d'augmenter et ce n'est pas pour cela que les gens arrêtent de fumer, tout comme ces augmentations sur certains produits sucrés ne feront rien contre l'obésité.

Quand au "Nutriscore" c'est totalement ridicule.

Nombreux parents aux revenus modestes au sein d'une société qui nous affirme que le bonheur c'est de consommer, c'est de posséder, ont tendance à offrir à leurs enfants ce qu'ils peuvent acheter ce qui est dans leurs moyens pour leur faire plaisir car on apprend pas à l'école que la société marchande est une société uniquement là pour nous faire consommer essentiellement des biens dont on a pas besoin.

Et en ce qui concerne les antibiotiques là aussi l'OCDE ne met pas le doigt là où ça fait mal puisque cette surconsommation vient du fait que les animaux d'élevages sont bourrés d'antibiotiques et que du coup nous les retrouvons partout dans notre alimentation agro-industrielle et dans notre eau faisant que nos corps finissent par s'habituer imposant des prescriptions toujours plus conséquentes.

Bref un rapport bien fade sans intérêt.
a écrit le 10/11/2017 à 11:30 :
La France est 1ère de l'étude Eurostat sur les morts évitables (06/2017 et 05/2016), grâce à un très bon système de santé. La France devance même la Suisse (sur le ratio morts évitables/morts totales) qui dépense $9700 par tête en Santé contre $5000 chez nous d'après le Bloomberg Healthcare Efficiency Index 2016.
la France est aussi au top sur les morts évitables au niveau mondial : http://www.commonwealthfund.org/publications/press-releases/2011/sep/us-ranks-last-on-preventable-deaths
Financial Times, 2014 : un jeune Anglais a demandé à F. Hollande de décorer les médecins français qui l'ont guéri, ce que n'avait pas su faire le personnel du NHS.
Semble cohérent avec ce que disait l'OMS en 2000 sur le système de santé français.

D'après une étude du British Journal of Sports Medicine de septembre 2016, les enfants francais sont pas mal classés par rapport à 49 autres pays : 11e d'un test d'endurance mesurant les capacités aérobies. Devant les autres grands pays développés, hormis le Japon (USA en bas de tableau). Signe de santé plutôt correcte : des enfants en bonne santé ont tendance à donner des adultes en bonne santé, dixit un auteur de l'étude (Le Figaro Santé, 10/2016).
La France est bien classée pour surpoids/obésité chez les adultes et les jeunes (Obesity Update 2014 & 2017, OCDE).
L'espérance de vie à la naissance est très bonne (OCDE, OMS).
Le Ministère de la Santé a aussi confirmé en mai dernier que les Français sont plutôt en bonne santé (rapport "L'état de santé de la population en France").

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :