Après plusieurs accidents, Total inspecte ses sites, la CGT critique

 |   |  221  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe pétrolier va lancer une opération d'inspection d'une douzaine de ses sites. La CGT affirme que cette opération n'est qu'une "action de communication".

Total veut mettre fin aux accidents sur ses sites. Le groupe pétrolier décide donc de lancer une inspection d'une douzaine de ses sites, dont six raffineries en France et le site de pétrochimie de Gonferville-l'Orcher, près du Havre, où s'est produit l'accident du mardi 4 août. Cette large opération, révélée par Le Figaro, devrait être terminée d'ici la fin de l'année.

De son coté, la CGT affirme que cette opération n'est qu'une "énième action de communication ayant pour objectif final de dédouaner les dirigeants du groupe". Elle dénonce la politique de réduction des coûts comme source des ces incidents. Dans un communiqué, le syndicat CGT de Total et la fédération chimie de la CGT ont affirmé que "la recrudescence d'accidents et d'incidents dans les sites du groupe est emblématique des conséquences d'une politique financière. (...). Les objectifs de rentabilité à deux chiffres conduisent à des plans de restructuration, de réductions de coûts, des reports d'opérations de maintenance et de remplacement de matériels, des manques d'effectifs et de formation, des dégradations de conditions de travail".

Depuis le début de l'année, Total a connu plusieurs accidents sur ses sites français qui ont fait  4 morts et 14 blessés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :