En pleine polémique sur Flamanville, EDF se prépare à abandonner le modèle EPR

 |   |  716  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Si la mobilisation est absolue pour continuer l'EPR de Flamanville, EDF ne tient pas à poursuivre ce modèle. Le groupe travaille avec Areva et les Chinois à un nouveau réacteur.

 

EDF, dont une partie des équipes a toujours été hostile au réacteur EPR, développé par Areva et Siemens, propose une porte de sortie à l'affrontement entre Verts et PS sur l'EPR de Flamanville,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2012 à 15:24 :
Flamanville 7 Milliards au lieu de 3 prévu à la base, va-t-il falloir subventionner cette centrale comme pour le solaire?
a écrit le 19/11/2011 à 7:58 :
A part dans "Science & Vie", nulle part on ne parle de la filière à base de thorium ou à "sels fondus". Pourquoi ce silence assordissant?
a écrit le 17/11/2011 à 23:23 :
Cela fait plusieurs jours que je surveille les différents forums ayant rapport avec le nucléaire. Schématiquement voici ce qu?on y trouve ;
Les Pro-nucléaires avec comme seuls arguments ou inepties : « Les anti nucléaires sont des rêveurs, ont ne va pas s?éclairer à la bougie, il faudrait couvrir la France de panneaux solaires ?. »
Les Anti- nucléaires qui avancent argument, chiffres, faits techniques.
Cela donne déjà une idée de la situation?
Mais il ne faut pas oublier l?aspect économique. Le Nuke va couter de plus en plus cher, c?est irrémédiable à causes des futurs démantèlements. L?alternatif, et notamment le photovoltaïque sera de moins en mois cher. Le prix des cellules va baisser, le recyclage va s?industrialiser?
Donc lorsque le solaire sera moins cher que le nuke, les gens refuseront de payer le prix fort. Et il faudra alors arrêter les centrales nucléaires. Et que feront nous de notre parc Nucléaire à l?arrêt ?
Réponse de le 18/11/2011 à 10:34 :
Ben justement y'aura plus rien à faire ! Et notre Etat drogué au nucléaire ne comprend pas que la parité réseau va arriver très vite, d'ici moins de 10 ans.

En attendant notre République Dct Follamour fait de son mieux pour ralentir le développement des économies d'énergies (le scénario négaWatt traine dans les tiroirs depuis 2003) et invente un maximum de contraintes pour freiner les renouvelables (classement ICPE pour l'éolien, lois rétroactives et quotas minables pour le solaire..), bientôt ils taxeront le soleil et le vent.
Faut-il en arriver à espérer un accident nucléaire pour que notre Atom'cratie fasse un brutal retour aux réalités ?
Réponse de le 21/11/2011 à 10:16 :
simplement les jours de pluie sans vent nous resterons sous la couette ... Où se logent les inepties ?
a écrit le 17/11/2011 à 18:36 :
Peut-être serez-vous intéressés par la réponse détaillée rédigée par la commission énergie EELV en réponses aux assertions fantaisistes de M. Proglio ?
Elle se trouve ici : http://tinyurl.com/82n6k6v
Concernant cet article, nous nous permettons d'attirer l'attention des professionnels sur la vétusté du pupitre de commande de la centrale. (le nucléaire français, c'est ça !)
Réponse de le 07/06/2012 à 22:32 :
C'est pas parce que l'ecran est design style iphone que c'est fiable (voir l'electornique low cost des voitures par example)
a écrit le 17/11/2011 à 17:35 :
Nous devons prendre nos responsabilité et ne pas laisser à nos descendant un monde contaminé. Il faut s'engager vers un scénario négawatt (sobriété, efficacité énergétique et énergies renouvelalbel). Le nucléaire est beaucoup trop dangereux pour nous et pour ceux qui viendrons après nous. Ne construisons plus de réacteur et mettons en place une véritable réforme énérgétique viable à long terme. dans 22 ans nous devons ne plus avoir de nucléaire dans notre électricité.
Réponse de le 17/11/2011 à 20:21 :
Tu as raison, comme les allemand qui reconstruisent des centrales au charbon !!!! Quel inovation, je prefere encore le nucléaire, au moin, il n'y a pas de gaz à effet de serre, et il ne faut pas se voiler la face, nous ne somme pas près de réduire nos consommation electrique, surtout que d'ici 2,3 ans, il y aura un petit paquet de vehicule electriques qu'ils faudra bien recharger ...
Réponse de le 20/11/2011 à 20:12 :
Cet argurment on l'entend souvent mais il est maheureusement faux! Aller toujours plus dans le nucléaire conduit à une impasse...pour les gaz à effet de serre. L'Allemanne ou d'autres pays du Nord investissent dans les énergies renouvelables et la SOBRIETE ENERGETIQUE. Nous notre budget est pompé par la RetD fusion et fission. Ces pays vont baisser leur empreinte carbone bien plus durablement que nous mais pas à court terme certes.
Réponse de le 20/11/2011 à 21:11 :
Il est important de continuer la R&D dans le nucléaire, ET dans les EnR.
La fusion est totalement propre et se développe (les tokamak, fusion froide, etc sont en ce moment même en développement, pour un aboutissement prévu dans les années 2050 - long terme certes, mais gros intérêt), la fission avec la génération IV présente d'énormes avantages qu'il ne faut pas occulter en disant "l'atome c'est sale, dangereux [certes]". On aurait là un moyen d'assurer notre indépendance énergétique tout en recyclant les déchets nucléaires à forte radioactivité.
a écrit le 17/11/2011 à 17:23 :
Le nucléaire présente les mêmes défauts que tous les autres mode de production "KW"avec les risques d'accident en plus.
Il faut produire le courant à proximité des sites de consommation en tension ad hoc. Le transport par lignes à haute tension génère une déperdition de 50 à 70% !!! Il faut produire 100 kw pour en disposer de 50 à 30 c'est une gabegie et une ineptie que le nucléaire partage avec l'éolien, l?hydraulique et tout le reste...Les centrales thermiques (fuel gaz ...) produisent à proximité en basse tension ; seul le problème des coûts du fossile consommé et des émissions se pose. Mais c'est moins polluant que les incinérateurs de déchets.
-Les solutions idoines ce sont
1-les générateurs fonctionnant à l'hydrogène EMISSION ZERO gaz à effet de serre
2-les chaudières solaires (Séville, Arizona) dont les techno sont au point et très efficaces (Général Electric)
Il en existe une troisième, ce sont les USA qui la détiennent...Bonne recherche pour les "enquêteurs avisés"
Réponse de le 20/11/2011 à 21:14 :
attention, c'est 5 à 7%, pas 50 à 70%... je joue sur les chiffres, tu vas me dire, mais bon, ne désinformons pas. Tes histoires de basse tension ne veulent rien dire non plus, actuellement avec notre réseau tout marche pareil, il faut transporter. Et on ne veut pas de centrales thermiques en pleine ville.
1- il faut bien produire l'hydrogène, différentes méthodes existent mais pas sans émission de GES (à partir de gaz, ou d'électricité, principalement)
2- on a eu une centrale solaire en Pyrénnées Atlantique... arrêtée car vraiment pas rentable. A bon entendeur... (mais cela reste une voie à développer)
a écrit le 17/11/2011 à 17:07 :
Le nucléaire est dans une position similaire au "pool charbon acier - charbonnages de France" lorsque le lobby nucléaire "leur a fait la peau" (56 64 +où-)
Ne pas avoir anticipé cette mutation est une erreur fatale de politique industrielle.

Pas un seil de ces article ne pose la seule question qui vaille:
A QUOI SERT UN REACTEUR NUCLEAIRE ?
R: A FAIRE BOUILLIR DE L EAU POUR PRODUIRE DE LA VAPEUR !!!!!!!!!!

C'est se ficher "du monde" que de prétendre qu'il s'agit d'une technologie de pointe. Il s'agit d'un monopole mortifère dangereux qui a pour seul objectif le profit au mépris de toute autre considération.

L'armée Us possède une techno non polluante à rendement autrement plus efficace que le nucléaire...Certains tel le canadien Plasco ont essayé de "venir en France" et se sont fait virer ...ça date de septembre c'est du frais de l'année
Réponse de le 17/11/2011 à 20:26 :
C'est sûr, mais faire bouillir de l'eau grace à "l'atome" en toute sécurité, c'est pas comme sur une gazinière ...
a écrit le 17/11/2011 à 15:38 :
"L'Atmea est un réacteur dessiné par des vendeurs, pas par des exploitants"
Cette petite phrase est ce qui me choque le plus dans cet article! Attendez-vous à des réacteurs low cost avec tout ce que cela va impliquer (prix faible et coûts de de conception compressés->rendement diminué, fiabilité réduite, sécurité?). Mais bon ca ce n'est grave puisqu'on on pourra en revendre beaucoup plus un peu partout... Pourvu que ca rapporte du cash et que ca pète ailleurs...
Réponse de le 17/11/2011 à 16:51 :
En fait les industriels Allemands sont trop contents de voir nos énergéticiens s'entretuer pour un os sans viande qu'est le marché nucléaire désormais réduit désormais à peau de chagrin . C'est toujours ça en moins comme concurrents sérieux dans les ENR qui, elles, connait une croissance à 2 chiffres....
a écrit le 17/11/2011 à 12:37 :
Bravo et merci à La Tribune d'avoir osé publier cet article, malgré le risque - connu car d'autres l'ont déjà subi - de retrait du budget publicité d'EDF. On reconnaît là deux choses : le courage de La Tribune, et la conception qu'a EDF de la démocratie (la critique est interdite, sinon on coupe les vivres). Personnellement, cela fait longtemps que je n'ai plus la moindre estime pour EDF, et que je suis passé chez Enercoop (fournisseur d'électricité 100% renouvelable), ce qui de plus me permet de ne plus alimenter par mon argent le système nucléaire français.
Réponse de le 17/11/2011 à 20:28 :
C'est bien, mais je crois que ton super fournisseur n'est pas près de pouvoir alimenter ne serait ce que la france en electricité ...
Réponse de le 20/11/2011 à 21:38 :
désolé de te décevoir, Deosfa, mais Enercoop te vend du pipeau : ils n'ont aucun moyen de "séparer" dans le réseau l'électricité selon son origine, jusqu'à preuve du contraire ils ne font qu'acheter de l'électricité en gros à EDF et te la revendre ensuite!
a écrit le 17/11/2011 à 11:58 :

Y'en a même qui osent réfléchir et agir pour sortir du pétrole et du nucléaire.
Vite Mr Pro-glio-sarkomique, envoyez leur la Garde Républicaine !
www.transitionfrance.fr
a écrit le 17/11/2011 à 10:49 :
Vous souvenez vous du surgénérateur "Superphenix" dont le caloporteur était du sodium liquide à 550° ; une vraie bombe quoi, avec Lyon et Genève dans un rayon de 100 kms. Abandonné!
a écrit le 17/11/2011 à 10:36 :

Exemple d'une habitation ou les habitants on décidé de dire non à l'Atom'cratie en montrant l'exemple d'un batiment passif à énergie positive:
www.habitat-et-environnement.net
a écrit le 17/11/2011 à 10:21 :
Titre racoleur mais qui n'est pas fidèle au contenu de l'article. Quel cliché. Evidemment que les équipes de recherche travaillent sur le futur modèle. C'est le cas de n'importe quelle industrie. La période de temps dans le cas du nucléaire est simplement plus importante qu'ailleurs d'où la possibilité de manipuler le lecteur avec ce type de titre.
Les anti nucléaires de tout bord seront crédibles lorsqu'ils travailleront sérieusement à des solutions de stockage des énergies renouvelables en particulier de l'électricité produite par le photovoltaique ou l'éolien. On peut dire ce qu'on veut, mais nous avons besoin d'éclairer nos habitations quand le soleil n'est plus là et donc quand le photovoltaique ne produit plus rien. Super non? Idem dans une autre mesure pour les éoliennes. Quant aux maisons super basse consommation, on peut pérorrer quand on habite le sud de la France, mais dans les autres contrées où les températures restent durablement très basses, le besoin d'énergie reste élevé.
Des investissements dans le stockage hydraulique ont été fait il y a bien longtemps déjà mais si on veut supprimer des grosses centrales nucléaires sans les remplacer par des centrales thermiques, il faudra aller bien au delà.
Réponse de le 17/11/2011 à 20:31 :
Voilà au moins quelqu'un qui dit des choses concrètent !!!! Il est clair que les energie reouvelable n'ont aucun avenir sans possibilité de stockage.
Réponse de le 17/11/2011 à 20:43 :
Commencer donc par travailler sérieusement à des solutions de stockage de l'énergie nucléaire, comme ça vous pourrez allumer vos clim pendant les après-midi de canicules et vous chauffer les nuits de grand froid l'hiver sans l'aide des allemands.

Vous avez raison quand vous dîtes que les nouvelles recherches et les prototypes testés ne sont pas les mêmes mais l'échelle de temps est si importante que quand on teste un prototype, on peut déjà l'abandonner et passer au suivant. C'est bien la preuve qu'on ne maîtrise pas grand chose, c'est ce qui m'a marqué dans l'article, cette technologie est complètement mégalo.
a écrit le 17/11/2011 à 10:05 :
Il doit y avoir du vrai dans cet article, puisque Proglio a fait suspendre le contrat pub d'EDF avec la Tribune. Hou, le petit cachottier susceptible !
a écrit le 17/11/2011 à 10:02 :
La petite clique qui dirige notre administration Diktat'omique est parfaitement au "courant" que les énergie renouvelables sont déjà compétitives (éolien) ou vont le devenir d'ici moins de 5 ans (solaire). D'autre part les scénarios type négaWatt démontrent qu'une forte baisse des consommations est possible. Ils savent que c'est foutu pour des mamouth comme l'EPR. Leur combats d'arrière garde est completement risible et économiquement suicidaire, mais le probleme du Corps des Mines c'est qu'ils ont TOUJOURS raison...même quand ils ont tord.
a écrit le 17/11/2011 à 9:32 :
Bonjour,
Il est certain que mondialement, il serait plus facile de vendre des centrale non EPR moins chères!
Mais on doit se poser la question des pertes à venir concernant lEPR!
L' EPR finlandais sera pratiquement livré à un prix zéro, considérant les penalités de retard - le site français sera aussi retardé de plusieurs années. Y-a-t'il aussi des pénalités?
Qui peut garantir que les autres commandes seront " profitables "??
Il semble une hérésie de vouloir vendre des centrales qui n'ont pas fait leurs preuves en grandeur nature!

Cordialement,

giantpanda.
a écrit le 17/11/2011 à 5:10 :
Un EPR c'est environ 7 milliards d'euros plus des coûts de combustible, entretien, démantèlement, stockage etc énormes sur toute la durée de vie, quand il n'y a pas d'accident majeur (en moyenne 1 tous les 22 ans dans le monde) . Déjà avec 7 milliards on rend environ 400.000 maisons durablement très basse consommation avec des matérieux en plus recyclables contrairement à l'EPR. Et avec l'ensemble des coûts de ce dernier sur sa durée de vie le résultat est bien plus gigantesque. Il est effectif que ce mode de distibution rend les gens captifs d'un système centralisé polluant et risqué très coûteux alors qu'il faudrait prendre à présent le problème à l'envers : avoir un urbanisme et un habitat nettement plus efficients, le complément d'énergie à apporter serait alors ridiculement bas, la pollution bien plus faible et les coûts bien inférieurs au modèle pensé il y a plus de 40 ans et qui apparaît de plus en plus obsolète comparé aux choix faits par exemple par la Suède, l'Allemagne et les différents états en pointe dans le monde, très souvent villes également. Le même raisonnement peut s'appliquer à l'utilisation des resources, à l'eau, à l'alimentaire, au recyclage etc. On est encore dans une étape de gabegie très importante et on va devoir progressivement changer de modèle mais l'ancien s'accroche sans vision futuriste sinon son propre intérêt. Les écologistes ont raison sur beaucoup de points. Le nucléaire est un modèle dépassé sous sa forme actuelle au moins et sous la forme de filière 4e génération combinée au thorium il est encore très risqué et trop coûteux. Alors que les énergies renouvelables sont bien plus multiples que ce que l'on dit habituellement, ont beaucoup de potentiel et leur tarif est généralement constamment en baisse.
a écrit le 16/11/2011 à 20:49 :
Merci pour votre courage de publier cet article.
Réponse de le 17/11/2011 à 9:30 :
rotgun a raison: merci à La Tribune et aux journaux / journalistes d'avoir le courage de publier des enquêtes sans se soumettre au diktat de notre Atom'cratie !
a écrit le 16/11/2011 à 20:24 :
Pourquoi, que ce soit La Tribune ou Capital, vous montrez une salle de commande d'un réacteur de 1300MW soit la dernière génération en service ?
L'EPR aura une salle de commande beaucoup plus informatisée ...
Réponse de le 17/11/2011 à 7:55 :
Et ca devrait nous rassurer ? Il y a aura du Windows et des écrans bleus partout c'est ça ?
a écrit le 16/11/2011 à 13:22 :
ça commence à bien faire les écolos , les forts en gueule , qui savent tout sur tout et qui font tout mieux que tout le monde ,les prétendus sauveurs de l'humanité qui ne sont pas plus écolos que çà , qui consomment comme les autres voire plus,qui leur disent ce qu'ils doivent faire, dire, penser, manger ou boire, qui roulent en voiture au lieu de prendre leur vélo , qui s'éclairent à outrance comme les autres tout en aboyant contre le nucléaire mais aussi contre leurs factures ;qui détruisent nos sites nos régions nos paysages en incitant la construction forcenée d' éoliennes à gogo alors qu'elles ne sont ni productives ni rentables; qui profitent et vivent comme des princes en payant l'électricité bon marché, qui voudraient payer encore moins en augmentant les coûts de production et donc de distribution. oui, ça commence à bien faire cette continuelle démagogie, .ils ont tout faux en s'engageant sur ce terrain politique très miné .Oui politique (car l'écologie est ici un prétexte) .
Réponse de le 16/11/2011 à 21:14 :
+1

Bravo.
Réponse de le 16/11/2011 à 21:31 :
la démagogie et les clichés, ça vous connait aussi vous inquiétez pas
Réponse de le 17/11/2011 à 5:55 :
Toutes les études montrent que l'éolien est très rentable et compétitif, y compris souvent par rapport au gaz qui n'est pourtant pas toujours cher selon les pays (voir appels d'offres remportés par l'éolien au Brésil et autres pays d'Amérique latine notamment), plus de 100 pays et non des moindres en font. Une éolienne est très vite amortie. Et le solaire a passé le cap en 2010 (étude de l'université de Stanford entre autres). Le nucléaire actuel tous frais compris n'est plus compétitif, les opérateurs américains par exemple ne le choisissent pas pour cette raison. La multinationale Siemens entre autres se désengage du nucléaire. Les énergies renouvelables sont encore à leurs débuts et sont abordées de façons incomplètes en France où le public n'est pas encore très bien informé des possibilités et potentiel, tel ce que que l'on peut constater en lisant la vision tronquée très réductrice que reflète votre réaction. Toutes les énergies ont leurs défauts et le mieux est d'en utiliser le moins possible mais 50 milliards annuels d'importations d'énergies fossiles en France et 58 réacteurs pour 22% d'énergie primaire dont au moins 1 posera statistiquement très certainement de très graves problèmes un jour, n'est-ce pas réellement excessif ? Les écolos ont fait évoluer l'Allemagne qui exporte bien ses énergies renouvelables, il font actuellement changer la Chine, ils ont fait bouger les lignes en France où des partis habituellement pollueurs, droite comme gauche ont dû prendre des dispositions (Grenelle de l'environnement, même si ce n'est pas parfait). Et vous vous faîtes quoi, vous brûlez du pétrole, polluez, roulez en énorme 4x4 et attendez que les autres travaillent aux solutions pour vous qui êtes négatif et critiquez sans connaître ?
Réponse de le 17/11/2011 à 9:43 :
l'énergie produite par les éoliennes doit être complétée pour les 85% du temps restant où celles-ci ne peuvent pas fonctionner par les industries fossiles. Je rappelle que l'électricité ne se stocke pas .....
Réponse de le 17/11/2011 à 20:52 :
Heureusement que les éoliennes ne fonctionnent pas que 15% du temps parce qu'elles ne pourraient pas être compétitives. Au Danemark l'électricité provient pour 80% de l'éolien.
Réponse de le 20/11/2011 à 22:10 :
@ rotgrün : Les éoliennes en France ont un taux de charge de 24% (en général entre 20 et 25% selon les années). Effectivement c'est quand même bien mieux que 15%.
Par contre au Danemark les éoliennes fournissent 19.2% de la consommation finale d'électricité... pour 70% d'origine conventionnelle (charbon, pétrole, gaz), et 10% de biomasse (qui est loin d'être vert...).
Réponse de le 21/11/2011 à 10:32 :
l'éolien n'est rentable que parce que l'électricité est rachetée à un prix scandaleusement élevé payé par nos impôts !!!
Réponse de le 24/11/2011 à 20:39 :
Merci jacko, en effet j'ai inversé les chiffres, cela dit 20% de production électrique d'origine éolienne c'est déjà énorme.
a écrit le 15/11/2011 à 12:59 :
Le pire avec le nucléaire c'est qu'il y a une clique d?élitistes qui se prennent pour des génies et qui chient sur les gens qui font de la maintenance des centrales, en restant dans leurs bureaux dorés et en disant que çà les concerne pas quand il y a une catastrophe, c?est pas leur problème !
Toutes les centrales qui ont pété, étaient au départ des merveilles, qui n?auraient pas du péter, disaient l?élite des concepteurs !
C?est la faute aux grouillots de la maintenance qui « doivent » être mal payés car ils ne sont pas l?élite!
Pire, on peut même sous traiter, d?après cette élite, à des mafias, qui embauchent des malheureux, qui couchent sur des parkings et dans les campings, en attendant de changer de chantier!
On va faire de nouvelles centrales, qui vont être des merveilles théoriques?et on chiera à nouveau sur la maintenance !
Quand il y a aura une catastrophe en France?adieu le pays du tourisme.
Ce sera le pays de la merde nucléaire !
Réponse de le 16/11/2011 à 20:31 :
Il faudrait arrêter de dire trop de con....ies ! Vous croyez qu'en tant que technicien EDF en centrale nucléaire, j'ai envie que çà pète? Je serai aux premières loges car de permanence pour intervenir en cas de coup dur, pour essayer de sauver les culs des personnes comme vous qui savent critiquer mais n'apportent ja
Réponse de le 17/11/2011 à 6:33 :
et vous croyez que les techniciens de Fukushima avaient envie que ça pète ?
et ceux de Tchernobyl ?
le ratio gain-risques est nettement défavorable au nucléaire. Regardons l'avenir et les sources d'énergie inépuisables que sont le solaire et de l'éolien.
Des progrès restent à faire, c'est sûr : 7 milliards pour le nucléaire, combien pour les énergies renouvelables ?
a écrit le 15/11/2011 à 12:31 :
Même EDF renoncerait à l'EPR ? Un réveil tardif mais bienvenu ! C'était idiot de persister dans cette impasse. En plus, ça a le mérite de règler le différend PS-Verts !
a écrit le 15/11/2011 à 10:42 :
Enorme erreur !! Quand vos factures exploseront, faudra pas venir pleurer. Le nucléaire français est maitrisé et est le plus sur au monde car il n'est pas bradé au niveau de la sécurité. Quand il n'y aura plus de vent, ni de soleil on fera comment ?
Réponse de le 15/11/2011 à 11:15 :
... quand il n'y aura plus de soleil? Eh ben pardi, ce sera la fin de l'humanité!
Réponse de le 16/11/2011 à 21:10 :
D ici que l on n est plu de soleil on aura rejoint une nouvelle galaxie!!!on a encore le temps!!
Réponse de le 17/11/2011 à 6:08 :
Les reportages sur le nucléaire et la multiplication des incidents que confirme H. Proglio lui-même devant les commissions du Sénat ne traduisent pas du tout cette pleine sécurité des 58 réacteurs de moyenne d'âge 26 ans pour une durée de vie initiale prévue de 30 ans. Il faut être réaliste et ne pas dire comme pour le Titanic que le nucléaire français est le plus sûr, maîtrisé etc La réalité dans une centrale on la connaît. Un problème peut arriver à tout moment. On prend des risques qui statistiquement sont désormais assez élevés, sans parler de terrorisme ou guerre où ce serait en 48h la catastrophe. Il ne faut ni exagérer dans un sens ou dans un autre mais le nucléaire en France est en excès et fait courir des risques également en excès alors qu'il y a désormais plus de 65 millions d'habitants. Avec le coût d'un EPR on peut nettement réduire la consommation d'énergie en utilisant mieux l'argent.
Réponse de le 17/11/2011 à 10:39 :
oui il va falloir préparer les bougies.
a écrit le 15/11/2011 à 7:03 :
Mais pourquoi François Hollande déciderait-il d'arrêter le chantier de Flamanville?
Réponse de le 17/11/2011 à 7:58 :
Pour ne pas prendre une décision contraire à la volonté de 77% des francais par exemple ? Sinon, pourquoi n'a t-il pas dit aux Verts "pour nous mettre d'accord laissons le peuple décider" ?
a écrit le 14/11/2011 à 17:22 :
Sidérant cet article !
On découvre que toute le classe politique française biberonnée au nucléaire (sauf les Verts) nous ment au sujet de l'EPR. Ce machin n'a aucun avenir économique et on nous fait croire que c'est 1 millions d'emplois (dixit proglio -sarko) qu'il va sauver.
a écrit le 14/11/2011 à 14:36 :
La filière des centrales à l'Uranium est révolues depuis Fuckushima. Trop de risques. Trop peu abondant sur la terre. Et comme nous le montre l'Iran un risque non négligeable d'application militaire. C'est la filière au Thorium qui a le vent en poupe. Beaucoup moins dangereuse. Reserve de combustible infiniment plus abpndante ( on en trouve partout à bas coût. Aucun risque de fabriquer du Plutonium avec. Et ça les Chinois et les Indiens le mettent déjà en pratique. J'espère pour EDF qu'il prendra le virage à temps sinon nos prochaines centrales seront "made in China" ....
Réponse de le 17/11/2011 à 4:31 :
La filière thorium ne fonctionne pas seule sans la filière uranium.
a écrit le 14/11/2011 à 12:28 :
Deux points :
à chaque fois que nos dirigeants n'ont pas de plus hautes ambitions que de se mettre à la remorque de l'allemagne, l'euro, les débuts d'eads (alors qu'auparavant du temps d'aerospatiale tout allait bien), et maintenant cet EPR ..., ça plante ...
Ensuite quand on a les trois quarts de l'électricité qui vient du nucléaire, ca veut dire qu'on va avoir les centrales nucléaires qui vont tourner en sous-capacité une bonne partie du temps (quand la consammation d'électricité est inférieure aux 3/4 de la normale ), alors plutôt que de vouloir encore développer de nouvelles centrales , ne vaudrait il pas mieux mieux utiliser celles qu'on a déja, en développant la voiture électrique par exemple, voitures à charger de nuit quand les centrales sont en sous-charge.

Réponse de le 17/11/2011 à 8:00 :
La voiture électrique est le cheval de troie des industries nucléaires. Mais il a une patte cassée, il est peu probable qu'il tienne jusqu'aux portes de la cité !
a écrit le 14/11/2011 à 11:40 :
c'est du chantage, EDF s'invite dans la campagne présidentiel
a écrit le 14/11/2011 à 11:18 :
après le charles de gaulle......
a écrit le 14/11/2011 à 9:55 :
A la lecture de cet article , il est plus aisé de comprendre pourquoi cet EPR est si compliqué à construire. Il a été pensé par les allemands, qui (malheureusement )en limites technologiques fabriquent des usines à "gaz". Siemens "dépassé" a abandonné le projet en route et comme toujours "l'arrogance technique "des français a fait le reste.
Réponse de le 15/11/2011 à 13:10 :
Absolument pas !
La conception de l'EPR est bien ici à Paris, c'est une technologie à la fois allemande et française donc la réflexion a lieu entre collègues français et allemands qui sont toujours là, pas de désertion ! Les ingénieurs areva-siemens en allemagne sont restés areva, vous ne pensez quand même pas qu'ils seraient partis comme ça ! Le travail est fait français et allemands main dans la main.
l'EPR est compliqué à construire c'est vrai mais rappelons nous la construction de la précédente tête de série, le N4. C'était exactement pareil. La construction d'une tête de série prend du temps. Respectez le travail des ingénieurs.
Réponse de le 15/11/2011 à 13:11 :
Absolument pas !
La conception de l'EPR est bien ici à Paris, c'est une technologie à la fois allemande et française donc la réflexion a lieu entre collègues français et allemands qui sont toujours là, pas de désertion ! Les ingénieurs areva-siemens en allemagne sont restés areva, vous ne pensez quand même pas qu'ils seraient partis comme ça ! Le travail est fait français et allemands main dans la main.
l'EPR est compliqué à construire c'est vrai mais rappelons nous la construction de la précédente tête de série, le N4. C'était exactement pareil. La construction d'une tête de série prend du temps. Respectez le travail des ingénieurs.
a écrit le 14/11/2011 à 9:50 :
Cher "Dr" RADA, expliquez moi pourquoi la centrale SUPERPHENIX dans l'Ain n'a pas été démantelée alors qu'elle n'a jamais fonctionné ? Et sa voisine du Bugey qui a 30 ans et que les fans du nucleaire souhaitent prolonger de 20 ans ... C'est cela avoir une vision ...
Réponse de le 15/11/2011 à 7:51 :
N'importe quoi.
Superphénix a bel et bien fonctionné, et lorsqu'elle a été arrêté suite au chantage politique de Voynet sur Jospin,
elle sortait d'une année où sa performance était la meilleure du parc nucléaire français.
Par ailleurs, 40% du temps de fonctionnement a été amputée pour raisons purement administratives (les bonnes lourdeurs de notre administration)
L'arrêt de cette centrale est un crime contre la nation et un mensonge d'état, exercé par les Verts, que l'honnêteté n'encombre pas.
Réponse de le 17/11/2011 à 8:01 :
Crime contra la nation ? Crime contre Areva oui... L'hôpital qui se fout de la charité !
Réponse de le 17/11/2011 à 14:35 :
Faux, Superphenix est situé dans l'isère. Son réacteur est exempt de combustible ( déchargé ) la majeur partie de son infrastruture ( est démantelée , comprendre déconstruite et revalorisée ( enfin feraillée... ). le fluide caloporteur , le sodium , en cours de conversion. Ce réacteur a fonctionné un an en équivalent pleine puissance. Ce n'était qu'un prototype à taille industrielle. Comme tout proto, il devait servir à valider ou non une nouvelle filière.Cette filière n'a donc pas été validée, c'est aussi le role d'un proto. Arret en 1996 pour des raisons politiques mais aussi économiques.
Le fait de dire que superphenix n'est pas démantelé , n'a jamais fonctionné c'est une attitude de "veau", on suit un mouvement d'information et on prend position sans savoir de quoi on parle, on suit le mouvement , bètemement mais le plus grave c'est que l'on risque d'influer le reste du cheptel..
Réponse de le 18/11/2011 à 21:26 :
Pardon mais le démantèlement est prévu pour durer jusqu'en 2026 alors que la centrale a été arrêtée en 1996, j'invite votre cheptel à consulter des photos actuelles sur internet. 30 ans de démantèlement..

combien ça coûte ? qui paie ?
a écrit le 14/11/2011 à 9:42 :
Bien sur, les ingénieurs peuvent produire "tous seuls comme des grands"... des catastrophes industrielles... notamment en situation ou la "concurrence librement faussée"... et la libre circulation des capitaux, (en clair la "libre prédation"...), rendent obligatoire la "chasse aux sur-qualités"... pour reprendre la novlangue managériale en usage.

Ce mot d'ordre, (et la "simplification"... des procédures de maitrise des risques qu'il implique), est partout à l'oeuvre, hélas, notamment pour détruire des décennies de culture de la sécurité, dans les services publics.
Lors des "Fukushima de demain"... à l'hopital, à la SNCF, ou en centrales nucléaires... on nous ressortira les grands discours en "langue d'ébène"... à base de "combinaison totalement imprévisible de causes indépendantes"... (un séisme et un tsunami, par exemple ?), et surtout... "d'erreurs humaines" ! (ce refuge commode pour responsables... irresponsables !)

Quand à se demander ce qui existait avant que l'exigence de rentabilité a 2 chiffres ne vienne déclencher la "chasse aux sur-qualités"... (et si cela aurait pu éviter la catastrophe), il n'en sera aucunement question !

Enfin... lorsque les politiques viennent interférer dans les choix techniques... alors, il semble que la qualité du désastre puisse... "encore progresser" !

Mitterrand et Lauvergeon... même combat ? ! *«L'EPR a été conçu principalement en Allemagne, sur le modèle du réacteur allemand Konvoi, deux fois plus cher que les centrales françaises », souligne un spécialiste du secteur. Tenu à l'écart, EDF ne l'a jamais digéré.*

On est vraiment heureux d'apprendre avec 20 ans de décalage, quels furent les éléments ("indépendants de de notre volonté" ?), qui ont déterminé notre avenir !

Dans la "même [dé]veine"... on connait l'histoire du lanceur Ariane 5... cette autre décision prise pour raisons politiques, à l'époque Mitterrand. Ce bijou technologique a ~10 milliards est totalement inutilisable pour les missions de service public ! (Il ne peut servir qu'a améliorer les dividendes des actionnaires du secteur des télecoms).
Au point que l'on fut obligé, à peine quelques mois après avoir démantelé la filière Ariane 1 à 4, (qui n'avait de commun avec Ariane 5 que... la dénomination de cette famille de lanceurs !), de décider la construction d'une base de lancement Soyouz à Kourou !
a écrit le 14/11/2011 à 9:35 :
Quand on lit un tel article on est effrayé et, si c'est vrais, on comprend mieux le déclin de la France sur les marchés internationaux. Areva contre EDF à l'export, Dassault contre un cafouillage de première pour la vente des rafales... Bravo continuez comme cela et bientôt nous serons plus pauvre que le Mali. A quand un dirigeant pour la France qui puisse remettre de l'ordre à coup de pieds dans le c..
a écrit le 14/11/2011 à 9:06 :
Merci Dr RADA enfin des paroles sensées, oui les Français sont des veaux, le programme Allemand sur les éoliennes n'a jamais été rentable, et équilibré, ils reviennent aujourd'hui au thermique, est ce que l'on veut, nos écologistes fringants n'en sont pas à une ineptie près, la loi Cochet sur le rachat de l'électricité éolienne a fait qu'elle est 3 fois plus chère que celle produite par EDF, et que les panneaux photovoltaïques construits à base de silicium, sont une pollution d'une rare intensité, bien sûr dans les pays producteurs, la où la misère sévit le plus,donc méfions nous des réflexions à court terme, dont on nous rebat les oreilles à grand renfort de médias, aujourd'hui la France(EDF) n'en déplaise à d'aucuns, vend son électricité à toute l'Europe, et nous nous la payons la moins cher du monde!!!!!!!!
Réponse de le 14/11/2011 à 9:37 :
oula, beau résumé de la propagande d'EDF/AREVA
D'une part nous ne payons pas l'électricité la moins chère du monde mais l'une des moins chères d'europe, Américains, pays du golfe, Australiens, Chinois ont de l'électricité bien moins chère que la notre grace au charbon, pétrole et gaz de schiste...
le silicium ne pollue pas et se recycle très facilement, il y en a d'ailleurs pas mal dans l'ordinateur que vous utilisez.
l'éolectricité éolienne terrestre est au même prix que l'électricité nucléaire construite aujourd'hui, vous ne pouvez pas comparer des réacteurs amortis depuis des années à des éoliennes construites aujourd'hui? D'ailleurs l'électricité nucléaire amortie est délivrée à 40/42? le MWh pour 80? l'éolien d'aujourd'hui. Le facteur est donc de 2 et non pas de 3. Et l'éolien amorti (plus de 10 ans) décroit jusqu'à 26? le MWh, presque 2 fois moins cher que le nucléaire.
Quand aux allemands ils ont doublé la part d'ENR dans leur mix électrique, ils en ont aujourd'hui plus que nous!
Réponse de le 14/11/2011 à 9:51 :
Et en plus, le retraitement des déchets, le stockage des déchets radioctifs, le démantèlement des vieilles centrales sont des poisons pour les générations actuelles et futures pour des milliers d'années
Réponse de le 14/11/2011 à 10:07 :
Propagande contre propagande?
a écrit le 14/11/2011 à 8:52 :
Il est important qu'EDF se tienne à l'écart de la politique. L'EPR eszt une avancée qui ne tient sans doute pas toutes ses promesses.Ce n'était semble-t-il qu'une évolution des modèles précédents. Il a coûté fort cher, mais c'est cela la recherche. Il faut l'assumer. Il faut sans doute maintenant chercher de nouvelles voix, plus performantes, plus sures. Si le PS et les Verts se chipotent ou s'étripent, EDF n'a pas à s'en mêler ou les aider à trouver des compromis fallacieux. Ces gens là sont trop dangereux pour le pays.
a écrit le 14/11/2011 à 8:20 :
Vous etes tous fou ? Vous partez tous du principe d'arreter le nucléaire pour des solutions alternatives qui ne sont pour l'instant ni crédibles ni raisonnables (écologiquement et économiquement). Contrairement a l'Allemagne, nous ne disposons par d'énormes ressources en lignite, car c'est bien ca la vraie alternative Allemande : un programme de construction de 55 nouvelles centrales au lignite a débuté... je ne vous parle pas du bilan carbone !
Les reves c'est chouette mais imaginer que le photovotaique et que les éoliennes sont la solution c'est simplement ridicule: ce type de production sera une bonne solution lorsqu'on pourra garer sa voiture electrique devant chez soi et la connecter a ses propres panneaux solaires ou à sa propre mini éolienne mais actuellement ce n'est ni possible ni légal. Reste les usines marée motrices: modifier le rythmes des marées en créant des courants contre nature a eu des conséquences dramatiques au Mont saint Michel par la construction d'une simple digue: imaginez la contruction d'usines énormes capables de produire autant qu'une centrale nucléaire...
Aucune solution miracle n'existe pour remplacer le nucléaire, en attendant nous devons donc poursuivre du mieux possible a exploiter cette ressource énergétique.
Réponse de le 14/11/2011 à 10:00 :
C'est le bon sens!
Réponse de le 14/11/2011 à 10:36 :
Bien au contraire d' après des études indépendantes, à capitaux investis égaux, les énergies renouvelables (uniquement dans le cadre des technologies actuelles) arrivent d' ores et déjà au double de production énergétique... La propagande française sur le nucléaire est ridicule est vise seulement à convertir la population aux agissements immoraux d' une "élite" ("amortir" des investissements de longue date en vendant des technologies obsolètes à des pays émergeant).
Réponse de le 14/11/2011 à 17:24 :
Laurent 68 expliquez nous comment, avec autant de création de centrales polluantes, l'Allemagne est actuellement en avance sur ses objectifs de Kyoto et pourquoi ils prévoient de faire -35 % de rejet de CO2 en 2020, ce que ne fera jamais la France..
Réponse de le 15/11/2011 à 15:24 :
aux pays bas, le barrage marin fonctionne tres bien et n'a pas eu d'incidence...
Réponse de le 15/11/2011 à 15:43 :
Faux!!! RTE est bien incapable de gérer les éoliennes. Pas assez de vent lors du forte demande en électricité et c'est tout de suite la m.... Alors croire que les énergie renouvelable sont la solution de demain n'est que pure fantasme!
Réponse de le 15/11/2011 à 16:21 :
on va tous se mettre a pedaler ou koi ?
a écrit le 14/11/2011 à 8:17 :
Si c'est le cas ... que de fric gaspillé !!!!! (nos impôts)
a écrit le 14/11/2011 à 7:06 :
L'image d'EDF se dégrade tous les jours et la confiance aussi. Nucléaire ou pas le prix de l'électricité va grimper en flèche pour renflouer le gouffre financier généré par les mauvais choix d'investissements. Il y a bien longtemps qu'il aurait fallu investir en dehors du nucléaire alors qu'on ne sait toujours pas démanteler les centrales en fin de vie et que cela coûtera plus cher que de les construire.
Un référendum ? si c'est encore pour ne pas respecter le choix qui en résulterait ...
A Fukushima rien n'est réglé et la population Japonaise continue d'être sacrifiée lentement parce qu'il n'y a aucune autre solution. C'est pour quand en France ?
a écrit le 14/11/2011 à 6:56 :
L'EPR est une invention suicidaire qui devra être combattu par tous les Français et tous les citoyens du monde qui aspirent tout simplement à vivre. Henri Proglio a une attitude inqualifiable en voulant développer une filière aussi mortifère.
Réponse de le 14/11/2011 à 10:49 :
Vous semblez être ignorant du sujet. L'EPR n'est pas vraiment une technique nouvelle, ce n'est donc pas une "invention". C'est simplement l'évolution naturelle des techniques actuelles.
Réponse de le 14/11/2011 à 12:19 :
Contre-sens : proglio veut précisément ne plus développer l'epr, contre areva, relisez l'article.
a écrit le 13/11/2011 à 23:53 :
Ça serait qu'EDF se décide à abandonner cette confusion permanente des rôles entre exploitant, concepteur et VRP international, pour tout miser sur la maîtrise de la sureté de fonctionnement et de la qualité d'exploitation.

Retards de livraison à répétition, incidents de fonctionnement répétés, absence de maîtrise des sous-traitants...la qualité de réalisation fait frémir. Sans parler de la culture des voyants verts et du secret.

Il est grand temps de mettre aux voix du référendum le débat et l'action sur la stratégie nucléaire, et de faire d'EDF non l'ambassadeur du nucléaire, mais un exploitant et distributeur local ouvert à la diversité énergétique et qui fasse évoluer ses réseaux pour accepter d'abord l'autoproduction, ensuite les renouvelables décentralisées en masse.

Sortir de l'EPR semble urgent et indispensable, mais remettre à plat le modèle d'EPR est également nécessaire, économiquement, industriellement et démocratiquement.
a écrit le 13/11/2011 à 22:41 :
C'est clair que si l'EPR n'est qu'un ersatz de résidu de centrale Allemande maintenant abandonné par l'Allemagne et qui de surcroit coute toujours deux fois trop cher .. il est temps d'abandonner ce projet au plus vite !!
a écrit le 13/11/2011 à 21:31 :
Tout ca pour ca, vive la France médiocre. En plus des 4 milliards d'euros de pénalité de retard à payer aux Finlandais pour leur EPR toujours pas en marche ... Maintenant on va se faire pomper par les chinois ... Fais bon d'etre expatrié !!!
Réponse de le 14/11/2011 à 8:08 :
@ Conscience , revolution.. Je suis toujours amusé de lire les gens bien pensants , informés avec un avis éclairé mais qui me rappellent une phrase du Général De gaulle. Les francais sont des veaux. Vous en faites partie, ne serait ce qu'à l'évocation d'un référendum.
Réponse de le 14/11/2011 à 9:40 :
vous avez raison, surtout pas de démocratie dans le nucléaire, tout cela est bien mieux quand le nucléaire est opaque et que tout se décide entre industriels et politiques conservateurs, ne surtout pas essayer d'aller vers un modèle propre et renouvelable, décentralisé et démocratique.
Réponse de le 14/11/2011 à 17:07 :
tant qu'on en n' aura pas un qui nous pête a la gueule on changera rien il nous faut une bonne cata !!! malheureusement, il va falloir la faire cette révolution
Réponse de le 14/11/2011 à 23:06 :
Voila le résultat de l'économie dirigée .... une décision prise pour des raisons politiques, ni économiques ni industrielles et c'est toute une filière économique qui va disparaître, car une chose est sure, le monde ne nous attendra pas. Pauvre France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :