La filière photovoltaïque française a supprimé 7.000 emplois en 2011

 |   |  242  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En 2011, la filière a perdu 7.000 emplois sur 25.000.

Le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), Jean-Louis Bal, a profité de la présentation d'un livre blanc des énergies renouvelables pour indiquer que le photovoltaïque avait détruit 7.000 emplois sur 25.000, en 2011.

Parmi les causes de ces suppressions de postes figurent le moratoire de trois mois décidé en décembre 2010 sur le rachat de nouveaux projets et le nouveau cadre tarifaire de rachat adopté en mars 2011, qui prévoit un tarif décroissant au fil des trimestres et un système d'appels d'offres pour les parcs supérieurs à 100 kilowatts-crête (kWc).

Le tarif en vigueur pour le premier trimestre 2012 n'est pas connu, mais le président du SER craint "une baisse de 9,5%".

Pour "reconstruire" la filière, les industriels proposent de modifier le système de décroissance du tarif et de "généraliser le photovoltaïque dans les règles d'urbanisme et de réglementation thermique".

Le livre blanc note qu'"il est maintenant établi qu'en France, dès 2016, l'électricité photovoltaïque sera d'un coût inférieur au prix de l'électricité acheminée chez le client domestique".

Selon le Commissariat général au développement durable, 2.384 MW étaient raccordés au 30 septembre 2011. L'objectif affiché du Grenelle est d'atteindre 5.400 MW. 

De leur côté, face à la forte progression du nombre d'installations et à la baisse des coûts, les industriels préconisent une révision à la hausse, avec une cible possible de 20.000 MW en 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2013 à 16:31 :
L?actualité du solaire est plutôt riche ces derniers temps et connaît des hauts et des bas. On entend différents sons de cloche : une mesure est favorable à la filière quand la suivante semble être un pas en arrière. Où en est-on aujourd?hui ? L?Etat encourage-t-il vraiment nos industriels du marché photovoltaïque ? Quelques éléments de réponse ici : http://www.quelleenergie.fr/magazine/energie-solaire/etat-encourage-t-il-vraiment-filiere-photovoltaique-20825/
a écrit le 21/01/2012 à 22:14 :
Un point important est : "Le livre blanc note qu'"il est maintenant établi qu'en France, dès 2016, l'électricité photovoltaïque sera d'un coût inférieur au prix de l'électricité acheminée chez le client domestique".
a écrit le 20/01/2012 à 21:09 :
Bravo !!!!
La France est le seul oui le seul pays au monde on l'on a perdu des emplois dans le renouvelable.
Chapeau pas messieurs les gouvernants....
Réponse de le 21/01/2012 à 10:25 :
Quand le système consiste à faire payer par le consommateur lambda (augmentation de la facture EDF), l'avantage consenti (tarifs supérieurs) aux investisseurs, entrepreneurs ou particuliers,(rachat par EDF de l'électricité qu'ils produisent grâce à des équipements importés) c'est une usine à gaz élaborée par des esprits fumeux à mettre hors d'état de nuire au plus tôt.
Réponse de le 21/01/2012 à 14:57 :
"Tribun" a raison, il est urgent de mettre fin totalement à tous ces abus des chasseurs de primes qui ne savent vivre que dans des marchés bidonnés par les primes et les niches fiscales... les voyous et les bandits ont que trop prospéré dans ces marchés des énergies nouvelles ... ENFIN place aux vrais professionnels qui font un vrai travail pour un prix justifié. L'énergie nucléaire va voir ses pris de revient exploser, les énergies nouvelles n'auront pas besoin de subventions abusives inutiles.
a écrit le 20/01/2012 à 18:24 :
l ecologie ne cree pas d emploi la demonstration est faite
Réponse de le 21/01/2012 à 8:23 :
C'est oublier la force du lobby EDF !!!!
a écrit le 20/01/2012 à 14:58 :
Dans cette affaire d'énergies permanentes (je n'aime pas le mot renouvelable), en France, comme toujours, nous faisons tout à l'opposé du bon sens. On s'est jeté dans le nucléaire: seulement vieux de 70 ans. Qu'il soit civil ou militaire, il est le cancer le plus dangereux de l'espèce humaine. Il faut reconnaître que son développement fut une erreur. On doit graduellement s'en séparer. Dans les pays capitalistes (peut-être aussi chez les autres) se sont introduit des groupes de pression, uniquement motivés par l'appât du gain et des gouvernant-putains que les financiers savent manipuler. Donc, on ne fait pas ce qui est dans l'intérêt de la majorité, mais ce qui profite à une infime minorité. Le cas des énergies est simple. Nous avons le vent, les océans, le soleil et même la géothermie qui nous procurent des centaines de fois ce dont nous avons besoin. Comment se fait-il, qu'en France; comme partout ailleurs, l'état protège le nucléaire, le pétrole, le gaz et même le charbon....
Dans une composante où l'on fait de gigantesques progrès, presque chaque jour, une entreprise savoyarde qui a développées des tuiles photo-voltaïues est en faillite. Alors que nous avons des millions de français au chômage, que l'on gaspille des milliards pour les industries inutiles et que l'on délocalise nos industries. Il aurait dû être décidé depuis quelques années de se servir de l'énergie solaire, abondante et gratuite et équiper toutes les habitations françaises; quitte à les modifier en fonction des progrès accomplis...Aussi longtemps que la France sera gouvernée par de tels minables, il n'y aura aucun espoir pour qu'elle s'adapte à l'époque dans laquelle, elle vit et qu'elle prenne les décisions qui s'imposent, si elle veut que ses générations futures aient un Avenir. Il faut mettre un grand coup de pied au cul de tous ces clowns de l'Elysée, de Matigon, des Assemblées etc. et repartir à zéro. Je peux vous garantir que si j'avais le pouvoir; ça dégagerait à toute vitesse...Cela me fait mal au ventre de voir dans quel état se trouve un peuple qui a tant de possibilités...
Jean-Claude Meslin indigné et écoeuré depuis 30 ans par la médiocrité ambiante.
a écrit le 20/01/2012 à 14:42 :
et le recyclage de ces panneaux qu'il faudrait mettre obligatoirement.. ça nous enmène ou?
a écrit le 20/01/2012 à 13:26 :
Le problème est que le photovoltaïque, même chinois, n'est pas viable sans subventions, et que celle-ci vont bientôt atteindre 10% de chaque facture EdF...
Réponse de le 20/01/2012 à 14:23 :
C'est en train de changer très vite, les technologies évoluent et le prix de l'électrité nucléaire est obligé de monter compte tenu de l'état du réseau, de l'âge moyen des centrales (27 ans), de la sécurité etc Dans plusieurs endroits déjà en France le solaire est compétitif et plus largement dans le monde. Les chinois s'implantent dans ce domaine en France entre autres, c'est très significatif. Le basculement est en cours et il faut désormais anticiper sur les conséquences, secteurs et technologies qui vont en profiter.
Réponse de le 20/01/2012 à 15:14 :
y'a pas que le solaire ou le vent... nouvel hydrocarbure a base d'algues vertes, fait des miracles... deja presenté dans des salons, mais son developpement, traine et traine, et ...traine.....et .. . . . ZZZZZzzzzzzzzzzzzzz
Réponse de le 14/02/2012 à 19:15 :
C'est un tout bouquet d'énergie qu'il faut mettre en place, le bois-énergie doit avoir sa filière industrielle et bien d'autre, si on le fait on deviendra le deuxième pays européen dans ce domaine pas loin derrière l'Allemagne
a écrit le 20/01/2012 à 11:13 :
ce qui manque à ce gouvernement, c'est un temps de reflexion, il faut bien évide"mment amorcer la pompe pour lancer des filières, et ce peut être le rôle de l'état,mais il faut prévoir des limites et gardesfous, dés le départ, pas dans le bougisme et la précipitation qui a été la maraque de ce gouvernement.
a écrit le 20/01/2012 à 10:14 :
le problème est aussi que beaucoup de matériels viennent en fait de ....Chine et que malgré tout les prix de vente sont élevés.
comment donc avoir une filière complète en Europe avec des prix raisonnables?
Si l'avantage fiscal se transforme en marge pour le fournisseur et que les prix ne baissent pas pour le client final on limite mécaniquement le marché
a écrit le 20/01/2012 à 9:58 :
Avec les revirements sur cette filière propre nous achèterons Chinois ou allemand et battrons des records de chômage
a écrit le 20/01/2012 à 9:16 :
Le problème de ce pays est que les petits n'ont pas droit d'exister. Ce sont eux qui peuvent embaucher mais paradoxalement, tous les lobbies constitués se charges d'éliminer tous ces petits concurrents. Certes la filière a bénéficié de crédits d'impôts, mais que serait la moitié des entreprises de ce pays, sans les marchés publics, Bouygues, Vinci, Dassault, etc. Tout le monde veut des aides de l'Etat, les agriculteurs, les pêcheurs, etc. Alors faisons le ménage, c'est tout le monde ou c'est personne.
a écrit le 20/01/2012 à 7:24 :
Il y a eu de l abus,tout crédit d' impot devrait être supprime. Ouvre un peu les yeux cher contribuable, le crédit d' impot ne profite qu a une catégorie,ceux qui les commercialises,les installes( artisans par exemple). Pour exemple faite des devis aujourd hui et comparer les tarifs auparavant et vous jugerez par vous même. Plus de 40% moins cher maintenant qu il y eu le coût de rabot sur les crédits d' impôts. Ce qui prouve bien que cette filière en a bien profite sur le dos de ces clients et de l ensemble de la collectivité car ceux sont les impôts payes par certains qui finances tous ces crédits d' impôts.
De plus bien souvent ceux qui ont installe ces panneaux photo chez eux ne sont pas les plus malheureux
Alors arrêtez de vous plaindre cher filière photovoltaïque les TPS des vaches grasse est termine.
Bonne journée qd même
Réponse de le 20/01/2012 à 9:41 :
I - Les crédits d'impôts ont favorisé ces filières, le revers de la médaille c'est que certain on survendu des matériels dans le cadre du crédit d'impôts.
II- Les prix sont à la baisse, car les stocks à écouler sont très importants.
Constructeurs et installateurs sont obligés de faire des efforts, mais même avec des devis à -40%, ils vendent très mal. Par exemple, le marché de la PAC a été divisé par 2 en 2011....
a écrit le 19/01/2012 à 17:05 :
Cette gestion lamentable des tarifs de rachat par Borloo, NKM et Fillon associé au moratoire a favorisé l'afflux de modules Chinois et donc une partie de la CSPE autrement dit les foyers Français une fois de plus à leur insu ont subventionné l'industrie chinoise ! Cherchez l'erreur...Sans parler de rendement de + de 30% sur fonds propres pour cetains investisseurs sur des gros projets utilisant des modules Chinois mais dont les revenus sont payés par les foyers français avec maintenant des licenciements à la clé! Cherchez le modèle économique qui devrait être créateurs d'emplois et non destructeur car c'est une activité subventionnée et dont certains profitent à outrance . C'est inadmissible, il ne faudra pas être étonné si messieurs les politiques nous vous sanctionnerons très durement à la prochaine élection.
Réponse de le 20/01/2012 à 9:43 :
Le leader français des panneaux photovoltaïques - Photowatt - est en grandes difficultés. Un minimum de protectionnisme aurait été nécessaire pour protéger cette filière d'avenir.
Réponse de le 20/01/2012 à 14:51 :
Le protectionnisme n'aurait rien changé, le problème du solaire en France remonte à plus longtemps. Le nucléaire entre autres a absorbé de longue date tous les fonds disponibles pour les autres filières. Il aurait fallu avoir des projets européens d'envergure et non pas laisser quelques pays en Europe prendre seuls les devants et être eux mêmes à présent concurrencés. La Chine intervenue plus récemment dans ce secteur a été beaucoup plus offensive. Le secteur est à envisager au plan européen tel un Airbus des enr. avec toutes les capacités disponibles en R&D comme ensuite à l'export sur les thèmes d'avant garde. Les chinois ont subventionné, soutenu etc il fallait faire de même mais moins et mieux et c'est valable pour d'autres secteurs. Il faut également plus d'Europe pour modifier certains aspects des traité dont le financement des Etats par les banques à taux élevés alors que c'est la BCE qui devrait financer les Etats à taux bas, un coût énorme. Voir : comment l'industrie financière a réussi son OPA idéologique sur le reste de l'économie http://www.atlantico.fr/decryptage/city-fed-banque-centrale-europeenne-agences-notations-systeme-financier-jean-luc-schaffhauser-269940.html
a écrit le 19/01/2012 à 14:58 :
"photovoltaïque avait détruit 7.000 emplois sur 25.000, en 2011."

Pas mal pour un secteur qui devrait à terme créer des emplois et pallier au désengagement du nucléaire civil !!!

Qu'en pensent NKM et EELV ces chantres des énergies renouvelables ???
Réponse de le 19/01/2012 à 16:15 :
Il est temps de mettre fin à tous ces abus des chasseurs de primes qui ne savent vivre que dans des marchés bidonnés par les primes et les niches fiscales... les voyous et les bandits ont que trop prospéré dans ces marchés des énergies nouvelles ... ENFION place aux vrais professionnels qui font un vrai travail pour un prix justifié. L'énergie nucléaire va voir ses pris de revient exploser, les énergies nouvelles n'auront pas besoin de subventions abusives inutiles.
a écrit le 19/01/2012 à 14:46 :
Comme le projet des maisons (subprimes !) populaires de Sarkozy, la filière photovolt a rapidement été enterrée avec la dépression, Borloo avec. Une bulle qui se dégonfle, certes mais le bilan de l'emploi n'a pas été renforcé pour autant comme il l'aurait dû. Cette semaine une goutte d'eau de 430 millions a été consacrée à ce désastre national que l'immigration galopante n'arrange pas, sans que le moindre journaliste n'ose prononcer ce mot sans autorisation ! Il est évident que le thème de "la fin du chômage",définitive, développée ici est évidente comme salutaire. Les allemands on commencé à la mettre en oeuvre avec le kurtarbeit après nous avoir suivis sur les indemnisations chômage. Nous les suivrons à notre tour. Quelle sera l'étape suivante ou plutôt sera-t-elle possible avec l'Europe ? Une économie nationale peut concevoir ce processus et le développer sur moyenne période avec succès, pas une économie continentale avec des alliés supers pauvres. Or, la fin du chômage correspond à une considérable baisse des contributions sociales (charges comptables) pour les entreprises. Il convient alors de définir un "emploi national" afin de mettre en place cette mesure pour qu'elle se multiplie aux pays proches sans effet d'aspiration destructeur. Sarkozy devrait y penser.
Réponse de le 20/01/2012 à 11:09 :
sarkozy ne pense pas ou cela se saurait, il bouge, il s'agite, il gesticule, il parle, il dit le contraire de ce qu'il a dit, il fait le contraire de ce qu'il dit, etc, etc il est urgent de le remplacer, il a fait trop de mal à la freance et aux français, (sauf à quelques privilégiés de sa cour!)
a écrit le 19/01/2012 à 13:52 :
Il est clair que sans niche fiscale, la filière a du mal à se maintenir. Bizarre, non..? Et d'autre part, la revente au réseau national est un casse-tête au niveau gestion. Mais il serait "bon" de ne surtout pas en parler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :