L'Allemagne exporte de l'électricité vers la France

 |   |  616  mots
Copyright Reuters
En dépit du froid et du nombre de centrales nucléaires divisé par deux, l'Allemagne résiste bien à la vague de froid grâce à ses centrales conventionnelles et à sa production d'énergie solaire. Et elle réussit à exporter de l'électricité vers la France.

La France pourrait battre ce soir ou demain matin son record de consommation électrique du 15 décembre 2010, de 96.710 mégawatts (MW). Certes, EDF assure faire face « sans problème » à ce pic, grâce à 55 de ses 58 réacteurs nucléaires actuellement en état de fonctionnement, à ses barrages électriques et à ses 21 centrales thermiques (gaz, fioul, charbon). Les spécialistes de l'effacement électrique (capables en agrégeant des consommateurs individuels ou industriels d'annuler momentanément une partie de la demande) apportent également leur contribution. EnergyPool, par exemple, a « libéré » 600 MW dans la journée de vendredi.

Mais ce sont aussi les importations d'électricité, notamment en provenance d'Allemagne, qui devraient permettre à la France de passer le cap. Le ministère allemand de l'Environnement s'est d'ailleurs réjoui ce lundi que le pays ait pu exporter de l'électricité ces derniers jours, alors que huit de ses dix-sept réacteurs nucléaires sont arrêtés depuis la catastrophe de Fukushima. De quoi contredire nombre d'observateurs qui lui prédisaient un hiver difficile, et conforter au contraire sa décision de sortir totalement du nucléaire d'ici à 2022.

 

Débat sur les réductions d'émissions


Si l'Allemagne résiste bien aux pics de consommation d'électricité liés au froid, cela tient à plusieurs facteurs. D'une part, son. taux d'équipement en chauffage électrique est très inférieur à celui de la France. Aussi, alors qu'en France un degré de moins appelle une puissance supplémentaire de 2.300 MW, en Allemagne elle n'est que de 500 MW (600 MW au Royaume-Uni et 300 MW en Italie). D'autre part, l'Allemagne recourt massivement à des centrales au fioul et au gaz, et même d'anciennes centrales au charbon restées en veille, rapidement opérationnelles en cas de pic de demande.

C'est d'ailleurs un sujet qui fait fortement débat outre-Rhin et alimente la polémique entre le gouvernement et les industriels d'un côté, et les écologistes de l'autre. Ces derniers doutent en effet de la capacité de l'Allemagne de maintenir ses objectifs ambitieux de réduction d'émissions de gaz à effet de serre si elle remplace majoritairement ses centrales nucléaires par des centrales au charbon et au gaz.

 

Les énergies renouvelables au rendez-vous


Mais les énergies renouvelables, dans lesquelles le pays a massivement investi (21 % de son l'électricité provient déjà du solaire, de l'éolien et de la biomasse, et cette proportion doit passer à 35 % en 2020 et 80% en 2050 !), ont également tenu leur rôle. En particulier, les installations solaires implantées dans le Sud du pays se sont révélées efficaces par temps froid. Ce qui tombe bien, car le gros de la demande se situe également dans le Sud. Les éoliennes, en revanche, notamment offshore, sont implantées dans le Nord et le transport massif d'électricité du Nord au Sud du pays nécessiterait de renforcer le réseau électrique.

En France, le syndicat des énergies renouvelables (SER) s'est réjoui dans un communiqué de la production du parc éolien français, qui a fourni en moyenne jeudi dernier 4 % de la consommation électrique et une puissance de 4.000 MW, l'équivalente de la consommation de la ville de Paris. Une performance d'autant plus remarquable que les périodes de grand froid sont souvent associées à des périodes sans vent, car elles correspondent en général à des situations anticycloniques. Les anti-éoliens font d'ailleurs remarquer que les pointes de production ont eu lieu pendant la nuit alors que le pic de la demande se situe, lui, en milieu de journée et en début de soirée, soulignant par la même occasion les inconvénients lié à l'intermittence des énergies renouvelables en l'absence de réelle solution de stockage...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2013 à 13:05 :
En fait, l'Allemagne importe l'électricité française via la Suisse, voici comment :
- La nuit, la Suisse achète de l'électricité à la France (quand c'est le moins cher) et pompe l'eau pour remplir ses barrages hydroélectrique.
- Puis la Suisse exporte son électricité vers l'Allemagne.
C'est la raison pour laquelle les importations venant de la Suisse on été multipliée par 3 entre 2001 et 2013
source http://www.senat.fr/rap/r06-357-1/r06-357-195.html
a écrit le 05/10/2012 à 9:46 :
21% de l'électricité allemand est solaire , oui c'est arrivé une fois entre midi et 14 heures ,mais d'aprés le site officiel de ministère de l'industrie ,il n'y a que 3% du courant allemand qui est solaire
a écrit le 08/02/2012 à 16:27 :
article tendancieux, puisqu'il omet de signaler que l'Allemagne est un pays où le soleil brille dans un ciel radieux, alors que la France est une contrée sinistrée, couverte de glace les 2/3 de l'année.
Les besoins en chauffage ne sont donc pas les mêmes, les français travaillent d'arrache-pied pendant que les Germains se les roulent sous leurs parasols.
a écrit le 08/02/2012 à 15:49 :
mettons les gens a pedaler le soir .
!
a écrit le 08/02/2012 à 14:27 :
Ok pour l'électrcité mais quand est-il du fioul ou du gaz ? Est-ce que la facture de fioul/gaz de nos voisins allemands explose avec le froid ?
a écrit le 08/02/2012 à 11:51 :
Pourquoi le titre dit: L'allemagne exporte et non pas LA FRANCE IMPORTE l'éléctricité.
Vive l'énergie propre, c'est l'avenir. Celui qui investi le premier, sera le gagnant à long term car il possède la technologie et ne doit pas la copier.
a écrit le 08/02/2012 à 11:19 :
Voila la solution ! Débarrassons nous progressivement de nos centrales nucléaires... et faisons produire notre électricité en Allemagne ! Vu l'implantation géographique et les systèmes climatiques, peu de chance que les émissions de CO2 et autres pluies acides retombent ailleurs qu'en Russie ou en Ukraine ! (ça pourait donc même avoir un impact sur la production céréalière en France !). Trop fort le Proglio ! (merci Sarko).
Réponse de le 08/02/2012 à 17:22 :
Ce que vous dites n'est pas malin !De plus le dioxyde de carbone ne génère pas de pluies acides,c'est essentiellement le dioxyde de soufre qui est concerné.
a écrit le 08/02/2012 à 10:49 :
A propos d'énergie, l'évènement majeur dont on parle assez peu (euphémisme), reste quand même le fait que nous sommes aujourd'hui au/après le pic mondial(maximum barils/jour "produits" et consommés) de production de pétrole.
Voir à ce sujet l'article paru dans Nature le 26 janvier dernier en lien ci-dessous par exemple :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
Réponse de le 14/02/2012 à 19:36 :
Ce pourrait être une bonne nouvelle si le renchérissement du prix du pétrole lié au pic se traduisait par une diminution de sa consommation et donc des émissions de gaz à effet de serre (CO2). Hélas même si la consommation de pétrole conventionnel va inéluctablement baisser (pic oil), les pétroles non conventionnels (schistes bitumineux, gaz de schistes, ...), le gaz et le charbon vont prendre le relai. Et il y en a encore suffisamment pour faire "exploser" le climat bien au delà des +2°C au delà duquel les scientifiques du GIEC ne peuvent plus rien prévoir en terme de climat
Conclusion : les hyrocarbures ne sont pas encore assez chers pour que nos décideurs politiques envisagent une transition énergétique en douceur ! Comme pour la régulation de la finance, on va attendre une vraie crise pour commencer à penser à envisager de faire quelque chose. Mais les classe dominantes n'en ont cure. Ils auront toujours assez d'argent pour alimenter leurs limousines et chauffer leurs somptueuses villas.

Parce que la tarification progressive des énergies faut pas trop la chercher dans les programmes des candidats. A vérifier. Si quelqu'un peut me renseigner, qu'il n'hésite pas.
a écrit le 08/02/2012 à 10:16 :
la France construit des baraques bricolées, conçues par des architectes incompétents, mal isolées et chauffées à l'électricité. L'Allemagne, malgré un climat moins favorable construit de vraies maisons, isolées avec en plus des récupérateurs d'eau de pluie obligatoires. Notre position technique est du niveau de celle d'un pays en voie de développement.
Réponse de le 08/02/2012 à 15:50 :
dans bcp de domaines d'ailleurs!
a écrit le 08/02/2012 à 8:33 :
c'est vrai qu'en france on consomme trop d'electricite mais le faute a qui?
qand j'ai achete ma maison a restaurer en 90 j'ai ete demarche au moins une dizaine de fois par edf qui ma envoye je ne sais plus combien d'installateurs pour un chauffage tout electrique et faut voir la pression de ces personnes pour m'inciter a l'electrique et leurs arguments :prix du kw/h nucleaire centrales thermique et paradoxalement solaire strictement interdit pour cause de monument a mois de 100 m (basilique)
aucun devis ne faisait menton d'isolation j'ai finalement opte pour une installation au gaz et restaure mes vielles cheminees (ça peut servir) alors les français ne sont pas forcement responsables de la trop grande consom electrique car on les a souvent harceles a une certaine epoque pour cette option ça c'est du vecu merci
Réponse de le 08/02/2012 à 15:51 :
totalement d'accord avec vous !
a écrit le 08/02/2012 à 7:18 :
Cet article ne brille pas spécialement par son objectivité et frise parfois la désinformation.
Par exemple suivant les chiffres officiels de RTE, l'énergie (parler en puissance n'a pas de sens ou alors il faut parler de puissance moyenne fournie pendant un temps donné) fournie par l'éolien le mercredi 1er février et le jeudi 2 février ont été respectivement 3847MWh et de 3691MWh représentant bien 4,09 et 3,83% de la consommation française totale à l'heure de pointe autour de 19h: ce qui est bien mais tout de même très faible en regard de la demande. Par contre, il faut aussi, pour être honnête et objectif, mentionner que les 4 jours suivants l'énergie éolienne fournie est retombée à 1880, 1236, 826 et 1141MWh autour de cette même heure de pointe (respectivement 1,96%,1,37%,0,92% et 1,17% de la consommation). Et heureusement, la vague de froid actuelle est associée à des vents relativement forts ce qui est relativement inhabituel dans ce type de situation climatique.
Pour ce qui du solaire photovoltaique, je me permets d'être étonné de son efficacité au mois de février en Allemagne à 19h alors que le soleil est couché! sans compter que nombre d'installations sont peut-être recouvertes de neige et donc inopérantes.
Réponse de le 08/02/2012 à 10:49 :
Parler de puissance a du sens. Ce que vous voulez exprimer est la puissance instantanée.C'est tout simplement la dérivée de la puissance fournie par rapport au temps. P= dE/dt .Voila ,c'est simple !
Réponse de le 08/02/2012 à 11:41 :
Le pic de consommation demande une puissance instantanée importante à laquelle EDF doit pouvoir répondre. A défaut, le réseau s'effondre.
Réponse de le 08/02/2012 à 15:01 :
Bien sur la notion de puissance a un sens et la puissance électrique installée dans un réseau doit pouvoir répondre à la demande instantanée, mais cette notion de puissance seule n?est pas un paramètre pertinent quand on parle de sources d?énergie aussi intermittentes que l?éolien.
C?est à mon sens pour cette raison que le communiqué de RTE parlait bien de MWh et non de MW : cela suppose une puissance électrique fournie pendant une heure de temps. Cette information est pour moi beaucoup plus complète que si RTE avait parlé de MW car elle veut dire que le réseau a non seulement été capable de répondre à la très forte demande instantanée mais qu?il a pu aussi répondre à la demande en énergie pendant une durée non complètement négligeable.
Si vous dites que les éoliennes ont fourni 4000MWh cela veut dire qu?elles ont fourni une puissance moyenne de 4000MW pendant une heure. Si vous dites qu?elles ont fournies une puissance de 4000MW au moment du pic de consommation cela ne préjuge en rien de ce qu?elles pourraient fournir quelques instants avant ou après ce pic.
Je sais que les promoteurs de l?éolien parlent toujours en puissance installée car cela leur permet d?abuser le public en laissant croire par exemple qu?une éolienne de 2MW de puissance maximale pourra fournir de l?électricité à un village de 2000 personnes voire plus. Ils se gardent bien de parler de l?énergie électrique annuelle fournie qui équivaut à un fonctionnement à puissance maximale pendant seulement 20% du temps voire souvent moins qui tient malheureusement au caractère intermittent des énergies renouvelables comme l?éolien ou le photovoltaïque.
Cette façon de présenter les choses permet au Syndicat des Energies Renouvelables SER d?annoncer régulièrement de nouveaux records de couverture par l?éolien de la demande d?électricité à une heure donnée. C?est simplement de la publicité mensongère faîte de façon habile.
Réponse de le 08/02/2012 à 17:26 :
attention aux unités employées.Un puissance fournie pendant un temps donné
s'appelle de l'énergie.Ne confondez pas puissance et énergie.
Réponse de le 08/02/2012 à 20:33 :
Je ne crois pas confondre dans mon texte les puissances en kW ou MW et les énergies en kWh ou MWh. Regarder bien ce que j'ai écrit!

Réponse de le 20/08/2012 à 14:56 :
ok je suis ecris le blanc je recherche des amie pour se change de connaissance
a écrit le 08/02/2012 à 6:27 :
Tout ce que les Verts réussissent à faire en opposant comme ils le font le nucléaire aux renouvelables, c'est braquer les personnes pragmatiques et soucieuses de défendre l'énergie nucléaire, encore incontournable, contre ces énergies renouvelables, alors que les énergies que les renouvelables devraient remplacer prioritairement sont les énergies fossiles, en cours de raréfaction, néfastes à l'atmosphère et à notre balance commerciale.
Depuis toujours, les Verts SONT le frein principal à l'écologie (je ne connais personne qui soit opposé par principe à l'écologie !)
a écrit le 08/02/2012 à 5:19 :
Le fait d'importer de l'électricité résulte de plusieurs facteurs. Le premier peut être technique à savoir par atteinte des limites de production hexagonales, le second peut résulter du fait que l'électricité importée l'est à un coût moindre que sa propre production en intégrant les lieux de production et de consommation (il y a des pertes en ligne) et la charge locale des réseaux. Donc des critères technico-économiques guident les choix. Il faut donc se méfier des extrapolations à partir du simple fait d'importer de l'électricité.
a écrit le 08/02/2012 à 2:30 :
Faudrait savoir ce qu'on veut. S'il s'agit d'une énergie propre sans trop de pollution ni pluies acides alors il faut maintenir le nucléaire et comprendre que consommer moins de carburant pour se chauffer ou circuler entraine inéluctablement la fermeture de raffineries. Les verts sortez de vos cavernes bien chauffées pour regarder les choses en face
a écrit le 07/02/2012 à 16:09 :
Le fait de l'électricité pas chère en France a générer un gaspi ,ou le chaufage électrique a trop été développé au détriment d'autre mode plus chère mais moins gourmand en électricité. Voir que l'Allemagne consomme 4 fois moins que nous en dit long sur le chemin qui nous reste à faire. Fermer les centrales nucléaires serait une erreur tout comme ne pas s'orienter vers d'autres énergies. Il faut savoir qu'un panneau pohtovoltaïque perd 1% /an de son rendement ,une durée de vie maxi de 20 ans
a écrit le 07/02/2012 à 15:46 :
Je me réjouis de constater que désormais le compte à rebours est lançé dans le pays. Le politique qui n'avait naguère à propos du nucléaire que pour slogan "circulez y-a rien à voir" commence à raisonner et à voir plus loin que le bout de son nez. Encore une fois je constate que le débat d'idées s'anime aux grandes échéances. Espérons qu'il en reste quelque chose.
a écrit le 07/02/2012 à 15:23 :
Après avoir couper les subventions aux énergies renouvelables nous devons attendre des chinois ou des allemands les derniers développements technologiques pour faire évoluer notre façon de consommer; Ok la balance commerciale sera un peu plus déficitaire mais çà n'a pas l'air d'être une priorité depuis le temps que çà se dégrade.
Réponse de le 07/02/2012 à 16:03 :
Pour être positif quelques entreprises très rapidement dans ces secteurs : Total a racheté Sunpower l'un des leaders mondiaux qui a d'excellents rendements pour ses produits parmi les meilleurs, Areva investi dans le solaire, l'éolien, la biomasse etc, Fonroche est très actif dans le biogaz et le solaire notamment, Alstom (gros investissements dans les énergies éoliennes et marines), Soitec, Mersen (solaire), Technip, Edf, Dcns, Sabella etc (énergies marines), Saint Gobain (bâtiments verts, solaire), Schneider (smart-grids etc), Air liquide, PSA, Renault etc (hydrogène, piles à combustible), Mia (véhicules électriques) Saft (batteries, stockage), Lucibel, Homelights, Neolux (éclairage, led), Rhodia, Arkema, Sofiproteol, Roquette (chimie verte), Tereos, Champagne-Céréales, Fermentalg, Biomethodes, Deinove (agro/biocarburants), stockage hydrogène solide (McPhy Energy) et autres Veolia, Dalkia, Suez, Seché, Magic Recycle etc etc.
a écrit le 07/02/2012 à 14:30 :
c là que l'ont voit notre indépendance des ricolos c politiques
a écrit le 07/02/2012 à 11:25 :
L'énergie photovoltaïque est considérablement subventionnée en Allemagne et suscite un mouvement en faveur de fortes réductions de ces avantages. Vous prétendez que la production a parfaitement répondu cet hiver en Allemagne du Sud, quand ? maintenant avec des couches de neige très épaisses sur les toits ?? Novembre, décembre et janvier ont été des mois sans neige. N'est ce pas présomptueux d'affirmer cela ? Quant au stockage, il ne peut que passer par des centaines de milliers de batteries, illusoire aujourd'hui. En fait les énergies renouvelables ont bien leur place mais que leur place, pas d'énergie photovoltaïque avec des panneaux encrassés, couverts de neige et la nuit. De même l'éolien, pas de vent et encore modéré, pas d'électricité.
Réponse de le 07/02/2012 à 11:43 :
En France, l'énergie peut être stockée comme au barrage de Grand Maison dans les alpes où on pompe de l'eau dans la réserve supérieure lorsque le courant est peut demandé (=prix du kw bas) et où on turbine cette eau lorsque l'on en a besoin (=prix du kw élevé). La perte reste raisonnable puisque 1 m3 d'eau qui descend fournit assez d'énergie pour remonter 950 litres d'eau. C'est donc assez performant.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:20 :
@ Européen : les énergies renouvelables se déclinent sous des multiples formes et pas seulement solaire et éolien et le stockage offre beaucoup de solutions. Laurent à raisons de rappeler le pompage turbinage mais il y a beaucoup d'autres formes qui vont pouvoir permettre se mettre en place et stocker à long terme (syngas, hydrogène etc) + extension des réseaux. Cela combiné à l'efficience énergétique permet de couvrir à terme l'ensemble des besoins pour l'Allemagne, plusieurs rapports sérieux ont été faits sur le sujet et tiennent la route.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:25 :
En effet, avec l'hydro c'est facile ... et trés efficace
Avec le reste beaucoup moins et très faiblement quantitatif. Suffit de regarde à combien de minute(s) de centrale nucléaire correspond le plus grand stockage opérationnel pour le solaire ...
Mais bon, cela va s'améliorer et d'ici 2040-2050 ce ne sera plus vraiment un problème ... si les "verts" arrêtent de s'en mêler et de faire des c********** ...
Réponse de le 07/02/2012 à 13:30 :
le souci des barrages, c'est la limitiation des espaces pour en creer de nouveaux ..Mais ok avec vous !
Réponse de le 07/02/2012 à 14:10 :
On fait du pompage turbinage dans des mines et les trous ne manquent pas en fait.
a écrit le 07/02/2012 à 11:15 :
Dans les nouvelles constructions, il est souvent installé des convecteurs électriques énergivores à peu de frais. (gain max pour les promoteurs..) Pas de tuyaux, de radiateurs, de chaudière,... Ensuite c'est le consommateur qui paye la note EDF (plus élevée que le gaz ou fuel) , et conduit inévitablement à des problèmes de manque de sources d'énergie en période de grand froid ! ARRETONS d'INSTALLER CE TYPE DE CHAUFFAGE !
Réponse de le 07/02/2012 à 12:20 :
Tout à fait juste !
Réponse de le 07/02/2012 à 16:07 :
Je reviens des sports d'hiver: tous les appartements sont en effet chauffés par l'électricité, sol et convecteurs. Et sur les annonces d'appartements à vendre, on voit maintenant que ce sont tous des passoires thermiques, F ou G...
Réponse de le 08/02/2012 à 6:36 :
Ne pas oublier d'un autre côté que le chauffage au gaz ou au fioul est source de danger: incendies et explosion. Par ailleurs, ce n'est pas renouvelable (contrairement au bois).
Je pense que l'isolation est le premier chantier. La substitution du chauffage électrique ensuite, en essayant de ne pas sacrifier la sécurité.
a écrit le 07/02/2012 à 11:13 :
Si l'on voulait vraiment maîtriser la consommation électrique, on interdirait l'utilisation des chauffages électriques bas de gamme dans les constructions neuves. Or il n'en est rien : on continue d'installer des radiateurs "grille pain" à tout va. Ce qui fait douter de la réelle volonté des politiques sur le sujet ... réduire la consommation oui, mais pas trop !
a écrit le 07/02/2012 à 11:02 :
En matière d´énergie, il faut une vision sur le long terme et non pas faire de la propagande électorale et changer d´avis dans 6 mois.
L´important est d´avoir un mix énergétique cohérent et compétitif.
C´est stupide de fermer toutes les centrales nucléaires dnas les années qui viennent.
Il est également stupide de ne pas développer une filière renouvelable en france vu les potenciels de l éolien offshore sur la façade atlantique et mer du nord et du solaire dans le sud est de la france (le coût de ces énergies baissera dans les prochaînes années / l´éolien est déjá compétitif - le seul problème pour le moment est le stockage de ces énergies).
En france, il n´y a pas une seule entreprise de fabrication d´éoliennes !!!
Les principaux constructeurs en europe sont danois, allemands, et espagnols.
En résumé: fermer les centrales nucléaires les plus anciennes, construire quelques nouvelles et promouvoir une filière renouvelable en france avec un objectif minimum á 10 et 15 ans en privilégiant les plus compétitives (mini-hydraulique, éolien, solaire au sud de la france et les dom-tom).
L´important est surtout de réduire la consommation en pétrole et gaz importés qui ne génèrent aucun emploi, polluent, et dont les prix vont explosés du au fait que les réserves mondiales vont se faire rares.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:52 :
Bien dit ! En plus lorsque l'on voit que les importations d'énergies fossiles en France sont de l'ordre de 50 milliards d'euros par an, si l'on rapporte çà aux augmentations d'impôts actuelles, on peut conclure que le tout nucléaire a absorbé beaucoup trop de fonds et que le virage vers l'efficience énergétique et les énergies renouvelables n'a pas été pris assez vite et même quasi abandonné au début des années 80 alors même que ce qui était alors l'AFME (Agence de l'environnement) réalisait des études très précises sur le sujet et ques les labos et entreprises françaises étaient alors en pointe dans le domaine. Pendant le même temps les suédois continuaient sur la bonne voie et son de moins en moins dépendants et l'Allemagne démarrait ses programmes début 90 avec des succès à l'export très importants ensuite donc retombées financières. Merci les extrêmistes et obsédés du nucléaire qui ne semblent connaître que cette énergie !
Réponse de le 07/02/2012 à 12:52 :
Bien dit ! En plus lorsque l'on voit que les importations d'énergies fossiles en France sont de l'ordre de 50 milliards d'euros par an, si l'on rapporte çà aux augmentations d'impôts actuelles, on peut conclure que le tout nucléaire a absorbé beaucoup trop de fonds et que le virage vers l'efficience énergétique et les énergies renouvelables n'a pas été pris assez vite et même quasi abandonné au début des années 80 alors même que ce qui était alors l'AFME (Agence de l'environnement) réalisait des études très précises sur le sujet et ques les labos et entreprises françaises étaient alors en pointe dans le domaine. Pendant le même temps les suédois continuaient sur la bonne voie et son de moins en moins dépendants et l'Allemagne démarrait ses programmes début 90 avec des succès à l'export très importants ensuite donc retombées financières. Merci les extrêmistes et obsédés du nucléaire qui ne semblent connaître que cette énergie et encore !
a écrit le 07/02/2012 à 10:06 :
la France exporte aussi à ses pays voisins en différentes occasions, c'est une pratique courante.
Arrêtons de critiquer systématiquement ce que fait la France et de monter en épingle les succès des voisins même s'il est vrai qu'il y a encore des progrès à faire notamment en isolation et diversification des énergies. Encore faut il encourager l'investissement.
Réponse de le 07/02/2012 à 14:25 :
Tout à fait exact. Mais encore faudrait-il aussi que tous les fonds ne soient pas comme c'est le cas depuis plus de 30 ans majoritairement affectés au nucléaire. J'ajouterais qu'il est symptomatique en France que chaque fois qu'il y a une émission TV ou autre sur l'énergie il n'y a quasiment jamais de spécialiste des énergies renouvelables mais par contre toujours une représentant du nucléaire qui dénigre les énergies renouvelables avec des arguments stupides du style, on va retourner à la bougie ! Il est vrai qu'avec 58 réacteurs et tous les personnels associés + les avantages de beaucoup de monde dans cette filière, çà fait beaucoup de monde pour défendre une technologie qui au total nous a coûté beaucoup. Il faut donc que çà change.
Réponse de le 14/02/2012 à 20:06 :
Ce n'est pas depuis 30 ans mais depuis 55 ans que les subventions publiques en matière de recherche énergétique vont quasi exclusivement au nucléaire (encore une spécificité française). Et ce pour un total de 55 Milliards d'Euros (valeur 2010,
Rapport de la cour des comptes janvier 2012, http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Theme-290.html).

Et pour quels résultats ? Nécessité de renforcer la sécurité suite à Fukushima. Pas d'autres solutions que de faire un grand tour pour y oublier les déchets radioactifs pour des millénaires. Un EPR qui ne se vend pas et prend retard sur retard et surcoût sur surcoût. Et qui est en passe de se faire prendre des marchés par les (petits) réacteurs coréens ! Belle réussite, beau gachis.

http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Theme-290.html
a écrit le 07/02/2012 à 9:55 :
C'est surtout qu'en raison de l'importance du secteur des énergies renouvelables mais non continues que l'Allemagne est suréquipée en centrales à faible inertie, capables d'être mises en route rapidement.
Un article partial et totalement inepte.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:24 :
Pas tout à fait exact le vent a beaucoup soufflé ! Et le plan allamend de mise en place des énergies renouvelables, après une longue période d'étude qui a démarré début 90 ne fait vraiment que démarrer franchement depuis quelques mois. Avant les scientifiques étaient prêts mais attendaient le feu vert des politiques.
a écrit le 07/02/2012 à 9:33 :
Il faudrait en France commencer par rénover le parc immobilier trop energivore. En Allemagne ça a été fait pendant les dix dernieres années. La consommation energétique est plus basse et plus indépendante de l'électricité. En France l'électricité venant du nucléaire a toujours été peu chère, donc personne n'a fait d'éffort sur l'economie d'énergie. Maintenant EDF doit investir dans la sécurité du nucléaire ce qui va augmenter les prix. Et comme la rénovation ne se fait pas en un jour, les pros étant rares, tout le monde paye la facture. Faut investir pour économiser, ça a toujours été comme ça.
Réponse de le 07/02/2012 à 10:59 :
Ya qu'à, faut qu'on.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:24 :
Bien vu Cat !
Réponse de le 07/02/2012 à 15:07 :
pas si simple : si vous êtes en appartement avec un chauffage collectif, ce n'est pas très intéressant de faire de l'isolation pour la collectivité. Et si c'est pour vous uniquement, le bilan énergie d'une isolation n'est pas évident : un double vitrage consomme de l'énergie à produire et installer. A partir de quand, remplacer un simple vitrage par un double devient rentable? Les gens raisonnent par rapport au prix (bilan financier) dans le calcul, mais est ce le bon raisonnement?
Réponse de le 07/02/2012 à 15:44 :
@ Tahi : pour info la réglementation énergétique impose des normes pour les nouveaux bâtiments de plus en plus strictes au fil des ans (RT 2012 etc) et par ailleurs tous les immeubles d'avant 2001 doivent faire un bilan énergétique et avoir un ensemble de travaux à réaliser pour améliorer leur bilan (voir votre syndic). Ca va ensuite être de plus en plus strict et ce pour toute l'Europe, entre autres. Par ailleurs les énergies fossiles et polluantes risquent d'être de plus en plus taxées (contribution C02 ou équivalent) en contrepartie pour les particuliers d'efforts pour un meilleur bilan énergétique donc gain final pour ces derniers. Le bilan global est très favorable d'autant que les fabricants doivent aussi tenir compte de l'énergie utilisée dans la fabrication des matériaux et produits et çà inclue aussi les fabricants de fenêtres et en fait toutes les entreprises surtout celles produisant du CO2 etc. tout comme par ailleurs il est de plus en plus imposé le recyclage y compris béton, routes, PVC, solaire etc. Le bilan énergétique énergie de fabrication / énergie économisée est variable selon les types de fenêtres mais est dans tous les cas favorable y compris à moyen terme dans le cas du remplacement d'un simple vitrage par un double de faible émissivité. Les calculs ont déjà été faits avec précision. Il ressort par contre que les triple vitrage en façade Sud ne sont pas intéressants pour les pays ensoleillés mais le sont par contre sur les autres parties d'un bâtiment et encore plus quand il n'y a pas de soleil.
a écrit le 07/02/2012 à 9:11 :
Tous les ans c'est la même rengaine...5 cm de neige les Français sont bloqués...-10 degrés y'a plus d'électricité le réseau est saturé...40 degrés 15000 morts...et après ca vient donner des leçons...Les Français sont nuls et cela se confirme chaque jours !!
Réponse de le 07/02/2012 à 13:26 :
Effectivement, cela se confirme. Il suffit de lire votre commentaire pour en prendre conscience
Réponse de le 07/02/2012 à 15:00 :
Fro n'a pas tort, même si tous les français ne sont pas nuls il faut reconnaître qu'à chaque épisode un peu critique comme l'an passé lors de la vague de froid ou lors de la canicule de 2003 ou encore lors des votes aux élections ou beaucoup se font manipuler chaque fois par les promesses électorales et le regrettent ensuite comme pour Sarko en 2007 et comme pour le Pen en 2012 dont le programme est en pratique intenable mais attire des gens qui y croient dur comme fer, rares étant les candidats tout à fait honnêtes et quand c'est le cas comme sans doute Bayrou ils ne sont jamais élus car la réalité n'est pas très sexy, il faut reconnaître que les français jugés comme veaux par de Gaulle sont souvent des bons vivants râleurs comme dans les banquets d'Astérix mais parfois ils aiment bien rêver, c'est romantique mais la réalité les rattrape. Ils sont latins et nordiques mais quand il y a des difficultées il faudrait être un peu plus nordiques, c'est souvent plus efficace dans beaucoup de cas.
a écrit le 07/02/2012 à 8:43 :
Bref on importe d'Allemagne car l'Allemagne utilise peu l'électricité.
Donc c'est un faux débat et ce n'est pas sur ce point qu'on tranchera entre énergie nucléaire et renouvelable.
Si on avait des chauffages à 90% sur des énergies fossiles (fioul, ...) en France comme en Allemagne, on utiliserait moins d'électricité, et on n'en importerait pas. Par contre la consommation de pétrole exploserait, comme actuellement en Allemagne.
Réponse de le 07/02/2012 à 15:24 :
C'est plus compliqué car le rendement d'une chaudière à gaz à condensation ou fuel est bien plus élevé que l'énergie produite par une centrale nucléaire dont le rendement est de moins de 40% à laquelle il faut ajouter la perte réseaux 15% voire 20% (nettement moins encore pour le gaz et quasiment pas si c'est du biogaz local) et arrivé au convecteur le rendement est encore plus déplorable car c'est le mode de chauffage le pire sur ce plan. Par ailleurs les logements sont nettement mieux isolés en Allemagne. Donc il y a déjà une grande différente de rendement et d'efficacité globale d'un pays à l'autre. Pour le reste il n'y a pas lieu d'opposer les énergies les unes aux autres mais les renouvelables sont de source gratuite non polluante, leur potentiel de baisse des prix est encore assez important, elles permettent une production individuelle ou locale dans le cas de villes par exemple donc peuvent apporter une relative voire totale autonomie, ne présentent pas de danger majeur et associées à l'efficience énergétique répondent à une grande part des besoins. Elles permettent de se préparer à la disparitions des ressources fossiles successives et de réduire les émissions de gaz à effet de serre et permettent l'indépendance énergétique. Les mise en place qui est récente demande un peu de temps mais çà avance vite tout comme les découvertes et leur compétitivité et avantages laissent présager à n'en pas douter la part majoritaire qu'elle vont rapidement prendre à terme.
a écrit le 07/02/2012 à 8:07 :
qu'en est il de la belgique qui fait tt pour ne plus produire d'energie?
a écrit le 07/02/2012 à 7:47 :
Les pros nucléaires viennent de prendre une grosse claque et leur discours vient de s'écrouler comme un château de carte ! Belle leçon industrielle des allemands aux français hautains !
Réponse de le 07/02/2012 à 9:08 :
tu as vraiment tout compris .... !!! désolant comme commentaire
Réponse de le 07/02/2012 à 9:12 :
au contraire cela prouve qu'il faut intensifier la construction de plusieurs epr pour garantir notre independance energetique avant que l'allemagne soit epuisee en ressources fossiles
Réponse de le 07/02/2012 à 12:26 :
Les EPR sont une technologie dépassée et trop coûteuse désormais. De plus sur le plan sécurité et déchets nucléaire c'est une erreur. Voyez les travaux du Cnrs et du Cea sur le sujet, ils sont plus en pointe même s'il restera des inconvénients et un coût important.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:37 :
le lobby du nucléaire vient une fois de plus prêcher pour sa paroisse :)
marrant
a écrit le 07/02/2012 à 5:30 :
si les tarifs edf avaient augmenté a leur juste prix,edf aurait pu investir dans les infrastructures suffisantes.je propose une hausse des tarifs de 10 pour cent par an pendant 5 ans avec suppression des tarifs sociaux qui ne servent a rien
Réponse de le 07/02/2012 à 6:04 :
Rigolo va ! EDF est capable d'investir à l'étranger, preuve qu'ils font de la marge ne France ! Ils cherchent le plus rentable, c'est tout. C'est pourquoi l'Etat doit contrôler EDF, secteur stratégique s'il en est.
Réponse de le 07/02/2012 à 10:24 :
c'est un peu comme les operateurs telephonique .... y'a pas de vraie concurrence....
Réponse de le 07/02/2012 à 10:33 :
Yoh: depuis quand est ce parce qu'on gagne de l'argent chez X que l'on investit chez Y ? Les investissements à l'étranger sont financés par endettement, et rentabilisés par les revenus tirés de l'étranger. Voir les activités britanniques d'EDF, très rentables, par exemple. Au passage, alors qu'en France on dit "EDF finance ses investissements étrangers avec les factures des français", les mêmes idiots/démagos britanniques disent "EDF finance l'Etat français et/ou les français aux 35h avec les factures des britanniques"
a écrit le 07/02/2012 à 1:23 :
Donc contrairement à ce que nous disent les gouvernements de gauche comme de droite nous ne sommes pas indépendant avec l'énergie nucléaire puisque nous devons en acheter à l' Allemagne, et apparemment le solaire cela marche et même très bien, Alors ne serait-il pas possible d' avoir en plus des centrales nucléaires, plus de solaire, d'éolien, de géothermie, etc....
Réponse de le 07/02/2012 à 6:07 :
Pas question. Les panneaux solaires Allemands sont fabriqués en Chine, où aucune norme environnementale n'est respectée. Alors il est facile de dire "on ne pollue pas grâce à nos panneaux solaires!" alors que la fabrication de ces mêmes panneaux à généré une énorme pollution à l'autre bout du monde! De plus l'allemagne carbure aux énergies fossiles depuis qu'elle a fermé plusieurs centrales nucléaire d'où des rejets de CO2 très importants! Vive les écolos, toujours très doués pour se contredire!
Réponse de le 07/02/2012 à 8:25 :
qu'est ce qu'on s'en fout si ça pollue en chine du moment que ce n'est pas chez nous
Réponse de le 07/02/2012 à 11:02 :
Le CO2 va s'arreter à la frontiere, déjà entendu ça ...!!
Réponse de le 07/02/2012 à 13:54 :
Pas exact Yoh. La majorité des panneaux allemands n'a pas été fabriquée en Chine puisque la production à bas prix de ces derniers est relativement récente et dans le même temps les chinois progressent dans l'efficience à produire ces panneaux même s'il reste des progrès à faire. Actuellement la production d?électricité en Allemagne provient à environ 38% % des énergies fossiles, le lignite représentant 22 % de l?ensemble, alors que 20 % sont encore issus du nucléaire et environ 20 % des énergies renouvelables. Toutefois le suédois Vattenfall qui exploite une partie de ces centrales thermiques capte une part de CO2. Et dès 2013 les entreprises devront compenser leur impact sur l?environnement avec l?achat de certificats d?émissions de CO2 qui conduiront à des augmentations de coût significatives pour l?exploitation du lignite. Deux tendances s?observent à moyen-long terme : le coût des énergies renouvelables diminue régulièrement tandis que celui des énergies fossiles est en hausse constante (plus grande difficultés à exploiter le charbon à présent). S?il y a donc un excès de C02 temporaire relatif car l?Allemagne se fournit sur le réseaux ENTSOE-E qui est un mix, il va en quelques années être rapidement et définitivement compensé et l'Allemagne y a financièrement aussi tout intérêt.
a écrit le 06/02/2012 à 22:50 :
Bonne occasion de rappeler que la France ferait bien d'accélérer son développement dans l'efficacité énergétique car quelle gabegie ces convecteurs électriques, c'est eux essentiellement qui font grimper la consommation à chaque pic de froid et c'est une conséquence du tout nucléaire. Autre conséquence, les français sont très mal informés dans le domaine de l'énergie, comme par ailleurs de l'économie. Les programmes suédois (commencé au début des années 70) et allemands (commencé en début des annéees 90) entres autres, dans le domaine des énergies renouvelables donnent actuellement de bons résultats, cet article le confirme et çà va s'accélérer, l'Allemagne monte en puissance dans les enr. et il serait bon d'accélérer aussi. Nous sommes encore un peu timides dans le biogaz malgré le fort potentiel et beaucoup dans la géothermie, même s'il faut rendre hommage à NKM de faire pas mal. Peu mieux faire aussi dans les carburants à base d'algues et dans les énergies marines. Mais surtout dans l'efficacité énergétique.
Réponse de le 07/02/2012 à 0:36 :
vous vous perdez dans les ordres de grandeurs.C'est ni avec des algues ,ni avec des hélices au-dessus ou en dessous de l'eau que vous produirez 97.000 méga-watts comme aujourd'hui.
Réponse de le 07/02/2012 à 6:09 :
Très juste pierre 2.
Réponse de le 07/02/2012 à 12:24 :
N'empêche que si on investissait plus dans les centrales à biogaz auprès des agriculteurs français, ils gagneraient certainement mieux leur vie, on importerait moins d'énergie et on serait peut-être moins dans la merde ! Quoiqu'il en soit réellement, d'un simple point de vue médiatique, nous français qui nous gaussions de notre énergie nucléaire, on passe encore pour des cons !
Réponse de le 07/02/2012 à 12:44 :
@ Pierre 2 : le but n'est surtout pas de produire l'équivalent d'aujourd'hui qui est une gabegie totale mais de combiner des réseaux interdépendants plus efficaces + l'efficience énergétique au sens large (bâtiments producteurs d'énergies) + l'ensemble des énergies renouvelables les plus appropriées selon les situations + la gestion optimale + le meilleur rendement des technologies + les diférentes formes de stockage court et long terme et le potentiel de l'ensemble est très élevé. Il existe différentes études sur le sujet de la part de scientifiques indépendants et autres et çà tient parfaitement la route mais çà demande bien sûr un peu de temps, c'est un changement de fond qui est en train de s'opérer à patrtir de différents centres en pointe dans le monde. Le Frauhofer Institute pour l'Allemagne a des rapports très détaillés et Stanford ou l'univ. de Wisconsin pour les Etats-Unis aussi. Une simple exemple aussi tiré d'une étude récente, le simple changement de l'électroménager dans la zone euro en catégorie A+++ telle qu'elle exite déjà et qui peut mieux faire équivaut à près d'une dizaine de centrales nucléaires. Un éclairage public amélioré en France peut permettre de supprimer au moins 2 centrales nucléaires sans forcer (étude du ministère de l'environnement récente). Par contre faire un EPR qui est une technologie dépassée et qui coûte 7 milliards environ, cà n'a pas été un bon choix car on pouvait nettement mieux faire.
Réponse de le 07/02/2012 à 16:01 :
@Energie+
OK sur les mesures d'économies que vous citez, mais n'oubliez pas que le développement de l'automobile électrique va augmenter les besoins en électricité (au détriment des moteurs à pétrole polluants, à forte empreinte carbone et à l'efficacité fortement plombée par les pertes calorifiques irrécupérables sans augmenter le poids)
Réponse de le 07/02/2012 à 17:27 :
Bonne remarque Rico mais il y a 2 développements parrallèles possibles dans les véhicules, ceux à pac et ceux à batteries, entre autres. Dans les 2 cas la diminution de la taille et du poids sont nécessaires pour un meilleur rendement. Le premier peut utiliser un hydrogène produit à tel endroit (y compris importé si le rendement et prix sont valables) et/ou telle période de l'année ce qui ne pèse donc pas nécessairement sur la demande immédiate. L'autre (batteries) souvent pour d'assez courtes distances a de multiples sources de recharges (à son bureau avec panneaux solaires ou éolien), avec panneaux ou peinture photovoltaïque (Mitsubischi produit çà en 2013) pour complément d'énergie non dérisoire, pendant les courses (des supermarchés type Val Mart etc s'équipent de panneaux solaires etc) ou autres endroits (c'est prévu pour Autolib etc), chez soi (pendant les heures de faible consommation ou là encore avec ses propres panneaux, éolien etc). Autres aspect aussi, les parking ou un ensemble de véhicules peuvent servir de stockage et les propriétaires rémunérés pour que leur véhicule serve de batterie de stockage. Les résulats sont satisfaisant avec par exemple une ensemble de 500 véhicules et plus (exemple du Danemark avec IBM etc). Compte tenu des multiples solutions et du fait que le solaire notamment va voir ses prix encore baisser nettement et devenir très répandu (cellules organiques, peintures, fenêtres etc), que les piles à combustibles produisant un vecteur d'énergie stockable va équiper certains habitats (Panasonic en vend déjà), on peut envisager que les véhicules à piles à combustible comme les véhicule électriques auront de multiples sources d'approvisionnements et que çà ne devrait pas peser tellement sur la demande, d'autant que vu les prix de ces véhicules et l'intérêt des fabricants de vendre des véhicules thermiques qui demandent plus d'entretien et dont les moteurs tiennent nettement moins longtemps (200.000 km au mieux contre 2 millions de km en électrique) la croissance des ventes de ces véhicules risque d'être assez progressive pour avoir largement le temps de s'adapter.
a écrit le 06/02/2012 à 21:19 :
Cet article est digne d'un canard bas de gamme comme l'express ou le nouvelobs et c'est indigne de latribune.fr.
Renseignez-vous, si on importe du courant allemand, c'est pour des raisons très précises. Et la partie immergée de l'iceberg, c'est que les allemands en importent de chez nous toute l'année en permanence. Mais ça, c'est trop fatiguant à dire !
Réponse de le 06/02/2012 à 23:15 :
Pas exact ce que vous dîtes, çà fait longtemps que nous importons de l'Allemagne entre autres si l'on regarde les chiffres à l'année et malgré l'arrêt de centrales en Allemagne çà ne devrait pas fondamentalement changer sur la durée, sinon ponctuellement. Cà traduit une politique trop pro nucléaire en France qui a influencé et capté les budgets qui pouvaient servir à l'efficience énergétique dont le gisement est énorme et aux énergies renouvelables dont le potentiel est également très important. Il est donc important de réequilibrer cette situation.
Réponse de le 07/02/2012 à 15:24 :
On atteint des sommets dans l'ostracisme: c'est la faute du nucléaire pour tout y compris pour les projets que l'on n'a jamais mené ou songé à mener. Je ne comprends pas ce besoin d'ostraciser une filière comme ci c'était une nécessité pour avancer: nucléaire et énergies renouvelables peuvent très bien être complémentaires !
Enfin si, je "comprends": je me doute qu'à l'origine de ces constructions idéologiques douteuses se trouvent un parti largué et revanchard, idéologiquement opposé au nucléaire et pour des raisons qui ne sont pas forcément celles communiquées.
Réponse de le 07/02/2012 à 16:59 :
Rico on voit que vous ne connaissez pas bien le secteur de l'énergie depuis des années et que vous n'observez pas en détail ce qui se passe. Comparez les budgets qui ont été alloués depuis plus d'une trentaine d'année aux différentes filières et vous allez tout de suite comprendre. Regardez ensuite ceux qui ont représenté le secteur énergétique et leur origine de formation ou de parcours et leurs liens avec le nucléaire. Regardez ensuite les rapporteurs successifs de commissions, de rapports à l'assemblée, au sénat, les conseillers etc et analysez aussi leur origine et liens. Souvenez vous de Giscard et de la famille de sa femme et du secteur dont elle provenait. Lisez les rapports qui ont été établis avec une connaissance énergétique neutre et objective et vous allez comprendre que le nucléaire a bien été au moins jusqu'à présent une filière monopolistique qui a regroupé une multitude de personnes qui ont défendu un secteur et qui d'ailleurs ne connaissait finalement pas grand chose pour beaucoup des autres secteurs qui pourtant étaient par ailleurs développés en France modestement avec des moyens dérisoires. Il y a eu une différence de budgets et soutiens considérables très favorables à la filière nucléaire comparé aux filières énergies renouvelables. Pourquoi d'ailleurs l'Allemagne qui n'était pas plus avancée que nous dans les années 80 s'est largement plus développée dès 90 dans ces secteurs avec les succès mondiaux et d'exportations que l'on connait dans les énergies renouvelables alors que nous sommes obligés de racheter à prix généralement très élevés des entreprises étrangères pour tenter de créer des morceaux de filières et alors même que nous n'exportons pratiquement pas nos centrales et sinon dans des conditions fiancièrement désastreuses et que nos technologies dans ce domaine sont déjà pour beaucoup dépassées par d'autres. Il n'y a aucun ostracisme ni parti pris et ce n'est pas un point de vue politique mais réaliste et scientifique. Si vous analysez par ailleurs les points de vue d'énergéticiens neutres d'autres pays il constatent toujours avec étonnement le parti pris énergétique français en faveur du nucléaire. Souvenez vous du nuage de Tchernobyl qui ne passait pas les frontières alors que tous les pays voisins ne le cachaient pas. Souvenez vous des hausses soudaines de cancers de la thyroïde dont l'explication était que l'on diagnostiquait mieux les cas et croisez la courbe d'augmentation des résultats des diagnostics des années avant Tchernobyl avec celle après Tchernobyl et étrangement on a fait de singuliers progrès de diagnostics après Tchernobyl. Souvenez vous des déclarations du directeur de l'agence de sécurité nucléaire lors de Fukushima qui s'est fait mettre en demeure de se taire lorsqu'il a rappeler qu'il y avait statistiquement 1 accident nucléaire majeur dans le monde tous les 22 ans, ce que confirme les autres études internationales mais qu'en France il ne faut surtout pas dire car çà ne peut pas arriver nous sommes les meilleurs dans ce domaine c'est pour çà qu'Areva se porte mal. Souvenez vous lorsque l'on disait que le nucléaire est l'énergie quasiment la moins chère en Europe et qu'en commission au sénat H Proglio a déclaré avec un relatif franc parlé que les centrales étaient âgées (27 ansd en moyenne contre 30 ans prévu au départ), que les incidents qui avaient été jusque là soigneusement cachés étaient de plus en plus fréquents et qu'une forte augmentation des prix était obligatoire. Et j'en passe beaucoup. Alors au lieu de parler de sommets d'ostracisme et d'idéologie douteuse, soyez plus objectif et honnête et admettez que le secteur nucléaire a bénéficié de beaucoup d'avantages par rapport aux autres, qu'il a beaucoup caché et menti, qu'il n'a pas permis de prendre assez à temps le virage d'autres énergies et que le rôle d'un énergéticien n'était pas de faire surconsommer de l'électricité en encourageant par d'autres sous traitants l'implantations de grille-pains dont la surconsommation reste à faible prix pour certains qui travaillent chez Edf mais actuellement plombent le budget des français et n'a pas permis en tirant la couverture à lui de permettre le développement satisfaisant des autres filières, ce que d'autres pays ont fait à nos dépens. Ce que j'indique n'est un secret pour personne qui connait ce secteur et çà n'a rien à voir avec de la politique qui est un argument facile mais ne repose sur rien. C'est pareil pour le secteur pétrole/gaz en Russie ou aux Etats Unis ou celui du charbon en Pologne. Il y a eu excès et c'est à corriger sinon les problèmes déjà important vont encore s'amplifier et je n'évoque pas les cas d'accidents, de terrorisme, de guerre, de stockage, démantèlement etc.
Réponse de le 08/02/2012 à 7:11 :
Vous décrivez surtout les inconvénients d'un secteur de l'électricité géré par un monopole public (donc subventionné) dans un état centralisé, où l'information et donc les compétences l'étaient aussi (ne perdez pas de vue qu'Internet est une innovation récente). Un choix a été fait, qui était loin d'être idiot, et en partie nécessité par un élément que vous oubliez: la production de plutonium pour assurer la dissuasion nucléaire, par temps de guerre froide.
C'est du passé et le ressasser n'apporte rien, sinon se créer un ennemi qui n'est pas le bon.
a écrit le 06/02/2012 à 19:51 :
et on oublie d ecire que les habitations allemande sont bien mieux isolees que les francaises (j ai vecu des 2 cotes et je dois dire que les logement les plus pourris que j ai vu sont sans conteste a Paris (et pour un tarif exorbitant))
Réponse de le 07/02/2012 à 15:15 :
Justement, il y a un lien: au prix que payent les propriétaires parisiens, il ne reste plus grand chose pour retaper l'appartement. Cette flambée de l'immobilier est intenable et néfaste au pays (elle pèse aussi sur la consommation des ménages devant épargner ou rembourser un prêt)
a écrit le 06/02/2012 à 18:54 :
on y arrive doucement la guerre economique a eut raison de notre triste
nous sommes sous tutelle allemande
Réponse de le 06/02/2012 à 23:32 :
plutôt sous tutelle grecque actuellement si l'on regarde bien ;o)
a écrit le 06/02/2012 à 18:11 :
EDF a largement les capacités pour répondre à un pic de 110 GW. Mais il s'avère que c'est moins cher d'importer que d'allumer des centrales au fioul pour la même puissance.

L'interconnexion est de 3GW avec l'Allemagne. Pour des consommation françaises moyennes de 70GW, arrêtez de faire tout un pataquès avec l'importation de courant: c'est marginal !!!!
a écrit le 06/02/2012 à 18:10 :
L'allemagne fournit en pointe car il est beaucoup plus rapide de mobiliser une centrale thermique que nucleaire mais le reste du temps ...donnez nous le resultat sur une année pleine plutôt que de faire ce genre de titre
par ailleurs il est etonnant de recourir à des productions élevées de co2 pour un pays ou la politique d'energie est dictée par les verts !
Réponse de le 06/02/2012 à 23:30 :
Non c'est lié au fait que les logements sont mieux isolés en Allemagne, qu'ils n'utilisent pas des convecteurs électriques très énergivores et que les pointes de consommations ne sont pas les mêmes. Pour mémoire également une centrale à charbon çà ne se met pas en route et n'atteint pas son rendement optimal rapidement. Les Verts enfin n'ont rien à voir car ce sont des scientifiques (plus de 2000 au simple Frauhofer Institute) qui ont planché dès le début des années 90 sur l'énergie, le sujet à fait l'objet de nombreux débats publics en Allemagne et dans les universités, les allemands sont ainsi mieux formés que les français dans ce domaine et la décision d'opter pour les énergies renouvelables est majoritaire et consensuelle. Ce serait la même chose en France si le lobby nucléaire ne défendait son prè carré et est présent à chaque émission avec des arguments inexacts et incomplet. La production de C02 va être ponctuellement plus élevée en Allemagne mais va être très vite compensée, c'est planifié et prévu il n'y a pas de mystère. Il y a plusieurs utilisations du CO2 produit comme par exemple des matériaux pour le bâtiments et des isolants à base d'algues ayant fixé le C02. Ils sont obligés de tenir compte du CO2 car ce dernier coûte et va coûter de plus en plus cher.
Réponse de le 06/02/2012 à 23:39 :
http://clients.rte-france.com/lang/fr/visiteurs/vie/bilan_annu.jsp
Il suffit d'aller sur le site de RTE pour voir que l'on importe plus d'Allemagne que l'on exporte et largement... après on nous fait croire ce que l'on veut les chiffres sont là !
Réponse de le 07/02/2012 à 6:35 :
Merci pour ces chiffres. Depuis 2003 on importe plus d'électricité allemande qu'on en exporte. C'est un phénomène long et durable...
Réponse de le 07/02/2012 à 12:18 :
Phénomène tactique lié à la reglementation ... le mix allemand étant plus vert ... ces importation font monter la part d'electricité verte sur le réseau et donc permettent de remplir les obligations ou objectifs ... arrêter de raconter n'importe quoi ...
a écrit le 06/02/2012 à 17:39 :
Quand le Soleil est bas, la production photovoltaïque est faible...
a écrit le 06/02/2012 à 17:34 :
L'Allemagne pourra aussi exporter son CO2
Réponse de le 06/02/2012 à 23:33 :
et nous nos radiations et nos déchets nucléaires ;o)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :