L'Allemagne sort du nucléaire sans polluer davantage

 |   |  550  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Contrairement aux prévisions, et même à des affirmations, de beaucoup de spécialistes de l'énergie, l'Allemagne n'a pas eu recours au charbon pour compenser l'arrêt de 8 de ses 17 réacteurs en 2011. Et n'envisage pas de le faire, selon une étude de l'Iddri, à paraître la semaine prochaine.

« La fin du nucléaire en Allemagne passe par le charbon », titrait en octobre dernier Le Monde, relayant une idée très généralement répandue. Faux ! affirme Andreas Rudinger, chercheur à l'Iddri, Institut du développement durable et des relations internationales, qui vient de plancher sur le sujet. « En volume, la production d'électricité à partir de houille et de lignite est restée quasiment stable en Allemagne l'an dernier, avec une hausse de 1,7%, selon les chiffres que vient de publier l'industrie énergétique allemande (AG-Energiebilanzen 2011) », souligne-t-il. Même si le charbon continue à se tailler la part du lion dans le mix électrique allemand en représentant 44% de l'électricité produite (50% en 2001). Quant aux autres sources d'énergies fossiles (gaz et pétrole), émettrices également de gaz à effet de serre, leur volume a même légèrement baissé en 2011, les centrales gaz produisant environ 14% du courant outre-Rhin.

60% du nucléaire arrêté a été compensé par les renouvelables

Au total, la part d'électricité d'origine fossile est passée de 57 à 58% malgré le recul du nucléaire de 22,3 à 17,6% de la production électrique. L'Allemagne n'a pas augmenté son recours au charbon, ni au gaz, pour compenser l'arrêt de 8 de ses 17 réacteurs, décidé brutalement au printemps dernier après Fukushima. Le pays a pourtant ainsi renoncé à 23% de son électricité nucléaire, qui représente elle-même 23% de l'électricité produite outre-Rhin. Soit, en 2011, 32 térawattheures (TWh) à remplacer.
60% de cette électricité a été fournie par des énergies renouvelables (éolien et solaire), dont la production a bondi de près de 20% en 2011, Un tiers de cette électricité nucléaire non produite a été "fournie" par une détérioration des échanges d'électricité avec ses voisins. Ses importations ont augmenté de 18,5% tandis que ses exportations ont reculé de 6,5%, mais au total l'Allemagne est restée exportatrice nette d'électricité. Enfin 1,9 TWh (6% de la production à compenser) n'a pas été consommé. La demande allemande d'électricité a baissé de 0,3% en 2011.

Pas d'augmentation inévitable des centrales thermiques


Et l'Allemagne ne compte pas sur de nouvelles centrales à charbon pour pallier l'arrêt progressif de ses réacteurs d'ici 2022, ajoute Andreas Rudinger. « En regardant de plus près les scénarios énergétiques sur lesquels est fondé l'Energiekonzept [politique énergétique adoptée par le gouvernement allemand en septembre 2010], on s'aperçoit ainsi que les centrales fossiles actuellement en construction (pour une puissance cumulée de 10 GW) visent en premier lieu à remplacer des centrales vétustes et polluantes par des centrales plus efficaces pour se conformer à la directive européenne sur les émissions de polluants atmosphériques et à réduire la part des centrales thermiques à charbon au profit de centrales à gaz et à cogénération », écrit le chercheur dans une étude qui sera publiée par l'Iddri la semaine prochaine.
Et il table sur la persistance de cette situation. « Sous l'hypothèse d'une poursuite des mesures de maîtrise de la demande d'électricité et d'un rythme de développement des énergies renouvelables similaire aux années précédentes, il semble par conséquent envisageable que l'Allemagne compense la sortie du nucléaire sans recourir davantage aux centrales à charbon et à gaz et sans remettre en cause la réalisation des objectifs nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre », conclut-il.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2013 à 22:08 :
Depuis le protocole de Kyoto la France qui était au départ un tiers moins polluante que l'Allemagne, a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 24 millions de tonnes soit -5%, l'Allemagne n'a réduit ses émissions que de 17 millions de tonnes soit - 2%.
Les chiffres sont têtus, mais la France qui était déjà meilleure que l'Allemagne, la laisse en plan, et le plus respectueux de l'Environnement n'est pas celui qui se prétend l?être.
a écrit le 20/01/2013 à 13:04 :
La pure tactique industrielle et électorale allemande se moque de la pollution et du climat. Cette sortie du nucléaire, trahison unilatérale envers l'Europe, prenant l'émotion liée à Fukushima en otage, est désolante. Il n'y a pas plus aveugles.... http://www.contrepoints.org/2012/09/09/96674-allemagne-de-nouvelles-centrales-a-charbon-pour-compenser-les-echecs-eolien-et-solaire http://www.sauvonsleclimat.org/communiqueshtml/regards-sur-la-transition-energetique-allemande-un-double-pari/35-fparticles/1222-regards-sur-la-transition-energetique-allemande-un-double-pari.html
a écrit le 03/01/2013 à 21:17 :
Cet article confirme la tendance observée depuis quelques années.La France , malgré un parc électronucléaire SURDIMENSIONNÉ aux coûts inévitablement croissants (plus ça vieillit, plus ça coûte cher comme une voiture !), voit sa dépendance au pétrole ne pas baisser et sa consommation d'électricité croître par habitant contrairement à nos voisins Allemands !
Vous voulez des preuves chiffrées ? Allez voir sur le site indépendant de GLOBAL CHANCE cette étude comparative instructive (http://www.global-chance.org/spip.php?article50#altereco) où vous apprendrez que nous dépendons encore plus du pétrole que les Allemands (41% contre 37%) et que notre consommation d?électricité diminue moins que celle de nos voisins Allemands (en 2009, la consommation d'électricité par habitant s'élevait à 6889 Kw pour un Français et à ... 6088 Kw pour un Allemand !) .Cela s'appelle l?efficacité ÉNERGÉTIQUE ! (produire en consommant MOINS !) Les tarifs élevés en Allemagne obligent chacun à faire attention et à optimiser les systèmes.Au fait,quand les Français prendront en compte leurs émissions de MÉTHANE (CH4) issuent des décharges , nous découvriront que nous émettons PLUS de gaz à effet de serre (GES) que les Allemands qui récupèrent massivement ce gaz des décharges pour l'injecter dans leur réseau .Il n'y a pas que les CO2 à prendre en compte dans nos émissions ! Au boulot les Français !
Réponse de le 20/01/2013 à 7:06 :
L'Allemagne a une population en baisse de 2 millions d'habitants sur 10 ans ce qui équivaut en besoins, à la production d'énergie électrique d'une centrale nucléaire. A l'inverse, la France a une population croissante de 2 millins d'habitants sur la même période, ce qui nécessite d'investir dans une centrale nucléaire. Sans stabilisation de sa population, la France devra construire toujours davantage de centrales nucléaires avec tous les problèmes que cela pose.
a écrit le 03/01/2013 à 21:05 :
C'est complètement faux. Il a été prouvé à plusieurs reprises que l'Allemagne polluait plus depuis que des réacteurs nucléaires ferment. Ils sont bien obligés de remplacer l'électricité fournie par ces derniers et comme le renouvelable n'est pas assez rentable, ils rouvrent et réutilisent des centrales à énergie fossile. A l'heure actuelle, avoir un mix énergétique essentiellement fondé sur des énergies polluantes (charbon, gaz, pétrole) est dépassé. C'était encore acceptable au 20e siècle, plus maintenant.
De plus, le prix de l'électricité a augmenté aussi, cela a été aussi démontré.
a écrit le 23/03/2012 à 23:18 :
@fred
Ah oui et qu'est-ce qu'il y a dans ces 20% de renouvelables ? De l'hydraulique a 80%, des agrocarburants a 15% peut être 2% d?éolien, 1% de biomasse peut être 0.005% de solaire PV et sans doute tout un tas d'autres moyens de produire de l'électricité qui serait trop long a lister mais dant la contribution au mix énergétique global est minime.

Votre source est difficilement vérifiable pour le commun. mais j'ai trouvé ce lien : http://bib.rilk.com/1338/01/these_SBusquet.pdf
Page 7 : §1.1 :
premier paragraphe : De nos jours, la production mondiale d?énergie est réalisée à 74 % à partir de combustibles
fossiles (pétrole, charbon et gaz), à 20 % par les énergies renouvelables (hydraulique,
biomasse, solaire, éolien) et à 6 % par le nucléaire [1]. De nombreuses études sur
l?appauvrissement des ressources fossiles convergent vers le résultat suivant : la quantité
d?énergie fossile disponible diminuera à l?horizon 2010-2020 et sera épuisée avant la fin de ce
siècle. Notre avenir énergétique doit se baser sur les énergies nucléaires et renouvelables.

Vous êtes un malin vous, mais il faut donner les phrases en entier, c'est beaucoup mieux comme çà !
Donc, vous omettez volontairement de citer ce qui vous dérange : c'est un ET entre nucléaire ET renouvelables )
Par ailleurs, je ne suis pas sur que les chiffres de Nature soient les plus pertinents sur ce domaine précis de l'énergie, contrairement au domaine des GES, encore que ...je vous conseille plutôt les documents de l'AIE et de BP notamment (avec son BP statistical review annuel) ou le energy outlook de l'AIE.

Si je suis votre raisonnement, comme le nucléaire ne fait que 6% alors ce n'est pas une énergie d'avenir, alors, dans la même logique, je disqualifie aussitôt les renouvelables (au sens des plus médiatiques : éolien et solaire pv)! car il font 1% a 2% de la production mondiale, dont une large part d'éolien dans l?addition de ces deux sources.
Arrêtez la démago SVP !
Réponse de le 24/03/2012 à 13:03 :
La Cour des Comptes et les coûts cachés du nucléaire :
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PHASE 1, il y a longtemps : Aucun coût caché.
PHASE 2, il y a quelques temps : Des broutilles.
PHASE 3, récemment : D'importants coûts cachés, mais supportables.
PHASE 4, en attente : "des coûts intenables"
----------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Cour des Comptes, institution officielle est nécessairement plutôt pronucléaire
(le nucléaire fleuron français)

Delphin
a écrit le 23/03/2012 à 22:53 :
L?Allemagne aurait donc une croissance de ses ENR de 20%/an !? Je n'y crois absolument pas ! D?ou ils sortent ces 20% de plus d'électricité d'ENR ? En tout cas il est clair qu'a l'avenir cela va changer puisqu'ils ont décidé de reviser a la baisse (25 a 35% d'après EBesson) les tarifs de rachats du Solaire PV.
L'Allemagne fait -03%, nous avons fait -0.6% ...
Et le gazoduc de la mer du nord (NordStream), ils l'ont construit pour faire plaisir aux Russes ? s'te bonne blague !
Je ne vois nulle part citation de Gunther Oettinger qui me parait bien plus réaliste et dit implicitement qu'ils vont augmenter leur dépendance aux énergies fossiles (pas toutes de l?extérieur en Allemagne, il est vrai : voir le lignite, le plus "crade" des charbons), dégrader leur bilan carbone électrique et donc aussi le bilan carbone global hein, qu'ils ont aussi accru les risques d'instabilité de leur réseau, et du réseau européen (cf les éoliennes au nord, alors que les centrales nuke arrêtées sont au sud (bade wurtember), et entailler leur compétitivité a long terme ...
Nous pourrions aussi parler du prix : aux alentours de 80 a 85% de plus qu'en France (et ne me sortez pas l?histoire des coûts cachés du nucléaire, la cours des comptes a clairement dit et écrit qu'ils étaient un mythe !)

Je vous suggère de regarder çà a tête reposée (2 jours de vidéo des principaux acteurs de l'électricité en France : EDF (bien sur), mais aussi le SER, GDF-Suez, ANOD, et bien d'autres):
Commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité
http://videos.senat.fr/video/commissions/commCOUT-p2.html
Vous comprendrez que nous ne sommes pas du tout en retard de rien mais que notre mix énergétique est tout a fait réfléchi, et qu'il s'adapte déjà aux évolutions des pb énergétiques de demain. Et sans écarter aucunes possibilités !

ou Encore çà : http://savoirsenmultimedia.ens.fr/expose.php?id=572

Là JMJ, vous expliquera qu'avec le pic pétrolier, nous allons devoir passer de 1800 TWh/an (toutes énergies confondues) a 600 a 800 TWh/an si nous voulons respecter les réductions d'émissions de CO2 dans le cadre de Copenhague et limiter le réchauffement a +2°C en MOYENNE GLOBALE
Tout çà sans faire claquer le régime "démocratique", nourrissant les 70 millions de personne"s sur notre sol et maintenir un niveau de cohésion sociale acceptable.
a écrit le 23/03/2012 à 19:09 :
Mais vous oubliez que la terre restera polluée de ces centrales même si elles ne fonctionnent plus...il est trop tard, le mal est déjà fait...je suis contre le nucléaire mais il aurait fallu qu'il ne voit jamais le jour. Les déchets vont émettre des radiations durant des centaines, des milliers d'années. Que faire ?...
Réponse de le 24/03/2012 à 12:53 :
Ne pas rajouter des déchets aux déchets, voici ce que nous pouvons au moins faire.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ensuite, chaque réacteur nouveau accroît la probabilité d'accident grave ou moins grave.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il ne faut jamais que les erreurs passées soient prétexte à les continuer "parce qu'il est trop tard ou trop difficile pour changer".
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Amicalement,
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Delphin
a écrit le 22/03/2012 à 18:55 :
Il y a une autre évidence que le panel présenté met en avant, c'est l'absence d'emploi de gaz de schiste dans leur diversification. La sagesse guide l'Allemagne.
a écrit le 22/03/2012 à 15:36 :
C'est incroyable, à chaque fois qu'on sort une preuve que la sortie du nucléaire est absolument possible, il y a toujours quelqu'un pour sortir des arguments bidons comme quoi ce ne serait pas possible en France. La France aura comme toujours 10 ans de retard sur les autres pays, mais c'est aujourd'hui qu'il faut commencer la sortie du nucléaire ! Les scénarios négawatts montrent très bien comment s'en prendre, et chaque année les rendements des énergies renouvelables augmentent, alors que celui du nucléaire baisse puisque les coûts explosent ! De droite depuis mon adolescence, je voterai écolo, pour mes enfants !
Réponse de le 22/03/2012 à 17:06 :
Avant de se demander comment produire notre énergie, demandons-nous de quelle quantité d'énergie nous avons réellement besoin, une fois déduit ce à quoi on nous aliène.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
En énergie finale - celle qui parvient réellement à l'utilisateur, une fois déduits les pertes à l'éventuelle unité de production (67% pour l'électricité nucléaire, + 8% pour le transport du courant sur longue distance), le chauffage des locaux représente 46% de toute l'énergie finale consommée par le pays.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est assez facile de diviser par 4 ces besoins par un programme de forte isolation. Ensuite, attaquons-nous à l'hyperdéplacement etc.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Source : GLOBAL CHANCE, disponible sur internet.
Delphin
a écrit le 22/03/2012 à 15:23 :
A partir du moment où l'on se donne les moyens d'y arriver et à condition d'avoir un consensus national sur ce thème; je pense qu'on peut diminuer la part du nucléaire en France. Mais dans le contexte actuel et compte tenu des orientations récentes et autoritaires prises ,je crains qu'il faille attendre un accident significatif pour commencer à y réfléchir.
a écrit le 21/03/2012 à 20:45 :
En comparant les neuf derniers mois connus, d'avril à décembre, entre 2010 et 2011, on s'aperçoit que l'Allemagne n'a pratiquement pas importé davantage d'électricité (nucléaire) française en 2011 qu'en 2010.

En 2010 : 8 160 GWh - en 2011 : 8 755 GWh (les 9 mois). Ecart : 595 GWh ( 7% ).

http://energeia.voila.net/electri/france_allemagne.htm

Selon l'Agence Internationale de l'Energie, la production d'électricité par origine a été la suivante en 2010 et 2011 :
- fossiles : 374.080 GWh et 354.178 GWh, soit -19.902 GWh
- nucléaire : 133.149 GWh et 102.490 GWh, soit -30.659 GWh
- hydraulique : 25.093 GWh et 28.132 GWh, soit +3.039 GWh
- autres renouvelables : 48.527 GWh et 66.548, soit +18.021 GWh
- production totale : 580.849 GWh et 551.348 GWh, soit -29.501 GWh
- consommation : 565.891 GWh et 547.584 GWh, soit -18.307 GWh

On voit que l'augmentation des renouvelables (+21.100) est supérieure à la baisse des fossiles (-19.900) et que la baisse de la production totale est un peu plus faible que la baisse du nucléaire.
Réponse de le 22/03/2012 à 22:14 :
Vous dites 7% sur les 9 mois ? Donc sur une année, c'est davantage, près de 10 % peut-être : c'est quand même non négligeable. Il faudra prendre les chiffres d'avril à avril ou bien comparer avec les 9 derniers mois de 2010. C'est équivalent à la part des renouvelables (hors hydro) / à l'énergie totale en 2010 : 48 500 / 580 000.
a écrit le 21/03/2012 à 20:30 :
La sortie du nucléaire a commencé depuis dix ans en Allemagne, en s'accompagnant d'une stabilisation ou d'une réduction des combustibles fossiles et surtout d'une forte augmentation des renouvelables.

Lire : http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

" En Allemagne, l'électricité nucléaire a diminué en dix ans de 169,6 à 140,6 TWh (-29 TWh et -17%) alors que la production totale d'électricité augmentait de 576 à 618 TWh (+42 TWh et +7%). L'électricité provenant des combustibles fossiles n'a pas augmenté, l'électricité d'origine renouvelable passant de 39,7 à 108,1 TWh (+68,4 TWh et +172%).

Les énergies renouvelables permettent ainsi de réduire et supprimer le nucléaire sans augmenter le recours aux combustibles fossiles, ni les émissions de gaz à effet de serre, malgré une augmentation de la production totale d'électricité. "
a écrit le 21/03/2012 à 18:24 :
Delphin,

C'est exactement ce que j'ai mentionné ici au Québec où on utilise une centrale nucléaire que pour vendre de l'uranium puisque nous sommes riche en énergie hydroélectriques à la gaspiller. C'est vrais L'Allemagne nous montre la voie et ceux qui n'ont rien compris sont des cons.
a écrit le 21/03/2012 à 18:14 :
Comme toujours, les experts racontent n'importe quoi et sont démentis par les faits.

Mais les médias ont fait leurs gros titres à sensation.

Réponse de le 22/03/2012 à 17:24 :
Même les experts qui militent contre le nucléaire ?
a écrit le 21/03/2012 à 17:38 :
Je viens de lire les commentaires sur cet article. Quelle agressivité ! :

- "bravo la propagande d'outre-Rhin !" M. C. Lopez serait-elle un agent secret allemand ?
- " Article mensonger". Et pourquoi ce ne serait pas le "Temps" qui serait dans l'erreur (imprécision de l'article).
- "Dommage que vous tourniez autour du pot pour éviter de le dire" (pseudo compensation par le nucléaire français). Marie-Caroline, espion derviche tourneur allemand.
- "Mon oeil, et...". Marie, espion derviche tourneur illusionniste allemand.
- "faut réfléchir un peu" (les renouvelables qui compensent). Marie espion derviche tourneur illusionniste allemand débile.

Conclusion : Il est toujours très difficile, en France, de publier un article qui écorne - ne serait ce que légèrement - l'énergie nucléaire.
Des années de propagande ont laissé des traces.

Amicalement,

Delphin
a écrit le 21/03/2012 à 17:21 :
Bonjour,

L'Allemagne et surtout le Japon, par la force des choses, sont en train de nous montrer la voie du futur. Et nous sommes scotchés par du nucléaire éminemment périlleux et coûteux sur le long terme.

Le mythe du nucléaire français eldorado d'exportation s'effondre également (Flamanville, Finlande).

La classe politique et les lobbies (dont les scientifiques inféodés) porteront une lourde responsabilité à ce fiasco qui se profile. Il se pourrait qu'ils aient un jour à répondre de leurs actions.

Delphin
Réponse de le 21/03/2012 à 18:29 :
à part la méthode Coué,vous etes vraiment sur de vos affirmations ?
Réponse de le 22/03/2012 à 11:48 :
"à part la méthode Coué,vous etes vraiment sur de vos affirmations ?"
--------------------------------
Bonjour pierre 2,

Vous allez vous rendre compte très vite de la pertinence et de la réussite du choix allemand, où la nécessité de réduire également l'énergie consommée va doper leur industrie "efficiences énergétique", "cogénération", "cycles combinés" etc.
--------------------------------------------
Un seul exemple car la place manque : l'Allemagne pratique depuis 20 ans l'isolation extérieure massive des bâtiments - dont en rénovation - la seule vraiment performante (ponts thermiques supprimés).
----------------------------------------------
L'industrie du bâtiment française, du fait de notre politique "électricité nucléaire à profusion", ne connaissait pas cette approche il y a encore peu de temps.
----------------------------------------------
Résultat, un parc de bâtiments français très "énergivore", le label BBC à minima par les lobbies de construction (quelques réalisations de prestige, pour l'apparence), donc presque toute l'industrie du futur énergétique étrangére (isolation écologique,VMC double flux par ex., chauffage très basse consommation, éolien...)
----------------------------------------------
Delphin
a écrit le 21/03/2012 à 16:58 :
Bravo la propagande d'outre rhin !
a écrit le 21/03/2012 à 16:41 :

Un avis un peu plus nuancé : http://www.germanenergyblog.de/?p=8272

"As a result of the declining energy consumption, CO2 emissions also decreased by more than 3%. However, after adjustment for the weather effects, they would have risen by about 1%."

soit en français;
"En raison de la consommation d'énergie en baisse, les émissions de CO2 a également diminué de plus de 3%. Toutefois, après ajustement pour les effets de la météo, ils auraient augmenté d'environ 1%"


Les émissions de CO2 avaient augmenté de 4,8% en 2010.

Le rapport est ici : http://www.ag-energiebilanzen.de/viewpage.php?idpage=118 , et le chapitre sur les émissions de CO2 est page 37.

On y lit aussi :

"Selon les estimations de l'allemand BDEW , les émissions spécifiques de CO2 des centrales de production d'électricité pour l'alimentation publique (c.-à-d sans la production d'électricité par l'industrie) était de 0,51 kg CO2/kWh net. Par rapport à l'année précédente (0,49 kg CO2/kWh net), ils ont augmenté d'environ 4%."
Réponse de le 21/03/2012 à 22:22 :
Commentaires très pertinents. Toutefois à mon sens (et contrairement à ce que laisserait croire la violence de certains commentaires ici), l'article n'est pas en train de dire que la transition de l'Allemagne, c'est du bonheur dans le pré...
Comme le mentionne la journaliste, les énergies fossiles se taillent la part du lion dans le mix allemand. Contrairement aux prévisions de certains observateurs critiques, on peut toutefois voir que le "pire" (dans le sens d'une substitution directe entre nucléaire et charbon) ne s'est pas réalisé, et que la sortie du nucléaire est un processus -long et douloureux- mais qu'il est préparé en Allemagne depuis des années.

Le plus dur reste effectivement à faire, après le nucléaire il y a la sortie du charbon, sans parler de la décarbonisation des transports ou encore de l'efficacité dans le bâtiment. Il serait intéressant d'en apprendre plus sur les projets de maîtrise de la demande, sans quoi la chose s'avérera probablement impossible.

Le cas de l'Allemagne constitue un laboratoire d'expérience sans précédent à cette échelle (tout comme le cas plus radical du Japon). Espérons que ça en vaille la peine, et que d'autres pays prendront le meilleur de cette expérience.
Réponse de le 22/03/2012 à 17:35 :
Il faut mener sur l'espace européen et de front des expériences sur l'amélioration de la sécurité du nucléaire la réduction de la consommation, et la réduction du nombre de centrales, puis en fonction des résultats et de sa situation énergétique chaque pays fixera sa politique. Je vois mal ou il y a matière a guerre de religion.
a écrit le 21/03/2012 à 16:21 :
Article mensonger puisque 26 nouvelles centrales à charbon sont prévues. Voici un extrait d'un article parue le 11 octobre 2011 dans le Temps :

«26 centrales au lignite ou au charbon d?une capacité totale de 10?000 mégawatts sont en cours de construction ou en projet», rappelle Claudia Kempfert, spécialiste énergie de l?institut DIW. Les centrales au lignite sont pour la plupart installées à proximité directe de la mine. Au sud de Leipzig et au sud de Berlin, plusieurs projets d?exploitation de nouveaux gisements, voire de réouverture de gisements déjà fermés car jugés non rentables par le passé, sont à l?étude. Un milliard d?euros (1,24 milliard de francs) d?investissement sont prévus en Saxe, tandis que le suédois Vattenfall entend investir 1,5 milliard d?euros (1,86 milliard de francs) dans le sud du Land de Brandebourg.
a écrit le 21/03/2012 à 15:34 :
Autrement dit, et il convient de le souligner, c'est en partie le parc nucléaire français qui a compensé l'arrêt des centrales nucléaires allemandes ! Dommage que vous tourniez autour du pot pour éviter de le dire !
Réponse de le 21/03/2012 à 15:56 :
Mais non ce n'est pas du tout ce que dit l'article ! C'est dingue ça. On vous met le nez dedans mais vous refusez ce que vous lisez! Les contre vérités des nucléocrates ont la vie dure !
Réponse de le 21/03/2012 à 16:43 :
Pour Mme Marie:
... Un tiers de cette électricité nucléaire non produite a été "fournie" par une détérioration des échanges d'électricité avec ses voisins. Ses importations ont augmenté de 18,5% tandis que ses exportations ont reculé de 6,5%, ...
Réponse de le 21/03/2012 à 16:51 :
Je ne suis pas nucléocrate !! J'ai manifesté contre le nucléaire à la française depuis 1973 !! Je lis ce qui est écrit, point : relisez avec le doigt, en particulier ça :" Un tiers de cette électricité nucléaire non produite a été "fournie" par une détérioration des échanges d'électricité avec ses voisins. Ses importations ont augmenté de 18,5% tandis que ses exportations ont reculé de 6,5% " En clair ça veut dire que le nucléaire français a participé à pallier les manques, que ça plaise ou non !
Réponse de le 21/03/2012 à 17:02 :
Pour Mr Chrysostome : "mais au total l'Allemagne est restée exportatrice nette d'électricité"
C'est mieux de citer les phrases en entier, mais effectivement, quand on a décidé de mettre des oeillères, c'est plus difficile...
Réponse de le 21/03/2012 à 17:31 :
Et, qui plus est, au plus fort de notre fameuse vague de froid de 15 jours, en février dernier -vaste rigolade pour un Berlinois qui vit cela chaque année durant quelques mois-, et bien nous avons dû importer des électrons d'Allemagne et d'Italie. Mais oui!
a écrit le 21/03/2012 à 13:18 :
Mon Oeil !

Et la lignite et le charbon et .... les importations de France et toutes les magouilles comptables !.
a écrit le 21/03/2012 à 12:06 :
Excellent article, merci.
a écrit le 21/03/2012 à 10:55 :
article largement prématuré et mal orienté :
1° l'Allemagne n'est pas encore sortie du nucléiare (il faut des années et non pas des semaines pour ce faire) ;
2° si la consommation ne baisse pas drastiquement, on peut s'étonner que l'arrêt de la moitié des réacteurs n'ait aucune conséquence ; or la conso n'a pas baissé ;
3° les allemands ont compensé l'arrêt des réacteurs par l'achat d'énergie en France (grâce à nos centrales nucléaires)
Réponse de le 21/03/2012 à 15:57 :
Mais non !! On vous dit que la production des renouvelables a explosé ! Il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre.
Réponse de le 21/03/2012 à 16:40 :
marie
on fait pas autant avec des éoliennes qu'avec du nucléaire, faut réfléchir un peu
même des enfants de cp savent faire + et - apres les puissances on verra plus tard
Réponse de le 22/03/2012 à 13:50 :
@ Marie, je suis sûr que vous ne regardez jamais les émissions allemandes parlant de la politique énergétique (ARD, ZDF, Phoenix, etc.). Moi si, et presque tous les jours !
Alors si vosu êtes d'accord avec ce que les médias d'ici vous font avaler (à coup de titres sensationnels), moi je veux bien. J'ai ma propre opinion après avoir entendu les 2 sons de cloche, surtout celui d'outre-Rhin.
Réponse de le 23/03/2012 à 7:19 :
En 2002, 20% de l'énergie mondiale provenait du renouvelable, 6% du nucléaire (Nature, 1er novembre 2002, p. 981.).
Réponse de le 25/03/2012 à 20:12 :
20% qui proviennent en majeure partie du bois coupé et de l'hydroélectrique (dont le potentiel est déjà exploité en majeure partie et qui n'est pas tout rose, voir le barrage des trois gorges). Le solaire et l'éolien c'est peanuts Fred!
a écrit le 21/03/2012 à 6:08 :
Lancer l'idée de baisser notre consommation d'électricité de 5 pour cent par an pour assurer un avenir aux générations futures serait un beau message d'unité nationale contre un ennemi commun : le gaspillage et la bêtise de la guerre de la consommation dont on sortira que l'on veuille ou non ..fautes de cartouches...
L'utopie de l'idée est avouée !! mais sachez qu'aller dans le bon sens n'est pas utopique ..ça c'est pour NS!!
Réponse de le 21/03/2012 à 14:46 :
Réflexion empreinte de sagesse et digne d'un fils du Grand Esprit. C'est si rare, hugh!
a écrit le 20/03/2012 à 23:27 :
Le CO2 n'est pas un polluant. Le CO2 est au contraire indispensable à la vie des plantes.
Réponse de le 21/03/2012 à 11:49 :
et à l'acidification des océans, ce qui entraîne la dissolution de tous les organismes calcaires à la base de la chaine alimentaire, etc...
Quelle jolie phrase, j'espère que votre idée était de déposer un commentaire ironique parce que si c'est du premier degré, c'est désespérant de niaiserie
Réponse de le 21/03/2012 à 13:17 :
"Dissolution de tous les organismes calcaires". Oui, c'est très naïf, en effet. Comique, même... Méconnaissance totale du sujet et propagande de la peur : tous les symptômes sectaires de l'Eglise de Climatologie réunis en un seul commentaire.
Réponse de le 21/03/2012 à 13:18 :
Ce qui est important c'est l'equilibre entre dioxygene (o2) et dioxyde de carbone (co2). Trop de co2 est desastreux pour les mamiferes et les poissons tandis que trop de o2 est desastreux pour les plantes.

Rien n'est poison, tout est poison... Seule la dose fait le poison (Paracelse)
Réponse de le 21/03/2012 à 14:50 :
Tout le mal pour l'homme comme pour tout le vivant, c'est l'excès. Et dieu sait qu'on en peut observer tous azimuts. Mais la démesure trouve toujours son maître dans l'auto-anéantissement. Nous vivons dans une époque qui croit tout connaître et qui ignore l'humilité. Jusqu'où irons-nous?
a écrit le 20/03/2012 à 19:06 :
le titre de cet article est contredit par son contenu : la part de la production d'origine fossile augmente, et le tiers de la baisse du nucléaire est compensé par l'accroissement des importations : le nucléaire allemand est compensé par du nucléaire français (directement et via la Suisse) ; mais ce résultat en demi-teinte n'a pu être acquis que grâce à la clémence du climat (2011 a été une année très chaude) ; les années suivantes, le recours au nucléaire français ne pourra plus être accru, et la baisse des subventions aux renouvelables décidée par le gouvernement allemand va ralentir leur essor ; on va donc voir croître le recours aux centrales à gaz.
Réponse de le 20/03/2012 à 22:21 :
l allemagne a moins initier un processus que refuse notre gouvernement de plus le climat allant en se réchauffant on peut supposer que la consommation baissera dans le futur proche. beaucoup d autres pays sortiront du nucleaire prochainement italie suisse et autres, nous devrons nous y résoudre, j ai entendu dire que l industrie du renouvelable avait créé 300000 emplois depuis leur décision de sortie du nucléaire alors que monsieur Cope nous dit que sortir du nucléaire couterait 150000 emplois
Réponse de le 21/03/2012 à 6:59 :
Il est plus valable de parler de déreglement climatique. les été seront plus chauds et les hivers plus rudes. Donc l'été augmentation de l'utilisation de clim et l'hiver augmentation des chaffages.
Pour sortir du nucléaire, si le prix est de mettre 600 éolienes pour remplacer une centrale, on va vite manquer de place !
Il faut sortir du nucléaire mais prendre le tyemps de le faire sans faire de boulette écologique et économiques (c'est mal partit)
Réponse de le 21/03/2012 à 14:36 :
entièrement d'accord avec JP, le titre est mal choisi
Réponse de le 21/03/2012 à 14:54 :
Surtout que nous avons, nous Occidentaux, réussi à persuader pas mal de monde, en Afrique et ailleurs, était de mettre de la clim. partout, et faire semblant de travailler pour être "utiles" en ignorant le climat local. Le casque colonial "amélioré"...
Réponse de le 21/03/2012 à 15:59 :
C'est faux ! L'article vous dit que l'Allemagne est reste exportatrice nette et que la part des fossiles est restée stable. ça ne correspond pas à ce que vous croyez savoir donc vous lisez de travers. C'est fou ça !
Réponse de le 21/03/2012 à 16:01 :
tres chaud ?? il y a eut une vague de froid en RFA aussi (et ca a fait bien plus froid qu en France)

par contre c est vrai que les allemands ne se chauffent pas a l electrique et que les habitations sont en general bien mieux isolees que les francaises (je me rappelle encore le jour sous les fenetres que j avais a paris -> impensable ici)

sinon pour l importation de courant francais, lisez mieux l article, l allemagne est exportatrice nette
Réponse de le 21/03/2012 à 20:42 :
Le bilan est sur 2011 pas avec la vague de froid de 2012
la consommation de gaz européenne a explosé en février 2012 surtout pour les allemands qui se chauffent au gaz.
En France, beaucoup de gens ont installé des climatisations réversibles, aussi efficaces que des convecteurs par -15° (le COP tend vers 1, cad le chauffage provient uniquement des kwh fourni au compresseur).
Isolons d'abord les maisons et si la consommation baisse , on verra.
Mais aucun pays n'a vu sa consommation baisser hors crise économique ou guerre (le scénario negawatt est impossible à réaliser).
On aura toujours de nouveaux usage de l'électricité (+de tramways,TGV à 19h par ex, eh oui ça marche pas à pédale)
tout le monde veut un réseau 3G+, un i-phone , l'ADSL , son LCD trônant dans le salon.... ça nécessite de l'énergie disponible pas intermittente.


Réponse de le 18/07/2013 à 15:28 :
C'est super le solaire, mais c'est fabriqué avec quoi, hum ?
Ça pousse dans les photovoltaïers, peut-être ? Ils sont éternels, peut-être ?

Le solaire pollue avec une vingtaine d'années de décalage lorsqu'il faut le recycler, si on oublie le coût environnemental de fabrication.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :