Nouvelle faillite dans le photovoltaïque en Allemagne

 |   |  365  mots
Copyright Reuters
L'entreprise allemande de matériel photovoltaïque Sovello a annoncé mardi sa liquidation, laissant mille employés sur le carreau et illustrant de nouveau les difficultés d'un secteur encore florissant il y a peu.

Le secteur du photovoltaïque allemande compte une nouvelle victime. "Sovello arrêtera sa production à compter du 27 août et ce jusqu'à nouvel ordre", indique, dans un communiqué, la société implantée à Bitterfeld-Wolfen, dans l'est de l'Allemagne. "Une grande partie des salariés doit pour cette raison partir d'ici au 31 août", ajoute le communiqué. L'administrateur judiciaire de la société, en dépôt de bilan depuis le 14 mai, Lucas Flöther, a affirmé au journal régional Mitteldeutsche Zeitung que l'ensemble des 1.000 salariés de l'entreprise serait licencié.

Fondée en 2005, Sovello se présentait comme une entreprise d'envergure mondiale de cellules solaires, aux côtés du leader du secteur Q-Cells, lui aussi basé à Bitterfeld-Wolfen et aujourd'hui en mode de survie après avoir déposé le bilan en avril. Les sociétés Solon, Solarhybrid et Solar Millenium avaient déjà fait les frais d'un secteur de l'énergie solaire allemand, autrefois dopé de manière exponentielle par un système de subventions et aujourd'hui laminé par la concurrence chinoise et la baisse des aides publiques.Le 13 août, le premier fabricant allemand de panneaux solaires, SolarWorld, a fait savoir qu'il enregistrerait une perte d'exploitation en 2012, après avoir perdu 144 millions d'euros au premier semestre. 

Les Chinois détiennent 80% du marché européen

SolarWorld a pris la tête d'un groupe de fabricants européens ProSun qui ont porté plainte à Bruxelles fin juillet contre les pratiques jugées anticurrentielles de leurs rivaux chinois. Une initiative similaire aux Etats-Unis, menée également par SolarWorld, avait mené Washington à imposer en mai dernier des taxes antidumping de 31% à 250% sur les cellules photovolotaïques chinoises. Une mesure provisoire qui doit encore être confirmée en octobre. 

Grâce à leurs prix cassés, les fabricants chinois ont mis la main sur 80% du marché européen des cellules, qui représente lui-même les deux tiers du marché mondial, affirme ProSun. Les prix ont chuté de 50% en un an, mettant à mal nombre non seulement un grand nombre de fabricants européens mais aussi des américains, en témoigne la faillite retentissantes de Solyndra outre Atlantique, société qui avait bénéficié d'aides fédérales.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2014 à 13:45 :
vous avez trop trop raison dans les machins d'économie ^^
a écrit le 26/11/2012 à 17:56 :
A malin, malin et demi.

Précédemment, les pays industrialisés mirent à mal les économies du Tiers Monde (agriculture hypermécanisée et subventionnée, par ex.).

Quand vint notre tour avec les produits asiatiques et européens de l'Est, nos médias s'émurent alors d'une concurrence déloyale.

(notez l'emploi suranné mais agréable du passé simple)

Delphin
a écrit le 22/08/2012 à 10:53 :
Il y a un propension étonnante dans les médias français à commenter les faillites d'entreprises solaires en Allemagne sans donner de vision macro :
En Allemagne, le solaire CONTINUE à créer des emplois, la barre des 110 000 emplois à été franchie au premier semestre 2012
Les entreprises qui ont fait faillite sont parfois découpées mais toutes reprises
Le secteur continue à croître, à hauteur de 15% par an pour le secteur des ENR, en pleine crise économique !
Les investissements mondiaux dans les ENR ont dépassé les 211milliards? en 2011 soit 10 fois ceux dans le nucléaire... Il y a près de 600GW de capacités renouvelables installées dans le monde contre 400GW dans le nucléaire, en diminution.
Le marché des ENR se consolide ce qui entraine faillites, restructurations, fusions, acquisitions, etc.... En France on a la mémoire très courte, la structuration du secteur informatique est pourtant tout à fait comparable. Mais En France on préfère essayer de se rassurer en critiquant le pari audacieux de l'Allemagne qui est à l'opposé de notre immobilisme congénital :)
a écrit le 21/08/2012 à 15:14 :
Il y a une étude récente de la Banque Sarasin qui souligne que les difficultées des entreprises solaires en particulier, à côté de l'impact chinois, sont beaucoup liées à la crise en raison de l'absence de financements et de possibilités d'investissements dans des équipements plus modernes. Les allemands, entre autres, avaient en effet pris du retard dans plusieurs cas par rapport au chinois. Les entreprises suisses soulignent ce même problème et quand elles sont en pointe ne craignent pour outre mesure la concurrence chinoise puisqu'on automatise et que les chinois ne couvrent pas tous les créneaux actuels et futurs. Par contre on assiste à une plus rapide consolidation du secteur avec le rachat d'entreprises surtout par des asiatiques ce qui tent à démontrer qu'on approche de la fin de la crise du secteur. C'est confirmé sur les marchés financiers puisque les positions de vendeurs à découvert sur les titres solaires se réduisent rapidement, le fond a été touché et le rebond n'est plus loin même si la conjoncture laisse augurer d'autres périodes de volatilité avec l'ampleur des dettes Japon, Etats-Unis, Europe... D'ici environ 2 ans le secteur devrait commencer à bien rebondir d'autant que l'inflation et la hausse des matières premières ont toutes les chances de repartir à la hausse, seul moyen de faire porter le coût des dettes sur toutes les populations comme toujours.
a écrit le 21/08/2012 à 13:48 :
Il ne faut pas s'y meprendre, le photovoltaïque c'est maintenant surtout en Allemagne. Effectivement il y a des revers financiers dans ce pays n'empeche que ces problemes de couts seront bientot regles car ici rien ne traine.La France par contre aura a la fin deux guerres de retard sur l'Allemagne.
Réponse de le 21/08/2012 à 15:27 :
Votre amour de l'Allemagne vous rend aveugle. Le photovoltaïque n'a qu'un avenir très limité, surtout en ces temps où il faut produire pour les masses. La transition énergétique allemande s'annonce périlleuse et coûteuse, car si les allemands ne veulent pas redémarrer quelques réacteurs nucléaires, ils devront importer encore et toujours plus de gaz pour faire tourner leurs centrales thermiques.
D'ailleurs, cherchez sur internet d'où provient l'électricité utilisée au nord et au sud de l'Allemagne, et avec quoi elle est produite... Vous aurez des surprises.
a écrit le 21/08/2012 à 13:11 :
Pour commenter, il faut deja se renseigner avant.
Le probleme de Sovello n'est pas l'absence de demande mais la guerre commerciale de la Chine qui a compris que le solaire sera l'energie de demain et se place sur ce secteur en acteur incontournable par le dumping actuel.
Lorsque tous les pays auront definitivement prix conscience des dangers du nuke (cf Doel en Belgique), la demande PV sera en plus massive et la Chine pourra dicter ses prix.

Voila une realite que nos elites ainsi que celle d'Outre-Rhin ont du mal a integrer.
Réponse de le 21/08/2012 à 14:18 :
En économie politique, il y a des modes. Lutter contre le dumping asiatique fut un leitmotiv des années 80/90, au moins aux USA... Maintenant, c'est la libre concurrence et la lutte contre les ententes illégales, dans un contexte où les régulateurs autorisent par ailleurs des oligopoles mondiaux... La différence entre les deux périodes, c'est que durant les années 80/90, il y avait encore une industrie solide en Occident (hors Allemagne)... Les chinois vendent ils à perte leurs cellules photovoltaïques en Europe???
Réponse de le 21/08/2012 à 15:21 :
La concurrence avec les chinois est faussée car ils bloquent sérieusement des investissements dans leur pays alors que l'Europe n'est pas un ensemble homogène avec un pouvoir central. De plus les entreprises chinoises sont très financées à l'inverse des européennes. La Chine a fait l'unité sur les énergies renouvelables ce qui n'est pas le cas de l'Europe. On a parlé de faire un EADS des énergies renouvelables en Europe et effectivement ce serait utile tout comme d'aider les entreprises d'avenir comme par exemple Fermentalg etc en France.
Réponse de le 21/08/2012 à 15:22 :
Tahi La réponse est oui, selon une politique bien chinoise, faire mettre en dépôt de bilans tous les concurrents et après ils contrôle le marché en récupérant les pertes faites pour faire tombé les concurrents, pour l'argent les chinois on les banques d?États qui les appuis, technique bien rodé et copier pour prendre le contrôle mondiale de les terres rares.
Comme toujours l'Europe des bureaucrates à peur d'offusqué les chinois, on à toujours en train de retard avec les USA.
a écrit le 21/08/2012 à 12:51 :
arrêtons le nucléaire, ça créera plein d'emploi dans les energies renouvelables, qu'ils disaient !!! en Allemagne, on a vu !
Réponse de le 21/08/2012 à 15:40 :
Les renouvelables créent effectivement plein d'emplois dans le monde, c'est largement démontré par de nombreuses études et constats. Par contre la consolidation de tout secteur nouveau est normale. Ensuite s'est ajoutée la crise et l'arrivée de la formidable machine de guerre mise en place par les chinois qui ont compris l'importance des énergies renouvelables. Le nucléaire est un faux problème en Allemagne puisqu'il ne correspondait pas à une part importante, tout comme au Japon, il est donc contournable même s'il faut un peu de temps. Sous sa forme actuelle il est de toute façon trop coûteux et dépassé technologiquement et le problème des déchets d'hyper longue durée en Allemagne dans des mines de sel pose désormais un problème énorme et plus encore si ces déchets étaient encore plus importants. Les japonais ont opté pour des solutions de stockage redox très durables et peu couteûses et les avancées de plusieurs pays asiatiques vont apporter des soutiens de taille aux Allemands. Le bilan des emplois créés comme le montant des exportations allemandes depuis de nombreuses années dans les enérgies renouvelables reste de toutes façons largement positif et la période un peu difficile actuelle ne va pas durer longtemps puisque la consolidation du secteur s'accélère, les dirigeants d'entreprises acheteuses voyant l'intérêt d'intervenir maintenant, c'est un signal qui ne trompe pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :