La Tribune

Débat sur l'énergie : la fronde contre Delphine Batho s'amplifie, Greenpeace claque la porte

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Marie-Caroline Lopez  |   -  802  mots
C'est mal parti. A peine connue la composition du comité de pilotage du futur grand débat national sur la transition énergétique, que les critiques pleuvent. Sur le fond et sur la forme. Greenpeace vient de claquer la porte.

« Provocation », « sinistre farce », « risque d'échec dramatique pour le pays ». Les ONG comme Greenpeace, Sortir du Nucléaire ou la Fondation Nicolas Hulot (FNH) s'indignent. Et certaines joignent le geste à la parole comme Greenpeace. A l'issue d'un rendez-vous avec la ministre de l'énergie Delphine Batho, Greenpeace a annoncé ce lundi soir qu'il ne participerait pas au grand débat sur l'énergie qui commence le 20 novembre et doit déboucher en juin sur une loi de programmation. Delphine Batho, déjà en difficulté après le rejet de la loi sur la tarification de l'énergie par le Sénat, essuie des critiques redoublées avant même l'ouverture du débat. Les associations s'insurgent contre les modalités. 

Alain Grandjean va-t-il boycotter le débat ?

Après les critiques du week-end qui ont principalement porté sur la présence de deux « farouches partisans » du nucléaire (Anne Lauvergeon et Pascal Colombani, ex patron du CEA) dans un comité de six membres (en comptant la ministre Delphine Batho qui préside), la Fondation Nicolas Hulot attaque aujourd'hui le fond. Ce qui mène à s'interroger sur la décision que va prendre Alain Grandjean, membre du comité stratégique de FNH, pressenti pour diriger le comité d'experts qui doit accompagner également ce débat.

Des nominations mais pas de rôle défini !

« Transparence, pluralisme, représentativité et indépendance » ne sont pas au rendez-vous, assène la Fondation Nicolas Hulot. « Un profond malaise entache le débat, avant même son commencement », assure-t-elle. « Déterminer la composition du comité de pilotage avant même d'avoir statué sur ses missions laisse planer le doute sur sa capacité à assurer une représentation juste, impartiale et transparente des différents points de vue », écrit l'ONG dans un communiqué. La FNH demande au gouvernement de définir le « rôle exact et les moyens donnés à ce comité de pilotage ».

"Seuls représentants des entreprises : des producteurs d'énergies sales"
Quant au pluralisme, déplorant que 2 membres sur 5 de ce comité soient issus « du monde de l'énergie atomique, alors que celle-ci ne représente que 30% de notre mix énergétique actuel », la Fondation Nicolas Hulot demande que soit revue la composition du comité de pilotage. « afin qu'il y soit a minima ajouté des représentants des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et des consommateurs ». « On peut noter que le secteur de l'entreprise est uniquement représenté sous l'angle des producteurs d'énergies sales, alors même que la transition énergétique concerne et bénéficie aux producteurs d'énergies renouvelables et aux entreprises spécialisées dans les économies d'énergie. Il s'agit là d'un autre mauvais signal », déclare de son côté Greenpeace.

"Pas de spécialiste des débats publics"

Sur la représentativité, la FNH s'inquiète qu' »aucun spécialiste des débats publics » ne soit présent dans l'actuel comité de pilotage. Un tel profil garantirait « une participation effective de toutes les parties prenantes et notamment des citoyens. C'est la condition sine qua non à la juste représentation de tous les points de vue », écrit l'association. Delphine Batho a déjà répondu par anticipation à cette critique en déclarant dans le Monde du week-end que Bruno Rebelle, ex responsable de Greenpeace France, membre du comité, « est un expert en conduite participative ». Les deux autres « personnalités » choisies sont Jean Jouzel, climatologue et Laurence Tubiana, directrice de l'Institut du développement durable et des relations internationales

Quelle indépendance avec la ministre qui préside ?

Pire, selon la FNH, la présidence du comité sera assurée par la ministre elle-même, ce qui pose la question de l'indépendance de cet organe. « Le rôle du gouvernement sera d'arbitrer, une fois les recommandations des différentes parties prenantes reçues à l'issue du débat, pour construire la nouvelle stratégie énergétique de la France », rappelle l'association. Le comité de pilotage « doit impérativement être découplé de l'autorité exécutive afin d'assurer son indépendance et la juste prise en compte des différentes recommandations », écrit la FNH.

L'autorisation d'ITER fait voir rouge aux Verts

La parution samedi au Journal officiel de l?approbation par l?Autorité de sureté nucléaire du projet de décret autorisant la création d?Iter, le réacteur expérimental international à fusion nucléaire en construction près du site de Cadarache (Bouches-du-Rhône) a rajouté au mécontentement. Europe Ecologie les Verts (EELV) a estimé dimanche que le gouvernement avait pris "deux décisions inquiétantes", sur Iter et sur les nominations au comité de pilotage du débat sur l'énergie. Le parti écologiste "rappelle son opposition ferme et résolue à Iter", projet "très centralisé, productiviste" qui "n'a fait l'objet d'aucune évaluation scientifique contradictoire".
 

Réagir

Commentaires

AtomicD  a écrit le 14/11/2012 à 14:03 :

Greenpeace s'en va? Enfin une bonne nouvelle, de toute manière, comme d'habitude, ils n'auraient servi à rien! Eux auraient le droit de venir, mais pas Anne Lauvergeon, quelle idiotie!

hervé  a écrit le 13/11/2012 à 14:55 :

aucun sens de l'économie et de la gestion, les écolos ne servent à rien, ils fument du hach avec mamère, ils vont légaliser la coc, la polygamie, tout ce qui est clientéliste est bon à prendre. Il est stupide d'arréter les recherches sur les gaz de schistes, c'est se priver de solutions acceptables et on va être les dindonc de la farce. Pas grave, l'argent public servira à combler les bétises, oui mais qui paye ? le contribuable ! Qu'ils partent du gouvernement et aillent faire du fromage de chèvre dans le larzac et s'éclairer à la bougie, au mopins ils seront conformes à leur opinion, mais mamère est pas fou, la démago ça paye au moins 20 000 e/m ttc à aller une fois par semaine à l'assemblée !.

roro  a écrit le 13/11/2012 à 12:46 :

green-peace, c'est pas d'origine Canadienne? On a besoin d' eux en Alberta, et dans les Rocheuses c' est la ruée
sur l'or noire par les Us...et l'Angleterre s'y est mise aussi et sur une faille sysmique en plus....Alors à quel dessain
cette ONG veut elle arriver ......

berti49  a écrit le 13/11/2012 à 12:08 :

une version 3 du rapport Charpin ?

burnouf  a écrit le 13/11/2012 à 12:08 :

C'est bien ma Delphine, au moins toi tu ne te laisses pas mener en Batho

lysander spooner  a écrit le 13/11/2012 à 12:05 :

Encore une fois, les écologistes sont cocus par les socialos!
Les socialos n'auront plus jamais ma voix, ni celle de mes proches, y compris pour des communales.

Momo  a répondu le 13/11/2012 à 12:40:

Ca fait mal, hein?

gghouse  a répondu le 13/11/2012 à 14:49:

Pas d'inquiétude, les Français ont la mémoire courte c'est bien connu.....

Momo  a écrit le 13/11/2012 à 11:57 :

Comment voulez-vous que cette mouvance rose-verte puisse gouverner la France? Elle se vérifie bien être ce qu'elle est : une mouvance de disous alors que nous avons besoin de faisous.

Sixsous  a écrit le 13/11/2012 à 11:56 :

L'inscription du principe de précaution dans la constitution a conduit la France au principe de stérilisation ! Nos mentalités sont devenues étroites comme nos solutions.
Au nom des principes, il y a désormais des sujets tabous (par ex Gaz de Schiste) des sujets interdits (le nucléaire) des positions convenues (la biomasse) des hérésies dogmatiques (éoliennes) des espoirs intouchables (l'écologie) et du coup nous ratons à peu près tous les rendez-vous avec l'avenir, avec la création , avec l'imagination d'un monde meilleur .......où les orgueils s'effaceraient devant la nécessité d'avancer.
Tous ces militants de l'un ou l'autre bord ont ils si peu confiance en eux qu'il leur faille tuer le débat : est-ce cela une assemblée de sages en France ? Tristes sires !!!

JP  a répondu le 13/11/2012 à 12:34:

Ou comment tout manquer et condamner l'Avenir de notre économie et/ou indépendance ........

Arnaud  a écrit le 13/11/2012 à 11:20 :

les conclusions sont écrites d'avance : continuons avec le nucléaire, la transition énergétique n'a aucun sens.
Clap de fin, la France administrative et politique ne veut pas d'énergies renouvelables.
Le fissile c'est mieux.
le changement, c'est pas maintenant.

philanthrope  a écrit le 13/11/2012 à 6:43 :

Ce débat sur l'énergie n'est qu'une parodie de démocratie, visant à faire valoir un plan déjà établi, qui nous fera avaler la continuité de la France dans le nucléaire. Si tel n'était pas le cas, il devrait être suivi d'un référendum ; puisqu'il engage un mode de vie de la nation. Il ne sera rien de tout cela ; la stratégie de gouvernance appliquée en la matière est bien trop vieille pour que l'on y adhère. Nous devrons nous estimer heureux, si l'exploitation du gaz de schiste ne se fasse pas durant au moins 5 ans. Et même en cas de réélection du président Hollande, cela finira par nous être imposé. Pourtant, seules les énergies nouvelles sont porteuses d'un avenir pour l'humanité. Cela tient à la multiplications des ressources afin d'économiser la planète. Au lieu de cela nous aurons de superbes taxes. Reste encore l'espoir d'une volonté qui ne s'affirme pas.

lyon69  a écrit le 13/11/2012 à 2:29 :

et à quel titre Greenpeace veut-il avoir le droit de regard sur la nomination de chacun des membres de cette commission : ce n'est pas une commission "greenpeace", que je sache !!?

aka  a répondu le 13/11/2012 à 10:42:

C'est une commission Areva - CEA, autant dire qu'il n'en sortira rien (a part peut être nous soutirer encore du cash pour subventionner leur projets débiles), vu les nuls.

aquaserge  a répondu le 13/11/2012 à 11:52:

Il semble que le moment de la mise en place des énergies renouvelables,ne soit pas le bon car vu notre situation économique et sociale il y a de gros risques de dérapages sur les prix.Ces énergies coûtent 6 fois plus chère par KW/h produit que les énergies traditionnelles.Alors on peut se poser la question en pensant aux personnes a faibles revenus et également aux autres.De plus les gaz de schiste étant abandonnés définitivement.

Energie+  a écrit le 13/11/2012 à 1:11 :

C'est vrai que le comité de pilotage est un peu trop pro-nucléaire et çà n'a pas lieu d'être puisqu'il n'a pas vocation à aller dans une direction pré-définie et qu'il est important qu'il y ait des spécialistes des énergies renouvelables qui sont nombreuses, de l'efficacité énergétique, du stockage et que les consommateurs soient effectivement représentés. Il faut par ailleurs impérativement que les ONG type Greenpeace, des Amis de la Terre etc soient présents, leurs analyses et travaux sont tout à fait valables puisque de sources majoritairement scientifiques. Les débats doivent être ouverts, en pointe et tournés vers l'avenir sinon ils feront comme le Grenelle qui n'a pas été très loin.

Energie+  a écrit le 13/11/2012 à 1:11 :

C'est vrai que le comité de pilotage est un peu trop pro-nucléaire et çà n'a pas lieu d'être puisqu'il n'a pas vocation à aller dans une direction pré-définie et qu'il est important qu'il y ait des spécialistes des énergies renouvelables qui sont nombreuses, de l'efficacité énergétique, du stockage et que les consommateurs soient effectivement représentés. Il faut par ailleurs impérativement que les ONG type Greenpeace, des Amis de la Terre etc soient présents, leurs analyses et travaux sont tout à fait valables puisque de sources majoritairement scientifiques. Les débats doivent être ouverts, en pointe et tournés vers l'avenir sinon ils feront comme le Grenelle qui n'a pas été très loin.

Michel F.  a écrit le 13/11/2012 à 0:03 :

Renversons un tombereau d'épluchures sur ces irresponsables d'ONG dont le but est le retour à l'ère pré-industrielle, ils pourront ainsi faire joujou avec, en faire du compost ou de la biomasse et célébrer leur déesse Gaïa...

Kevin  a répondu le 13/11/2012 à 1:15:

C'est ridicule et digne d'un arriéré votre commentaire, le retour à l'ère pré-industrielle ne veut rien dire et les ONG sont au contraire indispensables, Greenpeace entre autres a soulevé des problèmes essentiels depuis son origine.

Michel F.  a répondu le 13/11/2012 à 9:57:

Un diner mercredi?

Quoi !  a répondu le 13/11/2012 à 15:04:

Et dire qu'il y a des gens qui donnent foi aux fariboles de grinepice ! Et de bonne foi, en plus !

socialiste  a écrit le 12/11/2012 à 23:56 :

Dehors les écolos!!!

Merci les écolos  a répondu le 13/11/2012 à 1:16:

Non vive les écolos au contraire !

ben  a écrit le 12/11/2012 à 23:37 :

Le comportement des certains écologistes apparait insensé en ce qui concerne leur opposition aux nouveaux moyens scientifiques et techniques de satisfaire les demandes croissantes en énergie des ménages et des entreprises à savoir la fusion nucléaire concrètement la mise point des réacteurs qui se basent sur les réactions chimiques de l?hydrogène comme support à l?instar de ce qui se fait au niveau du soleil à 15 millions de degrés ; ils donnent même l?inpression d?être des anti sciences. ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) fut lancé comme projet de recherche il y a 20 ans avec 10MD d?euros sur 30 ans auquel s?est associé l?Europe et cinq pays industrialisés. Les carburants pour le réacteur, à savoir le lithium et le deutérium, sont pratiquement inépuisables. De plus pour 1000MW le réacteur actuel à fission nucléaire exige 500kg d?uranium, la centrale thermique 5000t de fuel ou 10000t de charbon l?ITER lui ne demande que : 1Kg et 10Kg respectivement du deutérium et du lithium. Sur le plan de sécurité il suffit de baisser la température pour stopper la réaction au niveau du réacteur. Devant la demande croissante en énergie ce ne seraient point les productions des éoliennes ou des gaz de fermentation de la biomasse ou les huiles végétales qui vont la combler. Ses sources dites vertes ont par ailleurs leurs propres défauts techniques, leurs limites et à un certain niveau d?envergure ont leur pollution visuelle, de Décibels et de résultat de la combustion de leurs composants organiques. Enfin les sources qui sont d?origine produits agricoles l?Ethanol et les huiles végétales etc? sont en concurrence de l?alimentation des humains et animales

Jacques  a répondu le 13/11/2012 à 0:54:

La fusion ce n'est pas pour demain et le coût est exhorbitant.

ben  a répondu le 13/11/2012 à 8:51:

Enterme de rcherche les coüts sont secondaire sino il faudrait arrêter de finacer la recheche spaciale ou démanteler l'accélérateur de particulules.Les écologistes made in France se refusent à exploiter les schistes que les américains font efficacempent san sconséquence écolos et comble avec la particpation d'entreprises françaises et qui vont permettre aux USA d'être dans deux décénies selon l'OCDE exportateurs d''hydrocrbures!

Sub  a répondu le 13/11/2012 à 10:32:

Le lithium est rare, et on en consommera de plus en plus dans les batteries des voitures électriques.

ben  a répondu le 13/11/2012 à 14:02:

Le Li, 3 en plus des piles est utilisé dans les verreries, la céramique, l?aéronautique. Pour convaincre il faudrait démontrer que l?utilisation dans les piles à Li va absorber toute les résérves mondiales, estimée en 2010 , hors données des USA et apport d?électrolyse à 13 millions de tonne de cet alcalin en un temps court. On ne peut arrêter le progrès scientifique et technique en se soumettant aux nouveaux clercs que sont les verts dont les systèmes politico-idéologiques antérieurs de référence ont implosé. ITER devrait être exploité en 2013 puisque tous ses paramètres (Plasma, Température, énergie produite?) sont maitrisés, son successeur est DEMO de 800MW et vers 2050 est espéré le fonctionnement industriel.

hehey  a écrit le 12/11/2012 à 23:14 :

ils ont fait quoi greenpeace exactement pendant leur vie ??

Merci à Greenpeace  a répondu le 13/11/2012 à 1:20:

Souligné la plupart des problèmes de pollution, de surexploitation des ressources, des impacts sur la santé etc. Un énorme bilan et souvent au péril de leur vie. Des gens comme Cousteau, Bombard, Dumont etc étaient écolos et çà manque actuellement. Ils avaient raison depuis plus de 40 ans.

Philarete  a répondu le 13/11/2012 à 6:50:

Non mais ho ?
Cousteau et Bombard ''écolo'' ? Pas au sens que vous donnez à ce mot chez Greanpeace. Et pourquoi vous arrêter dans votre liste: Jésus, Boudha et Socrate étaient chez Greenpeace. Quelle farce. Jusqu'où va-t-on réécrire l'histoire officielle sous ce quinquennat: le mariage c'est mal, l'écologie, c'est bien. Tous les autres, c'est mal.

Contribuable  a écrit le 12/11/2012 à 23:01 :

C?est surtout Delphine BATHO qui est inquiétante tant elle brille par (son regard bovin, ça passe encore) et son INCOMPETENCE ;
Alors évidemment, l?on ne s?attend à RIEN ! Si ce n?est qu?elle continue à empocher ses 20 000 Euros par mois, son logement de fonction, sa voiture avec chauffeur...l?important est que ça dure!
Passer de chauffeuse de salle a Ministre de l?environnement, quel joli piston!

Bili hari  a écrit le 12/11/2012 à 22:58 :

Est-ce normal d'être dirigés par des associations non élues? Bien sur que Non! Il est temps de mettre fin à ce mélange des genres..A force de vouloir satisfaire tout le monde, on n'avance pas, on recule même sous la pression des intégristes..Que Greenpeace soit entendu, passe encore, mais participant au futur de la Nation, qui a voté pour cela? Pas moi!

Mozart  a répondu le 13/11/2012 à 1:23:

Ce sont des débats et un comité de pilotage donc il ne s'agit pas d'élus. Et s'il fallait des élus, encore faudrait-il que les français soient mieux informés des problèmes d'énergie pour avoir un avis et ce n'est pas le cas. Les associations, ONG etc font partie des connaisseurs et souvent de terrain, normal qu'ils soient entendus, comme les scientifiques, consommateurs etc.

Débat, quand tu nous tient...  a écrit le 12/11/2012 à 20:39 :

Si le choix des orientations énergétiques de la France se résume à une question de débat, pourquoi ne pas le faire à l'assemblée ? Il me semble que nos députés sont grassement payés pour ça, non ? Ou alors, on pourrait organiser un grand référendum, tant qu'on y est. Non, mais c'est n'importe quoi ! Un peu de raison dans ce monde de chiffonniers ne ferait pas de mal.

La fronde des sectaires  a écrit le 12/11/2012 à 20:11 :

ca fait peur l'esprit de democratie de ces ONG, elles veulent bien debattre mais uniquement avec des gens qui sont d'accord pour sortir du nucleaire par ce que c'est ca qu'elle veulent et rien d'autre.

Vincent  a répondu le 13/11/2012 à 1:25:

Ce ne sont pas les ONG qui posent problème, ce sont des lobbies tels que le nucléaire qui s'imposent à tous les débats sur l'énergie, regardez d'un peu plus près avec un peu plus de culture et de réflexion.

Junto  a répondu le 13/11/2012 à 10:04:

Mais les ONG comme Greenpeace sont aussi des lobbies.... qui critiquent, s'opposent, contestent, font des coups d'éclat mais n'ont jamais rien construit. Sans compter l'opacité de leurs financements, paradoxale pour ces soi-disant chevaliers blancs de la transparence. Un beau sujet d'enquête pour un journaliste un peu curieux...

gegeclermont  a écrit le 12/11/2012 à 18:38 :

L'incompétence dirige en France. On détruit tout. On va se retrouver en petite tenue par moins 30 degrés ! (grace à Z'Ayrault and Co )

Anti-trolls  a répondu le 13/11/2012 à 1:27:

Pourquoi ne vous présentez-vous pas aux élections au lieu de vous cacher derrière un écran ?

gegeclermont  a répondu le 13/11/2012 à 10:52:

@ Anti-trolls: je peux pas me présenter, je suis déjà en petite tenue derrière mon écran !

@anti-trolls  a répondu le 14/11/2012 à 9:08:

Pourquoi je ne me présente pas aux élections? Par réalisma et honneteté intellectuelle. En effet si je dis ce que je vais faire parce que c'est nécessaire, je n'ai aucune chance d'ètre élu. Ce n'est pas pour rien que les promesses électiorales n'engagent que ceux qui les écoutent.