Les industriels pointent l'échec de la politique énergétique européenne

 |   |  447  mots
Le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a lancé un "appel solennel" avec sept autres producteurs européens de gaz et d'électricité, dont les allemands EON et RWE, l'italien Enel et l'espagnol Iberdrola. Copyright Reuters
Le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a lancé un "appel solennel" avec sept autres producteurs européens de gaz et d'électricité, dont les allemands EON et RWE, l'italien Enel et l'espagnol Iberdrola. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne doivent s'engager sur la voie d'une politique énergétique commune jusqu'ici insuffisante, ont estimé mardi le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, et le commissaire européen à l'Energie, Günther Oettinger.

Alors que le conseil européen qui se tient ce mercredi à Bruxelles doit aborder les sujets liés à l'énergie, le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a lancé un "appel solennel" avec sept autres producteurs européens de gaz et d'électricité, dont les allemands EON et RWE, l'italien Enel et l'espagnol Iberdrola. "L'Europe est en train de détruire une partie de son industrie énergétique", explique-t-il dans un entretien au journal Le Monde.

"Echec" de la politique européenne

"La politique européenne (...) avait un triple but : lutter contre le réchauffement climatique, améliorer la compétitivité et assurer la sécurité d'approvisionnement du continent. Or, sur ces trois volets, c'est l'échec", estime-t-il. "Nous ne demandons pas des subventions, mais de la visibilité, des règles stables et homogènes en Europe, des objectifs quantifiés jusqu'en 2030 en matière de lutte contre le réchauffement climatique", a-t-il ajouté, jugeant également que "le risque de black-out n'a (jamais) été aussi fort qu'aujourd'hui".

Le PDG demande notamment un système coordonné de rémunération des centrales à gaz, alors que GDF Suez est contraint d'en fermer certaines, en Europe, qui subissent la concurrence d'unités fonctionnant au charbon.

"Européaniser la politique de l'énergie"

Günther Oettinger a de son côté déclaré lors d'une interview publiée par le quotidien Les Echos qu'il attendait "un signal politique clair des chefs d'Etat et de gouvernement pour européaniser la politique de l'énergie". "Tandis que les Etats-Unis sont en train de devenir autosuffisants et même exportateurs de gaz et bénéficient des prix jusqu'à quatre fois inférieurs à ceux payés en Europe, l'Union est de plus en plus dépendante", a-t-il souligné. "Il faut anticiper le problème de compétitivité que cela va créer. Il est question à terme de la survie des industries les plus consommatrices d'énergie en Europe."

Le commissaire à l'Energie a estimé à ce titre qu'il fallait laisser les pays qui le souhaitent, comme la Grande-Bretagne ou la Pologne, développer des projets pilotes en matière de gaz de schiste.

Günther Oettinger a également constaté de "nets progrès" dans la transposition en droit national des textes visant à créer un marché intérieur unique de l'énergie, jugeant toutefois nécessaire d'aller plus loin. "Dans un tiers des pays, la dérégulation fonctionne pour le gaz et l'électricité, huit Etats maintiennent une régulation des prix de détail, ce qui est acceptable faute de concurrence suffisante", a-t-il observé. "Et nous estimons qu'il reste encore des règles superflues, qui étouffent la concurrence dans un tiers des pays."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2013 à 17:19 :
2 commentaires :
1) A ceux qui trouvent le gaz ou l'électricité trop chers chez GDF SUEZ ou EDF, sachez que le marché est ouvert à la concurrence depuis 2007 pour l'intégralité des clients. Prenez-vous par la main pour aller chez le fournisseur qui répond à vos besoins.
2) La tribune est signée par 8 sociétés énergétiques européennes et non pas uniquement par GDF SUEZ. Ce n'est donc pas un problème franco-français.
Réponse de le 02/06/2013 à 11:59 :
Bonjour, le prix de l'énergie et de l'abonnement serait moins élevé, si les PDG été moins gracement payer, si les CE n'été pas les plus riche de France, si le personnel régler totallement leur facture d'énergie, si on ne sponsoriser pas l'électricité d'origine photovoltaïque ou éolien ( il fallait avoir beaucoup d'argent pour investir dans des unitées de production) , oui le prix est un problème franco-français....
a écrit le 22/05/2013 à 20:59 :
Bonjour, il est vrai qu'il y a un problème en France et en Europe... Le prix des énergie en France et 10 à 20/100 trop chère, que ce soit le gaz ou l'électricité..... Le gaz ne prend pas en compte le prix du marcher et pour l'électricité on paie le développement excessifs de l'énergie renouvelable ( solaire et éolien ) ..... Ensuite en Europe on nous a imposser la fin du nucléaire et le développement des énergie renouvelable, donc une énergie électrique très chère car les rendement de production sont mauvaise.... Il est aberrant qu'il n'y est pas été pris en compte la diminution de la production et surtout que rien où peut on été fait pour commencer cette baisse..... Comme la construction de barrage hydrolique, des forages de géothermie..... Non rien n'a été fait.... Nous en somme totallement depasser dans nos perceptive de croissanse de consomation electrique....Certain pays en son arriver à remettre en service les central thermique au charbon ( Allemagne) une aberration..... Oui il y a un problème, en France car il n'y a pas de concourrance.... Et dans toute l'Europe par une total Abcence de vue de notre développement durable avec la prise en compte de nos besoin future, toujours supérieur au présent....
a écrit le 22/05/2013 à 4:17 :
le PDG qui intervient est d'abord le porte parole d'un oligopole qui lui assure des rentes confortables, trop confortables. Il ne faut pas oublier qie si le prix du gaz a augmente autant en france, c'est tout simplement le resultat d'une politique d'achat deplorable de GDF suez ( contrat de long terme indexé sur le petrole) et bien entendu les clients contraints ont payé et continuent de payer les resultats de ces inepties. En effet le gaz n'est pas un produit aussi risqué que le petrole et l'arrivée des gazs non conventionnels a accentué le decouplage entre les prix du petrole et ceux du gaz, mais les français ne s'en sont pas aperçus. grace à cette politique judicieuse de GDF suez, l'ensemble des prix du gaz en france est donc trop élevé par rapport au marché. A tel point que la bouteille de butane coute 17? en espagne contre plus de 3O? en France....Apres avoir vecu tres confortablement, il n'est donc pas etonnant que le pdg de GDF suez prenne la tete d'un syndicat pour que ça continue...Non M le PDG l'avenir n'est pas à ce que GDF nous coute plus, l'avenir est à la croissance sobre, aux technologies économes dont les allemands sont les champions. Eux prennent ce virage qui est forcement inquietant pour vous car cela signifie la fin d'une hausse du Chiffre d'affaire et des benefices, la remise en cause d'une rente, mais chez eux il est significatif de developpement des activités, de l'emploi.Allez donc a la foire du developpment durable de Francfort, vous constaterez notre retard. Mais pour tout cela comme pour dans l'industrie automobile, nous acheterons allemand, voire asiatqiue.
a écrit le 21/05/2013 à 21:00 :
C'est le délire, d'un coté on abandonne le nucléaire, on importe du gaz Russe du bon ami
Poutine, qui contrôle le robinet (et le prix !), on rouvre les mines de lignite en Allemagne de l'Est, Tchéquie et Pologne; on subventionne à tout va va les importations de panneaux solaires chinois, connus pour leur faible efficacité et fabrication destructrice de l'environnement, on refuse le gaz de schiste (alors que des technologies qui évitent la
fracturation hydraulique développées en Europe existent !), on implante des éoliennes
géantes dans des régions habitables, alors que leur place est en mer ou en haute
montagne; etc, etc, etc,...
Réponse de le 22/05/2013 à 13:14 :
Pour autant que je sache l'exploitation du gaz de schiste est incroyablement consommatrice, gaspilleuse et polluante et ne peut être rentable que dans des pays à une géographie particulière comme les USA. Maintenant, si vous avez des références sur une exploitation "propre" de ce gaz, je suis curieux de les connaitre.
a écrit le 21/05/2013 à 18:01 :
Il y a des entreprises qui anticipent les demandes de leurs clients. Il y en a d'autres qui attendent des aides des états pour satisfaire leurs besoins.
a écrit le 21/05/2013 à 17:32 :
Le problème est que le peuple veut globalement une transition énergétique, mais que ces mêmes lobbies font tout ce qu'il faut pour la saboter, en détruisant toutes les alternatives dès qu'elles commencent a peine a apparaitre. Evidemment, la vraie transition conduit immanquablement a distribuer beaucoup plus les sources d'énergie, et a favoriser la réduction de la consommations par isolation et autre auto-production... pas compatible avec l'appétit démesuré de ces vampires de l'économie qui ne pensent qu'a croitre et a facturer plus...
a écrit le 21/05/2013 à 15:16 :
Il n'y a que chez GDZ Suez qu'on a constaté un réchauffement climatique, hors climat social. C'est surtout que le groupe perd des parts de marché hors de l'hexagone et demande aux technocrates de Bruxelles légiférer pour maximiser sa rente. Si ce n'est pas du misérabilisme franco-français usé jusqu'à la corde...
Réponse de le 21/05/2013 à 21:41 :
déjà tres cher le GAZ

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :