Gaz de schiste : Arnaud Montebourg se dit en ligne avec le gouvernement

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que Jean-Marc Ayrault a rappelé que l'exploitation du gaz de schiste était "exclue" en France, Arnaud Montebourg a assumé ses propos lancés mardi sur un "gaz de schiste écologique". Une position qui serait proche de celle du président de la République d'après certains...

Arnaud Montebourg choisit-il l'épreuve de force avec Jean-Marc Ayrault ? Pour le ministre du Redressement productif, ses déclarations de mardi sur le gaz de schiste n'ont pas rompu "la ligne gouvernementale" sur ce sujet.

"Je n'ai pas de déclarations à faire, je vous renvoie à mes déclarations initiales qui sont très bien", a-t-il ainsi déclaré à la presse. "Ecoutez bien ce que j'ai dit, vous verrez bien qu'il n'y a aucun problème !" a-t-il ajouté.

Un "gaz de schiste écologique" ?

Mardi, alors qu'il était auditionné par une commission de l'Assemblée nationale, Arnaud Montebourg avait affirmé qu'il espérait que le progrès technique permettrait d'envisager l'exploitation du gaz de schiste dans des conditions respectueuses de l'environnement. "Je pense qu'on arrivera avec la technologie dans très peu de temps au gaz de schiste écologique. Où il n'y a pas de pollution", avait-il affirmé.

Il avait également plaidé pour la création d'une entreprise publique qui préempterait l'exploitation afin d'allouer la rente à la "mutation écologique". Il avait néanmoins indiqué qu'il s'agissait "d'une position tout à fait personnelle qui n'engage pas le gouvernement".

"L'ambiguïté permanente du gouvernement"

En déplacement en Roumanie, Jean-Marc Ayrault a tenté de recadrer son ministre. Il a ainsi rappelé qu'il était «exclu d'exploiter des gaz de schiste en France», que "cette position serait évidemment maintenue» et que sur ce dossier comme sur d'autres, "il n'y avait qu'une politique au gouvernement".

Pour Delphine Batho, limogée début juillet du ministère de l'Environnement, il existe une "ambiguïté permanente" au sein du gouvernement sur la question du gaz de schiste. Des proches du président de la République aurait ainsi déclaré à l'AFP que "Montebourg n'est pas en contradiction avec ce que dit François Hollande"? Ce dernier pourrait préciser ses positions sur ce sujet dimanche à l'occasion de son intervention traditionnelle du 14 juillet.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2013 à 14:45 :
Le positionnement général de Montebourg a du poids dans l'opinion, des communistes aux colbertistes de droite sans parler des chevènementistes...il n'a pas été pour rien en 3ème position à la primaire. Ce "courant" est utile à Hollande. Mieux vaut ratisser large...Et d'ailleurs sur le fond, ce courant n'a pas toujours tort ;o)
a écrit le 12/07/2013 à 22:49 :
montebourde n'a toujours pas pris conscience de l'importance du poste qu'il encombre... Il est toujours en train de faire campagne pour montrer qu'il est bien "à gauche toutes" au sein du PS, plutôt que de s'occuper sérieusement des affaires industrielles...
a écrit le 12/07/2013 à 18:14 :
C e ministre n'est pas ma tasse de thé, mais je ne comprends pas tout ce tintamarre. Il ne*faut jamais dire Fontaine je ne boirai pas de ton eau. Si les procédés de l'exploitation
de ce gaz est "non nocif" pourquoi pas ? Il ne faut pas oublier que les pays qui n'ont pas
de ressources miniéres vont souffrir dans le futur. Adieu le social.
Réponse de le 12/07/2013 à 19:07 :
L'ennui est qu'en 73 on avait déjà compris qu'il fallait changer nos modes de production et de consommation énergétiques, mais qu'une fois passé l'orage, on a tout jeté a la poubelle.... Et maintenant, on repaye la facture, avec des caisses de l'état archi vides, ce qu'elles n'étaient pas en 73...
a écrit le 12/07/2013 à 18:13 :
François Hollande et Jean Marc Ayrault sont évidemment pour les gaz de schistes à condition que le procédé d'extraction soit beaucoup plus propre.
Mais, même s'ils le pensent, ils ne peuvent pas le dire aujourd'hui pour des raisons de tactique politique vis à vis des verts qu'ils veulent garder tout en restant les chefs.
Les verts ne sont pas dupes mais comme ils veulent rester au gouvernement essentiellement pour essayer de transformer leur image de parti « bordélique » en image parti de gouvernement, cela tombe bien et ce malentendu très bien entendu leur convient pour le moment.
Quand les verts sortiront du gouvernement en claquant la porte, les choses changeront et le non idéologique actuel de François Hollande et Jean Marc Ayrault aux gaz de schistes se transformera en un oui sous conditions.
Réponse de le 12/07/2013 à 18:56 :
La question de procédé "propre" est le cadet des soucis des socialistes. Ce n'est qu'une question électorale et lorsque les pseudo-écologistes quitteront définitivement le gouvernement (cela m'étonnerait beaucoup la soupe du pouvoir est trop bonne) alors ils pourront autoriser l'exploitation du gaz de shale par une entreprise d'état type GDF-Suez.
Réponse de le 12/07/2013 à 19:27 :
@ Michel: soyez cohérent, soit vous parlez de gaz de schiste, de gaz de roche-mère, soit de shale gas ! gaz de shale MDR...
Réponse de le 12/07/2013 à 22:16 :
@Capello

http://lesanalystes.wordpress.com/2010/09/02/le-gaz-de-shale

Un peu de lecture n'a tué personne...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :