La Tribune

En dépit de la pollution, Pékin continue d'investir des milliards dans le charbon

La Chine est le premier producteur de charbon mondial, et de loin.
La Chine est le premier producteur de charbon mondial, et de loin.
latribune.fr  |   -  575  mots
En 2013, la Chine a approuvé la construction d'au moins 15 sites d'exploitation d'ampleur de charbon, de quoi produire 100 millions de tonnes de plus. Malgré sa volonté affichée de réduire la pollution dans le pays, Pékin compte encore investir dans ce domaine.

Le "smog", brouillard de pollution, n'est pas près de s'estomper en Chine. Alors que Pékin avait mis en avant sa volonté de réduire la pollution atmosphérique, qui règne dans plusieurs zones de peuplement dense, l'extraction du charbon, très polluante, s'est accrue de façon spectaculaire en 2013.

100 millions de tonnes supplémentaires en 2013

En tout, la deuxième puissance économique mondiale a augmenté sa capacité de production de plus de 100 millions de tonnes de charbon l'an dernier. C'est six fois plus que l'année précédente... et l'équivalent de 10% de la consommation annuelle des Etats-unis !

L'investissement se chiffre à 8,9 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros). La Chine entend ainsi atteindre son objectif : accroître sa capacité de production de pétrole de 860 millions de tonnes supplémentaires en cinq ans (échéance en 2015), soit plus que la production totale que l'autre géant local, l'Inde.

En Mongolie intérieure et dans le Shaanxi

Ces nouvelles infrastructures ont majoritairement été mises en place en Mongolie intérieure et dans le Shaanxi, reflétant la stratégie du gouvernement central de fermer les petites mines proches des agglomérations, pour privilégier d'importants complexes qui délivreront l'énergie via un vaste réseau.

"Malgré la pression du changement climatique, la raréfaction des ressources en eau et les autres problèmes environnementaux, l'industrie du charbon s'étend toujours dans le nord-ouest de la Chine", déplore Deng Ping auprès de l'agence Reuters, un membre de Greenpeace à Pékin. "L'échelle de ces complexes a rarement été vu dans d'autres endroits dans le monde, avec des mines à ciel ouvert, des centrales au charbon et des installations chimiques en lien avec le charbon au même endroit".

Près de la moitié de la production mondiale

Avant même cette expansion, la Chine était en mesure de produire 3,66 milliards de tonnes de charbon fin 2012, selon les données officielles. C'est près de la moitié de la production mondiale, alors que l'Europe et les Etats-Unis ne produisent qu'un milliard de tonnes chacun.

Ces statistiques seraient même en deçà de la réalité puisque la Commission nationale du développement et de la réforme (NDRC), qui planifie l'économie en Chine, met des mois à annoncer les nouveaux projets, explique Reuters. D'autres projets d'ampleur auraient ainsi pu être conduit au cours du dernier trimestre 2013.

La Chine "accro" au charbon

Les épisodes de pollution en Chine avaient poussé le gouvernement à promettre de réduire sa dépendance au charbon, restreignant notamment l'extraction dans les zones résidentielles. Mais son coût sans équivalent, et sa fiabilité bien plus importante que la production d'énergie par la force de l'eau ou du vent, a eu raison des velléités de Pékin.

Le plan 2011-2015 visant à permettre l'exploitation de 860 millions de tonnes de charbon supplémentaires augmenterait la production énergétique de quelques 300 gigawatts. De quoi confirmer le rang de la Chine de premier producteur - et consommateur - de charbon.

Cancer du poumon

De quoi conforter, aussi, un autre record du pays : celui du taux de mortalité du cancer du poumon, qui a bondi de quelque... 465% en trente ans. 

Par ailleurs la situation du personnel travaillant dans les mines ne semble pas vraiment s'améliorer, même si les autorités chinoises affirment que la mortalité s'est réduite, les ONG déplorent toujours que des accidents ne soient pas signalés. 

Réagir

Commentaires

bjd  a écrit le 08/01/2014 à 22:54 :

Pas besoin d'aller chercher à Pékin les incomprhéensions, en France on brule du bois et du gaz (100mwhth) pour récupérer les subventions , projet validé par le préfet du département , la préfecture, les élus....le bois 150000t/an, semble ne plus venir de la région asséchée;;;mais du Canada! et l'exploitation du site est Italienne.
Alors qu'il y a 3000Mwth disponible à une centrale nucléaire ( elle est loin 1km!)
Comment voulez vous qu'on s'en sorte: incapacité et coalition d'edf, de nos élus au détriment de la simple logique et un peu de savoir faire...on pollue cher en toute tranquilité ,sur le dos des citoyens, tout est fait pour qu'on vende notre système energétique au plus offrant a force de creuser la dette ....Les Chinois sont preneurs...ouf la boucle est bouclée. Vous voulez en savoir plus, je ne décolère pas...contacter moi je prépare la guerre contre nos décideurs.

bjd  a écrit le 08/01/2014 à 22:51 :

Pas besoin d'aller chercher à Pékin les incomprhéensions, en France on brule du bois et du gaz (100mwht) pour récupérer les subventions , projet validé par le préfet du département , la préfecture, les élus....le bois 150000t/an, semble ne plus venir de la région asséchée;;;mais du Canada! et l'exploitation du site est italienne.
Alors qu'il y a 3000Mth disponible à une centrale nucléaire ( elle est loin 1km!)
Comment voulez vous qu'on s'en sorte incapacité et coalition d'edf, de nos élus au détriment de la simple logique et un peu de savoir faire...on pollue cher en toute tranquilité , tout est fait pour qu'on vennde notre système energétique au plus offrant a force de creuser la dette ....Le Chinois sont preneurs...ouf la boucle est bouclée. Vous voulez en savoir plus, je ne técolère pas...contacter moi je prépare la guerre conte nos décideurs.

aaa  a écrit le 08/01/2014 à 22:41 :

A bon ça pollue? L’Allemagne est au courant il aurait du peux être rester dans le nucléaire?

blutch  a écrit le 08/01/2014 à 13:36 :

"et sa fiabilité bien plus importante que la production d'énergie par la force de l'eau ou du vent". Je pense que vous avez fait une coquille, et faisiez référence au solaire. Car l’hydroélectricité est extrêmement fiable et compétitif. ERDF s'appuie énormément sur les barrages de la 1ère moitié du XX°s, justement pour réguler sa production en fonction des heures de pointe.

yvan  a répondu le 08/01/2014 à 16:17:

Bien vu. C'est d'ailleurs pour cela que les barrages français sont en cours de privatisation...

STONE1  a écrit le 08/01/2014 à 11:13 :

"Bel" exemple de la folie humaine que rien n'arrête au nom de la croissance ! Dans une telle conjoncture l'écologie ou tout simplement la propreté n'a pas sa place ! Très inquiétante fuite en avant un peu comme chez nous avec le nucléaire ! Il faudrait sortir du cercle polluant induit par une croissance économique tous azimuts et repartir dans une autre direction mais la lâcheté ,la collusion entre politiques et multinationales aura sans doute raison de notre pauvre planète !

yvan  a répondu le 08/01/2014 à 16:18:

En effet. L'Allemagne, en fermant son nucléaire, suit l'excellent exemple de la Chine... Vive les clim et l'énergie abondante pour tous.

luc.b  a écrit le 08/01/2014 à 11:07 :

L'Inde et la Chine ont gagné 1,3 milliards d'habitants depuis 1960.

Aujourd'hui, les chinois et les indiens veulent tous le mode de vie occidental.

yvan  a répondu le 08/01/2014 à 16:19:

Et vous avez quelque chose contre l'américane ouais off laïfe..??

Yves  a écrit le 08/01/2014 à 10:43 :

Le "smog" n'est pas un "brouillard de pollution", mais un brouillard TOXIQUE, à base d'acide sulfurique, ce qui est autrement plus grave !

Yves  a écrit le 08/01/2014 à 10:43 :

Le "smog" n'est pas un "brouillard de pollution", mais un brouillard TOXIQUE, à base d'acide sulfurique, ce qui est autrement plus grave !

phidias  a écrit le 08/01/2014 à 10:23 :

Devant la pollution de la Chine, les efforts demandés par nos écolos si peu intéressés par l'environnement, sont dérisoires et totalement marginaux. Cela revient à vider une citerne avec un dé à coudre, pendant que d'autres la remplissent avec une lance à incendie. Les mesures qu'ils imposent, et que les socialistes acceptent par démagogie politique, sont destructives pour notre industrie et notre économie. On marche sur la tête.

@phidias  a répondu le 08/01/2014 à 10:34:

Il vaut mieux réaliser soi-même l'excellence avant de la prôner au reste du monde: la preuve par l'exemple. Et notre industrie, engagée vers l'économie circulaire et décarbonée, ne s'en porterait que mieux. Le hic, c'est que cette conversion n'a pas été engagée en France, malgré les efforts des écolos au gouvernement. On marche sur la tête.

Patrickb  a répondu le 08/01/2014 à 21:04:

@phidias: non pas que je sois fan des Chinois, mais pourquoi ne parle-t-on pas des émissions des US et de la destruction de l'environnement (avec entre autres l'exploitation des sables bitumeux) au Canada. Ah, ok, j'avais oublié que les méchants, c'est les non alignés :-)