Irak : des djihadistes en passe de prendre le contrôle de la région pétrolière

 |   |  576  mots
La ville de Mossoul a été la cible de violents combats mardi entre les forces de sécurité irakiennes et les extrémistes sunnites d'EIIL. /Reuters
La ville de Mossoul a été la cible de violents combats mardi entre les forces de sécurité irakiennes et les extrémistes sunnites d'EIIL. /Reuters (Crédits : Reuters)
L'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) gagne du terrain dans le nord de l'Irak, région qui concentre une grande partie des champs pétrolifères et des raffineries du pays. Les djihadistes ont déjà pris le contrôle mardi de la deuxième ville du pays, Mossoul.

Les terroristes ébranlent le pouvoir central et font "peser une menace sur toute la région" s'alarment Washington et Bagdad. Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) progressent actuellement dans la ville pétrolière de Baïji. Selon des responsables de la sécurité, ils y ont incendié un tribunal et un poste de police.

Les raffineries irakiennes "encerclées"

Baïji, ville située à mi-chemin de Bagdad et Mossoul, abrite une raffinerie protégée par quelques 250 gardes qui auraient accepté, lors de négociations avec une délégation de chefs tribaux envoyés par les djihadistes, de se retirer en échange d'un sauf-conduit vers une autre ville.

Mardi déjà, des centaines de ces combattants dissidents d'Al Qaïda se sont emparés de Mossoul, la deuxième ville d'Irak après quatre jours de combats. Capitale de la région pétrolière de Ninive, elle est aujourd'hui aux mains des rebelles sunnites, qui ont également envahi sa province, et des parties de deux autres provinces limitrophes.

Carte pétrole

Carte : Comité professionnel du pétrole (CPDP), Central intelligence agency Maps and Publications (CIA), United States energy information administration (EIA)

Nouri al Maliki,  un premier ministre chiite désemparé 

Face à ce revers militaire, le Premier ministre chiite Nouri al Maliki a lancé un appel à l'aide internationale contre le "terrorisme" et demandé au parlement de décréter l'état d'urgence dans le pays alors que plusieurs villes du nord sont le théâtre d'affrontements entre insurgés et forces de sécurité.

La chute de Mossoul constitue une sévère défaite pour le pouvoir central à Bagdad car il confirme les progrès des sunnites sur le terrain depuis une année.

Le colonel de l'armée s'inquiétait hier :

"Nous avons perdu Mossoul, ce matin. L'armée et les forces de police ont abandonné leurs positions et les terroristes de l'EIIL disposent d'un contrôle complet. C'est un effondrement total de nos forces de sécurité."

Les Etats Unis sur le qui-vive et prêts à aider Bagdad

Washington a estimé mardi que la menace djihadiste pesait sur toute la région. Les Etats-Unis ont ainsi plaidé en faveur d'une "réaction ferme et coordonnée" pour reprendre Mossoul et se sont dits prêts à fournir à Bagdad toute l'aide nécessaire pour la mener à bien.

Dans un communiqué, Jen Psaki, la porte-parole du département d'Etat a indiqué : 

"Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par les événements qui se sont produits au cours des dernières 48 heures à Mossoul, où des éléments de l'Etat islamique en Irak et au Levant se sont emparés d'une partie importante de la ville. La situation reste extrêmement grave. Les Etats-Unis vont fournir toute l'aide nécessaire au gouvernement irakien dans le cadre de l'Accord-cadre stratégique pour contribuer au succès de ces efforts".

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'Onu, a également exprimé sa préoccupation :

"Le secrétaire général exhorte tous les dirigeants politiques à présenter un front uni face aux menaces qui pèsent sur l'Irak, qui ne peuvent être dissipées que dans le cadre de la Constitution et d'un processus politique démocratique"

Trois ans après le départ des troupes américaines du sol irakien, le pays est plus que jamais au bord du chaos, menacé par des conflits tribaux et religieux entre sunnites, chiites et Kurdes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2014 à 21:44 :

Marrant comment on ramène tout aux américains et aux russes.
On oublie vite que cette guerre, sous couvert de terrorisme, n'est que l'expression de la lutte millénaire que se livrent sunnites et chiites. Deux super puissances régionales se frottent dans ces conflits (Irak, Syrie, Liban...) l'Arabie saoudite et l'Iran.
À priori, vu les moyens de ses deux pays, je ne suis pas convaincu qu'ils attendent l'autorisation des russes ou des américains pour s'étriper. Et comme ils tiennent tout le monde grâce au pétrole...ça va durer.
Israël et ses 70 têtes nucléaires compte les points au milieu. Ça fait rêver.
a écrit le 11/06/2014 à 17:24 :
Résultat de l'action américaine et plus généralement occidentale dans la région. Nous avons combattus les russes lorsqu'ils sont intervenus en d'autres temps pour faire face aux menaces dont ils étaient victimes. Nous avons armés leurs adversaires. Voilà le résultat. Bientôt nous demanderons aux russes d'intervenir à nouveau aux marges de leur empire en les considérant comme des sauveurs! Il en va de même partout en Afrique mais là il n'y a pas de russes. Allons-nous demander aux chinois ? Il semblerait que nos chers dirigeants, dans la méthode, se trompent de deux siècles. Il est bien temps d'en changer.
a écrit le 11/06/2014 à 14:11 :
Pour qu'il y ait la paix dans cette région il faut mettre fin à l'axe chiite.
a écrit le 11/06/2014 à 14:11 :
On verra qu'en diront les chiens-de-guerre du club Bilderberg et similaires.

"Il m'est pénible de le dire, mais les États-Unis ressemblent à un ivrogne en vadrouille depuis dix ans. Tout ce qu'ils touchent se brise. La deuxième plus grande ville irakienne, Mossoul, a été prise par Al-Qaïda. Ce n'est qu'un exemple. Nous savons à quoi ressemble la Libye. Nous savons ce qu'il est advenu de la Syrie. Malheureusement, les interventionnistes au pouvoir à Washington interprètent constamment leurs échecs comme des succès grandioses".

Un expert américain dont je tairais le nom.
a écrit le 11/06/2014 à 13:54 :
Merci beaucoup aux Yankee pour leurs judicieuses interventions dans le monde , Et Bravo pour le résultat obtenu ! et dire que ces C.... voulaient allez en Syrie et en Ukraine ...!
Réponse de le 12/06/2014 à 9:09 :
peut'etre mais en 1917 et en 1944 on était trop content de les trouver pour nous libérer des bellicistes , vive les tickets de rationnements ? , certes les US ne sont pas parfaits loin de là , seulement depuis la fin de la guerre froide qui gelait les positions on est entré dans une guerre plus chaude de mouvements qui se propagent rapidement .. les autres y jouent aussi a ce jeu de c...s et ils ne voient pas ce qui risque d'arriver a terme
a écrit le 11/06/2014 à 13:40 :
que fait Obama ?
a écrit le 11/06/2014 à 12:37 :
A chaque fois que les Us cogite un plan de n' importe quoi ( finance accord du louvre - du plazza - de guerre Vietnam etc.. de dérégulation financière ou tout ce que l' on veut ) çà foire.. au début certes çà part dans l' axe voulu mais le délitement survient immanquablement. trop fort.
a écrit le 11/06/2014 à 11:26 :
en fait le conflit syrien dérape sur le kurdistan irakien et déjà l'état irakien qui est confronté a un chaos sans precedent depuis la chute de saddam n'a pas résolu les conflits internes , l'Iran qui lui aussi joue au pompier pyromane dans la région qui se rapproche d'une explosion encore plus grande a chaque jour qui passe .. jamais on a vu de telles violences aussi exacerbées au point que les soldats et policiers préfèrent les billets de banques pour fuir .. le gouvernement irakien s'apprêterait a donner des armes aux civils dans cette région .. le pire du pire .. pauvre pays si riche
a écrit le 11/06/2014 à 10:44 :
qui est derrière ces terrorises ? Turquie ? Arabie saoudite ?
Réponse de le 11/06/2014 à 15:16 :
Qui profite de ces conflits? Qui a créé Alquaida et taliban en Afghanistan pour combattre les Russes? qui a déclenché les trois Guerres du golfe? qui profite du pétrole de la région? qui soutient l'Arabie Saoudite et les autres monarchies Moyenageuses? Qui impose le "greffon" Israeilien réjété dans la région? Malheureusement c'est l'occident et au premier rang les USA!
Réponse de le 12/06/2014 à 8:38 :
Hillary Clinton reconnait le rôle des USA dans le soutien des groupuscules "jihadistes"
https://www.facebook.com/photo.php?v=779721278715696

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :