Importation de gaz en Europe : l'Iran n'est pas prêt à prendre le relais de la Russie

 |   |  213  mots
L'Union européenne, très dépendante de la Russie en matière de livraison de gaz, envisage de plus en plus sérieusement d'importer du gaz naturel iranien, mais Téhéran ne peut pas
L'Union européenne, très dépendante de la Russie en matière de livraison de gaz, envisage de plus en plus sérieusement d'importer du gaz naturel iranien, mais Téhéran ne peut pas (Crédits : reuters.com)
Selon le président iranien Hassan Rohani, "les conditions ne permettent pas de penser que l'Iran pourrait prendre le relais si la Russie cessait du jour au lendemain de fournir du gaz" à l'Union européenne. "Notre production est encore loin de ce stade", a-t-il expliqué.

L'Iran n'est pas prêt à prendre le relais de la Russie sur le marché du gaz, même en cas de levée des sanctions internationales dont il fait l'objet en raison de son programme nucléaire, a estimé le président iranien, Hassan Rohani. Sur fond d'amélioration des relations avec Téhéran et de détérioration avec Moscou, l'Union européenne, pour le moment très dépendante de la Russie, envisage de plus en plus sérieusement d'importer du gaz naturel iranien, selon Reuters qui cite une source proche de la Commission.

"Nous sommes à la traîne en ce qui concerne la production et pensons d'abord à notre propre consommation", a déclaré Hassan Rohani dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Rossiya 1. "De temps en temps, nous avons des problèmes en hiver et puis, vous le savez, nous avons de nombreux acheteurs, de nombreux clients autour de nous (...) Tous nos voisins de l'Est, de l'Ouest et du Sud veulent acheter du gaz avant qu'il ne soit produit""Aujourd'hui, les conditions ne permettent pas de penser que l'Iran pourrait prendre le relais si la Russie cessait du jour au lendemain de fournir du gaz. Notre production est encore loin de ce stade", a-t-il expliqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2014 à 12:01 :
les commissaires politiques de Bruxelles ont ils pu entrainer l’Europe entière dans une confrontation économique et peut être militaire avec la Russie à cause de quelques putschistes fanatiques ( Youtube : "Одесса дом профсоюзов ПОЛНОЕ ВИДЕО" ).
Comment ont ils pu laisser les USA saboter notre rapprochement avec un partenaire riche et fiable pour se tourner vers la fumisterie marché de dupes du traité économique trans atlantique, qui laissera le champs libre en Europe aux multinationales US pour tout piller.
a écrit le 06/10/2014 à 11:50 :
Ils ont bien raison...la chine en demande.....
a écrit le 06/10/2014 à 11:29 :
tient sa revanche contre les pantins de Bruxelles. Pourquoi secourir ceux qui étaient prêts à adouber Israël dans son projet de bombardement de l'Iran, dans son entreprise de déstabilisation de la Syrie actuellement. Suite au soutien incompréhensible ( en fait oui ) des commissaires politiques de Bruxelles aux putschistes criminels de Kiev, la Russie ne se gênera plus de livrer des S300 a ses alliés.
Voilà le résultat d'une politique de courte vue des européens, envers la Russie mais aussi envers leur propres peuples qui vont se les geler cette hiver.
Tremblez Mr Barozo, vous qui n’êtes que le produit politique des US.
a écrit le 05/10/2014 à 23:43 :
Le problème c'est que si on laisse s'installer un califat sunnite en Syrie et Irak il risque de vouloir s'étendre en Iran chiite !
a écrit le 05/10/2014 à 10:54 :
pensez-vous sérieusement que l’Iran puisse trahir son allié de l'heure au profit d'une Europe divisée qui en fait se laisserai berner par Washington? je ne pense pas cherchez-vous en libye si possible. c'est un noman's land créé la france
Réponse de le 05/10/2014 à 11:22 :
Evidement que l'Iran ne peut laisser tomber ses 2 seuls alliés, Chine et Russie, se serait très mal vu et les représailles seraient immédiates.
""c'est un noman's land créé la France"" créé par la France/Sarko.
Ca vous dérangerait de mettre une majuscule à France?
Mais on va, d'une manière ou d'une autre, être obligé d'aller y faire le ménage!
Réponse de le 05/10/2014 à 15:24 :
désole juste erreur de saisie
Réponse de le 05/10/2014 à 23:45 :
La trahison ne pose pas de problèmes aux Ayatollahs !
a écrit le 05/10/2014 à 4:28 :
Si L'Iran survie comme pays indépendant c'est grâce a la volonté de la Russie, minable politiciens européens ne pas voir cela sur le bout de leur nez.
a écrit le 04/10/2014 à 23:48 :
il semble que le projet nabucco , en stand by je crois, etait censé fournir un nouvel approvisionnement vers l europe .
mais certains pays se désengagés ,les routes de gazoducs doivent aussi passer par la syrie ..et l irak.. aussi je me demande si le Qatar n est pas dans le coup pour etre ce fournisseur providentiel, et les evenements actuels de la région syro irakienne sont peut etre liés, non?
le qatar peut il etre ce fournisseur?
a écrit le 04/10/2014 à 22:15 :
En 3 lignes Rohani a synthétisé la position iranienne ; 1 Les iraniens ne profiterons des problèmes de la Russie pour s’engouffrer dans la brèche, 2 les clients asiatiques sont prioritaires parce que plus fiables, 3 l'appareil productif de gaz et de pétrole iranien ont pâti des sanctions européennes et américaines. Non sans cynisme l'Europe demande à l'Iran un coup de pouce après avoir étranglée son économie. Mais la Russie reste un partenaire important et l'Iran ne trahira pas la Russie qui lui a évité des déconvenues lors des négociations sur le nucléaire, sur l'aide apporté en Syrie ou le règlement de la mer Caspienne qui reste à déterminer. D'autant que l'Iran risque d'avoir encore plus besoin de son voisin si comme il est de plus en plus probable les négociations sur le nucléaire échoues. Reste que le problème d'approvisionnement en gaz de l'Europe n'est pas réglé si les sanctions s'amplifient avec l'affaire ukrainienne. Le gaz est bien plus difficile à transporter que le pétrole et demande un investissement bien plus considérable. Le gaz russe pas cher et commode l'avait fait oublier et les pays capables de prendre la relève sont peu nombreux.
Réponse de le 04/10/2014 à 22:35 :
Très bonne analyse à laquelle j’adhère totalement. D'ailleurs le président Hassan Rohani s'est retrouvé avec Poutine cette semaine lors des négociations à Astrakhan (sud de la Russie) où la coopération bilatérale, essentiellement dans le secteur énergétique, était au menu. Notre Europe est devenue amorale, hélas, et perd de plus en plus son âme, sa dignité.
Réponse de le 05/10/2014 à 12:56 :
échec flagrant de la stratégie du chaos mené par les USA et les européens qui suivent servilement.
La Russie, la Chine, l'Inde , l'Iran et tous les autres ont bien compris qu'ils avaient tout intérêt à se serrer les coudes pour faire face à l'agression. L'occident est mal barré.
a écrit le 04/10/2014 à 18:28 :
Logique. Traduire : "Vous nous sanctionnez depuis des années, ne croyez pas que du jour au lendemain nous allons vous filer un coup de main sans contrepartie."
Nous n'avons que ce que nous méritons.
Réponse de le 04/10/2014 à 20:24 :
Et peut-être qu'on méritera une Troisième Guerre en Europe, hélas.
a écrit le 04/10/2014 à 18:27 :
Washington mène un double jeu parce que l’UE est pour lui un adversaire aussi redoutable que la Russie, surtout sur plan économique. C’est un concurrent très puissant et les États-Unis sont tentés de faire d’une pierre deux coups à la faveur de la crise ukrainienne. La Russie qui n’avait cessé de renforcer ces derniers temps ses positions dans le monde est particulièrement visée à cause de sa politique extérieure qui se renforce.

Quant à l’UE, d’un côté, les États-Unis essaient d’embarquer "l’Europe unie" sur leurs projets expansionnistes mais, d’un autre côté, profitent de la moindre occasion pour saper sa puissance économique. Pourquoi les Européens restent encore empêtrés dans les mailles de cette toile des sanctions qui lui sont imposées de l’extérieur, pourquoi ne veulent-ils rompre prochainement ses fils ?
a écrit le 04/10/2014 à 17:15 :
Alors que les européens atlantistes aillent trouver du gaz et du pétrole auprès de l'EI, ils en exportent passablement, dit-on. LOL
Réponse de le 05/10/2014 à 13:09 :
c'est déjà fait et ça a été reconnu par l'UE.
EI exporte son pétrole via un circuit de contrebande qui mélange ce pétrole avec du pétrole d'autres origines ...
a écrit le 04/10/2014 à 16:03 :
Peak oïl, peak gas.
N'en déplaise aux Américains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :