A Dijon, Suez consacre son rôle d'intégrateur dans la gestion des ressources

 |   |  615  mots
Si les métiers traditionnels de Suez ne seront initialement pas intégrés dans le projet de gestion unique des services de Dijon Métropole, ils pourront l'être dans un futur proche.
Si les métiers traditionnels de Suez ne seront initialement pas intégrés dans le projet de gestion unique des services de Dijon Métropole, ils pourront l'être dans un futur proche. (Crédits : DR)
Dans le cadre du consortium qui a remporté un contrat de gestion connectée de l'ensemble des services publics de Dijon Métropole, le spécialiste de l'eau et des déchets sera chargé de l'intégration des données dans un centre unique de pilotage urbain. Un rôle qui selon le groupe correspond parfaitement à son savoir-faire ainsi qu'à sa vision de l'avenir.

Dans son ampleur, l'ambition est en elle-même novatrice, en France comme à l'international : Dijon Métropole a annoncé jeudi 7 septembre le lancement d'un projet de gestion connectée de l'ensemble des services publics du territoire, qui devrait en faire une smart city de toute dernière génération. Mais pour Suez, qui avec Bouygues, Capgemini et Citelum fait partie des entreprises choisies pour la réalisation du plan, l'occasion est particulièrement précieuse, puisqu'elle doit lui permettre de consacrer une évolution de son business model imposée par la baisse des volumes dans le marché des utilities : celle vers une offre de services de qualité. Dans le cadre du consortium qui a remporté le contrat avec Dijon Métropole, le spécialiste de la gestion de l'eau et des déchets sera en effet chargé - sous la supervision de la police municipale - de la gestion du centre unique de pilotage urbain qui constitue le cœur du projet, où conflueront l'ensemble des données collectées par les objets connectés disséminés dans les 24 communes ainsi que les alertes des citoyens, et où seront prises les décisions d'intervention. Un rôle de pure gestion intégrée de la data apparemment en rupture avec les métiers traditionnels de Suez, mais qui aux yeux de la direction du groupe correspond parfaitement à son savoir-faire ainsi qu'à sa vision de l'avenir.

 Une expérience nationale dans gestion des données

"Non seulement nous sommes traditionnellement au service des collectivités et de leurs parties prenantes. Aussi, notre capacité d'être référents dans la gestion optimisée de la ressource, en milieu urbain comme industriel, est déjà bien connue par nos clients", souligne le directeur général adjoint Jean-Yves Larrouturou, en citant à titre d'exemple le récent partenariat conclu avec L'Oréal pour la gestion, pendant trois ans, de la performance environnementale (eau, énergie, déchets) de tous les établissements industriels du groupe cosmétique. En termes plus spécifiquement de data, Suez peut d'ailleurs faire valoir l'expérience de la mise en place, sur l'ensemble du territoire national, d'une bonne dizaine de "Centres visio": des tours de contrôle rassemblant et exploitant les données récoltées par des milliers de capteurs et de compteurs intelligents dans le réseau de l'eau, et dont l'extension progressive à la gestion des déchets est en cours. "Cette expérience a sans doute été prise en compte par nos partenaires", estime Jean-Yves Larrouturou.

La priorité à l'éclairage

Si les métiers traditionnels de Suez ne seront initialement pas intégrés dans le projet de gestion unique des services de Dijon Métropole, ils pourront en outre l'être dans un futur proche. "Chaque ville qui s'engage dans la smart city a ses priorités. A Dijon, on a choisi de commencer par la modernisation de l'éclairage public, qui sera financé par les économies découlant de l'innovation elle-même", explique Jean-Yves Larrouturou. Dans ce domaine, la numérisation devrait en effet permettre, grâce à une meilleure adaptation aux besoins réels, de réduire la facture d'électricité de 65%, espère la collectivité. Mais à moyen terme, "la même approche peut s'appliquer à n'importe quel type de services", note le DGA de Suez, et notamment à l'eau et aux déchets, gérés à Dijon par l'entreprise et dont les données convergent déjà dans l'un des centres Visio. Et Jean-Yves Larrouturou d'ajouter: "Notre centre Visio pourra en outre servir de solution de repli en cas de dysfonctionnement de celui unique de la métropole: la possibilité de basculer les données est déjà prévue."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2017 à 16:08 :
Voilà l'objectif macronien, qui n'est que le vrp de l'oligarchie, à terme faire que les services publics soient effectués par des entreprises privées.

Et donc comme notre eau, notre électricité, nos autoroutes, notre train, les massacrer avec une augmentation permanente des tarifs et une réduction progressive des services au consommateur qui petit à petit disparaitront.

C'est ça être moderne pour macron payer plus pour avoir moins de marchandise, de service et de prestation, par contre leur service juridique et leurs forces de vente seront toujours blindés pas de problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :