Areva a perdu 2 milliards d'euros en 2015, l'action chute de 9%

 |   |  371  mots
Areva a pourtant indiqué vendredi que des "progrès significatifs" avaient été réalisés dans les discussions destinées à régler son contentieux avec le groupe finlandais TVO concernant la construction d'un réacteur EPR en Finlande (OL3).
Areva a pourtant indiqué vendredi que des "progrès significatifs" avaient été réalisés dans les discussions destinées à régler son contentieux avec le groupe finlandais TVO concernant la construction d'un réacteur EPR en Finlande (OL3). (Crédits : Reuters)
Le groupe nucléaire enregistre ainsi sa cinquième année consécutive dans le rouge. La Bourse de Paris sanctionne le titre.

Article publié à 8h15, mis à jour à 10h56

Les résultats d'Areva, dont la publication avait été reportée jeudi 25 janvier de 24 heures, sont désormais connus. Le groupe fait état vendredi d'une perte nette de 2,03 milliards d'euros en 2015, en raison des coûts de sa restructuration et d'une nouvelle provision pour l'EPR finlandais d'Olkiluoto 3 (OL3). Il signe ainsi son cinquième exercice consécutif dans le rouge, même si la perte nette est réduite par rapport à 2014.

Le groupe nucléaire en difficulté a également enregistré une forte baisse de son carnet de commandes, malgré un chiffre d'affaires en progression de 6,2% (à 4,2 milliards d'euros).

La cotation à la Bourse de Paris reprend

Areva, qui sera recentré sur le cycle du combustible nucléaire une fois son activité réacteurs (Areva NP) cédée à EDF , indique aussi dans un communiqué s'attendre cette année à un cash-flow net entre -2 milliards et -1,5 milliard en 2016, en raison de sa restructuration. Le groupe précise par ailleurs avoir enregistré au titre de 2015 une perte opérationnelle de 1,39 milliard d'euros (contre -2,6 milliards en 2014) et un excédent brut d'exploitation de 685 millions (contre 471 millions) .

Areva a validé fin janvier le principe d'une augmentation de capital de 5 milliards d'euros destinée à restaurer son bilan, à laquelle l'Etat français participera en tant qu'actionnaire de référence, et qui sera effective début 2017.

L'action perd 9%

L'action du titre du groupe -dont la cotation à la Bourse de Paris avait été suspendue jeudi- chutait de près de 9% vendredi matin. A 10h22, la valeur perdait notamment 8,96% à 3,35 euros, dans un marché en forte hausse de 2,05%.

Areva a pourtant indiqué vendredi que des "progrès significatifs" avaient été réalisés dans les discussions destinées à régler son contentieux avec le groupe finlandais TVO concernant la construction d'un réacteur EPR en Finlande (OL3). "Si cet accord se concrétise, le contrat OL3 sera transféré d'Areva NP vers Areva SA dans le cadre de la restructuration de la filière nucléaire française", a ajouté Areva dans un communiqué. Cela permettrait à EDF de ne pas assumer le risque financier lié à ce projet dans le cadre du rachat partiel de l'activité de réacteurs Areva NP.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2016 à 20:19 :
Cela nous permet au moins de comprendre pourquoi EDF veut augmenter les tarifs de l’électricité.

Le nucléaire cette fameuse "énergie la moins chère du monde" n'est qu'un gouffre financier sans fin en fait si on avait pu étudier les chiffres en détail peut-être aurions nous pu éviter ce lamentable échec exponentiel.

Secret défense et croissance économique (et démocratie d'ailleurs mais bon ça les décideurs politiques et économiques l'ont oublié depuis belle lurette cette notion, ne pensant plus qu'au pognon) ne font pas bon ménage.
a écrit le 27/02/2016 à 9:31 :
Je suis militant anti-nucléaire depuis 1974 (1è élection présidentielle avec un candidat écolo : René DUMONT) : on nous a moqué, insulté, massacré physiquement et médiatiquement : bref comme disait bien De Gaulle: les Français sont des veaux !!!
Eh bien ils finiront comme leur agriculteurs : EXTERMINES par leurs propres ELITES qu'ils adorent comme Veaux d'Or
la pauvre Anne Lauvergeon n'est qu'une pâle illustration dans la même veine que tous les parasites "Dirigeants" du CAC40, installé par les mafias gouvernementales !!!
a écrit le 27/02/2016 à 9:29 :
C'est Areva qui a perdu, ou finalement le contribuable ?
a écrit le 26/02/2016 à 15:22 :
Selon des informations recueillies de ma nièce Finlandaise, Doctorante en génie
nucléaire et membre de la commission Finlandaise de contrôle des installations
nucléaires, Areva n'a tenu aucun compte des erreurs et misconcepts déjà trouvés
sur l'EPR d'Olkiluoto au moment du lancement, en urgence de l'EPR de Flamanville
en décembre 2007. La catastrophe industrielle d'Olkiluoto a donc été reproduite
"copié-collé" à Flamanville. On comprend qu'EdF ne veuille pas reprendre le chantier
d'Olkiluoto, ayant déjà fort à faire à Flamanville. Le prochain EPR Finlandais à
Pyhäjoki sera confié ... aux Russes de RosAtom. Ils avaient déjà construit à Lovisa
dans les années 80, une centrale nucléaire qui fonctionne toujours à la perfection !
a écrit le 26/02/2016 à 14:48 :
Les français n'ont jamais été consultés sur le développement du nucléaire, c'est nos "élites éclairées" qui ont conduit à ce choix désastreux. Et le plus grave, c'est que ces prétendues "élites politiques éclairées" continuent actuellement encore et encore leur sale propagande... l'électricité en France va augmenter de façon significative pour payer la division réacteur d'AREVA, les déchetteries de résidus nucléaires, à Bure et ailleurs, les rafistolages de centrales, les retraitements à la Hague, sans compter les risques d'accidents, et le démantèlement de centrales obsolètes. Le démantelèment de Super phénix ( qui n'a jamais produit d'électricité ) commencé en 1999 ne finira que en 2029, et coute à lui seul 90 millions d'euros par AN ;... alors, imaginez le cout pour les autres centrales. avec l'argent dilapidé pour le démantèlement de super phénix , 90 millions/an, on pourrait déjà acheter tous les Ans 45 éoliennes type de 2 MW, sur 30 ans, soit plus de 1300 éoliennes.
Réponse de le 26/02/2016 à 22:20 :
comme nous tous vous n'avez rien dit rien fait. tout a un prix monsieur! la lâcheté elle est au prix fort alors silence et a vos bons cœurs!
a écrit le 26/02/2016 à 14:14 :
On nous impose de renflouer cette entreprise dont la gestion a été calamiteuse. Mme Lauvergeon continue en toute impunité de faire les gros titres. Les X-mines vont nous expliquer à quel point il est important de sauver Areva ... Nous pauvres imbéciles qui ne comprenons rien à rien n'avons de toute façon rien à dire et payer gentiment avec nos impôts !
Bref un autre désastre que nous allons encore payer sans qu'aucun responsable ne soit inquiété.. C'est beau d'appartenir à l’Elite Française !
a écrit le 26/02/2016 à 11:35 :
Merci ane !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :