Nucléaire : cinq ans après Fukushima, le Japon à la peine, la France fragilisée

 |   |  672  mots
Dans le viseur des voisins frontaliers, la centrale de Cattenom, qui ne serait pas aux normes internationales, selon un rapport allemand.
Dans le viseur des voisins frontaliers, la centrale de Cattenom, qui ne serait pas aux normes internationales, selon un rapport allemand. (Crédits : Reuters)
Le 11 mars 2011, suite à un tsunami, les réacteurs de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima laissaient s'échapper quantité d'iode et de césium radioactifs contaminant la région de Tohoku. Cinq ans plus tard, les incidents liés au nucléaire émaillent l'actualité en Europe et sont scrutés à la loupe.

L'atome continue de diviser le Japon. Alors que la population manifeste régulièrement son opposition, le pays poursuit son lent retour vers le nucléaire. Depuis août 2015, quatre réacteurs ont été remis en marche, deux situés à Sendai (Kyushu) et deux à Takahama près de Kyoto. Un processus semé d'obstacles, puisque ces deux derniers viennent d'être à nouveau arrêtés sur décision de justice, le mercredi 9 mars dernier.

"A la lumière de l'accident de Fukushima (...), il reste des interrogations sur les mesures de protection vis-à-vis d'un tsunami et concernant les plans d'évacuation", a justifié le juge, selon des propos rapportés par la chaîne publique NHK.

En février dernier, un arrêt inopiné des réacteurs, entraînant un problème technique, a motivé cette décision. Les doutes persistent donc quant au degré de sûreté des installations, alors qu'elles avaient reçues les feux verts technique et politique.

Vent de protestation en Europe

Mais les centrales japonaises ne sont pas les seules à susciter des interrogations. Depuis début 2016, outre les organisations anti-nucléaires qui demandent la sortie de l'atome dans l'Hexagone, des Etats donnent de la voix contre les centrales françaises.

Le canton de Genève (Suisse) demandait ni plus ni moins début mars "la fermeture de la centrale nucléaire française du Bugey", dans l'Ain, par la voix de sa maire Esther Adler :

 "Nous ne sommes pas satisfaits des réponses données lors des procédures administratives. La ville et le canton ont donc décidé de déposer plainte contre X pour notamment mise en danger de la vie d'autrui et pollution des eaux", expliquait l'élue lors d'une conférence de presse.

Quelques jours plus tôt, c'est l'Allemagne qui haussait le ton contre la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin. Plusieurs médias allemands rapportent qu'un incident survenu le 9 avril 2014 dans la doyenne des centrales françaises aurait été sous-estimé, rendant "momentanément incontrôlable" le réacteur 1. Dans la foulée, le ministère allemand de l'Environnement a plaidé pour que la centrale alsacienne soit "fermée le plus vite possible".

L'Allemagne toujours publiait fin février un rapport -commandé par le groupe des Verts au parlement - fustigeant la sécurité d'une autre centrale française, Cattenom, située en Moselle. Dans le viseur des voisins frontaliers, elle ne serait pas aux normes internationales. Une action en justice concertée entre Berlin et Luxembourg est à l'étude contre cette installation, parmi les plus puissantes du pays.

Des contrôles renforcés

Des préoccupations légitimes, mais infondées, selon les contrôleurs français du nucléaire. Pour Thierry Charles, directeur général adjoint de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), les installations font "l'objet d'un contrôle constant et de réexamens complets tous les 10 ans".

Si les risques évoluent "en permanence" et que "nous ne sommes jamais à l'abri d'un accident", les exploitants et les autorités de sûreté "ont tiré les leçons de Fukushima". Ce spécialiste de l'atome considère que ces divers incidents font partie du fonctionnement normal d'un réacteur :

"Des événements significatifs, EDF en déclare 600 par an. Ce sont des anomalies ou des pannes qui sont déclarées par l'exploitant et qui prouvent sa vigilance. Nous les traitons pour justement éviter qu'ils se reproduisent."

Cinq ans après Fukushima et trente ans après Tchernobyl, des normes toujours plus sévères sont édictées par les autorités pour anticiper les risques liés aux catastrophes naturelles.

Malgré tout, l'industrie nucléaire continue de susciter des interrogations non seulement sur sa dangerosité mais aussi, et de plus en plus, sur sa rentabilité, comme l'illustre l'affaire de la démission du directeur financier d'EDF à propos du projet de réacteur de "Hinkley Point C", au Royaume Uni.

Lire aussi : Hinkley Point : les difficultés d'EDF pèsent sur la politique énergétique outre-Manche

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2016 à 15:21 :
Le nucléaire n'est et n'a jamais été rentable tout simplement parce que les coûts n'ont jamais été considérés sur tout le cycle de vie (production + stockage des déchets + démantèlement des centrales).
Cette volonté franco française de persister dans le nucléaire est de l'orgueil mal placé (qui maitrise le nucléaire est une grande nation). La France n'est pas une grande nation, elle n'arrive même pas à faire respecter les lois de la République dans ses quartiers populaires.
A tous ceux qui soutiennent le nucléaire je les invite à s'inscrire sur la liste des futurs "liquidateurs" qui interviendront sur le prochain accident nucléaire français : j'appelle cela la cohérence avec ses convictions (pro nucléaires en l'occurence).
a écrit le 12/03/2016 à 11:55 :
que faire de fessenheim , une centrale construite sur une zone sismique comportant donc un " risque " de fissuration de la centrale et si cela arrive c'est une zone de combien de kilomètres alentours sinistrée ?
Sans doute estime t'on chez EDF et dans notre gouvernement que c'est un risque tellement minime qu'il faut le courir . En revanche combien de vies ? quelle surface de territoire irradiée pour des centaines d'années ? même si le risque est limité. Traiter le risque atomique avec la culture du risque comme c'est courant en entreprise est délirant quand le risque d'accident est ici énorme en terme de dégâts.
a écrit le 11/03/2016 à 22:02 :
Un monde sans menteur, sans des écologiste téléguidée des USA... Avec une vrais politique de développement durable.... Mais bon l'éolien comme le photovoltaïque ne produise presque rien, et demande de gros investissement.... Pourquoi n'est il pas développer la géothermiques alos que deux région française son favorable géologiquement.... ( Alsace et Paris) le nucléaire reste malheureusement la seule alternative à notre pays....
Réponse de le 12/04/2016 à 15:23 :
Faux. Falsch. False.
a écrit le 11/03/2016 à 17:10 :
La compréhension des graves accidents dans les grands systèmes complexes industriels comme une centrale nucléaire ne peut se résumer à la recherche des causes ne prenant en compte que les circonstances immédiates de l’accident (ici le tsunami).
L’approche systémique doit considérer tout l’environnement et chercher à comprendre pourquoi les défenses techniques, humaines et organisationnelles mises en place n’ont pas permis d’éviter l’accident : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=519
a écrit le 11/03/2016 à 13:20 :
Essayons d'imaginer un monde sans énergie nucléaire et sans énergie carbonée. Cela ressemblerait au moyen age.
Réponse de le 11/03/2016 à 22:24 :
Non ca s'appele l'Allemgne dans 20 ans. Mais en France on s'en fout, on a Gepe .... et l'EDF d'Hinkley Point.
Réponse de le 12/03/2016 à 9:53 :
L'Allemagne a encore autant de fossile+fissile que nous dans son mix électrique (~80%), et aucune technologie permettant le 100% ENR n'est industriellement au point.

Et encore, on ne parle ici que de l'électricité, qui n'est qu'un tiers de la conso énergétique totale. Tout le reste c'est du fossile.

Avec l'Energiewende, les écologistes promettent la lune. Alors si en plus vous croyez qu'elle sera achevée dans 20 ans...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :