Comment Bpifrance finance la transition énergétique

 |   |  709  mots
Bpi France accompagne les acteurs de la transition énergétique
Bpi France accompagne les acteurs de la transition énergétique (Crédits : reuters.com)
La banque publique vient d’entrer au capital d’Albioma, énergéticien spécialiste de la co-génération à partir de biomasse dans les Dom-Tom. L’occasion de faire un point sur son rôle dans le financement de la transition énergétique.

Il y a quelques jours, Bpifrance annonçait une prise de participation dans la société Albioma (ex. Séchilienne Sidec). Spécialiste des centrales à co-génération (électricité et chaleur) implantées dans les Dom-Tom, l'entreprise française est en train d'opérer sa propre transition énergétique. En effet, alors qu'historiquement elle remplace la bagasse (co-produit de la canne à sucre) par du charbon en dehors des périodes de production, elle s'emploie depuis plusieurs années déjà à substituer progressivement à ce dernier d'autres déchets végétaux.

En juin 2015, le fonds d'investissement Apax Partners a distribué à ses actionnaires 95% des parts qu'il détenait dans Albioma (soit environ 30% du capital). Le semaine dernière, Bpifrance a annoncé  avoir acquis 5% du capital.

Albioma en ligne avec le plan de verdissement de ses centrales

« Nous connaissons Albioma depuis longtemps, c'est une société qui, sous l'égide de Jacques Petry, le président de son Conseil d'administration, est de plus en plus décarbonée », détaille Emilie Brunet, directrice d'investissement « mid and large caps » chez Bpifrance. Avec 80% du charbon pour 20% de biomasse, l'entreprise a pour objectif d'inverser le ratio avant de tendre vers le 100% renouvelables. Résidus de bois, autres déchets verts et même déchets d'autres natures peuvent remplacer le charbon, à condition de modifier les centrales. « La société est en ligne avec le plan de rénovation de ses centrales visant notamment à les rendre plus « vertes » », observe Emilie Brunet.

« Il faut souligner qu'Albioma autofinance ce plan de rénovation, ajoute-t-elle. Nous ne leur apportons pas de capital nouveau pour les aider à le financer. Nous avons constitué notre position en procédant à des achats sur le marché sur plusieurs mois, dans l'optique de devenir un nouvel actionnaire de référence du groupe.»

Cette prise de participation s'inscrit dans le rôle dévolu à Bpifrance dans le financement de la transition énergétique.

Priorité à la transition énergétique, à l'économie sociale et au numérique

« La transition énergétique et écologique (TEE) est un secteur économique dynamique qui a besoin de financements long terme, rappelle Pascal Lagarde, directeur exécutif au sein de la direction de l'international, de la stratégie, des études et du développement. Avec l'économie sociale et solidaire et le numérique, elle figure dans la loi de création de Bpifrance, assortie d'objectifs dès le premier plan stratégique établi en 2013. »

A ce titre, Bpifrance accompagne aussi bien les entreprises de la transition énergétique et écologique, dont les acteurs des énergies renouvelables, celles qui développent de nouvelles solutions technologiques, et celles qui opèrent leur propre transition, notamment en limitant leur consommation d'énergie et d'autres fluides via une remise à niveau industrielle.

1,4 milliard d'euros pour la transition énergétique en 2016

En 2016, Bpifrance a ainsi accompagné 1.400 entreprises pour un montant global de 1,4 milliard d'euros, soit 14% de plus qu'en 2015. La moitié de ce montant consiste en co-financements longue durée de projets d'énergies renouvelables, pour lesquels la banque a développé un axe d'investissement dédié.

Depuis 2013, Bpifrance a investi pour 158 millions d'euros de fonds propres au capital de développeurs indépendants à la tête de 1,4 gigawatts (GW). Elle est ainsi présente au capital de Quadran, Neoen ou encore Eren. Elle a également engagé 2,8 millions d'euros pour co-financer des projets d'énergies renouvelables, pour une puissance installée entre 3 et 4 GW.

Co-investissement aux côté de corporate

Concernant l'innovation dans d'autres secteurs de la TEE (mobilité, stockage d'énergie, efficacité énergétique, chimie verte, etc.) Bpifrance a investi 70 millions d'euros en capital innovation dans des cleantech et 250 millions d'euros dans des projets industriels innovants.

« Sur l'innovation, notre fonds écotechnologie a notamment investi dans le fabriquant de LED nouvelle génération Aledia aux côtés d'Ikea et de Valeo, cite Pascal Lagarde, notre fonds SPI (Société de projets industriels), a aussi accompagné DCNS dans la filialisation de ses activités dans les énergies marines. »

Les énergies marines sont l'un des secteurs émergents les plus dynamique sur lesquels Bpifrance est active.

Enfin, 510 millions de prêts sans garantie ont été octroyés à de entreprises engagées dans une évolution de leurs process industriels visant une amélioration de leur performance énergétique et environnementale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2017 à 17:25 :
Il est judicieux pour BPIFrance de suivre l'évolution structurelle de la société, en réalisant sa propre transition énergétique. Les objectifs d'Albioma s'accordent à ceux de la LTECV (loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte). L'inversion du ratio 80/20 leur demandera un effort considérable mais accessible. L'accompagnement est la clé de voût pour soutenir tous les acteurs ; les professionnels par BPIFrance et les particuliers par des entreprises spécialisées en rénovation énergétique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :