Engie : "Il n'y aura pas de rapprochement avec Suez" (PDG)

 |   |  391  mots
Le groupe va abaisser le dividende à 0,70 euros par action au titre des exercices 2017 et 2018. (Photo: Gérard Mestrallet - ici lors de la Conférence mondiale du gaz, à Paris, en juin dernier - a été reconduit hier mercredi 24 février pour deux ans à la tête de l'entreprise)
Le groupe va abaisser le dividende à 0,70 euros par action au titre des exercices 2017 et 2018. (Photo: Gérard Mestrallet - ici lors de la Conférence mondiale du gaz, à Paris, en juin dernier - a été reconduit hier mercredi 24 février pour deux ans à la tête de l'entreprise) (Crédits : Reuters)
Gérard Mestrallet a démenti les rumeurs ce jeudi et en a profité pour annoncer la création prochaine d'une co-entreprise spécialisée dans les biogaz avec le spécialiste de l'eau et de la gestion de déchets. En difficulté, Engie a perdu 4,6 milliards d'euros en 2015 et lance un vaste plan de cession d'actifs pour axer son activité sur les énergies renouvelables.

Article publié le 25/02/2016 à 7h42, mis à jour à 14h29.

Une très mauvaise année 2015 à cause d'un environnement énergétique difficile. Le groupe Engie (ex-GDF Suez) a perdu 4,6 milliards d'euros l'année dernière, bien plus que ce qui était prévu par les analystes. Son chiffre d'affaires a reculé de 6,4% à 69,9 milliards d'euros. Néanmoins, Engie se targue d'une génération de cash en forte hausse par rapport à l'année 2014 à 9,8 milliards d'euros. Le groupe assure disposer de 18 milliards de liquidités.

Energies renouvelables, le virage stratégique du groupe

Engie a annoncé jeudi 25 février un plan de restructuration présenté comme "une "transformation stratégique à 3 ans pour devenir leader de la transition énergétique dans le monde". Ce plan prévoit 15 milliards d'euros de cessions d'actifs sur cette période. Au début du mois, La Lettre de l'Expansion expliquait que les cessions concerneront l'exploration-production (entre 2,5 et 3 milliards d'euros), les centrales à charbon (2 à 3 milliards), les centrales américaines (5 milliards environ) et les infrastructures.

L'hebdomadaire n'a toutefois pas précisé ses sources. Les cessions concerneraient l'exploration-production (entre 2,5 et 3 milliards d'euros), les centrales à charbon (2 à 3 milliards), les centrales américaines (5 milliards environ) et les infrastructures, ajoute l'hebdomadaire. Le groupe compte en effet mettre l'accent sur les énergies renouvelables.

Pas de rapprochement avec Suez mais une co-entreprise dans le biogaz

A peine reconduit mercredi 24 février, le PDG d'Engie Gérard Mestrallet, a démenti la rumeur -persistante- d'un rapprochement avec le spécialiste de la gestion de l'eau et des déchets Suez, dont il détient 33,4%:

"Nous n'avons (...) jamais discuté de cette question d'un rapprochement ni global, ni à travers l'apport de Cofely", la filiale de services énergétiques d'Engie.

"Par contre, les coopérations sont fortes. (...) Et nous annonçons (...) la création ensemble, entre Engie et Suez, d'une joint-venture dédiée au biométhane ou au biogaz", a-t-il ajouté.

Un milliard d'euros d'économies visées à l'horizon 2018

Engie compte par ailleurs réduire son exposition aux prix des matières premières et renforcer la part des activités liées à des tarifs régulés. Le groupe va également déployer un programme d'économies de coûts qui lui permettra d'économiser un milliard d'euros à l'horizon 2018.

Le groupe va abaisser le dividende à 0,70 euros par action au titre des exercices 2017 et 2018. Cette année, les actionnaires percevront un euro par action.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2016 à 11:45 :
on va finir par ...comprendre ...le pourquoi du changement de nom !
a écrit le 26/02/2016 à 11:30 :
Pour les clients d'Engie, ces mauvais résultats sont difficiles à comprendre. Certes, la baisse des couts du pétrole et du gaz ne facilite pas les bons résultats. Mais au regard des bénéfices des années précédentes comment peut on en arriver là?
Cela me conduit à m'interroger. On dit souvent que les entreprises publiques sont mal gérés, que les privatiser serait bénéfique à ces entreprises et à leurs clients. Est-ce vraiment vrai? Les résultats d'Engie démontrent le contraire. Et ma facture de gaz aussi. Dans les circonstances actuelles, l'état n'aurait certainement pas fait mieux. Peut etre moins d'investissement à l'étranger. Le monopoly c'est bien mais derrière une table de jeu, pas à la tête d'une entreprise avec des milliers de salariés et des millions de clients.
On a trop l'habitude de rendre responsable les gens en place et de pronostiquer des meilleurs résultat si .....
Même problème pour le chomage et les résultats économiques de la France. La droite fera t-elle mieux? Certainement pas. Leur bilan passé est là pour le démontrer.
a écrit le 25/02/2016 à 14:59 :
La société tient relativement en regard du déclin des matières premières. Mestrallet reste pour arrondir les restructurations à venir. Souhaitons que le gouvernement -certainement celui nouveau à venir qui ne manquera pas de le faire- restructure les entreprises d'énergie de tête pour que toute la filière s'en trouve mieux. Nous saurons ce qu'il en est réellement de la présentation actuelle l'année prochaine.
a écrit le 25/02/2016 à 13:18 :
Totalement suicidaire. Mestrallet sera depuis longtemps en retraite parachute doré quand on se rendra compte de la folie de cette reconversion
a écrit le 25/02/2016 à 12:48 :
distribuer des dividendes quand on affiche des pertes de 4.6M€, tellement illogique et anormal comme situation ...
Réponse de le 25/02/2016 à 13:57 :
Il faut maintenir la confiance des investisseurs cela preserve également le cours de laction
a écrit le 25/02/2016 à 9:43 :
C'est vraiment des nuls la dedans. Avec le marché captif dont ils disposent ne pas arriver à fonctionner correctement ... !
a écrit le 25/02/2016 à 8:06 :
ca devient inquietant
s'ils finissent au meme niveau que les enegeticiens allemands apres le Energiewende, faudra pas s'etonner d'un niveau d'investissement au tas dans les decennies a venir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :