Développement durable : Forbes distingue deux innovateurs soutenus par l'Europe

 |   |  627  mots
En Afrique, notamment, la question de l'accès à l'énergie est cruciale. (photo: panne électrique en juin 2006 à Kampala, Ouganda) Govinda Upadhyay et Arno Zimmerman sont aussi issus de deux incubateurs, l'un, spécialisé dans l'énergie durable, l'autre, focalisé sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
En Afrique, notamment, la question de l'accès à l'énergie est cruciale. (photo: panne électrique en juin 2006 à Kampala, Ouganda) Govinda Upadhyay et Arno Zimmerman sont aussi issus de deux incubateurs, l'un, spécialisé dans l'énergie durable, l'autre, focalisé sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. (Crédits : Reuters)
Govinda Upadhyay (projet de lampe solaire) et Arno Zimmerman (projet de frigo sans électricité) viennent d'être sélectionnés par Forbes parmi les 30 entrepreneurs sociaux de moins de 30 ans les plus créatifs d'Europe. Une expérience commune les réunit: tous deux ont profité de l'accompagnement de l'EIT, l'agence de l'Union européenne dont la mission est d'encourager l'innovation.

Ils faisaient partie des 17 futurs leaders potentiels choisis par l'Institut européen de technologie (European Institut of Technology, EIT) pour participer en 2015 à son forum annuel, Innoveit. L'un d'entre eux, Govinda Upadhyay, avait même remporté l'un des trois prix attribués, grâce au projet dont il est co-fondateur, LEDSafari, qui propose des kits de lampes solaires "make it yourself". Arno Zimmerman avait pour sa part concouru en tant que co-fondateur de Coolar, dont le produit principal est un frigo fonctionnant à l'énergie du soleil.

Les deux jeunes innovateurs viennent également de figurer dans la liste des 300 entrepreneurs de moins de 30 ans les plus prometteurs sélectionnés en Europe par Forbes. Pour sa première édition de cette "liste" européenne -la version américaine existant depuis cinq ans-, dix catégories, chacune distinguant 30 innovateurs, ont été identifiées. Govinda Upadhyay et Arno Zimmerman ont été choisis pour celle des "entrepreneurs sociaux" qui développent les instruments "pour résoudre les problèmes du monde".

Une vingtaine d'incubateurs disséminés sur le territoire de l'Europe

Cette "élection" peut être interprétée comme une forme de reconnaissance aussi de l'oeuvre de l'EIT, organe indépendant de l'Union européenne créé en 2008 afin d'encourager l'innovation. Ce travail est essentiellement mené par une vingtaine d'incubateurs disséminés sur le territoire de l'Europe, les Communautés de connaissance et innovation (Knowledge and Innovation Communities, KICs), partenariats transfrontaliers entre trois pôles: les entreprises, l'enseignement et la recherche.

Depuis leur création, en 2010, ces synergies, qui gèrent aussi parfois des formations, s'enorgueillissent d'avoir été à l'origine du lancement sur le marché de plus d'une centaine de nouveaux produits et services et de la naissance de presque 150 startups. Govinda Upadhyay et Arno Zimmerman sont aussi issus de deux de ces KICs: le premier du KIC InnoEnergy, spécialisé dans l'énergie durable, et le deuxième du Climate-KIC, focalisé sur les innovations réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Une lampe vecteur d'acculturation

Interprétant rigoureusement la notion de "développement durable", Govinda Upadhyay poursuit ainsi l'objectif non tant de vendre ses lampes par millions, mais surtout d'atteindre des millions d'esprits. Et c'est sans doute son engagement, ainsi que l'originalité de son modèle économique, qui ont séduit le jury de l'EIT comme de Forbes. L'entrepreneur a conçu un kit permettant à quiconque, indépendamment de son niveau de connaissances technologiques, de fabriquer une lampe solaire avec le matériel de récupération disponible ou qui l'inspire: de la canette à la bouteille en plastique...

Il espère ainsi permettre aux habitants des villages les plus reculés de la planète, privés d'énergie électrique, de substituer aux polluantes lampes à kérosène un moyen d'éclairage plus écologique. Mais aussi de comprendre, en apprenant à construire ces lampes, le fonctionnement de l'énergie solaire. Le kit s'accompagne en effet d'une formation que Govinda Upadhyay compte dispenser dans les écoles du monde entier.

Un frigo sans électricité pour aider l'Afrique

Arno Zimmerman, lui, défie l'expérience commune en utilisant le soleil pour... réfrigérer. Son entreprise, Coolar, a mis au point le prototype d'un frigo alimenté à l'énergie solaire, et donc utilisable partout, même là où l'électricité n'arrive pas. Une portabilité qui pourrait jouer un rôle essentiel dans la préservation de la santé de certaines population notamment d'Afrique, puisqu'elle devrait permettre de mieux conserver les aliments comme les produits médicaux.

Ce frigo est par ailleurs écologique puisque, par rapport aux modèles traditionnels, il permet jusqu'à 85% d'économies d'énergie, et une baisse jusqu'à 94% des d'émissions de CO2. Il ne contient en outre pas de substances polluantes: le liquide réfrigérant est constitué d'eau purifiée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :