EDF abaisse (encore) son objectif de production nucléaire pour 2016

 |   |  368  mots
Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était impératif de maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement.
Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était "impératif" de "maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement". (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le groupe doit faire face à un arrêt prolongé de plusieurs de ses réacteurs, qui avaient suscité l'inquiétude de Ségolène Royal. Il abaisse également son objectif d'Ebitda.

EDF n'a pas le choix. Jeudi, l'énergéticien a annoncé qu'il abaissait son objectif de production nucléaire pour l'année 2016, et qu'il revoyait à la baisse son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda). Le groupe précise que les marchés de l'électricité ont été informés du report du redémarrage de cinq réacteurs, dont la production ne reprendra qu'en décembre : Bugey 4, Gravelines 2, et Tricastin 1, 3 et 4.

Un communiqué dévoilé mardi précise les nouveaux objectifs : la production 2016 est attendue à 378-385 térawattheures (contre 380-390 précédemment), et l'Ebitda est ajusté "à 16,0-16,3 milliards d'euros contre 16,3-16,6 milliards d'euros précédemment". C'est la troisième fois, après juillet et septembre, que la production nucléaire est revue à la baisse, en raison du problème concernant plusieurs de ses réacteurs, mais aussi de la régularisation tarifaire attendue suite à un arrêt du Conseil d'Etat rendu mi-juin.

Inspection suite à une anomalie

Les cinq réacteurs concernés font l'objet d'une inspection par EDF à la suite de la détection d'une anomalie en avril 2015. Elle concernait la composition de l'acier des générateurs de vapeur, similaire à celle touchant le couvercle et la cuve de l'EPR en construction à Flamanville (Manche).

Après la découverte de cette anomalie, en avril 2015, EDF avait été prié par l'ASN de mener des analyses pour recenser les équipements des réacteurs en exploitation qui pourraient être concernés par une anomalie similaire à celle de l'EPR.

Le gouvernement met la pression

Ces problèmes successifs et les arrêts qui en ont découlé inquiètent l'exécutif. Le 10 octobre dernier, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal avait adressé un courrier à EDF, lui rappelant qu'il était "impératif" de "maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement", alors que l'hiver arrive et demande une production plus élevée en électricité.

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, s'est voulu pour sa part rassurant. "Nous mettons tout en œuvre pour nous assurer qu'un maximum de réacteurs nucléaires seront en situation de fonctionner entre le début de mois de décembre et la fin du mois de février" a-t-il affirmé.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2016 à 8:11 :
L'énergie ne doit être traitée comme un sac de pommes de terre, c'est à dire comme une marchandise ordinaire. L'énergie remplace le travail, le travail produit de l'énergie; il faut comparer le travail avec l'énergie, le cout du travail avec le prix de l'énergie. Il faut en particulier répartir les charges sociales su le travail et sur l'énergie.
a écrit le 04/11/2016 à 14:00 :
Le modèle nucléaire est en perte de vitesse. Il devient de plus en plus cher à produire.

Le prix arrêté dans le cadre des négociations de deux réacteurs EPR à Hinkley-Point est de 92.50 £/MWh (environ 110 euros) pendant 35 ans.

Un champ d'éolienne offshore met le MWH à 87€. Et avec un produit source infini (le vent)

Je vous laisse vous faire une opinion.

cf http://www.theecologist.org/News/news_round_up/2987919/offshore_wind_powers_ahead_as_prices_drop_30_below_nuclear.html
Réponse de le 04/11/2016 à 17:42 :
Le nucléaire pose de nombreux problèmes. On a le choix entre la peste nucléaire ou le choléra gaz ou charbon : L'éolien offshore ou pas ne produit pas tout le temps. Donc comparer le coût et uniquement le coût ne suffit pas. Personne n'accepte d'avoir un éclairage qui marche par intermittence. On éteint pas Google les jours sans vent.... Pourtant on devrait ça nous ferait surement du bien.

Si le nucléaire est encore construit c'est hélas parce qu'on a rien qui produise autant avec une empreinte carbone faible et de façon sûre et prévisible (encore qu'avec les nouveaux EPR on sait pas quand ça démarre...) . Aujourd'hui on ferme les centrales a gaz, relativement propres car elle ne sont plus rentables.
Réponse de le 05/11/2016 à 10:03 :
Petit soucis !!!!

Et quand il n y aura Pas de vent vous allez pédaler ???
Réponse de le 05/11/2016 à 19:03 :
Grosse erreur de Intermittence : l'electricité nuke ne se stocke pas non plus, c'est pour cela qu'on la vend bradée la nuit et que les centrales de pompage-turbinage existent comme Grand'maison (1800 MW quand meme).

En plus, il ne sait pas qu'il existe un truc appelé 'Batterie', vendu par LG, Tesla ou SonnenBatterie pour ne citer que les plus connus, à à peu pres 400 € HT / kWh et encore les batteries auto ne sont pas encore sur le marché.
C'est genre d'erreur qu'on fait quand on s'admire le nombril, attitude tres répandue en France.
Réponse de le 06/11/2016 à 22:33 :
@ Steph : Le parc nucléaire peut moduler sa production, ce qu'il fait tout au long de la journée, tout au long de la semaine, tout au long de l'année.

Et un petit rappel : Il n'y a en France que 5GW de capacités en pompage-turbinage pour 62GW de nucléaire...
Réponse de le 07/11/2016 à 0:08 :
" Et quand il n y aura Pas de vent vous allez pédaler ??? "
Pour "lisser" la production, il y a plein d'énergies alternatives au nucléaire : éolien, solaire, hydroélectrique, biomasse, géothermie, courants marins, etc.
Il y a aussi d'autres choses à faire : économiser l'énergie de l'éclairage public, les bureaux, l'isolation, l'éclairage des habitations, etc.
a écrit le 04/11/2016 à 13:50 :
Apres des niveaux parmi les plus bas le MWh retrouve depuis 4 semaines un niveau qualifié de normal il y a 2 ans, et tout ca avec 12 réacteurs en moins. On peut donc bien se passer de nucléaire.
Réponse de le 06/11/2016 à 22:35 :
Mais bien sûr qu'on peut se passer de nucléaire... à condition de le remplacer en très large partie par du gaz, du charbon et de la lignite.
a écrit le 04/11/2016 à 13:43 :
Sachant que le secret défense fait taire le nucléaire et que les nouvelles intrigantes et pas terribles de la sorte s'enchainent, devons nous commencer à nous inquiéter ?
Réponse de le 06/11/2016 à 18:44 :
Nucléaire secret, non mais vous rigolez ?

Je vous rappelle que ça fait la une de la presse nationale lorsqu'un ouvrier meurt sur le chantier de l'EPR (les 600 autres salariés qui meurent en moyenne chaque année dans un accident du travail mériteraient eux aussi un peu d'attention).

Je vous rappelle que ça fait la une de la presse nationale lorsque deux chimistes se brûlent légèrement les mains à Fessenheim avec de l'eau oxygénée et sont de retour au travail le lendemain !

Je vous rappelle que la presse parle du nucléaire en moyenne chaque semaine ! Que les écologistes obtiennent tous les 2 ans l'établissement dû commission d'enquête parlementaire publique sur le nucléaire ! Que chaque centrale reçoit une inspection de l'ASN en moyenne tous les 15 jours !!
a écrit le 04/11/2016 à 13:29 :
Cela risque d'être chaud cet hiver pour se chauffer a l'électrique, surtout en Bretagne mais eux ont le "chouchen".
a écrit le 04/11/2016 à 11:49 :
bref les ecolos ont fait les malins mais sans nucleaire il n'y a plus d'electricité (a moins de bruler du charbon)

par contre comment se fait il qu'EDF voit son EBITDA baisser ? Les prix ont fait x3 de l'electricité suite a ces baisses de production (-40% de baisse)
bref ils devraient en tirer des profits

il faut qu'il vende cette electricité a prix fort aux petits malins qui revenednet de l'electricité sans investir (lampiris and co)
Réponse de le 04/11/2016 à 21:46 :
Le parc nucléaire appartient aux Français qui l'ont financé et pas seulement à un opérateur, même s'il est majoritairement public et qu'il exploite le parc. D’où l'existence de l'ARENH Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique. Suite à l'ouverture du marché de l’électricité à la concurrence, il n'y avait pas de raison qu'EDF, un fournisseur parmi d'autres, puisse seul bénéficier de cet outil de production. A présent, le financement de nouvelles centrales de production appartient à chaque opérateur et ils investissent dans ce qui leur semble rentable. Dont le solaire et l’éolien, devenus moins chers que le nucléaire neuf et moins risqués. Lampiris, revend de l’énergie verte qu'ils rachètent certainement ailleurs, ou produisent partiellement ? Ceci dit, je soupçonne mon épicier et même l'hypermarché du coin, de me vendre des légumes qu'ils ne produisent pas eux mêmes.

Certes EDF et Engie (voir leur nouvelle offre) peuvent produire autant d’énergie verte qu'ils vendent et même plus, mais ce n'est pas encore le cas de petits fournisseurs. Cela viendra, car la production va passer d'un modèle centralisé à un mode réparti. Cela réduira les pertes en ligne et permettra peut être de coordonner plus facilement production et consommation. Les modes de production et de consommation vont donc évoluer très vite, voire voiture électrique. Même si cela compliquera la gestion du réseau, les outils évoluent.

Sur le fond, l’ingérence (on pourrait quasiment parler de maltraitance) infligée à EDF par les gouvernements successifs ne favorise pas une gestion, disons normale. On a parfois l’impression qu'EDF, en plus d’être opérateur d’énergie, est confondu avec une tirelire, ou est utilisé comme voiture balais (à voir quelques investissements hasardeux et la reprise d'Areva).
Réponse de le 05/11/2016 à 11:23 :
Mais le parc nucléaire appartient à Edf !!

Oui les français et l état ont payé pour ce parc nucléaire mais via Edf qui appartenait à 100% à l état français.
Maintenant qu'EDF a été privatisé en partie, et que l'état a donc vendu une partie de ses actions, Edf est une société privée.

Oui Edf a une rente avec le monopole sur l électricité nucléaire mais cela fait partie de la valeur d Edf lors de la privatisation.
Les particuliers qui ont acheté des actions l'ont fait car ils investissaient dans cette rente.
Rente en partie confisquée par l état au profit d'autres sociétés privées : une aberration !!!

=> l'état aurait pu garder 100% d'EDF
=> l'état aurait pu taxer cette rente (monopole naturel) - surtout que les couts d'assurance d'un éventuel accident nucléaire sont gracieusement portes par l'état
Mais l'état ne doit pas obliger Edf a donné une partie de sa rente à ces concurrents sociétés privées !!!
a écrit le 04/11/2016 à 11:18 :
Ah, s’il pouvait faire très froid cet hiver !
Quelques pénuries d’électricité remettraient les idées en place concernant le nucléaire, n’en déplaise aux Verts nucléophobes.
Et, en général, une nuit froide correspond à pas de vent (anticyclone). Donc, pas d’énergies alternatives/aléatoires vent ou solaire.
Quant à la recharge des voitures électriques…
Et voici que même Royal, la Reine de l’écologisme, défend nos centrales. Au fait, Fessenheim, elle la ferme quand ?
a écrit le 04/11/2016 à 9:37 :
Voila où cela mène d'être totalement dépendant d'une seule filière, qui plus est dont le parc est ancien et ça ne va pas s'arranger ....
Réponse de le 04/11/2016 à 15:33 :
Cette filière est bien maitrisée en france. La recherche doit se poursuivre et s'intensifier. E.D.F l'A.S.N et l'Etat pourraient etre moins rigoureux, et personne n'en sauraient rien. Leur Ethique est tout à leur honneur, et confère une Crédibilité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :