EDF : dégringolade en Bourse après avoir la révision à la baisse d'objectifs 2018

 |   |  351  mots
En plus d'une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de 2018, EDF prévoit également une baisse de la rémunération de la capacité au Royaume-Uni.
En plus d'une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de 2018, EDF prévoit également une baisse de la rémunération de la capacité au Royaume-Uni. (Crédits : Jacky Naegelen)
Le groupe a annoncé lundi qu'il attendait désormais un excédent brut d'exploitation (Ebitda) entre 14,6 et 15,3 milliards d'euros, contre un précédent objectif d'au moins 15,2 milliards. L'action reculait de près de 8% dans la matinée.

Le titre de l'énergéticien EDF chutait lundi matin à la Bourse de Paris, lesté par la révision à la baisse de l'objectif de ses objectifs 2018, pour tenir compte de plusieurs évolutions défavorables, parmi lesquelles une baisse de la consommation d'électricité en France et une moindre disponibilité de son parc nucléaire en début d'année.

A 10h18, l'action EDF perdait 7,84% à 10,81 euros dans un marché quasiment stable (-0,08%).

Le groupe a annoncé lundi qu'il attendait désormais un Ebitda entre 14,6 et 15,3 milliards d'euros, contre un précédent objectif d'au moins 15,2 milliards, citant notamment l'érosion de la consommation d'électricité et une moindre disponibilité de certains réacteurs nucléaires en début d'année prochaine.

EDF vise aussi pour l'année prochaine un flux de trésorerie (cash-flow) "légèrement positif ou proche de l'équilibre" (hors projet du compteur "intelligent" Linky, nouveaux développements, cessions d'actifs et acompte sur dividende notamment), alors que cet indicateur était attendu "supérieur ou égal à zéro". Le groupe a précisé que sa filiale de distribution d'électricité Enedis anticipait désormais une baisse des volumes acheminés de 0,3% en France en 2018.

Les investissements nets en hausse

En plus d'une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de 2018, EDF prévoit également une baisse de la rémunération de la capacité au Royaume-Uni. Le groupe estime que ses investissements nets - hors Linky, nouveaux développements et cessions d'actifs - devraient être proches de 11 milliards d'euros en 2018 (contre 10,5 milliards prévus précédemment), un chiffre qui inclut une accélération dans les énergies renouvelables et des investissements nécessaires dans le parc nucléaire français et le réseau de distribution.

Dans ce contexte, EDF accélère le déploiement du plan de performance présenté en avril 2016, l'objectif de réduction des "Opex" en 2018 par rapport à 2015 étant porté à 800 millions d'euros au lieu de 700 millions précédemment.

Le plan de cessions de 10 milliards, prévu pour la fin 2020, devrait être achevé en quasi-totalité fin 2018.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2017 à 23:11 :
EDF a intérêt à accélérer sa transition dans des activités plus adaptées et diversifiées car le secteur nucléaire va peser de plus en plus lourd en coûts. Il faut que cette entreprise ait les moyens d'entretenir le parc nucléaire afin d'éviter tout accident majeur. L'offre d'énergies renouvelables d'EDF n'est pas assez offensive, çà lui aurait permis de moins perdre de clients comme çà a commencé. Son prix d'abonnement comme son prix de vente de KWh renouvelables devraient être meilleur marché et plus compétitifs. EDF refait ce que faisait France Telécom face aux opérateurs concurrents, il croyait que son avantage quasi monopolistique allait durer et çà n'a pas été le cas. EDF ferait bien de privilégier son offre renouvelables et autres innovations dans le domaine de l'énergie plutôt que de chercher à maintenir ses acquis. C'est comme avant toute révolution, la révolution énergétique a commencé depuis quelques années et en France depuis 1789 on connaît bien la suite concernant les privilèges et leur abolition !
a écrit le 13/11/2017 à 15:00 :
EDF entreprise publique perdant son monopole dont les employés sont des fonctionnaires les moins productifs d’Europe dans leur secteur sont confrontés depuis peu à la concurrence du privé bat de l'aile comme le sera la sncf bientôt finirons par disparaîtres. Un soulagement pour l'état français et sa dette et les contribuables...
Réponse de le 15/11/2017 à 18:58 :
La remarque présente des infos
Erronées, edf n emploie pas de fonctionnaires mais des salariés sous statut d entreprise dont les salaires sont payés sur le chiffre d affaire au même titre que n importe qu'elle entreprise privée. L état français actionnaire majoritaire s est toujours servi sur les bénéfices, parfois trop ne permettant à cette entreprise d investir quand nécessaire. Certains présidents d edf ont fait de mauvais choix, ce n est pas de la responsabilité des salariés. Enfin vos remarques sont réductrices à l égard de cette société qui de l après guerre à nos jours nous a toujours fourni de l électricité. A bon entendeur.



N
a écrit le 13/11/2017 à 14:02 :
Une étrange défaite ...

ou pas si étrange quand on sait que cette entreprise qui bénéficie d'actifs de valeurs est dirigée par des X-Mines qui n'en ont que fiche de l'industrie et qui sont déjà dans le job d'après, résultats ou pas la secte pourvoira au recasement
a écrit le 13/11/2017 à 11:51 :
Tous les projets de surgenerateurs actuels (Inkley point, etc..) sont en retard et presentent des irregularites de conceptions, donc a terme de mise en fonction.
EDF joue avec le feu.
Réponse de le 13/11/2017 à 14:03 :
MDR les EPRs ne sont pas surrégénérateurs. Bossez un peu avant de raconter des blagues
a écrit le 13/11/2017 à 11:04 :
Le Projet anglais commencent a accumuiler les prtes ? Cela va être une catastrophe financière !

En attendant avec de tel bénéfice, l'élctricite des Français devraient baisser....
Le itoyen français n'a pas a payer les aventures Anglaises .Il faut scinder EDF en deux ...la fourniture d'électricite pour les Français d'un cote et EDF AVENTURE de l'autre coté, avc seulemnt l'argent d'investisseur prive !!!
Réponse de le 13/11/2017 à 13:52 :
L’aventure c’est en
France !
Les français ne paie pas suffisamment cher leur électricité. La provision pr‘ le démantèlent des centrales est insuffisant.
Heureusement qu’il y a des marchés à l’étranger...
a écrit le 13/11/2017 à 10:57 :
C'est plutôt une bonne nouvelle pour EDF, l'action ne cède que 8 pour cent. A contrario NOKIA lui a perdu jusqu'à 18 pour cent avec des résultats trimestriels plus que corrects pour la conjoncture.
Réponse de le 13/11/2017 à 16:01 :
Vite,une hausse rétroactive des tarifs pour faire remonter le cours de l'action!Que fait le conseil d'état?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :