EDF : "Pas plus de deux fermetures de réacteurs d'ici à dix ans" (PDG)

 |   |  496  mots
Quand la Cour des comptes préconise de 17 à 20 fermetures de centrales sur le territoire français, le nouveau PDG d'EDF, lui, n'en prévoit pas plus de deux. (Photo: la centrale de Cattenom, près de Thionville)
Quand la Cour des comptes préconise de 17 à 20 fermetures de centrales sur le territoire français, le nouveau PDG d'EDF, lui, n'en prévoit pas plus de deux. (Photo: la centrale de Cattenom, près de Thionville) (Crédits : Reuters)
La Cour des Comptes estimait pourtant, dans son rapport annuel daté du 10 février dernier, que l'électricien pourrait devoir fermer entre 17 et 20 réacteurs - un tiers de son parc- pour répondre aux exigences de la loi sur la transition énergétique. Parallèlement, l'électricien a annoncé des bénéfices en forte baisse en 2015, plombés par des dépréciations d'actifs et une provision supplémentaire pour le centre d'enfouissement de déchets nucléaires Cigéo.

Publié le 16/02/2016 à 08:38, mis à jour à 15h35.

Les effets de la loi sur la transition énergétique divisent EDF et la Cour des comptes. Contrairement aux estimations des sages de la rue Cambon, qui jugeaient mercredi 10 février que le géant du nucléaire pourrait être contraint de fermer de 17 à 20 réacteurs d'ici à 2025 afin de respecter les objectifs de ladite loi (*), le Pdg d'EDF, Jean-Bernard Levy, a annoncé ce mardi 16 février qu'il n'avait pas l'intention d'en fermer plus de deux au cours des dix prochaines années.

"Lorsque le réacteur de Flamanville [dont le démarrage est reporté à fin 2018 Ndlr] qui sera disponible, nous devrons retirer, normalement, deux réacteurs du parc actuel", a affirmé Jean-Bernard Lévy sur RTL ce mardi 16 février.

La "loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte", promulguée en août 2015, réduit en effet à 50% la part de l'atome dans la production électrique de la France à horizon 2025, contre 76% en 2015, et plafonne à son niveau actuel de 63,2 gigawatts la production nucléaire du pays.

Un bénéfice divisé par trois en 2015

Par ailleurs, EDF a publié mardi 16 février un résultat net part du groupe en forte baisse au titre de 2015, pénalisé par des dépréciations d'actifs en Italie, en Pologne et au Royaume-Uni ainsi que par une provision supplémentaire pour le centre d'enfouissement de déchets nucléaires Cigéo, dont le coût fixé par le ministère de l'Energie est supérieur à ses estimations.

Ainsi, le géant français de l'électricité a enregistré au titre de 2015 bénéfice net de 1.187 millions d'euros contre 3,7 milliards d'euros en 2014, soit une baisse de 68%. Son chiffre d'affaires s'inscrit en hausse de 2,2% à 75 milliards d'euros.

L'Etat va permettre à EDF d'économiser 1,8 milliard d'euros

Le groupe a en conséquence annoncé une réduction du dividende. Il passera à 1,10 euro par action, contre 1,25 euro au titre de 2014. Et l'Etat français, principal actionnaire (à 84,9%), percevra le dividende en intégralité en actions nouvelles, permettant à EDF d'économiser 1,8 milliard d'euros, a précisé le Pdg Jean-Bernard Lévy lors d'une conférence de presse téléphonique.

26 euros/MWh, un prix insuffisant selon EDF

Lundi, EDF avait interpellé l'Etat sur son avenir et sur son équilibre financier.

"On ne finance pas le programme de maintenance lourde du parc français avec un prix de marché à 26 euros par mégawattheure", expliquait un membre du groupe aux Echos, lundi 15 février.

Quatre centrales nucléaires britanniques prolongées

EDF Energy, la filiale britannique du géant français EDF, a annoncé mardi la prolongation de la vie pendant plusieurs années de quatre centrales nucléaires au Royaume-Uni. Dans le détail, Heysham 1 et Hartlepool verront leur fonctionnement étendu de 5 ans, jusqu'en 2024. La fermeture de Heysham 2 et de Torness sera repoussée de 7 ans, à 2030.

Au Royaume-Uni, la production nucléaire enregistre son plus haut niveau depuis 10 ans, avance EDF.

(*) dans l'hypothèse d'une consommation de courant constante.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2016 à 13:57 :
Le jour où une catastrophe nucléaire surviendra des citoyens traumatisés désigneront les coupables qui devront alors rendre compte de leur posture dogmatique irresponsable. Je conserve tous les articles, toutes les interventions, prises de position et communiqués de presse des "tout nucléaire", ça pourra servir un jour, hélas.
A lire pour étayer mes propos le récent cri d'alarme du patron de l'agence française de sûreté nucléaire....
Réponse de le 18/02/2016 à 10:49 :
Toute énergie présente des risques. Les énergies fossiles = pollution aérienne et particules, et maladies des bronches. L'éolien et surtout le photovoltaïque sont propres chez nous, mais largement subventionnés et occasionnent une pollution supérieure à leur bénéfice lors de leur production (mais souvent en Chine pour les panneaux photovoltaïques donc on ne dit rien...) et de leur destruction (éolien, panneaux). Par ailleurs ce sont des énergies intermittentes qui ne sont pas là quand on en a besoin(hiver). Reste le solaire... Les nouvelles technologies permettent de stocker l'énergie produite le jour durant la nuit. Il paraît dommage, simplement parce que Mme Royal l'a dit, de supprimer des centrales nuke parfaitement opérationnelles, que le citoyen a déjà financé, simplement parce que l'on boude le nuke. La conséquence serait de fermer politiquement des unités de production d'énergie (énergie à coût raisonnable), de demander au contribuable (qui a déjà financé la construction de l'équipement) de payer en plus EDF pour son manque à gagner ( probablement qq milliards de plus), voir de payer des fonctionnaires EDF a rien faire s'ils ne se trouvent pas réaffectés ailleurs (fonctionnaires = emploi à vie). Bref, il faudrait réfléchir aux conséquences globales (économiques, coût de l'énergie, emploi, santé, environnement, perte de production énergétique de faible coût par un potentiel développement d'énergies chères et discontinue...) et les conséquences sur la facture des abonnés et des citoyens imposés.
a écrit le 16/02/2016 à 19:07 :
FESSENHEIM est en mesure d'etre prolongée de 20 ans minimum. Un changement de majorité l'an prochain, devra revenir sur ce hochet politicien démagogique accordé à Duflot durant la Campagne de " Moi Président Je " ( 17 fois ), et cette centrale PERRENISEE.
a écrit le 16/02/2016 à 17:20 :
Fessenheim représente 7% de la production nationale. Avec un peu de volonté et d'imagination une économie d'énergie du même ordre serait réalisable ....sauf que ...cela représenterait une perte de chiffre d'affaires pour EDF ....ce qui est inimaginable ....pour les très influents ingénieurs du corps des mines qui ont la haute main sur le secteur de l'énergie ...entre autres !!!!
a écrit le 16/02/2016 à 16:24 :
De toutes manières, EDF ne sait pas démanteler les centrales.Brennilis est en cours depuis...20 ans.
On sera donc obligé de demander aux allemands (qui en ont déjà démantelé 3 et qui en ont 9 autres en cours d'arrêt et de démantèlement), et qui eux, sauront faire. Espérons seulement que les centrales tiennent jusqu'à ce qu'on les arrête, avant le gros pépin à 100 milliards d'euros.

Avec la privatisation et la dérégulation forcée, on a perdu le savoir faire qui nous avait permis de monter une soixantaine de réacteurs qui jusqu'ici ont plutôt bien fonctionné (mais ne garantit rien pour l'avenir s'ils ne sont plus entretenus correctement).

On n'a pas été capable d'acquérir le savoir faire du démantèlement. Par contre on a perdu des sommes folles dans des aventures extra-hexagonales, que le client français va devoir éponger.
Réponse de le 16/02/2016 à 17:13 :
EDF démantèle actuellement neuf réacteurs de différentes technologies : UNGG à Chinon, Bugey et Saint Laurent, REP à Chooz, eau lourde à Brennelis (chantier dont les retards sont plus liés à la guérilla juridique menée par les écologistes qu'autre chose), surgénérateur sodium pour Phoenix et Superphoenix. Bref, les allemands n'ont absolument rien à nous apprendre.
Réponse de le 16/02/2016 à 19:47 :
Parfaitement d'accord avec vous sur les aventures extra-hexagonales ou EDF a englouti des sommes folles. Et ce n'est pas fini, car avoir acheté des centrales au bout du rouleau en Angleterre ou aux Etats-Unis va couter un maximum. On ne peut utiliser d'autres termes, vu le flou sur le coût d'un démantèlement de nos propres centrales. Et ne pensons pas à un organisme US qui impose des conditions draconiennes ou déclare le travail mal fait et mette des pénalités ''tailles US'' (Cf VW...). Le client Français et aussi contribuable a payé les centrales par le passé, et aujourd'hui passera encore à la caisse sur le prix de l'électricité qui va s' envolé. On est vacciné avec les autoroutes! EDF pourra arguer que des tranches d'EPR sont en constructions en Angleterre qui amèneront des rentrées d'argent , mais cela fait encore plus peur vu les dérapages incontrôlés sur ceux qui sortent de terre. C'est que ces petites bêtes, ça pousse moins vite qu'un champignon... nucléaire.
Réponse de le 16/02/2016 à 20:58 :
Le non-démantèlement de Brennilis n'est pas une question de capacités techniques mais le résultat d'un invraisemblable harcèlement judiciaire menée par des associations se disant écologistes visant à prouver que les démantèlement sont impossibles. Ce qui est vrai c'est que Brennilis est d'un type très spécifique et unique et dont le démantèlement réserve des surprises parce que ses plans n'ont pas été conservés avec toute la rigueur nécessaire. Tous les autres réacteurs sont de type PWR, on sait exactement comment procéder (un exemplaire a déjà été entièrement démantelé aux USA, la centrale de Maine Yankee) et on sait exactement que que ça a coûté (700 millions US$).
a écrit le 16/02/2016 à 14:56 :
Le climat doux de cet hiver est une véritable honte,une catastrophe pour des joyaux industriels tels EDF.Je propose une taxe -assurance sur les variations climatiques de 0.2% sur la TVA sur l'acheminement de l'électricité:indolore pour l'abonné!
a écrit le 16/02/2016 à 14:09 :
ca ne fait rien economiser, par contre ca evite d'assecher la tresorerie
ils devraient songer a tailler copieux dans leurs investissements
a écrit le 16/02/2016 à 14:09 :
ca ne fait rien economiser, par contre ca evite d'assecher la tresorerie
ils devraient songer a tailler copieux dans leurs investissements
a écrit le 16/02/2016 à 13:31 :
C'est la "grande MUETTE",EDF et ses filiales n'ont jamais été transparentes avec ses usagers (je ne sis pas client) qui de toutes les manières payeront bien.Cette phrase est souvent entendu dans ces établissements publics.Depuis des décennies la stratégie y est opaque et la politique sociale aux mains de syndicats corporatistes (CGT energie etc...).La stratégie a négligé la performance économique , le contrôle de gestion y est récent .EDF fait son marché dans le monde et en Europe mais verrouille toute intrusion sur son marché captif ! sinon EDF lui impose le statut de ses agents ! EDF se plante dans ses acquisitions ( Amériques du SUD) ou bien prospère avec Electricity London dont les salariés ont une productivité de 15 à 20% par rapport aux agents francais exprimés en KW produit par employé! Les rapports de cour des comptes relève régulièrement des dysfonctionnements, absences de provisions pour démentelment des centrales,promotion et distribution de prime sans critères , etc...Et la stratégie du tout nucléaire des année 70 80 90 que les français n'ont pas finis de payé et auxquel on ment sur la sureté nucléaire.Les 2 réateurs de Saint Laurent ont partiellement fondu (idem Thre e miles Iland aux US) mais silence en France ,le PDG de l'époque (Marcel Boiteux) redoutant les réactions du public! et cette politique sociale datant de 1947 avec des avantages garantissant la paix sociale,1% du CA pour le CE au lieu de la masse salriale dans le privé,tarif préférentiel (10%)de l'électrcité et gratuité de l' abonnement (perte de TVA pour l'état entre autre) dont a bénéficié des non ayant droit jusqu'en 2009 ,semaine de 32 h ou 35h pour les cadres , heures supplméntaires au delà ,50% dans les centrales , retarite à 57 ans négociées avec des promotions supplémentaires de fin de carrière ,participation aux bénéfices et plan épargne entreprise sur abondé par EDF etc...LA GABEGIE pendant des décennies et le coup de Tchenobyl dont les radiations se sont arrêtées aux frontières ...ou l'affreux CO2 des centrales à charbon des autres pays mais EDF pour faire face aux pointes de consomation a RENOVE ses centrales au fioul ! tout en ayant en POLOGNE les centrales à charbon les + vétustes d ela CEE .Entreprise Publique qui se moque du citoyen français.
a écrit le 16/02/2016 à 12:16 :
Difficile de rentrer dans l'air de l'énergie du 21ème siècle avec ce nucléaire coûteux, dangereux et obsolète.

On paye très chers de mauvais choix stratégiques énergétiques datant d'au moins 50 ans... Tout ces vieux politiciens et hommes d'affaires qui n'ont que de vieilles idées finissent par nous faire suffoquer.
Réponse de le 16/02/2016 à 14:00 :
Ce nucléaire est tellement coûteux que je paye mon électricité 20 % de moins qu'un de mes collègues allemands. Et encore dans le prix que je paye, il doit y avoir 30 % de taxes pour entre autres développer les nouvelles énergies. Pour moi ce sont ces seuls faits qui comptent !
Réponse de le 16/02/2016 à 14:47 :
Le nucléaire est largement subventionné par l'état, vous savez celui que les néolibéraux veulent (mais vu qu'ils n'arrêtent de lui en demander toujours plus on ne sait pas trop en fait... ) à tout prix supprimer ?

Vous savez que EDF par exemple a donné des millions à la CGT, et certainement aux autres syndicats on se doute, pour qu'elle ferme sa gueule concernant tout le cycle économique du nucléaire ?

J'ai un ami qui bosse pour Areva et vous saviez que tous les papiers écrits par leurs salariés sont finalement détruits sous la raison bien pratique du secret d'état ?

Allons allons un peu de sérieux je vous prie, on parle du nucléaire là, merci.
Réponse de le 16/02/2016 à 14:59 :
Vous ne payez pas votre lelectricite moins chere grace auy qualites du nuke mais parce son prix est biaisé puisque depuis 40 ans que les centrales existent, personne n'a mis de cote le cout de l'enfouissement des dechets, ce qu'il faut faire a la hate maintenant, sans compter le cout irrealiste du demantelement et le cout de l'assurance RC par reacteur : couvert a hauteur de 700 millions € par accident. Dans ces conditions on èeut etre moins cher mais la concurrence est faussee .... et a present les masques tombent.
Réponse de le 16/02/2016 à 17:23 :
Comme d'habitude, les antinucléaires nous parlent de subventions du nucléaire et de coûts cachés. Pourtant la Cours des Comptes a mené un audit en 2012 (à leur demande), et n'a rien trouvé de remarquable. Par ailleurs EDF verse des milliards d'euros de dividendes à l'Etat chaque année tout en commercialisant une électricité parmi les moins chères d'Europe.
a écrit le 16/02/2016 à 11:48 :
Un gestionnaire qui n'est pas capable d'intégrer la maintenance, qu'elle soit courante ou lourde, dans ses comptes d'exploitation doit changer de job !
Et je ne parle pas du fiasco des centrales EPR qui ne fonctionneront jamais (Flamenville et celle de Finlande) , et dont EDF espère faire payer la banqueroute aux abonnés français !! du pur scandale ...... Bel exemple de la soit disant excellence française
Que les actionnaires se serrent encore plus la ceinture !!
Réponse de le 16/02/2016 à 21:12 :
Bien sûr que les EPR vont fonctionner... parce que ces réacteurs n'ont rien de bien révolutionnaire par rapport aux dernières centrales PWR construites à la fin des années 1990 (Chooz et Civaux). Ce qui est sûr c'est que les 19 ans écoulés entre le lancement de Civaux et celui de l'EPR de Flamanville ont fait perdre un précieux savoir faire industriel et qu'il faut maintenant le reconstituer. C'est pourquoi il faut maintenant lancer les chantiers de nombreux EPR pour remplacer d'ici 20-30 ans les réacteurs actuels.
a écrit le 16/02/2016 à 11:09 :
Pourtant avec la forte augmentation de l électricité sur nos factures de 2015 EDF aurait du faire du bénéfice ??De plus c est toujours nous qui payons chaque mois les retraites d'EDF !! donc on nous annonce de nouvelles hausses???
Réponse de le 16/02/2016 à 19:56 :
Quand une entreprise augmente ses tarifs, elle ne fait pas forcément plus de bénéfices si dans le même temps elle investit plus...
Quant aux retraites, vous payez la nôtre tout autant que nous payons la vôtre en étant des clients plus ou moins directs de votre employeur.
Réponse de le 16/02/2016 à 19:58 :
Quand une entreprise augmente ses tarifs, elle ne fait pas forcément plus de bénéfices si dans le même temps elle investit plus...
Quant aux retraites, vous payez la nôtre tout autant que nous payons la vôtre en étant des clients plus ou moins directs de votre employeur.
a écrit le 16/02/2016 à 10:08 :
pourquoi EDF doit absolument faire des bénéfices pour ensuite les redistribuer à l'etat ?
cela reviendrait à dire que l'etat veut faire des bénéfices ? je croyais que l'etat etait là pour rendre service aux citoyens.
Réponse de le 16/02/2016 à 17:22 :
Etes-vous conscient que le budget de l'Etat provient principalement des impôts?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :