EDF poursuit son expansion dans les énergies renouvelables aux Etats-Unis

 |   |  474  mots
Au total, EDF EN a mis en service aux Etats-Unis cette année 760 MW d'énergies renouvelables et de capacités de stockage.
Au total, EDF EN a mis en service aux Etats-Unis cette année 760 MW d'énergies renouvelables et de capacités de stockage. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
EDF Energies Nouvelles, a annoncé mercredi la mise en service de parcs éoliens et un contrat dans le solaire aux Etats-Unis.

Malgré le discours en faveur du charbon et du gaz du président élu Donald Trump, EDF Energies Nouvelles est confiant. Mercredi, la filiale d'EDF a annoncé la mise en service décembre et janvier de quatre parcs éoliens d'une capacité cumulée de plus de 708 mégawatts (MW), signe que son développement outre-Atlantique se déroule sans encombre : à Tyler Bluff (125,6 MW) et à Salt Fork (174 MW) au Texas (sud), à Great Western (225 MW) dans l'Oklahoma (centre) et à Kelly Creek (184 MW) dans l'Illinois (nord).

Un parc de 10,6 gigawatts exploité en Amérique du Nord

"Trois de ces projets s'inscrivent dans une politique d'engagement de grandes entreprises multinationales pour la réduction de leur empreinte carbone, une tendance forte de secteur aux Etats-Unis", souligne EDF EN. Ainsi "la majorité" de l'énergie produite à Tyler Bluff a fait l'objet d'un contrat signé avec Procter and Gamble pour alimenter plusieurs de ses sites de production nord-américains.Great Western fournira pour sa part en électricité renouvelable un centre de données appartenant à Google.

Au total, EDF EN a mis en service aux Etats-Unis cette année 760 MW d'énergies renouvelables et de capacités de stockage, et exploite désormais un parc de 10,6 gigawatts (GW) en Amérique du Nord, dont un tiers en propre et le reste pour le compte d'autres acteurs, ce qui est en fait son premier marché dans le monde (environ 40% du chiffre d'affaires), a indiqué Antoine Cahuzac, son directeur général, lors d'une rencontre avec la presse. L'entreprise détient "un carnet de commandes sur le point d'être signées de 1,3 GW, et un carnet en développement de l'ordre de 1,7 GW", surtout dans l'éolien, a-t-il ajouté.

Accélération en vue dans le solaire

Mais EDF EN compte accélérer dans le solaire, jusque là un peu délaissé par l'électricien français et qui devient de plus en plus compétitif dans certaines régions. La filiale a notamment signé un nouveau contrat de fourniture d'électricité avec MCE (Marin Clean Energy) pour le projet solaire de 150 MW à Desert Harvest (Californie) et a signé 350 MW de projets photovoltaïques en 2016 dans la région, a affirmé M. Cahuzac. La filiale d'EDF a aussi racheté en avril dernier la société Grosolar, qui a construit environ 150 MW aux Etats-Unis.

L'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis n'inquiète pas le DG d'EDF EN, qui note que les sénateurs ayant soutenu Donald Trump "ont voté (...) et ont maintenu" leur soutien à la politique fiscale en faveur de l'éolien et du solaire, valable jusqu'en 2020.

EDF EN, comme d'autres acteurs du secteur, a engagé un maximum de projets cette année car les aides fiscales sont subordonnées au lancement effectifs de ces projets (achats des équipements, début des travaux) avant la fin 2016.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2017 à 14:20 :
Curieux, cette boite à encore du cash pour investir aux USA? Il me semblait qu'elle cherchait a lever 4 milliards sur le marché. et que ça ne s'est pas fait bien que l'Etat était près à souscrire 3 milliards et que les marchés sont en hausse.
a écrit le 11/01/2017 à 17:41 :
Si EDF veut se sauver du nucléaire elle est obligée de se mettre à fond dans le renouvelable, du coup on se demande comment de petites PME peuvent se créer en France avec une multinationale de cette taille au puissant réseau...
Réponse de le 12/01/2017 à 14:30 :
Oui. Mais au vu du bilan ça ne sera pas éternel : 37 milliards de dettes (50 en incluant les dettes LT incluses en compta dans les fonds propres), une AK ratée, 35 milliards pour Bure, 50 à 100 milliards pour le "grand carénage", 21 milliards pour HP en GB. Alors que la valorisation actuelle est tombée sous les 20 milliards. Equation déjà insoluble, alors même que EDF dois reprendre des actifs d'Areva (une usine a faire des pertes en faillite), et qu'elle devra un jour faire face a une série de démantèlements titanesques...
a écrit le 11/01/2017 à 13:14 :
Tandis qu'en France le meme groupe fait ce qu'il peut pour sapper les EnR, si c'est pas beau ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :