France : d'ici 2023, le solaire source de milliers d'emplois

 |   |  228  mots
Une part de plus en plus importante des emplois est liée à la maintenance et constitue donc une source d'emplois pérennes et non délocalisables, remarque l'étude.
"Une part de plus en plus importante des emplois est liée à la maintenance et constitue donc une source d'emplois pérennes et non délocalisables", remarque l'étude. (Crédits : Reuters)
L'énergie solaire gagne en compétitivité, ce qui favorise son développement, estime une étude initiée pour l'Ademe. En six ans, jusqu'à 25.000 emplois pourraient être créés.

Le développement de la filière solaire pour atteindre les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique - entre 18,2 à 20,2 gigawatts en 2023 - devrait créer 21.000 emplois supplémentaires en France en six ans, selon une étude publiée lundi. L'énergie solaire, notamment les centrales photovoltaïques au sol et sur les bâtiments, mais aussi le solaire-thermique (production de chaleur), gagne progressivement en compétitivité ce qui favorise son développement, explique cette étude sur les retombées socio-économiques de cette filière.

Lire aussi : Royal inaugure le premier kilomètre de route solaire au monde, au milieu des critiques

183 millions d'euros de retombées pour les collectivités locales

Cette étude, initiée par l'Ademe, la fédération d'industriels du secteur solaire Enerplan, ou encore la Fédération française du bâtiment (FFB), assure aussi que si l'objectif à 2023 est dépassé de 10% pour les capacités électriques, ce serait finalement 25.000 emplois supplémentaires qui pourraient être créés.

"Une part de plus en plus importante des emplois est liée à la maintenance et constitue donc une source d'emplois pérennes et non délocalisables", remarque l'étude. Dans le cadre du scénario tracé par la loi, les retombées fiscales pour les collectivités locales sont évaluées à 183 millions d'euros par an à partir de 2023.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2017 à 6:26 :
Bien sur , mais l'usine qui fabrique les panneaux est en Allemagne et les panneaux moins chere venant de Chine sont tres taxer à la frontiere.... Donc je ne suis pas sûr que les bénéfices serons pour l'économie française..... Donc comme toujours certain se sont arrangés pour qu'il n'y est pas de concurance, en France ou en Europe , et de l'étranger..... Maintenant chercher les actionnaires de cette entreprise....
a écrit le 27/02/2017 à 16:34 :
"ce serait finalement 25.000 emplois supplémentaires qui pourraient être créés".

Comme disait Coluche : "Pourrait ?, attendons que cela soit sur".
a écrit le 27/02/2017 à 16:33 :
"gagne progressivement en compétitivité "

Et comment ?
a écrit le 27/02/2017 à 16:11 :
Comment peut-on encore se laisser bercer par ces chimères écologiques. Nous allons nous ruiner dans cette transition énergétique, mais hélas les naifs ont tant besoin d'être rassurés qu'ils sont prêt à tout croire !
a écrit le 27/02/2017 à 15:40 :
C'est une très bonne nouvelle.

Qu'il y ait un potentiel d'emplois au niveau local, dans les énergies renouvelables, c'est incontestable : pour les études techniques, la logistique, l’installation, le raccordement au réseau, la maintenance. Il serait dommage de passer à côté de ces opportunités.

Certes les panneaux photovoltaiques sont majoritairement fabriqués dans d'autres pays, mais comme la majorité des processus sont automatisés... c'est plus une question de savoir faire technologique et industriel que de main d’œuvre. Et comme c'est devenu depuis longtemps un marché de masse, à l’échelle mondiale, il n'est pas évident de partir quasiment de zéro. Sauf à apporter une valeur ajoutée, soit sur des prix bas, soit sur des avancées technologies (et ce n'est facile : voir exemple de Soitec, qui s'est désengagé depuis). D'ailleurs le marché a basculé très rapidement de l'Allemagne vers la Chine, avec certainement un peu de dumping, peu être aussi parce que c'est un secteur considéré comme stratégique par la Chine ? Pendant ce temps, ici on se débattait avec des histoires kafkaïennes d’intégration aux toitures, chacun sa stratégie. Au final, pour les panneaux PV, c'est surtout dommage pour la balance commerciale. Après tout ce n'est "que du sable" et si on devait se priver de tout ce qui est fabriqué en Asie ou aux USA, il n'y aurait plus beaucoup d'internautes et on taperait 3615 latribune ?

Ce qui me parait beaucoup plus grave ! est de n'avoir pu encore développer un leader dans le domaine des onduleurs (voir le numéro un du secteur, l'Allemand SMA). Onduleurs qui sont tout de même intégrés aux réseaux, qu'ils soient smart ou pas. Incompréhensible alors que des groupes tels que Schneider Electric sont des leaders dans l'industrie des équipements électriques. Son concurrent, le groupe Suisse ABB, semble mieux s'en sortir.

Heureusement que ce n'est que le début de l’évolution et que tout reste à faire : dans le stockage, les véhicules électriques et les outils de gestion du réseau (des réseaux, puisqu'il y a décentralisations et interconnexions "en pagaille").

Rappel : la France est leader en véhicules électriques, surtout grâce à Renault, mais à voir le potentiel et la mobilisation de la concurrence ; Tesla (également présent dans le solaire); les ambitions de Volkswagen et la mobilisation des fabricants Chinois, normal ils ont un marché intérieur avec un potentiel effet de masse.

Mais si on attend trop, là aussi, le marché risque de se passer de nous.
a écrit le 27/02/2017 à 14:32 :
Les panneaux solaires devraient être installés sur les toits et non pas à des kilomètres du consommateur dans les champs. Mais nos "grands penseurs" ne savent pas ce que sont les pertes en ligne.
a écrit le 27/02/2017 à 13:00 :
Sauf que ces emplois seront en Chine (fabrication de panneaux solaires) alors que le chômage reste en France. Merci les écolos.
Réponse de le 27/02/2017 à 13:18 :
Parce que le combustible nucléaire est extrait en France ?
Réponse de le 27/02/2017 à 13:37 :
Ce qui justifierait de mettre une taxe sur l'énergie pour financer le chomage consécutif à cette opération.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :