Hinkley Point : le feu vert britannique ne résout… presque rien

 |   |  921  mots
Le gouvernement britannique donne son feu vert au projet d'Hinkley Point
Le gouvernement britannique donne son feu vert au projet d'Hinkley Point (Crédits : DARREN STAPLES)
Après six semaines de réexamen du dossier, le ministère britannique de l’Energie vient d’approuver le projet de construction de deux réacteurs nucléaires par EDF et le chinois CGN. Mais les inquiétudes suscitées par ce dossier depuis plusieurs mois n’en sont pas levées pour autant.

La satisfaction était générale ce 15 septembre, tant du côté de l'électricien que du gouvernement français. Après six semaines de suspens, le ministère de l'énergie britannique a en effet confirmé qu'il donnait son feu vert au projet controversé de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point.

Certes, le gouvernement de Theresa May a souhaité glisser une clause additionnelle dans l'accord qui devrait donc être très prochainement signé : dans l'hypothèse où EDF (qui doit porter les deux tiers de l'investissement de 21 milliards d'euros) souhaiterait céder une partie de sa participation et devenir actionnaire minoritaire, il devrait soumettre cette décision au gouvernement. "C'est une précaution sur un point qui n'est aujourd'hui pas couvert par la réglementation (à l'inverse des centrales déjà construites pour lesquelles cette clause est déjà prévue, ndlr), a précisé Jean-Bernard Lévy, PDG de EDF, lors d'une conférence téléphonique ce matin. Mais ça n'est pas du tout à l'ordre du jour, a-t-il martelé. Nous ne sommes pas à la recherche d'investisseurs."

Prix d'achat et calendriers confirmés

C'est la seule modification du projet demandée par le gouvernement britannique sur le plan économique ou juridique. Le prix de 92,50 £ le mégawattheure que la Grande-Bretagne s'engage à payer pendant 35 ans dans le cadre d'un « contract for performance » est donc confirmé. Il est pourtant largement contesté car nettement supérieur aux prix de gros actuels.

Jean-Bernard Lévy se félicite de ce feu vert qui va permettre au projet de suivre ce cours et affirme-t-il, de respecter le calendrier qui prévoit la pose du premier béton en 2019, pour une mise en service en 2025. Une durée de construction plus courte que celle prévue pour Flamanville et même pour le projet d'EPR chinois de Taishan, qui suppose donc que les causes des retards et surcoûts (avec un budget passé de 3,3  milliards en 2004 à 10,8 milliards aujourd'hui) observés sur ce chantier ait auparavant été résolues. Et que Flamanville se termine bien à la date aujourd'hui prévue (avec 6 ans de retard sur le calendrier initial), puisque les deux chantiers (et surtout les engagements financiers correspondants) sont précisément conçus pour s'enchaîner.

"La relance du nucléaire en France et en Europe"

Chez EDF comme au sein du gouvernement français, cette décision du gouvernement britannique sonne comme "la relance du nucléaire en Europe". Pour Jean-Bernard Lévy, elle donne le signal de la construction d'une nouvelle série de centrales nucléaires. A la fois en France, au-delà des 10 ans, peut-être même 20 ans de prolongation des centrales actuelles dont le principe a été récemment entériné. Mais aussi pour les pays européens voisins qui "n'ont pas tranché sur la façon dont ils allaient assurer de façon sûre, efficace, prévisible, décarbonée et compétitive, leur fourniture d'électricité."

Il est de bonne guerre, tant pour l'entreprise que ses fournisseurs (dont Areva) ou le gouvernement de se réjouir de cette nouvelle. Certes, environ 64% des sous-traitants seront des entreprises britanniques et le contrat devrait permettre la création de 4.500 emplois en France, à mettre en regard des 25.000 prévus en Angleterre, ce dont se réjouissent d'ailleurs les syndicats et le patronat anglais.

Un dossier qui reste épineux

Mais la suspension d'Hinkley Point au bon vouloir du nouveau gouvernement anglais, rendue publique le 28 juillet dernier, n'était que l'une des nombreuses péripéties dans un dossier qui en a connu bien d'autres. Rien de tout ce qui avait jusque là suscité l'opposition ou à tout le moins l'inquiétude sur le bien-fondé du projet, jusqu'au sommet de l'entreprise, n'a pour autant été résolu. Notamment, la capacité d'EDF de financer ce projet pharaonique (dont elle doit assumer 66% d'un investissement aujourd'hui estimé à 21 milliards d'euros), question qui avait entraîné la démission du directeur financier en mars dernier. Certes, une recapitalisation de 4 milliards d'euros, dont 3 souscrits par l'Etat a été annoncée fin avril pour soulager un endettement de 37,4 milliards d'euros, venant s'ajouter au programme de cession d'actifs de 10 milliards d'euros et au plan d'économies annuelles de 1 milliard d'ici à 2019. Mais cela n'a pas suffi à calmer les inquiétudes en interne.

Les agences de notation sceptiques

Les syndicats auraient préféré que la renégociation du contrat permette d'obtenir un tarif moins élevé et un calendrier plus étalé. Surtout, ayant jugé ne pas avoir disposé de l'information nécessaire pour rendre un avis, le Comité central d'entreprise (CCE) a déposé un recours en justice contre la décision de l'entreprise de s'en passer, dont l'audience doit se tenir le 22 septembre. Des administrateurs salariés ont par ailleurs contesté devant le tribunal de commerce les conditions du vote du conseil d'administration. Interrogé sur ces sujets ce matin, Jean-Bernard Lévy n'a pas souhaité faire de commentaire. Sur l'avertissement donné il y a quelques semaines par les agences de notation, il a reconnu ne pas disposer d'information complémentaire. Par la voix de son vice-président Paul Marty, Moody's a confirmé ses premières déclarations : "Le projet Hinkley Point est, du fait de son ampleur et de sa complexité, de nature à détériorer le profil de risque à la fois commercial et financier d'EDF, dans la mesure où le bilan du groupe devra assumer les conséquences financières d'une très longue phase de construction au cours de laquelle cet investissement ne générera pas de trésorerie."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2016 à 12:08 :
Magnifique !
Areva s'est auto détruit avec l'EPR finlandais, Flamanville c'est pas mieux et EDF double la mise avec la perfide Albion ! ! Génial !
Ils sont malins ces british ! En fait, avec les indemnités de retard ils vont pouvoir se payer un paquet d'éoliennes !
En même temps c'est une bonne nouvelle pour un antinucléaire primaire comme moi !
a écrit le 17/09/2016 à 16:43 :
C'est malin de la part des Anglais de laisser investir EDF à Hinckley Point, avant de s'engager plus avant dans le projet. On attend les résultats pour voir quand on sait ce que peuvent coûter les dépassements de délais aussi faramineux comme on a pu le voir avec Flamanville et en Finlande. On peut craindre le plus grand flop financier pour EDF et qui n'en aurait vraiment pas besoin et qui ne servirait pas même à renflouer les autres industries françaises associées au nucléaire.
De plus on peut se poser la question si l'EPR est vraiment pour le nucléaire la solution la plus avantageuse et de se méfier des effets d'annonce et des conclusions trop hâtives qui ont été faites et qui prennent sans doute un peu trop les désirs pour des réalités. Quand à partir des résultats produits au CEA il y a 40 ans déjà, on sait comment se fait le vieillissement accéléré des aciers des cuves sous l'action de l'oxygène dissocié et des radiations neutroniques plus intenses. Mais encore quand on sait ce que peut coûter la mise en place d'une sécurité renforcée et ce que coûte la distribution d'une plus grande puissance de production électrique.
Mais à quoi rimerait cet investissement si on peut produire de l'énergie verte pour deux à trois fois moins cher comme on peut le déduire de l'analyse de bon nombre de nouvelles solutions en cours de réalisation. Ne pas confondre avec l'analyse des systèmes installés qui reposent le plus souvent sur des solutions techniques plus anciennes. Et pour cela il faut comprendre avec des bases scientifiques et technologiques plus avancées et plus étroitement associées, pourquoi on peut y parvenir, et ce ne seront pas les décisionnaires ni financiers, ni industriels et ni politiques qui pourront le faire avec les habitudes administratives en place, du fait qu' il convient ici d'associer des disciplines que l'on étudie en grande majorité de manière trop cloisonnée.
Certes cela demande un gros effort intellectuel pragmatique technique et financier. Mais cela vaudrait la peine de se renseigner mieux sur ces questions et d'y réfléchir un peu plus.
Il y a de quoi travailler et agir avec plus d'intelligence technique et financiere
a écrit le 16/09/2016 à 17:41 :
Comme pour Olkiluoto et Flamanville, ce projet aura finalement 10 ans de retard verra son coût final tripler.
a écrit le 16/09/2016 à 1:01 :
Il y a beaucoup de points critiques dans ce contrat : EDF avec son partenaire chinois assume entièrement les risques. Il avait besoin de ce contrat mais endetté de plus d'une trentaine de milliards d'euros il doit de nouveau emprunter pour le développement de cette centrale, aggravant ainsi fortement sa situation. Ce n'est pas une centrale de dernière génération intégrant tous les apports numériques. Le délai est court compte tenu de mises au point techniques encore à faire. C'est 7% de la consommation britannique et correspond à 144 euros le MWh pour 21 milliards d'euros d'investissements. Il est dommage que cela ait été fait dans la précipitation sans utiliser les technologies les plus avancées faute de temps, de plus çà pourrait être un fiasco pour EDF qui va s'endetter très fortement, d'autant que son partenaire chinois bénéficie du savoir-faire technologique pour ensuite faire cavalier seul ou avec un autre. Pendant ce temps le prix des renouvelables aura encore baissé en 2025 ainsi que celui du stockage et alors que le marché électrique européen stagne voire baisse. A noter que les accords sur les importants parcs éoliens maritimes avaient été donnés auparavant.
a écrit le 15/09/2016 à 22:17 :
On connaîtra un jour le dessous des cartes et les vrais termes du deal . Pour le nucléaire c'est une grosse bouffée d'oxygène . EDF rélance notre industrie pour 50 ans et techniquement le risque est infime . On sait faire bouillir de l'eau !
Réponse de le 17/09/2016 à 10:09 :
Tout comme le risque de marée noire est inexistant: on sait faire des barques. Et le danger de bouleversement climatique est impossible: on sait faire du feu depuis au moins un demi-million d'années.
a écrit le 15/09/2016 à 19:49 :
Le volte face , c' est surtout après les mégas investissements dans l' éolien maritime et que le déficit électrique pointe .
a écrit le 15/09/2016 à 18:29 :
Oui on comprend leurs hésitations, investir des milliards dans un truc dangereux et qui ne fonctionne toujours pas c'est plus que risqué.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :