L'Etat prêt à recapitaliser EDF si nécessaire, dit Macron

 |   |  565  mots
Lors de sa visite à la centrale de Civaux, jeudi 17 mars, Emmanuel Macron a affirmé vouloir soutenir EDF dans ses projets d'investissement.
Lors de sa visite à la centrale de Civaux, jeudi 17 mars, Emmanuel Macron a affirmé vouloir soutenir EDF dans ses projets d'investissement. (Crédits : STEPHANE MAHE)
Pour le ministre de l'Economie, EDF doit résolument investir dans le projet de centrales EPR au Royaume-Uni. Il a assuré qu'une décision sur un éventuel soutien de l'Etat à EDF serait prise début mai.

L'Etat français souhaite qu'EDF lance le projet de centrale nucléaire de Hinkley Point C et recapitalisera l'électricien public si nécessaire, a déclaré jeudi Emmanuel Macron.

Le Pdg d'EDF avait indiqué la semaine dernière aux salariés que le groupe ne s'engagerait définitivement dans la construction de deux réacteurs de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, que si l'Etat sécurisait sa situation financière.

Une décision début mai

"Ne pas faire Hinkley Point serait une erreur", a déclaré Emmanuel Macron à des journalistes lors d'une visite de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), précisant qu'une décision sur un soutien à EDF serait prise "d'ici le début du mois de mai". Prié de dire quelle forme prendrait ce soutien, il a ajouté :

"La réponse sera équilibrée. L'Etat sera une partie de la réponse, soit par de la renonciation au dividende, comme nous l'avons fait cette année, soit par de l'augmentation de capital. Mais je ne veux dire ici aucun chiffre précis parce qu'il est trop tôt."

L'Etat - qui détient 84,9% d'EDF - s'est déjà engagé à percevoir son dividende au titre de 2015 uniquement en actions, ce qui évitera au groupe une sortie de cash de 1,8 milliard d'euros.

Emmanuel Macron a aussi indiqué qu'une ouverture du capital de RTE, filiale d'EDF en charge du réseau français de transport d'électricité, pourrait se faire à destination d'investisseurs publics et potentiellement d'autres partenaires, soulignant que cette opération permettrait de refinancer l'électricien.

Une augmentation de capital de 11,7 milliards d'euros?

EDF peine à boucler le financement du projet Hinkley Point C - estimé à 18 milliards de livres sterling (23 milliards d'euros environ) - alors qu'il doit aussi procéder à de lourds investissements dans le parc nucléaire français et au rachat de l'activité réacteurs d'Areva, le tout dans un contexte de chute des prix de l'électricité.

Le Pdg d'EDF Jean-Bernard Lévy a pour sa part réfuté des estimations de presse selon lesquelles EDF aurait besoin d'une augmentation de capital pouvant atteindre 11,7 milliards d'euros et a répété que le groupe comptait prendre bientôt sa décision d'investissement dans Hinkley Point C.

La visite de la centrale de Civaux a débuté par un accueil houleux réservé au ministre par la CGT, qui lui reproche d'imputer les difficultés d'EDF aux salariés et demande un report du projet Hinkley Point C.

Les syndicats contre le projet de Hinkley Point C

Les représentants du personnel de quatre syndicats (FNME-CGT, CFE-Energies, FCE-CFDT et FO Energie et Mines) ont par ailleurs quitté la séance d'un comité central d'entreprise d'EDF qui se tenait ce jeudi, "puisque l'Etat et l'entreprise maintiennent leur volonté inflexible de s'engager avec trop d'incertitudes dans le projet controversé Hinkley Point", selon leur communiqué. EDF s'est refusé à tout commentaire à ce sujet.

Les promesses de soutien financier de l'Etat interviennent quelques jours après la démission surprise du directeur financier d'EDF, selon lequel le projet représentait un trop grand risque pour le bilan du groupe alors que sa dette atteignait 37,4 milliards d'euros à fin 2015.

L'Etat français s'est par ailleurs engagé fin janvier à participer à une augmentation de capital de 5 milliards d'euros d'Areva en tant qu'actionnaires majoritaire de la société. L'opération devrait être effective début 2017.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2016 à 21:06 :
L'état c'est nous, il pourrait quand même nous demander notre avis celui-là ? Non, je croyais qu'il n'y avait plus d'argent? que la France était ruinée? C'est plus vrai alors?
a écrit le 18/03/2016 à 11:17 :
"Recapitaliser EDF"... avec l'argent du con-tribuable qui n'a jamais aussi bien porté son nom, qui se fait une nouvelle fois escroquer et truander, et qui paye dans les faits réels sont électricité 2 à 4 fois trop cher. La politique atomique d'EDF et consorts est non seulement une escroquerie et un véritable "crime contre l'humanité", mais c'est aussi une vaste série de fisacos lamentables payés comme toujours par le con-tribuable. Quand on est incompétent, on ne se lance pas dans l'électricié et l'atomique.
a écrit le 18/03/2016 à 9:17 :
Haha ba voila nous y sommes !!
Hier je disais que nous n avions pas fini de payer la nlle erreur de son pdg sur Flamanville mais je n imaginais pas que le risque des EPR Anglais serait mutualisé pour les contribuables Français. Sont trop fort ces Anglais, ils nous avaient déjà carotté sur les portes avions, mais heureusement nous nous avons dans nos Stes et politiques des "élites" de grande qualité :)
a écrit le 18/03/2016 à 8:27 :
En résumé le client final va payer la note !
a écrit le 17/03/2016 à 23:41 :
Notre ministre Macron qui utilise l'argent public pour une entreprise privée (actionnariat dans le public). Et il nous fait des cours de liberalisme? Peut etre que ce sont ces copains qui sont à la tete du COMEX d'EDF. Les anglais sont contents: ce sont les contribuables francais qui vont prendre le risque sur leur approvisionnement en électricité. Que font les ministres et sous ministres écologistes? Macron? un homme mediatique sans épaisseur. (une cométe comme tant d'autres)
a écrit le 17/03/2016 à 19:45 :
Contribuables, à vos poches! EDF, temple du syndicalisme, de la gauche sociale, du corporatisme, des privilèges éhontés et de l'irresponsabilité financière, va maintenant gruger un peu plus le peuple. Il parait même que les centrales nucléaires française sont dangereuses. Voilà le modèle français qui perd encore un de ses mythes après la SNCF, sécu et tout le reste. Les fonctionnaires et leur syndicat en chef le PS auront laminé ce pays en 30 ans.
a écrit le 17/03/2016 à 19:01 :
Il va falloir une bonne dizaine de milliards, .. alors on verra bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :