La présidentielle dans le piège du nucléaire

 |   |  2593  mots
La fermeture de Fessenheim devait donner le LA
La fermeture de Fessenheim devait donner le LA (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Le quinquennat s’achève sur un scénario rocambolesque concernant Fessenheim, qui ne garantit en rien que la centrale soit fermée prochainement, alors même qu’il s’agissait d’une promesse du candidat Hollande, qui, une fois le président, en avait fait un symbole fort de sa politique énergétique. Cinq ans plus tard, le mix énergétique français n’a pas évolué, mais le sujet a pris du galon dans l’opinion publique et les programmes des candidats. Les choix du prochain président en matière d’énergie promettent d’être complexes à mettre en œuvre et onéreux.

En mai 2007, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy s'écharpaient entre les deux tours quant à la part du nucléaire dans le mix énergétique français. Dix ans plus tard, pas un candidat en lice n'ignore qu'elle représente 73 % de l'électricité consommée en France. Ils sont plusieurs à vouloir faire baisser cette proportion, certains souhaitant même une sortie totale du nucléaire. Mais l'intensité du dernier feuilleton concernant la fermeture de la centrale de Fessenheim et le caractère alambiqué de son issue (qui la fait dépendre de l'entrée en service de Flamanville, bien difficile à prévoir) l'ont à nouveau rappelé : tout ce qui a trait au nucléaire en France demeure délicat.

Or, dans un contexte de consommation plate, la place accordée au nucléaire déterminera l'ensemble de la politique énergétique des prochaines années.

Parmi les principaux candidats, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon prévoient de réduire (voire d'éliminer à terme pour les deux derniers) la part du nucléaire. À l'inverse, François Fillon et Marine Le Pen entendent revenir sur la loi de transition énergétique et la fermeture de Fessenheim, afin d'allonger la durée de vie des centrales existantes puis de renouveler le parc avec des réacteurs de nouvelle génération.

Un rôle essentiel dévolu à l'Autorité de sûreté nucléaire

Macron veut mettre ses pas dans ceux du gouvernement actuel en appliquant la loi de transition énergétique adoptée en août 2015. Il vise donc le plafonnement de la capacité de production nucléaire à son niveau actuel de 63,2 gigawatts, et une diminution à 50 % de la part atomique dans la production d'électricité en 2025. Mais il ne se projette pas au-delà. Concernant le renouvellement des centrales, leur démantèlement ou de nouveaux investissements, l'ancien ministre de l'Économie (alors grand défenseur du projet de deux EPR que EDF doit construire en Angleterre, à Hinkley Point) s'en remet au résultat des prochaines « visites décennales » des réacteurs existants, que l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit mener pour donner un avis générique courant 2018, puis une autorisation au cas par cas.

Benoît Hamon, allié au vert Yannick Jadot, se donne une génération (environ vingt-cinq ans) pour sortir complètement du nucléaire. Il veut acter la fermeture des premiers réacteurs dans les cinq prochaines années, « afin de respecter l'échéance intermédiaire d'un mix énergétique de 50 % en 2025 et de prendre en compte l'augmentation de production due aux énergies renouvelables ». Ce rythme de fermeture serait ensuite accéléré.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, qui se cale sur le scénario négaWatt, il vise « un mix électrique 100 % renouvelable à l'horizon 2050, sur la base d'une planification donnant la priorité aux mesures de réduction de la consommation d'énergie - remettant en cause notre modèle productiviste - et au développement des filières d'énergie renouvelable ».

Conscient néanmoins que « le parc nucléaire ne pourra fermer du jour au lendemain », il rappelle qu'il doit « être exploité dans des conditions optimales de sécurité jusqu'à la fermeture des centrales », mais sans fixer de calendrier plus précis. Comme Emmanuel Macron, mais avec un point d'arrivée différent, il délègue à l'Autorité de sûreté nucléaire la charge de dicter le rythme de diminution de la part du nucléaire.

Prolongation et renouvellement du parc actuel

À droite, le maître mot en matière d'énergie est la décarbonation. François Fillon se refuse à toute projection quant à la part souhaitable du nucléaire dans le mix français, mais réaffirme la contribution de l'atome à une électricité peu chère propice à la compétitivité de l'industrie française, à la garantie de tenir nos engagements ­climatiques et à l'indépendance énergétique du pays. Il entend revenir sur la fermeture de Fessenheim et conserver le parc nucléaire dans son intégralité. Son programme prévoit de finaliser la restructuration de la filière industrielle nucléaire, moderniser le parc nucléaire pour en prolonger la durée d'exploitation en veillant à une sécurité et une sûreté maximales de nos installations sous le contrôle de l'Autorité de sûreté nucléaire.

Marine Le Pen indique également dans son programme « vouloir maintenir, moderniser et sécuriser la filière nucléaire française » et garder le contrôle de l'État sur EDF, « en lui redonnant une véritable mission de service public ». Elle souhaite développer les filières françaises des énergies renouvelables (solaire, biogaz, bois, mais surtout pas l'éolien sur lequel elle entend au contraire instaurer un moratoire immédiat...), mais sans se fixer aucun objectif quant au mix énergétique.

Comme elle, Jean-Luc Mélenchon, veut renationaliser l'opérateur EDF et créer un pôle public de l'énergie qui inclurait également Engie. Au vu de l'imbroglio Fessenheim, on peut se demander si le passage de 83 % à 100 % du capital détenu par l'État lui permettrait de contraindre l'opérateur à appliquer la loi...

Pour mettre en œuvre leur programme, les deux candidats de la droite et de l'extrême droite devront faire voter une nouvelle loi de transition énergétique.

Étonnamment, malgré ces programmes divergents, tous les candidats affichent la volonté de développer massivement les énergies renouvelables, ce qui répond à des aspirations croissantes des Français (décentralisation, verdissement de l'électricité, implication citoyenne, voire autoconsommation, etc.), renforcées par une évolution des technologies et de la réglementation. Mais, dans un contexte de stagnation de la demande en électricité, seule une diminution de la part du nucléaire peut leur faire une place.

Par ailleurs, les candidats ne mentionnent pas précisément le rôle que devront jouer la sobriété et la maîtrise de la demande dans leur politique énergétique.

Le chiffrage controversé des différentes options

Cela ajoute de la complexité à l'estimation du coût des différentes options, un exercice qui se traduit par une équation à plusieurs inconnues : l'évolution de la consommation, des coûts de production de l'électricité selon les sources utilisées ; celle des prix régulés ; les coûts réels du grand carénage, du démantèlement et de la gestion des déchets.

L'Institut Montaigne, qui s'est livré au calcul du surcoût induit par une sortie totale du nucléaire, aboutit à une facture de 217 milliards d'euros répartis sur vingt ans. Ce montant se scinde en trois enveloppes : l'indemnisation de l'exploitant (EDF) et des actionnaires des centrales, évalué à 25 milliards d'euros ; un surcoût d'investissement et d'exploitation dû aux nouvelles capacités de production d'électricité nécessaires pour remplacer les réacteurs fermés (renouvelables + gaz), évalué à 179 Md€ ; un coût d'adaptation du réseau, estimé à 13 Md€.

Mais d'autres experts dénoncent une sous-évaluation des coûts de production actuels et futurs de l'électricité nucléaire, une surestimation de ceux des énergies renouvelables, et une hypothèse de fermeture des centrales plus rapide que ce que prévoient les candidats, y compris les plus pressés d'en finir avec l'atome.

Concernant le coût de production nucléaire, l'hypothèse de 40 € par mégawattheure (MWh) retenue par l'institut Montaigne est inférieure au tarif actuel de l'Arenh (accès régulé à l'électricité nucléaire historique, tarif auquel les autres opérateurs peuvent acheter la production d'EDF), qui n'a pas été réévalué depuis janvier 2012, mais que la Cour des comptes a estimé, en mai 2014, à 59,80 €/MWh. Et encore ce coût ne tient pas compte de la prolongation de la durée de vie des réacteurs, sans mentionner leur renouvellement. En février 2016, la Cour des comptes a estimé à 100 milliards d'euros le « grand carénage » destiné à prolonger l'exploitation des 58 réacteurs actuels au-delà des quarante ans initialement prévus, jusqu'à cinquante ans, et leur maintenance jusqu'en 2030.

Le nouveau nucléaire, cet inconnu

Quant au coût du nouveau nucléaire, le contrat passé par le gouvernement britannique pour l'électricité qui doit être produite par l'EPR d'Hinkley Point le situe à 110 €/MWh.

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, prévoit la mise en service de « 30 à 40 » EPR entre 2030 et 2050. Difficile d'estimer le coût de ce programme, dans la mesure où il s'agirait a priori de réacteurs plus petits et donc moins onéreux que ceux actuellement en construction. Même en divisant par deux le coût de l'EPR en chantier à Flamanville (Manche), qui s'élève à ce jour à 10,5 milliards (trois fois le montant annoncé à l'origine), la facture atteindrait de 150 à 200 milliards d'euros.

Enfin, persévérer dans le nucléaire signifie notamment s'acquitter de la gestion des déchets radioactifs actuels et futurs. L'enfouissement sur le site de Bure (Meuse) de ceux générés par le parc existant est évalué entre 25 milliards d'euros - pour le gouvernement - et 35 milliards d'euros - pour l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra).

Concernant l'électricité d'origine renouvelable, destinée à remplacer en partie les capacités nucléaires fermées, l'Institut Montaigne a retenu une hypothèse de coût constant (80 €/MWh) entre 2018 et 2034. Or l'évolution observée sur les dix dernières années laisse présager de nouvelles baisses, de l'ordre de 25 à 30 % dans les dix ans, selon certains observateurs. Déjà, le dernier appel d'offres photovoltaïque lancé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) s'est soldé par un prix moyen de rachat de l'électricité autour de 62,50 euros le mégawattheure.

Enfin, l'hypothèse de fermeture dès 2018 de 200 TWh d'électricité d'origine nucléaire, soit la moitié du parc de production actuel, nécessitant un remplacement immédiat des capacités de production, ne correspond à aucun des scénarios envisagés par les candidats. Avec des hypothèses de consommation et d'exportation stables, le respect de la loi de transition énergétique implique entre 17 et 19 fermetures, soit un tiers du parc actuel. En termes de calendrier, même Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, les plus fervents partisans d'une sortie de l'atome, n'envisagent pas de fermetures en nombre dès 2018.

En rectifiant sur ces bases les hypothèses de l'Institut Montaigne, d'autres experts sont parvenus à une conclusion inverse, le scénario de fermeture des réacteurs nucléaires s'avérant plus économique qu'un scénario de maintien de la production actuelle.

La vérité, c'est qu'il est quasiment impossible de chiffrer les politiques énergétiques proposées par les différents candidats.

Le grand flou du démantèlement

Mais cela ne signifie aucunement que sortir du nucléaire soit une option facile, ni bon marché. Sur la base de ce que l'État vient de négocier avec EDF pour Fessenheim sous la pression du Conseil constitutionnel, l'indemnisation de l'opérateur et des autres actionnaires revient à quelque 500 millions d'euros (plus une part variable) pour deux réacteurs.

En outre, qui dit fermeture, dit démantèlement. En la matière, on reste dans le flou concernant le coût de l'opération. De nombreux observateurs estiment le montant de 60 milliards d'euros affiché par EDF sous-évalué (d'un facteur 2 à 3, selon certains). Là encore, bien difficile d'estimer le coût d'une opération encore jamais réalisée. À l'exception du petit réacteur de Chooz A, sur lequel les travaux ont commencé après sa fermeture en 1991, la France n'a en effet démantelé aucune installation.

L'entreprise, en principe assujettie à l'obligation d'un « démantèlement immédiat », propose désormais un démantèlement différé  à l'horizon 2100 pour les premières centrales de la filière UNGG (uranium naturel, graphite, gaz), fermées dans les années 1980. Certes, cela lui permet d'assainir nettement ses comptes, mais risque d'aller à l'encontre du droit européen.

Le développement de nouvelles capacités d'énergies renouvelables, même si les coûts ont drastiquement baissé ces dernières années, représente un budget significatif. En 2016, le soutien public aux énergies vertes (via la contribution au service public de l'électricité acquittée par tous les consommateurs) s'est élevé à 5,1 milliards d'euros. Surtout, en France, les délais de développement de l'éolien et du photovoltaïque dépassent régulièrement les quatre à cinq ans, sans parler de l'éolien offshore, où cela aura pris dix ans au minimum avant qu'une turbine ne tourne au large des côtes françaises.

Ces délais records sont dus à la complexité administrative (en voie de simplification), mais aussi aux nombreux recours intentés par les riverains des projets, notamment pour l'éolien.

Mais c'est surtout de volonté politique qu'ont besoin ces énergies pour se développer, et que cesse la politique de stop and go qui a trop souvent prévalu ces dix dernières années et refroidi les ardeurs des investisseurs. Le député UDI Bertrand Pancher, ancien directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo au ministère de l'Écologie chargé des questions environnementales dans l'équipe de François Fillon, est le premier à le regretter ; il mise sur des objectifs volontaristes de développement des renouvelables dans les six mois suivant l'élection, sur la digitalisation, le stockage et la décentralisation, pour que « le nucléaire s'atténue progressivement au profit des renouvelables ».

Quoi qu'il en soit, le gaz devrait être amené à jouer un rôle important de tampon en attendant que les renouvelables prennent le relais. Mais, si son impact en termes d'émissions de dioxyde de carbone est nettement plus acceptable que celui du charbon très utilisé par nos voisins allemands pour négocier leur Energiewende, il accroît la dépendance énergétique du pays et le soumet à la volatilité des cours.

Plus dure sera la chute

Le paysage énergétique mondial a beaucoup évolué depuis la dernière élection présidentielle française : à la suite de l'accord de Paris, un consensus se dessine vers un futur bas-carbone, les énergies renouvelables ont changé d'échelle, le prix du pétrole a été divisé par deux, de nombreux énergéticiens sont confrontés à des quasi-faillites, les survivants s'efforçant de changer de modèle. Mais en France, plusieurs projets supposés structurants pour la politique énergétique nationale sont restés lettre morte : la tarification progressive de l'énergie, que Benoît Hamon souhaite établir et qui figurait déjà dans la loi Brottes, a été censurée par le Conseil constitutionnel et l'écotaxe poids lourds s'est terminée en fiasco. Surtout, les premiers jalons d'une évolution du mix énergétique, dont la fermeture de Fessenheim devait donner le la, sont restés dans les limbes.

Certes, dans le même temps, la connaissance des sujets énergétiques et le débat ont beaucoup progressé. Pourtant, les programmes demeurent trop flous, tant en termes de calendrier, d'objectif à long terme et d'évaluation financière. À la clé, le risque d'un déficit de légitimité pour les mettre en œuvre, et un manque d'anticipation pour préparer la reconversion des salariés des secteurs concernés. C'est d'autant plus dommage que les décisions prises sous le prochain quinquennat préfigureront le paysage énergétique français des décennies à venir.

Une chose en revanche semble acquise : les prix de l'électricité vont grimper dans les prochaines années. Un argument supplémentaire pour l'autoconsommation - et donc, les renouvelables - et un mantra battu en brèche : celui d'un nucléaire synonyme d'énergie à bas coût.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2017 à 14:53 :
Oui il faut croire, epnser ,imaginer un futur nucléaire sur et durable : l'avenir passe par l'EPR en France comme on pensait que l'on avait une solution toute trouvée avec le reacteur surrégénérateur de Superpheni et que le problème recurrent des "déchets nucléaires serait réglé avec l'utilisation du plutonium , mais c'est mal connaître les principes de la physique neutronique et la reègle de base qui dit que la desitnegration nucléaire ( des les debuts de l'ère atomique) produits des "produits de fission" donc " des scories nucléaires inutilisables. L'idée n'est pas forcèment mauvaise en soi : regenérer quasi à l'infini le cycle nucléaire, pour l'optimiser et pour produire plus d'electricité. Mais Superpheni avait ce defaut majeur d'origine : son circuit primaire qui était très dangereux à exploiter voolà pourquoi on y a mis fin en 1997. Cependant le CEA n'a pas totalement abandonné ses recherches dans ce domaine et le demonstrateur ASTRID en est la preuve physique. L'impact à l'époque des décisions politiques sur le choix de Superpheni etait très pregnant car c'était vraiment la solution de toutes les solution : on aurait dit que le XXeme siècle avait tout solutionné en physique nucléaire mais c'était loin d'être le cas : tout le nucléaire civil devait tendre vers des solutions techniquement "quasi parfaite" donc sans déchets. Vaste débat dans le monde du CEA et du nucléaire, sauf si on en revient au point de départ : quel matière utiliser pour faire la reaction nucléaire ? Uranium, plutonium, thorium ? La question divise encore. Le débat est sans fin et n'amène pas à des solutions les plus pragmatiques : d'ou l'arrêt de Superphenix pour la production d'electricité mais pas de la recherche dans ce domaine de filière (reacteur RNR).
La pression politique est peut-être moindre maintenant que le monde du nucléaire a fait ses preuves (hormis les accidents majeurs) oui la recherche continue et contnuera dans tout le XXieme siècle car une meilleure utilisation des ressources de la planète est plus que d'utiliser le charbon comme matière fossile.
On peut même imaginer ( pas pour demain) mais dans 30 ou 50 ans pouvoir utiliser les "déchets comme combustibles réutilisables". la fin des années 90 a été crucial pour le nucléaire car des decisions politiques ont impactés les orientations strategiquesdes centre de recherche et le CEA en est largement revenu aux fondements même de la recherche nucléaire : concevoir des réacteurs ou des piles energetiques sûres et durables. Donc malgré la longue et parfois tumultueuse histoire de l'ère atomique en France, il y a donc un espoir d'un nucléaire plus sur et plus propre, consommateur de moins de combustible nucléaire, recyclant les déchets ?. Soyons plus optimiste, ces solutions sont des solutions de long terme qui necessite des recherche intenses, un zeste de chance, un nouvel âge d'or du nucléaire !!
Moi j'ai eu à peine 6 heures pour comprendre le problème majeur de superphenix avec moulte coefficients physiques, des details techniques et rien d'autres . Donc en terme de plat de resistance quand on travaille pour le CEA c'est plutôt coton et celà semble mission impossible au premier abord. Avec plus de connaissances et plus de recul, celà parait faisable: mais les defis du CEA sont bien les defis du CEA : avoir un des meilleurs nucléaire au monde !
Donc vive la recherche nucléaire, mission de longue haleine qui necessite beaucoup de compétences techniques et humaines : mais le pragmatisme n'est pas à négliger car des solutions "infaissables" il en existe aussi !
a écrit le 22/04/2017 à 14:48 :
Oui il faut croire, epnser ,imaginer un futur nucléaire sur et durable : l'avenir passe par l'EPR en France comme on pensait que l'on avait une solution toute trouvée avec le reacteur surrégénérateur de Superpheni et que le problème recurrent des "déchets nucléaires serait réglé avec l'utilisation du plutonium , mais c'est mal connaître les principes de la physique neutronique et la reègle de base qui dit que la desitnegration nucléaire ( des les debuts de l'ère atomique) produits des "produits de fission" donc " des scories nucléaires inutilisables. L'idée n'est pas forcèment mauvaise en soi : regenérer quasi à l'infini le cycle nucléaire, pour l'optimiser et pour produire plus d'electricité. Mais Superpheni avait ce defaut majeur d'origine : son circuit primaire qui était très dangereux à exploiter voolà pourquoi on y a mis fin en 1997. Cependant le CEA n'a pas totalement abandonné ses recherches dans ce domaine et le demonstrateur ASTRID en est la preuve physique. L'impact à l'époque des décisions politiques sur le choix de Superpheni etait très pregnant car c'était vraiment la solution de toutes les solution : on aurait dit que le XXeme siècle avait tout solutionné en physique nucléaire mais c'était loin d'être le cas : tout le nucléaire civil devait tendre vers des solutions techniquement "quasi parfaite" donc sans déchets. Vaste débat dans le monde du CEA et du nucléaire, sauf si on en revient au point de départ : quel matière utiliser pour faire la reaction nucléaire ? Uranium, plutonium, thorium ? La question divise encore. Le débat est sans fin et n'amène pas à des solutions les plus pragmatiques : d'ou l'arrêt de Superphenix pour la production d'electricité mais pas de la recherche dans ce domaine de filière (reacteur RNR).
La pression politique est peut-être moindre maintenant que le monde du nucléaire a fait ses preuves (hormis les accidents majeurs) oui la recherche continue et contnuera dans tout le XXieme siècle car une meilleure utilisation des ressources de la planète est plus que d'utiliser le charbon comme matière fossile.
On peut même imaginer ( pas pour demain) mais dans 30 ou 50 ans pouvoir utiliser les "déchets comme combustibles réutilisables". la fin des années 90 a été crucial pour le nucléaire car des decisions politiques ont impactés les orientations strategiquesdes centre de recherche et le CEA en est largement revenu aux fondements même de la recherche nucléaire : concevoir des réacteurs ou des piles energetiques sûres et durables. Donc malgré la longue et parfois tumultueuse histoire de l'ère atomique en France, il y a donc un espoir d'un nucléaire plus sur et plus propre, consommateur de moins de combustible nucléaire, recyclant les déchets ?. Soyons plus optimiste, ces solutions sont des solutions de long terme qui necessite des recherche intenses, un zeste de chance, un nouvel âge d'or du nucléaire !!
Moi j'ai eu à peine 6 heures pour comprendre le problème majeur de superphenix avec moulte coefficients physiques, des details techniques et rien d'autres . Donc en terme de plat de resistance quand on travaille pour le CEA c'est plutôt coton et celà semble mission impossible au premier abord. Avec plus de connaissances et plus de recul, celà parait faisable: mais les defis du CEA sont bien les defis du CEA : avoir un des meilleurs nucléaire au monde !
Donc vive la recherche nucléaire, mission de longue haleine qui necessite beaucoup de compétences techniques et humaines : mais le pragmatisme n'est pas à négliger car des solutions "infaissables" il en existe aussi !
a écrit le 22/04/2017 à 9:46 :
Le travail et l'énergie correspondent à une même grandeur physique et s'expriment avec les mêmes unités. En économie, c'est la même chose; il faut répartir les charges sociales sur le travail ET sur l'énergie. Pourquoi les Français n'arrivent ils pas à le comprendre? Les pays du nord de l'Europe le comprennent et pas nous. On accepte de taxer le travail mais on n'accepte pas de taxer l'énergie. Mystère!
a écrit le 22/04/2017 à 8:53 :
Cela parait pourtant simple et la raison devrait prévaloir.

Entre un prix de revient de 110€/Mwh et de moins de 70 €/Mwh, le choix parait simple. D'autant plus que la centrale photovoltaïque a été construite en moins d'un an et pourrait être démantelée encore plus rapidement.

Sur les vieilles centrales nucléaires, le raisonnement est faussé, puisqu'elles sont amorties, mais hors démantèlement. Et dire que l'on n'en connait pas le coût semble un peu absurde, sinon insultant pour nos ingénieurs. Sinon il suffit d'en analyser le cout à l’étranger, puisque des expériences existent.

Le problème est certainement ailleurs et il serait temps de tout mettre sur la table, pour dissiper au moins le flou qui entoure cette technologie puissante, mais tout aussi dangereuse.
Quel-que soit le secteur d’activités, à un moment donné le montant de l’investissement influe directement sur la technologie et vice versa.
Dans le nucléaire, tout le monde admet qu'aucune prise de risque n'est admise et c'est déjà ça. Or d'après les épisodes des cuves de l'EPR, il apparait maintenant que des risques sont bel et bien pris. Cela aussi se chiffre et la facture en cas d’échec pourrait être tout "déraisonnable".

Quoi qu'il en soit, pour ou contre, il faut trouver des solutions et rapidement.
C'est une question de rapport sécurité /prix.
Il faut enfin dissiper l’illusion et admettre que le nucléaire coute cher, plus cher que prévu.
Ce qui veut dire qu'il faudrait augmenter le prix du KWh en France et enfin provisionner sérieusement la sécurité et le futur démantèlement. Prolongées ou pas, sécurisées ou pas, il faudra bien les arrêter un jour, les vieilles centrales.
La pire des chose serait de ne rien faire. Pourtant la filière n'a aucun intérêt "à jouer avec les incertitudes", car elle se décrédibilise d'autant.
a écrit le 21/04/2017 à 22:47 :
Ben il éxiste de très nombreux aléas qui fait qu'on ne peut préjuger de rien.
D'abord le photovoltaïque ou système similaire évolue très vite les accus aussi, arrivent les chaudières à cogénération (gaz en général) en se chauffant on produit son électricité.
L'électricité de l'état surchargée de taxes est trop chère, on va vite en devenir indépendants.
Et par manque d'intérêt face aux ladreries de l'état EDF devra soit fermer les centrales soit exporter vers l'Allemagne ou autres.
En pays de la loire, comme les contestations étaient impossibles face au champ d'éoliennes en mer (entre noirmoutier et continent) on sera dans les 10 prochaines années à 50% éolien.
Ca fera en passant de belles réserves de pêche pour le poisson.
Et on risque plus vite de fermer Chinon Avoine devenue inutile et dangereuse que Fesshenheim proche de nos clients étrangers.
Dommage, la Sarthe étant le département le plus venté de l'ouest (altitude car à la fin du massif armoricain et son point culminant) n'a pas encore d'éoliennes à mon avis il est grand temps de s'y mettre, les contestations étant franchement ridicules, et ça fait une petite indemnité pour le propriétaire des lieux.
a écrit le 21/04/2017 à 14:48 :
Pourquoi diminuer le nucléaire, alors que même les Suisses ont voté pour le garder ?
Quant aux « énergies aléatoires », on a vu, cet hiver que, la nuit et sans vent, elles ne produisent rien.
A la remontée du pétrole, on sera bien contents d'avoir le nucléaire, comme en 1979.
a écrit le 21/04/2017 à 13:14 :
Article interessant et fouillé, merci.
Cependant plusieurs appels d'offres publiques ont ete publiés en Allemagne concernant l'eolien en mer et il revele que les laureat ont demandé 0 c€ / kWh d'aide par rapport au marché (+- 3 c€ / kWh), ne beneficiant que de l'obligation d'achat, et ce pour des eolienne de 13 a 15 MW chacune.
Comparer avec les 4,5 c€ / kWh necessaire mais insuffisants pour le nuke ancien et supposé amorti, et les 11 c€ / kWh que demande l'EPR dont l'electricite ne se stocke pas non plus et est intermittente avec la demande.
a écrit le 21/04/2017 à 12:17 :
Une chose est sure, l’énergie nucléaire n’est pas prête d’être abandonnée, malgré les risques.
Rien que pour les problèmes liés au démantèlement, il faut envisager le stockage des éléments les plus radio actifs, ce qui ne sera pas une mince affaire, à voir les problèmes rencontrés sur le site de Bure.
Les chantres du non nucléaire, sont les premiers à ne pas vouloir chez eux le stockage des déchets, qu’impose un arrêt complet du système. Que fait l’Allemagne d’ailleurs dans ce domaine ? Ou stocker leurs déchets ? Chez les autres je suppose. Motus !!!
L’échéance de 2050 est à mon avis impossible à tenir. Il faudra continuer à utiliser le mix actuel très longtemps en augmentant le renouvelable, mais pas n’importe comment. Il faut cibler sur des renouvelables permanents, (géothermie, hydroliennes maritime) et limiter le solaire et l’éolien aux zones les plus adaptées, sans défigurer les paysages. Ce qui est loin d’être les cas aujourd’hui. Car l’éolien est aujourd’hui développé en dépit du bon sens, et au profit unique des propriétaires des terrains sur lesquels sont élevés ces engins. Exemple, si on voulait remplacer la totalité des centrales nucléaires par des éoliennes de puissance théorique 2 MW, il faudrait 400000 éoliennes donc une au km2, et encore à condition que celles-ci tournent en permanence, avec un rendement moyen de l’éolien 30%,on en est très loin.
D’autres secteurs méritent aussi d’entre développés ; la méthanisation, et les micro turbines au fil des rivières. Bref il y a du grain à moudre.
Réponse de le 21/04/2017 à 13:51 :
Notre développement économique est lié à l'usage de l'énergie. C'est ce qui fait la différence avec le Moyen Age. Il faut trouver un équilibre en fixant un juste prix à l'énergie et trouver le point d'équilibre par l'usage de la fiscalité. Lisez la note n°6 du CAE et l'étude de Coe-Rexecode sur une réforme de la fiscalité pour avoir la solution.
a écrit le 21/04/2017 à 11:53 :
Un bon article mais ,une chose est sure, l’énergie nucléaire n’est pas prête d’être abandonnée, malgré les risques.
Rien que pour les problèmes liés au démantèlement, il faut envisager le stockage des éléments les plus radio actifs, ce qui ne sera pas une mince affaire, à voir les problèmes rencontrés sur le site de Bure.
Les chantres du non nucléaire, sont les premiers à ne pas vouloir chez eux le stockage des déchets, qu’impose un arrêt complet du système. Que fait l’Allemagne d’ailleurs dans ce domaine ? Ou stocker leurs déchets ? Chez les autres je suppose. Motus !!!
L’échéance de 2050 est à mon avis impossible à tenir. Il faudra continuer à utiliser le mix actuel très longtemps en augmentant le renouvelable, mais n’importe comment. Il faut cibler sur des renouvelables permanents, (géothermie, hydroliennes maritime) et limiter le solaire et l’éolien aux zones les plus adaptées, sans défigurer les paysages. Ce qui est loin d’être les cas aujourd’hui. Car l’éolien est aujourd’hui développé en dépit du bon sens, et au profit unique des propriétaires des terrains sur lesquels sont élevées ces engins. Exemple, si on voulait remplacer la totalité des centrales nucléaires par des éoliennes de puissance théorique 2 MW, il faudrait 400000 éoliennes donc une au km2, et encore à condition que celles-ci tournent en permanence, avec un rendement moyen de l’éolien 30%,on en est très loin.
D’autres secteurs méritent aussi d’entre développés ; la méthanisation, et les micro turbines au fil des rivières. Bref il y a du grain a moudre.
a écrit le 21/04/2017 à 11:33 :
En dehors de toutes idéologies, la seule question qui vaille est : est ce que les Français ont intérêt à baisser la part du nucléaire dans leur mix énergétique pour disposer d'une énergie électrique abondante et bon marché dans les 20, 30, 50 ans qui viennent ??
Réponse de le 21/04/2017 à 12:40 :
Le mix énergétique français c'est pétrole/gaz à 80%, nucléaire à 15%.
La question c'est veut on limiter nos émissions de Gaz à effet de serre en se focalisant sur le pétrole/gaz, ou s'acharner sur le nucléaire qui a plein de défauts mais ne contribue pas au réchauffement.
Réponse de le 21/04/2017 à 13:10 :
Pretendre que le nuke actuel peut durer 20 ans de plus quand les centrales ont deja 40, et tout ca bon marché tient justement de l'ideologie et du mensonge.
a écrit le 21/04/2017 à 11:14 :
Si c'était aussi facile, cela se saurait....Hollande Royal ont cru à tord que tout pouvait se modifier d'un coup de baguette magique, que tout était simple comme de dire "le changement c'est maintenant" !!!!!!!
a écrit le 21/04/2017 à 11:13 :
le débat pour les élections présidentielles sur l'énergie est affligeant, il n'y en a pas un candidat pour rattraper l'autre. D'une façon générale les candidats confondent énergie , combustibles et énergies renouvelables qu'il vaudrait mieux appeler intermittentes.
Seul le candidat Fillon ( ou son conseiller ) parle de stockage quand son programme parle de développement des renouvelables
La seule vraie question est de savoir si on est capable de diminuer nos rejets de gaz à effets de serre car nous avons pris des engagements internationaux. Il est dommage que nos ministres aient versé des larmes devant les caméras du monde entier car maintenant il faut assumer.
a écrit le 21/04/2017 à 9:57 :
Le syndicat des énergies renouvelables a publié le 16 avril 2014 une étude : Etat des coûts de production de l'éolien terrestre, qui estime autour de 95€/MWh le coût de l'électricité éolienne SANS tenir compte des surcoûts liés à l'intermittence. Avec une nette tendance à la hausse.
a écrit le 21/04/2017 à 9:14 :
Les fameux EPR seront obsolètes avant leur mise en service.....battu en brèche par des centrales au thorium....sujet sur lequel nombres de pays travaillent...en particulier la chine....
80% de déchets en moins, sécurité nettement supérieur et a moindre coût....bref, il faut se bouger.....
Mais ca n en prend pas le chemin.....nos elites sont totalement hors course.....
Réponse de le 21/04/2017 à 10:53 :
entre un trcu qui marche dans un labo et une centrale capable de produire de l energie de facon fiable il y a un monde ...
ET dans le cas du nucleaire, on a toujours pas resolu le problelem des dechets (meme en admettant que vous en faites 80 % de moins il en reste 20 % dont on ne sait que faire )
Réponse de le 21/04/2017 à 12:37 :
Vous racontez n'importe quoi. LE thorium n'est pas du tout une filière mature, des sauts technologiques restent à faire. LA stratégie est de dire que la fusion (encore moins polluante) sera mature avant, et on investit dessus.
La mise en cause des élites c'est toujours facile, surtout quand on y connait rien
a écrit le 21/04/2017 à 8:30 :
Le lobby nucléaire et vieux et puissant en France.
Réponse de le 21/04/2017 à 12:38 :
Il est puissant car il associe la CGT et l'élite intellectuelle. C'est assez rare.
Réponse de le 21/04/2017 à 14:50 :
Et il marche, contrairement aux énergies aléatoires, épaulées par le charbon, comme en Allemagne.
a écrit le 21/04/2017 à 8:06 :
Les Français doivent admettre que le prix de l'énergie doit augmenter. C'est nécessaire au développement de leur économie. Il faut appliquer de toute urgence la note n°6 du conseil d'analyse économique. Bravo pour cet article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :