Le climat relégué au rang des "sujets divers" au Conseil européen

 |   |  451  mots
L'enjeu, qui semblait si crucial mi-décembre durant la COP21, et à qui on attribuait même une part de responsabilité dans la crise des migrations, est ainsi repassé au dernier rang des priorités, alors même que le mois de février 2016 a été le plus chaud jamais enregistré.
L'enjeu, qui semblait si crucial mi-décembre durant la COP21, et à qui on attribuait même une part de responsabilité dans la crise des migrations, est ainsi repassé au dernier rang des priorités, alors même que le mois de février 2016 a été le plus chaud jamais enregistré. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Les 17 et 18 mars à Bruxelles, lors du Conseil européen, la crise des réfugiés devrait une nouvelle fois occuper la totalité de l’agenda des discussions, alors que les questions économiques et climatiques ne seront traitées qu’à la marge. Un article de notre partenaire Euractiv.

En tant que conseil ordinaire, le Conseil européen des 17 et 18 mars prochains à Bruxelles aurait dû se pencher sur les questions économiques. C'est en effet fin mars que les États ont pour habitude de se pencher sur la question du « semestre européen », qui concerne la coordination et la planification budgétaire.

La crise des réfugiés risque toutefois d'occuper l'essentiel des discussions, voire toutes. « S'il reste un peu de temps, on parlera de compétitivité », reconnaît une source anglaise, sans trop d'espoir.

     | Lire : La régulation fait son retour sur le marché du lait

De fait, les conclusions du sommet, déjà publiées, prévoient un tout petit paragraphe sur les questions de l'emploi, de la croissance et de la compétitivité, un thème qui aurait du être majeur.

Lesdites conclusions renvoient par ailleurs au mois de juin les discussions sur l'Union économique et monétaire. Or, le Royaume-Uni a déjà prévu de voler la vedette à la prochaine réunion des chefs d'Etat européens : le référendum sur le Brexit se tiendra en effet le 23 juin, le jour de la réunion des chefs d'Etat.

La France d'abord préoccupée par l'agriculture et la sidérurgie

La France souhaiterait pourtant ajouter plusieurs sujets au rang des priorités, qui n'ont pas été mises à l'ordre du jour faute de consensus : l'agriculture, la sidérurgie et - en bon dernier, le climat.

La France a réussi à arracher au très libéral Phil Hogan un dispositif de soutien à la filière lait, mais les perspectives du secteur agricole restent peu claires au niveau européen.

La présidence française souhaiterait également faire monter la question de la sidérurgie, qui affronte une énième crise notamment en raison de la concurrence chinoise.

     | Lire : L'UE revoit son plan acier sous la pression chinoise

Le grand élan français de la COP21 déjà oublié ?

La question du climat, que le président Hollande avait promis de soutenir lors de la COP21, n'arrive qu'en dernière position de cette liste à la Prévert.

L'enjeu, qui semblait si crucial mi-décembre durant la COP21, et à qui on attribuait même une part de responsabilité dans la crise des migrations, est ainsi repassé au dernier rang des priorités, alors même que le mois de février 2016 a été le plus chaud jamais enregistré, après une année 2015 également la plus chaude jamais enregistrée.

     | Lire : L'accord de Paris risque-t-il d'entrer en vigueur sans l'UE ?

__

Par Aline Robert, EurActiv.fr

(Article publié le mercredi 16 mars 2016)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2016 à 13:11 :
Ils ont raison, ça change tous les jours !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :