Notre-Dame-des-Landes : seule la Loire-Atlantique votera au référendum

 |   |  435  mots
En juin prochain, les électeurs devront répondre à cette question : "Êtes-vous pour ou contre le transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ?".
En juin prochain, les électeurs devront répondre à cette question : "Êtes-vous pour ou contre le transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ?". (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
La consultation populaire voulue par François Hollande sur le projet controversé d'aéroport aura lieu en juin prochain et se limitera aux habitants du département, a annoncé mardi Manuel Valls.

Le périmètre du référendum est désormais arrêté. Le vote sur la construction de l'aéroport du Grand Ouest se fera "au mois de juin" et concernera seulement... "les électeurs du département de la Loire-Atlantique", a annoncé le Premier ministre mardi matin, "parce que c'est le département qui est le plus concerné par l'impact".

"Selon plusieurs indiscrétions" relevées par France Inter, le scrutin aurait lieu le 19 ou le 26 juin prochain.

Caractère "décisionnel"

La question a déjà largement créé la polémique avant même d'être tranchée puisque le projet d'aéroport concerne plusieurs territoires qui voudraient avoir leur mot à dire, de la ville de Nantes jusqu'à la région Bretagne. Les présidents de la Mayenne, du Morbihan, du Maine et Loire et de la Vendée cosignaient en effet le 19 février dernier une tribune demandant que leurs départements soient "consultés dans l'hypothèse d'un référendum".

Comme le rappelait La Tribune en février, six collectivités cofinancent le projet d'aéroport aux côté de l'Etat et du concessionnaire (Aéroport du Grand Ouest, filiale de Vinci Airports): la Région des Pays de la Loire, la Région Bretagne, le Conseil départemental de Loire-Atlantique, Nantes Metropole, Carene (intercommunalité autour de Saint Nazaire) et Cap Atlantique (intercommunalité de l'ouest des Pays-de-la-Loire). Autant d'acteurs et d'institutions impliqués dans le dossier qui pourraient bien contester cette décision de ne consulter que les habitants du département.

D'autant que ce référendum local aura un caractère décisionnel. Depuis l'entrée en vigueur d'une loi au 1er août 2003, le vote des citoyens peut trancher sur un sujet s'il est organisé à l'initiative d'une collectivité territoriale et si le projet de délibération tend à régler une affaire de la compétence de cette collectivité.

Majorité de "oui"

En juin prochain, les électeurs devront ainsi avoir à répondre à cette question : "Êtes-vous pour ou contre le transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ?".  En cas de victoire du "oui", le Premier ministre s'est prononcé pour un démarrage des travaux "à l 'automne".

Or, d'après un sondage Ifop pour Europe 1 et iTélé, réalisé du 29 février au 2 mars auprès d'un échantillon de 545 personnes, 58% d'habitants de la Loire-Atlantique seraient favorables au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

La décision d'opter pour un périmètre restreint représente une petite victoire pour Manuel Valls, qui aura réussi à imposer son choix pour régler la question avant la fin du quinquennat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2016 à 8:17 :
J ne vois pas pourquoi l'ensemble des administrés consultés se limitent au seul département 44 alors que le financement de cet aéroport fait appel à des fonds d'autres collectivités.
De toute façon il est absurde d'avoir sur moins de 130 kms 3 aéroports entre celui de notre dame des landes (perdu au fin fond de la campagne, sans aucun moyen de transport en commun tel qu'un ter...) et ceux de rennes et nantes.
Sachant déjà que la ligne rennes nantes en train ter est mal desservie les collectivités territoriales telle que les régions de bretagne et pays de loire auraient due développer.
Pouvons nous alors espérer dans la foulée une amélioration des dessertes rennes / nantes par ce futur aéroport ou pas ? en tout état de cause rien n'est présenté sérieusement dans ce débat
a écrit le 15/03/2016 à 21:49 :
Il serait beaucoup plus juste de consulter tous ceux qui payent
a écrit le 15/03/2016 à 15:08 :
Bof, les zadistes ne respecteront le résultat de ce référendum que seulement s'il leur donne raison.

S'ils le perdent, ils déclareront le référendum truqué (par exemple en disant que le périmètre n'était pas le bon) et continueront à bloquer le chantier.

À quoi bon avoir des élus locaux si leurs décisions peuvent être bafouées impunément par des mouvements contestataires, et que le pouvoir national donne raison à ces mouvements en organisant ce genre de référendum ?
a écrit le 15/03/2016 à 14:20 :
personnellement, ayant une fibre environnementale, et habitant près d'un aéroport, je comprends la plus-value pour la qualité de vie des habitants de Nantes, si leur aéroport est déplacé, ou fermé. C'est l'horreur de se faire survoler par des avions.

Je regrette que les parkings de ce nouvel aéroport ne soient pas enterrés sous l'immeuble principal, je pense que cela pourrait être un effort encore à faire, cela réduirait d'autant l'espace agricole consommé, urbanisé.

D'un point de vue global, j'estime que les LGV devraient être beaucoup plus favorisées dans toute l'Europe, plutôt que les avions, surtout dans une optique climatique et de qualité de l'air. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas pourquoi, si je vais à Paris à Copenhague, ou à Francfort, je ne peux pas acheter mon billet de train plus de 91 jours avant ma date de départ, alors que les compagnies aériennes sont capables de le faire.
a écrit le 15/03/2016 à 14:08 :
Un référendum, ça gueule dans les chaumières. Pas de référendum ça gueule aussi. Pour ma part, à partir du moment où les élus décident de faire le projet, on doit le faire, car nous les avons élus pour qu'ils prennent des décisions.
Le problème vient que les enquêtes dites publiques ne sont que consultatives; le public qui s'exprime dans ce cadre croit qu'on tiendra compte de leur avis, or il n'en est rien. idéal pour fâcher les gens.
a écrit le 15/03/2016 à 13:55 :
La question est fausse "Êtes-vous pour ou contre le transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes ?" car nécessairement il faudra conserver l'aéroport de Nantes Atlantique de Bougenais ne serait-ce que pour l'usine AIRBUS (et conserver la gestion des infrastructures pour quelques vols par semaines !!!
Ou alors il faudrait poser la question, "Êtes-vous pour ou contre la fermeture d'AIRBUS Nantes" ?
a écrit le 15/03/2016 à 11:35 :
Mouais... l'actuel exécutif aura-t-il le courage, même après un "oui" au référendum, d'envoyer les moyens nécessaires pour déloger une fois pour toutes les zadistes, et d'assumer le risque éventuel d'un accident, toujours possible en cas d'usage de la force, comme à Sivens ?
a écrit le 15/03/2016 à 11:23 :
Bon, du coup ça revient à laisser la décision à l'agglomération nantaise, qui n'aura jamais à subir les inconvénients d'un aéroport, contrairement aux habitants de NDDL. Il faudrait accoler à cette décision l'information du coup des travaux pour l'agglomération en cas de oui, ce serait déjà un peu plus transparent.
a écrit le 15/03/2016 à 10:39 :
provocation .pour aboutir encore a un échec prévisible..aucun visionnaire dans cette équipe de flibustiers
a écrit le 15/03/2016 à 10:20 :
Des recours vont être déposés ! Les investissements de L etat concerne le contribuable au même titre que les dépenses engagés par L élysée pour Valerie Trierweiler !!!!😡
a écrit le 14/03/2016 à 22:26 :
Qu'est-ce qui différentie des bonobos avec des homos sapiens: réponse: partager des valeurs, des croyances communes; la religion (? no comment), et les valeurs morales (affaire DSK ou du scooter), longtemps ciments de nos sociétés, étant sources aujourd'hui de désunions, il nous reste la Justice (malade, désavouée par les politiques - affaire Sauvage..), la Liberté (très restreinte en ces temps incertains - procédures d'exception), et la démocratie (on voit tous les jours, y compris dans cette affaire de NDDL les politiques y tordent le cou): nous sommes bien des bonobos, condamnés à vivre en petit groupe de 150 individus maximum (voir Sapiens de Harari pour y réfléchir - sa révolution cognitive)..
a écrit le 14/03/2016 à 19:02 :
Cela va se terminer a coups de pétards ??? Impayable....
a écrit le 14/03/2016 à 18:43 :
Et payer aussi le coût du transfert de l'usine airbus qui utilise l'aéroport actuel? Faut poser les questions en entier.
Réponse de le 15/03/2016 à 10:44 :
Airbus a déjà prévu le coup : en cas de suppression de la piste de Nantes Atlantique, transport des tronçons sur barge par la Loire et les quelques km restants par camion. Bien plus simple, logistiquement parlant, que l'usine de Blagnac.
a écrit le 14/03/2016 à 18:04 :
"Or, d'après un sondage Ifop pour Europe 1 et iTélé, réalisé du 29 février au 2 mars auprès d'un échantillon de 545 personnes, 58% d'habitants de la Loire-Atlantique seraient favorables au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes."

Si il y referendum, il y aura campagne électorale, or il n'existe pas un argument valable et non intéressé chez les pro-aéroports et si il y a campagne, ça risque de se voir!
a écrit le 14/03/2016 à 15:15 :
Tout ceci n'est qu'un "cirque" sans aucune valeur juridique:
- il ne peut y avoir sur ce sujet de REFERUNDUM au sens de ce que les lois et décrets prescrivent comme cadre aujourd'hui;
- donc une "consultation" de la Loire Atlantique: ne vaut rien non plus, l'Etat depuis 2008 étant aux manettes d'un projet d'utilité publique appelé Aéroport du Grand Ouest censé assuré le développement aérien de la Bretagne et des Pays de la Loire qui devront assurer le financement de cet équipement et son coût de fonctionnement.
- Enfin la question ne répond pas au projet de l'Etat: voulez-vous du transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes ? le nouvel aéroport était fait pour assurer à NANTES, RENNES, ANGERS et LA ROCHE SUR YON essentiellement un équipement à la hauteur des besoins en 2030 faute de pouvoir développer NANTES et RENNES, enclavés.
a écrit le 14/03/2016 à 14:18 :
"58% d'habitants de la Loire-Atlantique seraient favorables au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes".

Avec des boules Quies ?
Réponse de le 15/03/2016 à 10:47 :
Les nantais (500000 habitants) seront effectivement ravis d'être débarrassés des survols à basse altitude de l'agglomération.
a écrit le 14/03/2016 à 13:32 :
Bref un référendum manipulé, tout ce que savent faire les politiciens en sommes, principaux serviteurs des intérêts des milliardaires, bravo.

Les zdistes, ces héros des temps modernes vont devoir continuer la lutte c'est évident.
a écrit le 14/03/2016 à 13:24 :
Transférer signifie qu'il ne resterait plus rien à Nantes Atlantique
Or les vols pour l'usine Airbus (avec des bélugas) ne vont pas disparaître
Les vols tourisme , pas loin de 20000 par an à comparer aux 50 000 commerciaux ne vont pas non plus disparaître !
Réponse de le 15/03/2016 à 11:09 :
Airbus a déjà prévu la suppression éventuelle de la piste de Nantes Atlantique ; transport par barge sur la Loire jusqu'au port de Trentemoult puis par route jusqu'à l'usine. Plus simple que l'approvisionnement de Blagnac avec les morceaux d'A380...
Réponse de le 15/03/2016 à 11:16 :
Je fréquente fréquemment Nantes-Atlantique pour mes A.R. sur le Portugal.
En 2015 Nantes c'est 4.500.000 passagers tout trafic confondu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :