Nucléaire : la centrale de Belleville-sur-Loire sous surveillance renforcée

 |   |  213  mots
Le directeur du site a été convoqué par le directeur général de l'ASN la semaine dernière afin de lui présenter un plan d'action après une inspection menée par l'ASN en avril.
Le directeur du site a été convoqué par le directeur général de l'ASN la semaine dernière afin de lui présenter un plan d'action après une inspection menée par l'ASN en avril. (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau.)
L'ASN explique avoir été alertée par une hausse du nombre d'incidents significatifs enregistrés à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire l'an dernier et par une réponse jugée insuffisante de son exploitant EDF.

Trop d'incidents et un manque de réactivité. L'Autorité de sûreté nucléaire a annoncé mercredi placer sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) après avoir constaté une dégradation du niveau de sûreté du site depuis 2016.

Dans un communiqué, l'ASN explique avoir été alertée par une hausse du nombre d'incidents significatifs enregistrés sur le site l'an dernier et par une réponse jugée insuffisante de son exploitant EDF.

Hausse des contrôles

Le directeur du site a été convoqué par le directeur général de l'ASN la semaine dernière afin de lui présenter un plan d'action après une inspection menée par l'ASN en avril.

"Cette inspection a révélé des carences dans la mise en œuvre de l'organisation définie par l'exploitant pour la surveillance et l'entretien de ses installations", explique l'ASN dans un communiqué.

La mise sous surveillance renforcée se traduira par des contrôles supplémentaires afin de vérifier la mise en oeuvre du plan d'action présenté par EDF. Le communique précise qu'une nouvelle inspection sera menée en 2018 pour "faire le bilan des dispositions spécifiquement prises par la centrale de Belleville à la suite de l'inspection d'avril 2017".

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/09/2017 à 11:05 :
Les purges d'austérités étatiques imposées par les actionnaires milliardaires à leurs politiciens qui nous dirigent peuvent ne pas se contenter de nous tuer qu'à petit "feu".

ET la privatisation est une solution encore pire étant donné que c'est elle qui est à l'origine du drame Fukushima, qui est toujours en train d'irradier l'océan au bout de 6 ans. Et on sait qu'on en a pour 40 ans au moins à venir.

Pour info le réacteur est posé sur la dalle anti syndrome chinois retenu par seulement quelques centimètres de téflon, oui la dalle en dessous et en bêton mais le bêton ne résiste pas à la fusion nucléaire, difficile de savoir si ce téflon va tenir 40 ans à 4000 degrés...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :