Nucléaire : le Royaume-Uni mise presque 3 milliards d'euros sur la centrale d'Hinkley Point

 |   |  624  mots
EDF recevra un prix garanti de 92,5 livres par mégawatt/heure pendant 35 ans de production à Hinkley Point, qui devrait produire suffisamment d'électricité pour environ six millions de foyers, soit 7% des besoins du Royaume-Uni.
EDF recevra un prix garanti de 92,5 livres par mégawatt/heure pendant 35 ans de production à Hinkley Point, qui devrait produire suffisamment d'électricité pour environ six millions de foyers, soit 7% des besoins du Royaume-Uni. (Crédits : © Suzanne Plunkett / Reuters)
Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu'il apportera une garantie de 2 milliards de livres au projet, pour lequel la décision d'investissement d'EDF et ses partenaires chinois se fait attendre.

Le Royaume-Uni affiche son engagement dans le projet d'une nouvelle centrale nucléaire à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Afin de pousser les investisseurs potentiels -le français EDF et ses partenaires chinois, China General Nuclear Corp et China National Nuclear Corp - à donner leur feu vert au lancement du projet, le gouvernement britannique a annoncé lundi 21 septembre fournir une garantie de 2 milliards de livres (2,7 milliards d'euros).

"La garantie initiale prévoit environ 2 milliards de livres et ouvrira la voie à la décision finale d'investissement de la société EDF, et ses partenaires China General Nuclear Corporation (CGN) et China National Nuclear Corporation (CNNC), plus tard cette année", indique le communiqué du ministère britannique des Finances.

"Une autre opportunité pour l'investissement chinois" en Angleterre

Cette annonce intervient alors que le chancelier de l'Échiquier, George Osborne, entame une visite de cinq jours en Chine.

"Nous apprécions beaucoup l'investissement chinois, non seulement dans ce projet, mais le potentiel pour des investissements majoritaires chinois dans de futurs projets nucléaires au Royaume-Uni", a-t-il déclaré lors de son déplacement à Pékin.

Avant d'ajouter:

"La Grande-Bretagne fût l'hôte des premières centrales nucléaires civiles au monde et je suis déterminé à ce que soyons à nouveau précurseur. L'énergie nucléaire (...) joue un rôle crucial de notre mix énergétique".

"Il y a une autre opportunité pour l'investissement chinois dans le ferroviaire à grande vitesse, dans le nord de l'Angleterre", a par ailleurs souligné le chancelier de l'Echiquier.

La mise en service des deux réacteurs EPR retardée

Le gouvernement britannique a donné son feu vert en octobre 2013 au projet de construction de deux réacteurs à Hinkley Point, dans le Sud-Ouest de l'Angleterre. La mise en service des deux réacteurs EPR était initialement prévue en 2023 mais le patron d'EDF au Royaume-Uni, Vincent de Rivaz, a reconnu la semaine dernière qu'ils démarreraient sans doute plus tard. "Nous approchons de la décision finale d'investissement", avait-il assuré à ce moment-là.

Le tour de table initial du projet a dû être modifié, notamment en raison des difficultés financières du fabricant français de réacteurs nucléaires Areva, qui devait investir autour de 10% du plan estimé à près de 25 milliards de livres (34 milliards d'euros). Du coup, EDF devrait dans un premier temps prendre au moins 50% des parts, le reste incombant aux groupes chinois CGN et CNNC.

D'autres partenaires pourraient faire leur entrée une fois la décision finale d'investissement actée. La signature de cette dernière pourrait intervenir lors d'une visite attendue au Royaume-Uni du président chinois Xi Jinping au mois d'octobre.

Le prix garanti contesté devant la Cour de justice de l'Union européenne

EDF recevra un prix garanti de 92,5 livres par mégawatt/heure pendant 35 ans de production à Hinkley Point, qui devrait produire suffisamment d'électricité pour environ six millions de foyers, soit 7% des besoins du Royaume-Uni.

Le prix garanti accordé par Londres pour l'électricité produite à Hinkley Point a reçu le feu vert de la Commission européenne. Mais le gouvernement autrichien et une alliance germano-autrichienne de dix fournisseurs d'énergie ont porté plainte contre les subventions au projet auprès de la Cour de justice de l'Union européenne.

"Un progrès supplémentaire".

Cité dans le communiqué du gouvernement britannique,  Vincent de Rivaz s'est félicité de la garantie apportée par le Royaume-Uni, qui est "un signe clair de l'engagement du gouvernement envers Hinkley Point".

"C'est un progrès supplémentaire vers une décision finale d'investissement sur ce projet, qui fournira de l'électricité fiable, abordable et faible en émissions de gaz à effet de serre pendant des décennies", a-t-il ajouté.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 13:00 :
Et au meme moment le meme gouvernement divise par 5 voire par 10 le soutien au solaire photovoltaique qui de plus ne beneficie d'aucune garantie.
On rappelera que les 2 EPR anglais ont obtenu un tarif garanti (identique a l'obligation d'achat) de 12.5 c€/kWh pendant 35 ans alors que l'eolien terrestre est a 8 c€/kWh pendant 10 voire 15 ans.
Réponse de le 21/09/2015 à 17:21 :
De l'éolien terrestre à 8c€/kWh au Royaume-Uni ? C'est complètement faux. Voir ce rapport du ministère de l'énergie britannique datant de 2013 :
https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/269888/131217_Electricity_Generation_costs_report_December_2013_Final.pdf
Avec les chiffres p 17 pour des projets débutant en 2013 et p20 pour des projets débutant en 2019.
Dans tous les cas, l'éolien onshore est à 100£/MWh ou au dessus, soit dans les 14c€/kWh. Et le nucléaire est en dessous.
Bref, les britanniques ne sont pas des imbéciles, et ne se lancent pas dans le nucléaire sans raisons.
Réponse de le 24/09/2015 à 19:16 :
Hum, dans le dernier appel d'offres, les tarifs obtenus pour le photovoltaïque et l'éolien sont en-dessous de ce que prévoyait ce rapport, plusieurs parcs ont remporté les enchères en proposant tout juste 80 ou 82£, donc 11% de moins que Hinkley (sur 15 ans, donc une grande partie de la durée de vie prévue).
Il n’empêche que dans le même appel d'offre il y a aussi de l'offshore à 120£, et que le principe de l'appel d'offre pousse les compétiteurs à faire des offres avec des marges inférieures à celle acceptées pour Hinkley.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :