Nucléaire : les composants du Creusot testés jusqu'ici sont sûrs

 |   |  276  mots
La revue des dossiers de fabrication de Creusot Forge se poursuivra jusqu'au 31 décembre 2018, a rappelé EDF.
La revue des dossiers de fabrication de Creusot Forge se poursuivra jusqu'au 31 décembre 2018, a rappelé EDF. (Crédits : Robert Pratta)
L'audit du site en cours réalisé par EDF et transmis à l'ASN se déroule sans encombres. Les premiers examens approfondis des dossiers de fabrication des composants en provenance de l'usine du Creusot "montre qu'aucun n'est de nature à remettre en question l'aptitude au fonctionnement en toute sûreté".

Certes, les tests continueront jusqu'au 31 décembre 2018 mais jusqu'ici tout va bien. L'analyse des composants du parc nucléaire français issus de l'usine d'Areva du Creusot (Saône-et-Loire), où des anomalies dans le suivi des fabrications ont été détectées, ne remet pas jusqu'ici en question leur aptitude au fonctionnement en toute sûreté, a annoncé jeudi EDF.

"L'analyse des constats, réalisée par EDF et transmise à l'ASN, montre qu'aucun n'est de nature à remettre en question l'aptitude au fonctionnement en toute sûreté des composants concernés."

"Au 14 septembre, douze dossiers de synthèse ont été envoyés à l'ASN", a noté EDF dans un communiqué, précisant que ces dossiers concernaient les unités de production de Chooz 2, Paluel 4, Saint-Laurent 2, Penly 1, Cruas 3, Dampierre 3, Belleville 2, Tricastin 3, Chinon B3, Nogent 1, Gravelines 2 et Bugey 3.

"Les douze dossiers de synthèse transmis à ce jour à l'ASN, qui concernent 309 composants, comportent 471 fiches d'anomalies et 130 fiches de non-conformité", a ajouté l'électricien public.

Possibles falsifications

La revue des dossiers de fabrication de Creusot Forge se poursuivra jusqu'au 31 décembre 2018, a rappelé EDF.

Areva a dû interrompre la production commerciale du Creusot - qui a fourni des pièces pour les centrales d'EDF et pour des dizaines d'autres à travers le monde - après y avoir découvert en 2016 de possibles falsifications de documents pendant plus de 40 ans.

Depuis, un audit du site est en cours et EDF procède à un examen approfondi des dossiers de fabrication des composants en provenance de l'usine qui donne lieu, pour chaque réacteur, à la rédaction d'un dossier de synthèse qui est ensuite transmis à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2017 à 9:57 :
Tout va bien qu'on vous dit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :