Pétrole : pas de remontée des prix attendue en 2016

 |   |  396  mots
Les spéculations persistantes sur un accord entre l'Opep et les grands producteurs non-Opep pour réduire la production semblent n'être que cela: de la spéculation, a jugé sévèrement l'AIE.
"Les spéculations persistantes sur un accord entre l'Opep et les grands producteurs non-Opep pour réduire la production semblent n'être que cela: de la spéculation", a jugé sévèrement l'AIE. (Crédits : Reuters)
La croissance de la demande en or noir sera plus faible que prévue, selon l'Agence internationale de l'énergie (AII), et elle ne suffira pas à compenser la hausse de production de pétrole des pays de l'Opep. L'AIE craint même une nouvelle baisse des prix à court terme.

Une demande fragile, des stocks d'or noir gigantesques. Dans un rapport, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ne croit pas à une remontée des cours du pétrole en 2016 Elle estime que la demande mondiale en or noir va croître en 2016, mais moins qu'en 2015. La consommation devrait augmenter de 1,17 million de barils par jour (mbj) cette année à 95,6 de mbj. En 2015, la demande avait crû de 1,6 million de mbj.

L'impact du retour de l'Iran sur le marché

L'AIE va même plus loin et prévoit le risque d'une nouvelle baisse des prix.

"Dans ces conditions, le risque de baisse à court terme s'est accentué."

Elle souligne l'arrivée de l'Iran sur le marché. La production de l'Opep a augmenté de 280.000 barils par jour en janvier, et atteint 32,63 de mbj. Le Wall Street Journal souligne que la fin des sanctions contre l'Iran a gonflé à elle seule la production de 80.000 barils par jour (bj). Le pays a produit  2,99 mbj en janvier. L'Arabie saoudite a aussi revu sa production à la hausse (+70.000 barils par jour pour atteindre 10,21 mbj).

3 milliards de barils: des stocks sans précédent

La production mondiale s'est toutefois repliée de 200.000 bj le mois dernier, à 96,5 mbj, affectée par la baisse de la production hors Opep, qui devrait décliner de 600.000 bj en 2016 à 57,1 mbj. La demande en or noir est soutenue par la chute des cours, mais c'est loin d'être suffisant pour absorber la totalité de la production. Les stocks se sont donc accumulés et dépassent désormais les 3 milliards de barils, un niveau sans précédent, selon l'AIE.

Un accord Opep /non Opep ? Pure spéculation, selon l'AIE

Par ailleurs, l'espoir d'un accord Opep/non Opep n'est pas à l'ordre du jour pour le moment. Le ministre saoudien du Pétrole avait évoqué dimanche avec son homologue vénézuélien une éventuelle coopération entre les membres de l'Opep et les autres pays producteurs pour stabiliser le marché mondial du pétrole. Mais aucun accord n'a été trouvé pour le moment.

"Les spéculations persistantes sur un accord entre l'Opep et les grands producteurs non-Opep pour réduire la production semblent n'être que cela: de la spéculation", a jugé sévèrement l'AIE.

Depuis le pic de juin 2014 ( à presque 115 dollars),  le prix du baril a fondu de 70%. Mardi 9 février, le baril de Brent prenait 0,60% à 11h48, atteignant 33,41 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/03/2016 à 12:10 :
dans le 88,certaines stations total en gérances augmentent le gas-oil de 0,5cents du litre le 10/03/2016 le gas-oil est a 1,04.5 e
a écrit le 10/02/2016 à 12:39 :
L'AIE ne fait pas de prévisions sur le prix du pétrole. Vous l'aviez remarqué ?
a écrit le 09/02/2016 à 19:18 :
Au Sénégal, une réserve de gaz naturel estimée à 450 milliards de m3 vient d'être découverte.
Réponse de le 10/02/2016 à 2:29 :
La consommation excessive des singes qui s'autodétruisent sur la planète est de 3.350 milliards de m3 de gaz par an. Te dire comme "on" ira loin... En plus que le gaz se déplace aussi mal que celui du schisme des us, là, je ne vais pas te demander trop d'efforts au cerveau, y'aurait AVC insaïde. Pire que l'outsider.
a écrit le 09/02/2016 à 16:37 :
La problématique des grandes pétrolières est simple : la hausse factice en terme de marché mais bien réelle du prix du baril a permis l'émergence d'un demi millier de petites et moyennes pétrolières non occidentales. Ceci a aussi a été facilité par la vente de petits puits et la collaboration de sous-traitants majeurs de type Hess ou Halliburton. Avec le mouvement des prix inverse les grandes pétrolières coupent leurs investissements mais les sous-traitants aident encore plus les pétroliers étrangers pour ne pas faire faillite. Ils accordent des closes de paiement sur la production ou des possibilités d'échelonnement des dettes de forages conclues au plus haut. Ainsi, pour un pays donné il faudra qu'une compagnie chef de file achète les plus petites contre règlement des arriérés tout en devenant elle même une "major" capable de concurrencer les plus grands. Une concurrence est née, c'est d'ailleurs pourquoi il est mis fin à l'expérience des prix élevés. Le processus décrit rend impossible tout accord du cartel OPEP car il ne pourrait se faire que si les anciennes majors acceptaient de quitter certaines régions... ce qui leur est impensable. Place donc au bras de fer qu'elles savent devoir perdre par l'érosion inévitable de leurs ventes à moyen terme. Chacun ne peut s'empêcher de tenir sa position car c'est sa nature même. Tout au plus est-il possible d'envisager un prix bas calqué sur le développement des plus low cost. J'ai évoqué celui de 17 dollars le baril américain ce qui est un bon compromis. D'un point de vue stratégique il serait utile que ce prix soit rapidement affiché pour faire cesser les incertitudes ravageuses. Pour le moment s'opère une approche de type windows dressing permettant à tous les acteurs de lisser non seulement leurs bilans mais aussi leurs prévisions qu'ils savent déjà ne pas pouvoir tenir. Chiffres publiés, une nouvelle étape prendra place. Un mauvais moment à passer.
a écrit le 09/02/2016 à 15:10 :
Les industries gourmandes en énergie devraient pouvoir baisser durablement leur coût de production et par conséquent vendre à des prix plus compétitifs et booster la consommation !!! bref relancer l'économie, tout au moins concernant leurs produits, et surprise la bourse se casse la gu.... dans tous les secteurs d'activité !!!allez comprendre. La logique économique échappe à ma compréhension...
Réponse de le 09/02/2016 à 15:42 :
Question de timing, la baisse du pétrole de manière immédiate déstabilise, mais a des effets positifs visible que sur du long terme, le pouvoir d'achat restitué ne produit pas d'emplois de manière immédiate ... en particulier en France avec une hyper règlementation du travail et zéro flexibilité.
Réponse de le 09/02/2016 à 19:21 :
Plus que la baisse, c'est comme toujours l'incertitude et les spéculations qui mettent la bourse en folie!
a écrit le 09/02/2016 à 14:35 :
très bon article, je partage !

<a href="http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/petrole-pas-de-remontee-des-prix-attendue-en-2016-549789.html">http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/petrole-pas-de-remontee-des-prix-attendue-en-2016-549789.html</a>
a écrit le 09/02/2016 à 13:07 :
Les néolibéraux, saigneurs de l'économie de part leur avidité et bêtise pures.

Pas de consommation des ménages pas de croissance.

L'économie sombre, nous autres nous en sortirons car habitués à faire sans arrêt avec de moins en moins, et vous ?
Réponse de le 09/02/2016 à 15:23 :
Pour ma part quand le pétrole baisse je fais plus avec le même salaire. Comme quasiment l'intégralité des gens qui ont une automobile mon niveau de vie augmente. Comme je fais plus avec le même salaire je dépense dans des loisirs en local qui recréeront à terme les emplois que tout corporatisme / entente sur les prix détruit (ca s’applique aussi aux taxis). Et je ne vois pas le rapport avec le "neo" liberalisme, c'est liberalisme ou corporatisme, néo ca veu dire quoi au juste ? Il y avait une entente sur les prix qui a donné naissance à de nouveaux acteurs car les prix était artificiellement soutenus pour siphonner les consommateurs tout ça s'effondre comment peut-on ne pas se réjouir de revenir dans une situation saine ? C'est exactement la même chose avec les taxis, qui a envie de monter dans un taxi crade ? Cher ? Qui vous a collé 7 euros de tarifs d'approche ? Ou qui a envie de voir un taxi vous mettre un vent car vous n'allez pas où il a envie ? Qui a envie de payer le pétrole le triple de son prix a un cartel de rentiers qui se serrent les coudes ? Le (vrai) libéralisme (pas la fausse définition volontairement trompeuse des medias), le marché auto régulé ne produit que du positif, il tue les cartels et corporatisme et rend leur argent et libertés de choix au gens, il n'y a qu'en France que personne ne comprends cela. A croire que les gens ne sont pas encore assez appauvris par tous les corporatismes qui gangrènent le pays.
Réponse de le 09/02/2016 à 16:52 :
Ah mais je suis très content que le prix de l'essence baisse même s'il baisse moins vite qu'il ne monte, il ne faut pas trop handicaper la marge bénéficiaire de l'actionnaire tout de même hein...

"le marché auto régulé ne produit que du positif"

Cela reste théorique puisque jamais le marché n'a été auto régulé, si les états n'étaient pas là pour soutenir les multinationales et les actionnaires majoritaires sous de multiples formes jamais ceci n'auraient été autant riche.

Donc je suis d'accord avec vous maintenant j’aimerais bien voir enfin ce véritable libéralisme dont tout le monde parle mais que personne n’applique.

D'autant que si nous voulons repartir de zéro et évoluer au sein d'une vraie économie libérale il serait de toute façon indispensable dans un premier de redistribuer les cartes afin que tout le monde parte sur le même pied d'égalité.

Mais mon petit doigt me dit que ce n'est qu'une chimère pour nous faire passer ce néolibéralisme, qui est pour moi que la continuité de notre capitalisme profitant toujours et encore aux mêmes depuis des siècles en fait.
Réponse de le 09/02/2016 à 20:08 :
Vous m’avez tout l’air d’un libéral qui s’ignore. Les prix qui baissent moins vite que le pétrole c’est surtout vers l’état qu’il faut se retourner car lui ne vous inquiétez pas il ne retirera pas les 3 à 5 centimes qu’il vient de nous coller lorsque cela remontera sans compter que quasi l’intégralité du prix du litre est composé de taxes, apparemment cela ne suffit pas pour entretenir les routes puisqu’ils plantent des radars en plus pour racketter l’automobiliste m’enfin vaste sujet. Le marché qui s’auto régule c’est déjà commencer par accepter qu’une boite fasse faillite, l’effet « état qui sauve les entreprise » est tout sauf libéral c’est de l’interventionnisme, le libéralisme est contre l’interventionnisme, si une boite n’a pas fait le job sérieusement elle doit disparaitre c’est tout, viendront tôt ou tard des remplaçants plus compètent pour occuper le vide qui s’est créé et réembaucher tous ces gens temporairement sur le carreau, enfin, avec un état qui mets ses pates dans toutes les affaire privée cette boite se recréera probablement hors de France, dommage pour nous. Quant à l’égalité, le libéralisme est pour l’égalité de droit, ce qui n’est pas le cas en France, être le fils de aide beaucoup en France à rentrer chez EDF, SNCF, Air-France, et une partie de ces gens qui souvent sont assez friands des entreprises précédemment citées vous vendent de l’égalité réelle, de qui se moquent ils ? L’argent peut se repartir momentanément, pas vos talents, nous sommes tous différent, vous n’estes pas Georges Clooney moi non plus, ni Usain Bolt, ni même Dujardin. L’égalité réelle est une chimère que seul des hurluberlus vous vendront, et quand bien même on tentait de la mettre en place on fait comment pour mettre en place l’égalité dans les relations amoureuses, hein, on va faire comment ? Qu’on comment par avoir une égalité dans les chances de réussite et qu’on mette fin aux privilèges ça sera déjà beau. Lisez Bastiat vous allez adorer. Jérémie.
Réponse de le 09/02/2016 à 20:08 :
Vous m’avez tout l’air d’un libéral qui s’ignore. Les prix qui baissent moins vite que le pétrole c’est surtout vers l’état qu’il faut se retourner car lui ne vous inquiétez pas il ne retirera pas les 3 à 5 centimes qu’il vient de nous coller lorsque cela remontera sans compter que quasi l’intégralité du prix du litre est composé de taxes, apparemment cela ne suffit pas pour entretenir les routes puisqu’ils plantent des radars en plus pour racketter l’automobiliste m’enfin vaste sujet. Le marché qui s’auto régule c’est déjà commencer par accepter qu’une boite fasse faillite, l’effet « état qui sauve les entreprise » est tout sauf libéral c’est de l’interventionnisme, le libéralisme est contre l’interventionnisme, si une boite n’a pas fait le job sérieusement elle doit disparaitre c’est tout, viendront tôt ou tard des remplaçants plus compètent pour occuper le vide qui s’est créé et réembaucher tous ces gens temporairement sur le carreau, enfin, avec un état qui mets ses pates dans toutes les affaire privée cette boite se recréera probablement hors de France, dommage pour nous. Quant à l’égalité, le libéralisme est pour l’égalité de droit, ce qui n’est pas le cas en France, être le fils de aide beaucoup en France à rentrer chez EDF, SNCF, Air-France, et une partie de ces gens qui souvent sont assez friands des entreprises précédemment citées vous vendent de l’égalité réelle, de qui se moquent ils ? L’argent peut se repartir momentanément, pas vos talents, nous sommes tous différent, vous n’estes pas Georges Clooney moi non plus, ni Usain Bolt, ni même Dujardin. L’égalité réelle est une chimère que seul des hurluberlus vous vendront, et quand bien même on tentait de la mettre en place on fait comment pour mettre en place l’égalité dans les relations amoureuses, hein, on va faire comment ? Qu’on comment par avoir une égalité dans les chances de réussite et qu’on mette fin aux privilèges ça sera déjà beau. Lisez Bastiat vous allez adorer. Jérémie.
Réponse de le 10/02/2016 à 9:24 :
Je ne suis pas un libéral qui s'ignore je sors de la pensée binaire afin d'enrichir ma capacité à analyser. De grâce n'essayez pas de me mettre dans une quelconque case votre raisonnement serait faux de fait.

"Le marché qui s’auto régule c’est déjà commencer par accepter qu’une boite fasse faillite,"

En 2008 alors que les banques coupables de la plus grave et profonde crise de notre histoire risquaient de disparaître, ce qui si cela avait été avéré aurait été libérale comme mouvement en effet mais une fois de plus cela n'est pas arrivé, tout les décideurs économiques et politiques ont voulu les sauver et c'est ce qui est arrivé.

En quoi ces faits relèvent t'ils du libéralisme je vous prie ? Ne demeure t'il pas seulement une chimère afin d'essayer de nous rendre le néolibéralisme, par confusion des genres, sexy ?

Avant donc de nous dire que le libéralisme c'est génial j'aimerais bien quant 'à moi le voir à l'oeuvre quelque part parce que tous les gens qui nous en parlent n'ont même pas un miniscule échantillon à nous proposer hein, même pas un seul.

Actuellement sans les états les multinationales et actionnaires milliardaires ne seraient rien. La réalité est que les états soutiennent en masse les plus riches, les plus influents au détriment des plus pauvres et des plus fragiles.

Donc au lieu de bavarder des heures en se trouvant particulièrement géniaux observons la réalité et arrêtons de nous faire manipuler par des concepts sémantiques seulement dignes de nos médias menteurs.

Il ya la théorie dont on peut parler des milliers d'heures sans que quoi que ce soit n'advienne en réalité et la réalité qui aime bien souvent démonter la théorie.

Le libéralisme est une chimère capitaliste que l'on nous met sous le nez en guise de carotte mais qui n'a aucune chance d'advenir parce que les états étant guidés par les politiciens laquais des actionnaires et des multinationales sont bien trop utiles à ces derniers.

C'est l'économie des médiocres que l'on subit, rien de plus et rien à attendre de cette lamentable et interminable façon de fonctionner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :