Réchauffement climatique : un méthanier franchit le passage Arctique Nord-Est

 |   |  495  mots
(Crédits : Nasa)
Un méthanier de 300 mètres de long vient de franchir sans escorte et sans encombre le passage du Nord-Est dans l'océan Arctique, un raccourci maritime rendu accessible par le réchauffement climatique, a-t-on appris jeudi auprès du groupe Total qui affrète le navire.

Le "Christophe de Margerie", du nom de l'ancien Pdg de Total décédé dans un accident d'avion en 2014 en Russie, est parti fin juillet de l'usine de liquéfaction de gaz de Snøhvit en Norvège avec comme destination le port de Boryeong, en Corée du Sud.

"Il s'agit du premier navire commercial à emprunter seul cette route du nord qui permet de rejoindre en 15 jours l'Asie par le détroit de Béring", a indiqué le groupe français, à propos du méthanier brise-glace.

Cette route, qui longe les côtes septentrionales de la Sibérie, permet aux navires de gagner 15 jours par rapport à la voie classique qui passe par le canal de Suez, a précisé le groupe. Cette voie maritime reste impraticable une bonne partie de l'année, mais le récent réchauffement climatique et la débâcle de la banquise l'a rendue plus accessible. Jusqu'à présent les navires étaient escortés de brise-glaces.

>Infographie : 15 jours de gagnés avec le passage Arctique Nord-Est (en rouge)

arctique

La Russie mise beaucoup sur ce passage pour son trafic maritime

Le méthanier est opéré par le groupe public russe de transport maritime Sovcomflot pour le compte de Total ainsi que de trois autres compagnies : le numéro deux russe du gaz Novatek, le chinois CNPC et le fond contrôlé par l'Etat chinois Silk Road Fund.

Il transportera le gaz naturel liquéfié (GNL) produit sur la péninsule russe de Yamal (où doit voir le jour une gigantesque usine de GNL) vers l'Europe toute l'année et vers l'Asie, sans escorte de brise-glace, entre mai et novembre, assure Total.

total

Quinze autres méthaniers de ce type vont progressivement entrer en opération entre Yamal, l'Europe et l'Asie, précise le groupe. L'usine de Yamal doit produire quelque 16,5 millions de tonnes de GNL à partir de 2019, dans une région située au-delà du cercle polaire.

Hommage appuyé à Christophe de Margerie

La Russie mise beaucoup sur le développement du trafic maritime par le passage du Nord-Est, qui à la différence de la voie maritime slalomant à travers le nord désertique du Canada, est ponctué de ports et de bases militaires pouvant secourir les navires en détresse.

L'inauguration du méthanier, en juin dernier, était pour Vladimir Poutine l'occasion de faire un éloge appuyé du patron de Total décédé en Russie en 2014 :

« Ce navire moderne portera le nom de l'homme d'affaires français qui était un très grand ami de notre pays, 'Christophe de Margerie'. Cet homme possédait une vision stratégique particulière. Il a beaucoup fait pour renforcer les relations d'amitié et de partenariat avec la Russie, il a contribué à la matérialisation d'une série d'importants projets communs dans le secteur énergétique. L'appellation du navire en son honneur est un symbole de notre attitude sincère et bienveillante envers cette personnalité éminente, un hommage à sa mémoire. »

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2017 à 17:10 :
Et comme toujours, les gauchistes critiquent sans proposer de solutions. Rien ne convient en ce monde, il faut vite augmenter les allocations diverses et varies, seule solution à tous les maux :-)
a écrit le 20/08/2017 à 16:53 :
Au fait, y at’il une étude sérieuse sur le réchauffement marin par les sources chaudes se développant au fond des mers ? Ces cheminées sous-marines rejetant des mélanges aqueux a plus de 300 degrés, un peu partout dans le monde ont t elles été prise en compte par nos spécialistes du réchauffement.
http://mediathequedelamer.com/actualite/decouverte-sources-chaudes-ocean-pacifique/
Réponse de le 20/08/2017 à 21:02 :
Le réchauffement est général est les sources chaudes sont localisées et éphémères en durée.
Réponse de le 21/08/2017 à 10:10 :
@scientifique
Venant de vous je ne m’attendais pas à autre réponse. Il en est de ce paramètre comme des effets combinés du rayonnement cosmique et du soleil (travaux Henrik Svensmark). Bien plus pratique pour les tenants de la pensée unique de justifier le réchauffement par l’activité humaine et le CO2, ce paramètre étant relativement facile à contrôler. Pas sérieux tout cela…..
a écrit le 20/08/2017 à 13:14 :
C'était déjà une autre époque où beaucoup de présidents de société se sont trompés sur les perspectives du gaz comme celui d'EON qui l'a admis dès 2013 devant la presse et bien d'autres en investissant dans les centrales à gaz inutiles. Ils sont sous estimé la baisse des prix et l'essor des renouvelables. Plusieurs études prévoient un prix du MWh solaire entre 17 et 25 euros en Europe avant 2030. On est autour de 40 euros le MWh pour l'éolien onshore, 49 euros pour l'éolien offshore au Danemark et les séries comme l'évolution technologique permettent la continuation des baisses de prix. Sans parler des autres pays où les prix sont encore plus bas et sans subventions. Donc comment le gaz transformé, transporté, aux quantités limités avec les hausses de prix du C02, des assurances etc va pouvoir être compétitif ? Réponse : Impossible. Conséquences : viser le 100% d'énergies renouvelables à fond via toutes les solutions disponibles c'est l'option de plus en plus admise comme la plus pertinente par la majorité des scientifiques et spécialistes du secteur dans le monde, plus nombreux chaque année dans les enquêtes à admettre la réalité et la pertinente de cet objectif. Les renouvelables sont moins émissives que le nucléaire, moins chères, recyclables, sans risques, sans dissémination nucléaire, sans déchets, sans radioactivité etc. Pendant ce temps les risques nucléaires augmentent notamment et de nouveau en Ukraine et çà risque d'être pire que Tchernobyl. Même Poutine commence à prendre le virage des renouvelables après avoir constaté notamment les avancées de la Chine, de l'Inde etc. Engie a réalisé une étude très approfondie pour la région Paca de 5 millions d'habitants entres autres: bilan, il est plus compétitif de 20% par rapport au prix du nucléaire de passer à 100% renouvelables dès 2030, c'est demain. Voir : https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/renouvelable-possible-region-paca-2030-engie-39062/
a écrit le 19/08/2017 à 15:17 :
C'est beau la vision à court terme, voir à très court terme.
Il faudrait rappeler à nos destructeurs de la planète, qu'un coffre fort n'a jamais suivi un cercueil. Mais tant que la cupidité servira de base de raisonnement...
a écrit le 18/08/2017 à 15:46 :
Tant que les propriétaires de capitaux et des outils de production se feront 20% de revenus sur la destruction de la planète et de l'humanité ils continueront d'investir massivement sur la destruction de la planète et de l'humanité.

Réveillons nous.
Réponse de le 19/08/2017 à 0:36 :
Et tant que 100 millions d'êtres humains supplémentaires viendront chaque année augmenter la demande, tout le monde continuera ce cirque.
Réponse de le 19/08/2017 à 17:39 :
Splendide envolee, donc vous avez retire vos plaques au gaz, vous chauffez au solaire et roulez exclusivement a l'electrique, le tout avec des panneaux francais, c'est bien ca ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :